[page principale | La Bible | la foi | études AT | études NT | Index auteurs + ouvrages + sujets | centres d'intérêt 

 

 

Une Approche Biblique des

Sujets  d'Actualités

 

Actualités 2010-2011

Les pages d'Actualités : 2014-2015 2012-2013 2010-2011 2006-2009 2005 Années antérieures à 2005

Questions d'actualités regroupées et classées par sujets

 

La trompette de Thekoa,

le signal de Beth-Hakkérem

(Jérémie 6:1)

 

Beth-Hakkérem qui domine Thekoa était un des postes qui,
à l'aide d'un feu, signalait l'approche d'ennemis.

 
 
Cette rubrique vise à donner un éclairage qui évite les sirènes anesthésiantes, les mirages et les faux prophètes. Ne pas y chercher les idées communément admises.

 

 

Réflexions chrétiennes sur le monde actuel

Événements ou Idées

26 décembre 2011 La Syrie a déjà été considérée précédemment sous le regard de la Parole en rapport avec les répressions violentes qui s'y déroulent. Ces répressions paraissent continuer. Leur cruauté rappelle tellement 2 Rois 8:12. Et pourtant ! 1. C'est dans la capitale de ce pays que le grand apôtre Paul s'est converti (Actes 9). 2. C'est dans ce pays que s'est rassemblée la première assemblée (= église) des nations (non juive), celle d'Antioche (Actes 11:19-23), et son excellent état a réjoui Barnabas quand il a vu là les fruits de la grâce de Dieu (Actes 11:23). 3. C'est là aussi que les disciples ont été nommé chrétiens pour la première fois (Actes 11:26). Combien la grâce de Dieu peut faire des merveilles au sein d'un environnement de violence et de cruauté ! Combien tout cela peut de nouveau être perdu quand le christianisme est mis de côté ! 
15 décembre 2011

Nous avons eu les conflits réguliers avec Gaza et la bande de Gaza pour nous rappeler régulièrement les lieux bibliques et les conflits mémorables qui s'y sont déroulé autrefois entre Israël et philistins. Voilà maintenant que d'autres sites bibliques font leur entrée dans l'actualité des informations. En effet la Palestine vient d'être admise à l'Unesco, dont le rôle est en particulier de préserver les héritages historiques et culturels. Un résultat inattendu de ce vote est un renouveau de tension en rapport avec les sites bibliques situés dans les territoires occupés. Plus particulièrement, Hébron avec la caverne de Macpéla (tombeau d'Abraham et autres patriarches), Bethléhem avec le tombeau de Rachel, font parler d'eux. Les sites sont actuellement des sanctuaires partagés par les religions juives et islamiques, et chacun en veut / voudrait le contrôle complet. Les siècles, voire les millénaires ont passé, mais les récits bibliques ne vieillissent pas. Bonne occasion pour rechercher la portée spirituelle de ce qui se rapporte à ces lieux. La concordance, l'index par sujet et les études bibliques vous aideront. Mais tout cela rappelle que ce qui est dans les pensées de Dieu est ce qui compte. C'est le sens du psaume 87.

États de droit qu'on veut mettre en place dans tous les pays. Tribunal pénal international. Pays européens qui s'occupent des affaires intérieures de tous les autres pays et veulent imposer leurs principes... Le psaume 82 mérite d'être médité. Ce psaume fait partie des divers passages où le mot Elohim = Dieu ou dieux a été traduit par «juges» (en accord avec le contexte), signifiant par là que la position de juge est, dans son principe, celle de représentant de Dieu. Les décisions des juges font l'objet, par conséquent, du contrôle de Dieu, et les juges eux-mêmes seront jugés à leur tour et en son temps (même s'ils sont laïques !!!) étant responsables devant Dieu de leur manière de juger  : «Dieu se tient dans l'assemblée de Dieu; Il juge au milieu des juges» (Ps. 82:1). Or qu'y voit-Il ? «Jusques à quand jugerez-vous injustement et ferez-vous acception de la personne des méchants ?» (Ps. 82:2). C'est solennel, spécialement pour l'autorité judiciaire, mais il est quand même réconfortant que Dieu ne perde pas cela de vue.

On annonce que la France est parmi les pays où le taux de suicide est le plus élevé. Bien sûr les statistiques sont épluchées de près et chacun les interprète comme il l'entend, les ordinateurs permettant de faire les corrélations les plus fines et les plus saugrenues. On est quand même étonné de lire que les employés de la fonction publique sont les plus touchés, alors qu'on admet généralement qu'ils sont mieux protégés. Malgré tous les discours, tous les programmes politiques, tous ceux qui «savent» résoudre les problèmes, il reste la grande question : qu'est-ce qui fait le bonheur ? Il n'est certes pas là où on met Dieu de côté.

22 novembre 2011 Suite à la rubrique du 7 de ce mois. Deux mots sur ce qu'on appelle la « culture », pour rappeler quelques passages de l'Écriture permettant de mieux en peser les valeurs, alors que partout on en fait l'éloge sans discernement, on en fait la promotion en vue d'un prétendu progrès des masses, on en développe les moyens, avec interdiction pratique de dire si elle est bonne ou mauvaise. Phil. 3:19-20 parle de ceux « qui sont ennemis de la croix de Christ, dont la fin est la perdition, dont le dieu est le ventre et dont la gloire est dans leur honte ». Après avoir décrit, à la fin de Romains 1, l'état moral des païens (l'europe est revenue au paganisme) en des termes très sévères et sans indulgence pour dévoiler la saleté de ce monde (la même aujourd'hui que de son temps), l'apôtre met sous le jugement de Dieu « non seulement ceux qui pratiquent ces choses, mais ceux qui trouvent leur plaisir en ceux qui les commettent ». Qu'est-ce qui a de la valeur pour nous : la honte ou la gloire ? Où trouvons-nous notre plaisir à mettre nos fréquentations ? (les mauvaises compagnies corrompent les bonnes moeurs, 1 Cor. 15:33).
14 novembre 2011

"Printemps arabe". Les mouvement de rébellion contre les autorités, les soulèvements populaires, ont commencé par être salués par les medias francophones comme le début du triomphe de la démocratie (en pays arabe spécialement). Ceux qui tiennent de tels propos croient que la démocratie est la panacée, et que petit à petit le monde va vers un triomphe de l'idée démocratique, c'est-à-dire vers le progrès suprême. Puis tout d'un coup, grosse surprise : les élections des divers pays arabes donnent un triomphe des mouvements islamiques dont les medias sentent bien qu'ils sont plutôt à l'inverse de l'idée démocratique. Alors on cherche de nouvelles explications, soit en soutenant que l'islam peut être démocratique, soit qu'on va l'aider à être démocratique, soit que le triomphe en question est tout compte fait modeste, soit qu'on a une catastrophe temporaire, et qu'après ça ira mieux... Que penser de tout cela, de toutes ces contradictions ? C'est simplement qu'on s'est entièrement trompé sur le sens de l'histoire. Il y a quelques décennies, le dogme courant était que le sens de l'histoire allait vers le triomphe du communisme. La tournure prise par les événements a fait qu'aujourd'hui on n'ose plus soutenir cela. Alors on trouve un autre sens de l'histoire, basé sur le triomphe de la démocratie. L'ennui, c'est qu'on se garde bien de prendre connaissance du "sens de l'histoire" tel qu'on le trouve dans la Parole de Dieu. Ce sujet du "sens de l'histoire" est traité à la page "prophétie" de Bibliquest, soit en rapport avec les dispensations, soit par le moyen des vues d'ensembles sur l'histoire prophétique.

La Grèce en faillite, crise de l'euro, la fin de l'euro, l'Italie menacée... D'autres spécialistes affirment que l'euro n'a rien à craindre... Voilà les gros titres des journaux ou autres medias ces derniers temps. Au milieu de tout cela, certains dirigeants commencent à expliquer que l'europe est composée de 27 pays et la zone euro de 17 pays, et qu'il faudra peut-être restreindre le nombre de pays dont l'économie est assez forte pour supporter l'euro. On remarque donc que l'idée que tous les 27 pays européens s'unissent dans l'euro n'est déjà plus d'actualité. Et peut-être est-on même en train de s'engager sur la voie aboutissant à l'association de dix pays seulement, les dix rois d'Apocalypse 17. Autrement dit, la crise actuelle est peut-être bien, avant tout, ce crible permettant d'ajuster le nombre des pays membres de l'empire romain reconstitué. Mais l'Italie en restera membre certainement (l'empire est "romain"). Dix pays... Ceux qui discutent ne tiennent évidemment aucun compte des déterminations bibliques; mais à la fin des fins, c'est bien ce qui restera.

7 novembre 2011 À peu près au même moment, la chambre des députés américaine a réaffirmé avec une grosse majorité que la devise du pays est "In God we trust" = "Nous nous confions en Dieu", tandis qu'en France on s'occupe d'affirmer le "droit au blasphème"... Certes aux États-Unis il y a une proportion importante de gens religieux qui n'ont pas la vie de Dieu, ni la vraie foi en Jésus Christ, — des chrétiens de nom = professants. Mais l'irrespect injurieux français est moralement effrayant ; en tout cas il est dans la droite ligne des gens du temps de l'antichrist qui blasphémeront à répétition (Apoc. 13:6; 16:9, 11, 21). Cette inintelligence contraste avec la prétention à l'intelligence qui veut faire la leçon au monde, et est en accord avec la propagande qui fait des américains des gens bêtes ("forcément bêtes puisqu'une proportion importante n'est pas laïque et croit à la création"....!!!!). L'opposition français - américain va continuer encore longtemps. Quels jugements, quels châtiments cette incrédulité est en train de s'attirer et va continuer à s'attirer !! "On ne se moque pas de Dieu, ce qu'un homme sème, cela aussi il le moissonnera" (Gal. 6:7-8). Mais d'un autre côté, Dieu ne peut pas non plus accepter qu'on dise se confier en Dieu si ce n'est pas vrai.
26 septembre 2011  Voilà le pape qui propose à Erfurt, centre Luthérien, « une lutte commune [avec les protestants] contre de 'nouvelles formes de christianisme' : sans les citer, il désignait les groupes évangéliques ou pentecotistes et ce qu'il appelle sectes, les caractérisant comme «un christianisme de faible densité institutionnelle, avec peu de bagage rationnel et encore moins de bagage dogmatique, et aussi avec peu de stabilité».
Notre Seigneur sur la terre, ainsi que les apôtres, avaient-ils une forte densité institutionnelle ? - plus forte que celle du judaïsme ?
Marcher par l'Esprit (Galates 5:15), est-ce manifester une faiblesse du bagage rationnel ?
N'adorer que Dieu le Père et le Fils, Christ, et ne pas rendre culte à la Vierge ni aux saints - ne pas croire à la présence réelle de la chair du Christ dans le pain de la Cène - ne pas croire à l'infaillibilité du pape, ni aux prières pour les morts, ni à la régénération par le baptême des petits enfants, - ne pas croire aux indulgences, - est-ce faire preuve de faiblesse du bagage dogmatique ?
Quand l'église, ou assemblée, est toujours susceptible d'être ôtée si elle abandonne son premier amour (Apoc. 2:4), est-ce qu'elle manque de stabilité ? Doit-on préférer la stabilité de Thyatire corrompue, conduite par la prophétesse Jézabel jusqu'à la fin ? (Apoc. 2:19-28)
À la même occasion le pape a un peu parlé de la gravité du mal et a mentionné le jugement de Dieu : c'est bien, il exerce là ce qui relève de sa responsabilité. Les gens en sont surpris : pourquoi ? parce que l'état des églises est tel que ce sujet parait tabou : elles sont dans l'état de mort de Sardes (Apoc. 3) Quant à l'oecuménisme, le pape a dit qu'il n'y a pas de compromis sur la foi : c'est vrai. Mais peut-on parler de ces sujets en ignorant que la foi n'est pas la vraie foi lorsqu'elle s'appuie sur la tradition ?
12 août 2011

Une chanteuse meurt à 27 ans, probablement de ses excès de stupéfiants  ; un personnage de téléréalité se suicide à 22 ans ; des stars alcooliques ou droguées. Un peu de regrets, un peu de condoléances, et le spectacle recommence. Mais l’on ne conclut pas qu’il faut se détourner des mauvaises voies et fuir les mauvais exemples. Les vies désordonnées restent des centres d’attraction.

Le seul critère de qualité des émissions est le taux d’audience obtenu. On fait de la téléréalité « pour être près de la vraie vie » et on en améliore le taux d’audience en accumulant les incitations au mensonge, à la tromperie et à la corruption morale ou débauche : les gens aiment ça ! — et l’on ne s’interroge pas pour savoir si réellement le monde va dans le sens du progrès, si le péché existe, si c’est bien d’appeler le mal bien, et le bien mal. — Dieu resterait-il insensible ? Sa patience aura-t-elle un terme ?
12 août 2011

Les nouvelles sont remplies de révoltes dans toutes sortes de pays.

Les revendications sociales en ISRAËL rappellent que ce problème social a déjà plusieurs fois suscité des révoltes dans le passé, au temps de l’Ancien Testament : voir Néhémie 5 et Jérémie 34:8-18. Mais les « nations » (= Gentils = Goïm) ne sont pas meilleures.

La guerre (on ne peut appeler cela autrement) frappe la LYBIE. Nous sympathisons avec les populations qui ne peuvent que souffrir de la situation. Du point de vue chrétien, la Lybie était un pays où se déclarer ouvertement chrétien équivalait à se livrer à la mort. Puissent ces troubles ouvrir la porte à l’évangile, et à une vie normalisée pour les chrétiens. Nous n’attendons pas des troupes militaires des pays européens qu’elles favorisent l’évangile, car elles seraient les premières à en avoir besoin. Mais Dieu peut effectuer un travail favorable à Ses propres intérêts par le moyen d’hommes qui ne les prennent pas du tout en compte. Demandons-le Lui.

Quant à la SYRIE, les pays se scandalisent des répressions violentes faites contre les foules, mais sont plutôt impuissants pour y mettre fin. Il y a longtemps que ce pays puissant a beaucoup fait souffrir Israël, et même cruellement (voir 1 Rois 20 et 2 Rois 8:12 et Antiochus Épiphane qui mit l’idole dans le lieu très saint du temple de Jérusalem, Daniel 11:31) — Si on peut identifier la Syrie avec le « roi du Nord » (il peut aussi s’agir d’alliances avec l’Assyrien / Iran / Iraq ; sous le gouvernement d’Antiochus Épiphane, la Syrie formait justement un royaume unique avec l’Iran et l’Iraq, le royaume séleucide), le caractère de ce pays ne changera pas dans l’avenir, même jusque dans les derniers temps de la fin (futurs pour nous) où Daniel (ch. 11) nous montre ce pays envahir « comme une tempête » et piller ses voisins du Sud. — Tout cela rend d’autant plus étonnante la grâce de Dieu qui se servit d’une petite fille ravie comme esclave pour amener à la guérison de la lèpre le général en chef de la Syrie, par le moyen du prophète Élisée. Quand notre Seigneur relata ce fait dans la synagogue de Nazareth, cela faillit Lui coûter la vie (Luc 4:27-30), tellement l'homme naturel ne veut pas de la grâce de Dieu.

L’ANGLETERRE, enfin, a subi sa part de violences, de destructions et de pillages. Comme cela a déjà été dit à plusieurs reprises sur ce site, ce sont des choses qui rappellent ce qu’annonce l’Apocalypse, notamment le chapitre 6, où, après l'enlèvement de l'église, l’on voit la guerre civile faire suite à l’établissement de la paix entre pays, et même finalement l’effondrement de la société civile. Nous n’avons pas maintenant l’accomplissement, proprement dit, de ces événements d’Apocalypse, mais seulement des amorces ou des préliminaires.

27 juillet 2011

La christianophobie se développe à grande vitesse, de manière de plus en plus éhontée. Autrefois la laïcité était neutre, voire bienveillante. Maintenant la laïcité agressive pousse à la christianophobie.
Les articles de presse sur le tueur de Norvège ont été manifestes à cet égard. De manière à peu près unanimes, les medias ont commencé par déclarer qu’il s’agissait d’un chrétien fondamentaliste. Ensuite cette qualification est passée à la trappe, du fait qu'elle était vraiment sans fondement, mais les medias n’ont reconnu ni faute ni culpabilité. La calomnie est lancée, il en reste toujours quelque chose.
Il viendra un temps où les autorités civiles (spécialement le chef de l’empire romain ; Apoc.13:5-6) seront caractérisées par les blasphèmes contre Dieu et contre les chrétiens (« ceux qui habitent dans le ciel »). Le monde est déjà engagé dans cette voie, et il ne manque pas de protéger les œuvres blasphématoires en les qualifiant d’œuvres d’art.

Toujours dans le cadre de la christianophobie, on cherche maintenant à interpréter de manière restrictive les règles internationales prônant la liberté de religion. Pour ce faire, on voit des gens qualifier tel mouvement religieux de secte, de manière à pouvoir dire qu’on n’est pas en présence d’une religion, et que les règles internationales ne s’appliquent pas. Il s’agit déjà là d’un manque de droiture évident. Ensuite, pour prouver qu’il s’agit bien d’une secte et non d’une religion, on compare les doctrines du mouvement à celles qui prévalent actuellement dans le monde, comme si celui-ci était LA référence, LA norme. Laïc et irréligieux, le monde agit comme une religion qui veut imposer ses dogmes, en même temps qu’il fait disparaître la plupart des interdits moraux (c’est exactement ce que fera plus tard l’antichrist). En utilisant une telle norme, il est dès lors facile de décider que la plupart des mouvements religieux sont des sectes. Une fois ce qualificatif attribué, le droit à l’existence du mouvement est nié. — Pour combler la mesure, on rajoute à la prétendue culpabilité du mouvement le fait que les adhérents élèvent leurs enfants selon leurs principes (ce qui est bien normal quand on a des principes auxquels on tient et dont on est convaincu !), et non pas dans le sens du monde actuel (que Dieu nous en garde !) ; voilà ce qui fait une « double faute impardonnable ». C’est exactement la tactique du pharaon d’Égypte autrefois à l’encontre des fils d’Israël (Exode 8:10-11).
L’occident tolérant devient de plus en plus intolérant. Aujourd’hui il y a encore « celui qui retient » (le Saint Esprit) et ce qui retient (les divers moyens utilisés par Dieu) (2 Thes. 2:6-7). Après l’enlèvement de l’église, il n’y aura plus de frein ; la persécution violente se déchaînera contre ceux qui voudront reconnaître Christ comme Celui qui va régner sur les nations ; l’Apocalypse montre qu’on les fera mourir (Apoc. 6:9 ; 11:7 ; 13:15).

New York a fait un grand pas contre le mariage chrétien et la famille chrétienne. L’une des villes phare du monde prend ouvertement le caractère de Sodome. Le jugement par le feu annoncé par Jude et Pierre est inéluctable. Dieu agit encore en patience, « jusqu’à ce que la moisson soit « desséchée » selon l’expression d’Apoc. 14:15, c’est-à-dire 'plus que mûre'. — Mais les autres pays ne sont pas de reste. Sous prétexte de lutter contre le sida, on favorise à outrance les mesures tendant à ôter tout frein moral, et on pousse la jeunesse dans ce sens, tout en traînant dans la boue les opposants. — Ce sont des choses qui ressemblent au temps du roi Manassé (2 Rois 21 et 24) quelques années avant la destruction de Jérusalem. L'inique ne connait pas la honte, dit Sophonie (3:5). — Abraham se tenait hors de Sodome et priait pour eux. Lot avait préféré vivre à Sodome, mais son témoignage a été sans effet, et sa famille est allé à la ruine.

On comprend mieux pourquoi Apocalypse 14 décrit ceux qui suivent l’Agneau comme ne s’étant « pas souillé avec les femmes ». Quand la fornication est généralisée, et établie comme la norme, y échapper devient une qualité extraordinaire.

Une idole de la chanson est morte à 27 ans, à cause de ses excès de vie. On la célèbre, et on cache que ces idoles sont en réalité des esclaves, — pas seulement esclave des drogues (addiction), mais esclave du péché, esclave de Satan, maître dur et cruel qui laisse tomber ses proies après les avoir pressurées. Malgré tous ces avertissements, on passe ensuite à l'idole suivante, et plus elle scandalise, plus on l'écoute. Tel est l'endurcissement des coeurs, de ceux qui «n'ont pas mis Dieu devant eux» (Ps. 54:3).
23 juillet 2011 Une émission en Suisse a critiqué les églises évangéliques au motif que les pasteurs n'ont guère de formation théologique. Les églises ont protesté et se sont défendues en soutenant que l'accusation est fausse et que le pourcentage de ceux qui ont suivi des études théologiques est élevé. C'était déjà l'accusation que les pharisiens faisaient au Seigneur (Jean 7:15) : «Comment celui-ci connait-Il les lettres, vu qu'Il ne les a point apprises ?». À quoi le Seigneur répondait que sa doctrine était celle du Père qui L'avait envoyé, mais que pour connaitre si Sa doctrine était de Dieu, il fallait vouloir faire la volonté de Dieu - autrement dit, les gens du monde ne sont pas compétents pour apprécier la valeur du message divin. Au niveau des disciples, Pierre, André, Jacques et Jean étaient pécheurs de poissons : pourquoi exiger des études théologiques quand le Maître et les premiers disciples n'en ont fait aucune ? La puissance spirituelle vient d'ailleurs. Est-ce à dire que le Seigneur et les disciples manquaient d'instruction ou n'en avaient pas et que leur message manquait de valeur ? Dès l'âge de 12 ans le Seigneur étonnait les docteurs de la loi par Ses réponses (Luc 2:47), et les huissiers envoyés pour prendre le Seigneur revinrent à vide déclarant : «Jamais homme ne parla comme cet homme» (Jean 7:46). Timothée connaissait les 'saintes Lettres' dès l'enfance (2 Tim. 3:15) et était nourri 'des paroles de la foi et de la bonne doctrine qu'il avait pleinement comprise' (1 Tim. 4:6). Les chefs religieux Juifs s'étonnaient de la force des discours de Pierre et Jean, reconnaissant qu'ils étaient certes illettrés, mais qu'ils avaient été avec Jésus (Actes 4:13). Pour former un serviteur, rien ne vaut la connaissance de la Parole de Dieu jointe à la communion avec le Seigneur.
20 juillet 2011 Problème palestinien. Il occupe actuellement beaucoup de gens, soit par la demande de reconnaissance de l'état palestinien, soit par l'envoi de flotilles à Gaza. On rappelle qu'une des revendications palestiniennes absolue est d'avoir Jérusalem pour capitale, ce qui implique l'annulation de l'annexion de Jérusalem-Est faite par Israël en 1967. Il y a là une pomme de discorde qui parait irrémédiable. En effet la porte de Jérusalem située à l'Est, est la "porte dorée" ou "Goldengate". Celle-ci est murée depuis que le sultan Soliman le magnifique en 1541 a voulu faire en sorte que le Messie ne puisse pas revenir à Jérusalem (!). En effet Ézéchiel (43:1-4) annonce le retour de la gloire du Dieu d'Israël par la porte du côté de l'orient. Pour compléter le barrage, un cimetière musulman a été installé devant cette porte avec l'intention d'empêcher également le retour d'Élie, le précurseur du Messie ; censé être de race sacerdotale selon la tradition (non pas selon l'Écriture), il est supposé ne pouvoir entrer, car un sacrificateur ne saurait se souiller en entrant dans un cimetière. La naïveté de ceux qui pensent empêcher ainsi le retour du Messie vaut bien la naïveté des armées de l'empire romain futur qui aura la prétention de combattre contre l'Agneau = Christ (Apoc. 17:14 & 19:19). Il est celui qui "paîtra les nations avec une verge de fer" (Psaume 2:8-9 et Apoc. 19:15).
11 juin 2011

Plusieurs croyants qui ont bien lu Apocalypse 13, se font du souci pour ce temps où les fidèles ne pourront plus acheter ni vendre s'ils n'ont pas la marque de la bête. Il s'agit de vrais croyants qui tiennent compte de ce que dit l'Écriture, mais n'ayant pas saisi que le chrétien attend l'enlèvement de l'église et que l'église ne passera pas par la grande tribulation (2 Thes. 2:1-3; Apoc. 3:10), ils réfléchissent aux moyens de rester fidèles et d'échapper à ces circonstances invivables (ou au moins de les retarder) propres au temps de l'antichrist. C'est pourquoi l'usage généralisé des cartes de crédit, la possibilité d'identifier instantanément les caractéristiques de toute personne par le moyen de registres nationaux des personnes et de puces insérées sous la peau ou d'empreintes digitales leur semblent des moyens abominables qu'il y a lieu d'éviter à tout prix. En fait le moyen pour empêcher d'acheter et vendre sans cette marque de la bête sera directement la suppression de l'argent liquide, et cela sera rendu acceptable à la fois pour éviter les vols et pour éviter l'économie "au noir" (= non déclarée fiscalement). Humainement il ne restera plus que le troc. Ces choses arriveront pour le temps postérieur à l'époque de l'église, mais ces choses nous sont dites pour que nous apprenions à mettre dès maintenant et totalement notre confiance dans le Seigneur.

19 mai 2011

Tout le monde parle de ce directeur financier mondial qui sur une faute commise à midi, se retrouve en prison dans les heures qui suivent. Déjà le riche de la parabole (Luc 12) était qualifié d'insensé par le Seigneur parce qu'il faisait de grands projets d'avenir alors que son âme allait lui être redemandée la nuit d'après. — Un jour, le chef de l'empire romain (un poste bien plus élevé que celui de directeur financier) va se retrouver tout droit en enfer à cause de ce qu'il a commis : Apoc. 19:20 l'annonce. Tous doivent passer en jugement après la mort (Héb. 9:27), et il ne sera pas possible alors de protester, de tempêter, et d'accuser les autres Beaucoup crient au scandale parce que, dit-on, on doit séparer la vie privée et la vie publique pour ceux qui ont des fonctions publiques, mais l'on sous-entend que l'inconduite morale n'a aucune importance, car chacun veut rester libre de pécher. Les jugements destructeurs tombés subitement sur la terre par le déluge et sur Sodome plus tard sont des avertissements solennels, même s'ils ne sont pas pris au sérieux. 2 Cor. 5 montre bien qu'au tribunal de Christ tout sera manifesté. C'est une illusion de croire qu'on peut cacher.

Un pasteur vient d'annoncer l'enlèvement de l'église pour le 21 mai. Outre qu'il s'est déjà trompé dans le passé et que la base de calcul qu'il utilise est farfelue, il méprise simplement la Parole de Dieu qui dit que personne ne connait l'heure ni le jour (Marc 13:32). Des gens en profitent évidemment pour jeter le discrédit sur tous ceux qui croient à la Parole de Dieu, et qui croient qu'elle est vraie et inspirée littéralement, et qui croient aux prophéties sur l'enlèvement des croyants. Certains soulignent que les grandes églises officielles ne croient pas du tout à un enlèvement de l'église : cela ne fait que souligner le triste témoignage rendu par la chrétienté, qui n'est même plus une lampe pour éclairer le monde. Enfin certains rattachent ces prédictions aux fables propagées en rapport avec un calendrier maya qui annoncerait la fin du monde pour 2012. Tout cela est farfelu et jette de la confusion et discrédite les avertissements solennels de la Parole de Dieu et des prophéties qu'elle contient. Certains vont jusqu'à titrer des articles "faut-il craindre le jugement dernier?". Oui il faut le craindre, mais d'abord craindre Dieu. Prendre prétexte du caractère farfelu de ces prophètes de malheur pour ridiculiser ou ignorer la notion de jugement de Dieu ne sera jamais une excuse valable devant le tribunal de Dieu, mais entre temps le mauvais travail de discrédit jeté sur la Parole de Dieu est fait, et même banalisé (on retrouve des faux prophètes de malheur jusque dans les BD de Tintin et de Lucky Luke) ; tout cela fait le jeu des moqueurs. Il y a déjà fort longtemps que Jérémie a beaucoup souffert de ceux qui voulaient ne plus entendre ses prophéties qui, elles, étaient vraies ; il était prophète de malheur, mais vrai prophète, et Jérusalem a bien été détruite par Nebucadnetsar.

16 mai 2011

Certains milieux religieux ou églises font des enquêtes marketing pour identifier les raisons de leur décroissance numérique, de la désaffection des gens à leur égard. Cela fait penser aux vierges folles quand elles se réveillent tardivement, lors de l'alerte signalant la venue de l'époux (les vierges appartiennent au cortège d'honneur, elles ne sont pas l'épouse) : elles demandent aux vierges sages de l'huile pour leur lampe (Matt. 25:8), et vont en acheter auprès des marchands (25:9-10). C'est une image de l'activité fébrile de ceux qui, ayant découvert leur vide spirituel, veulent y remédier par les techniques de la sagesse humaine. L'échec est assuré, même quand on copie ce que font ceux qui ont la vie de Dieu.

Guerres de pays européens en Afrique : on ne peut s'empêcher de penser à la quatrième bête de Daniel 7 (le dernier empire des nations selon l'Écriture = l'empire romain ; même si nous ne sommes pas encore dans le temps du plein accomplissement de ces prophéties) : « la quatrième bête... différentes d'elles toutes, extraordinairement terrible : ses dents étaient de fer et ses ongles d'airain, elle dévorait, écrasait et foulait aux pieds ce qui restait » (7:19).

1 Thessaloniciens 5:2 nous dit que « quand les hommes diront 'paix et sureté', une subite destruction viendra sur eux». — Le monde dira : «Paix et sûreté» ; il croira en toute sécurité à la durée de sa prospérité et à la réussite de ses desseins, au moment où le jour [du Seigneur = Son apparition en gloire] sera là subitement ! (comp. 2 Pierre 3:3). C’est ce que le Seigneur Lui-même a souvent répété ; voyez Matt. 24:36-44 ; Marc 13:33-36 ; Luc 12:40 et suiv. ; 17:26 et suiv. ; 21:35, [3 fois en Luc, l'évangile de la grâce !] etc..... On peut s'étonner, peut-être, que le Seigneur ait dit que, dans un pareil temps de sécurité, les coeurs des hommes se fondront de frayeur dans l’attente des choses qui doivent arriver sur la terre (Luc 21:26). Mais nous voyons déjà ces deux principes de sécurité et de frayeur en présence. Progrès, succès, longue durée d’un nouveau développement de l’humanité, tel est le langage de ceux qui se moquent de la venue du Seigneur. Néanmoins, quelles craintes pour l’avenir possèdent, en même temps, les hommes... Que le vrai croyant est heureux d’appartenir à un autre monde ! [citation JND]

Encore les racines chrétiennes de l'Europe et du monde occidental. Les uns essaient de les effacer pour balayer tout christianisme, les autres essaient d'en maintenir la mention pour ranimer un certain christianismme. — Le livre de l'Apocalypse (ch. 17 et 18) se sert du double symbole d'une femme et d'une ville pour décrire la Babylone future et sa destruction. Le lien est étroit entre la puissance économique (Babylone comme ville) et la puissance spirituelle et religieuse, mais idolâtre et corrompue (Babylone comme femme). Dieu connait les racines, même quand on fait tout pour les effacer aujourd'hui. Pour l'explication des symboles apocalyptiques, voir la section sur l'Apocalypse. Mais retenons simplement, ici, que les racines chrétiennes sont un motif supplémentaire de tomber sous les jugements de Dieu quand on n'a pas profité de ce privilège, quand on a eu ces racines et qu'on n'en a pas tenu compte dans sa vie.

13 mai 2011 Commémoration de l'abolition de l'esclavage (10 mai), travail de mémoire, repentance... On oublie que si l'on n'est pas obéissant à Dieu, on est esclave du péché (Romains 6:16 – il n'y a que ces deux options), et que derrière le péché, il y a Satan, maître dur et cruel, qui offre ce qui séduit et laisse dans la misère morale. On a aboli l'esclavage, mais on n'a pas aboli la misère. Il y a toutes sortes de misères. Les chaînes dorées sont quand même des chaînes. Les stars adulées aujourd'hui, déchues demain l'illustrent. Plusieurs sont aveugles jusqu'à se payer un bel enterrement sans s'informer sur ce qu'il y a au-delà.
3 mai 2011

Canonisation et béatification. La béatification fait un 'bienheureux' et la canonisation fait un 'saint'. Pour être bienheureux il faut avoir fait un miracle étant mort, pour être saint, il faut en avoir fait plusieurs. Notre rubrique précédente a expliqué en quoi la notion de 'bienheureux' appliquée à un prétendu changement de statut, ou de catégorie, dans l'Au-delà est sans fondement dans la Bible et dénature les promesses faite à la foi pour les vivants. La canonisation relève d'une pareille fable. La Bible parle de saints, mais c'est le nom utilisé pour les simples (vrais) croyants vivants sur la terre, des gens qui n'ont fait aucun miracle, mais qui sont nés de nouveau et qui vivent leur vie chrétienne. Ils sont saints, non pas parce qu'ils sont sans péché ou exceptionnellement pieux ; ils sont saints parce que leurs péchés ont été ôtés, par le sang de l'Agneau, Christ. Il ne s'agit donc pas de simples 'professants', c'est-à-dire de gens qui se disent chrétiens, mais qui n'ont pas passé par la nouvelle naissance. La notion qu'il y aurait des 'saints' c'est à dire des gens dans une condition ou un statut supérieur dans l'Au-delà, est également une notion totalement étrangère à l'Écriture.
Pareillement les notions que les prières adressées aux morts soient entendues, et que les morts aient des pouvoirs pour agir sur la terre, ce sont des fables, ou des fausses doctrines, d'autant plus que les morts en question n'ont pas de corps pour agir, car ils ne sont pas ressuscités.

Quant aux miracles, on rappelle simplement que les miracles opérés par des puissances mauvaises sont connus depuis longtemps (les devins du pharaon copiaient ce que faisait Moïse – Exode, Simon le magicien faisait aussi des miracle étonnants – Actes 8). Il y en aura dans l'avenir d'encore plus grands avec l'Antichrist (selon 2 Thes. 2 et Apoc. 13).
Les miracles dont on entend parler ne sont que des 'petits' miracles, bien différents des grands miracles faits au temps du Seigneur et des apôtres. Les Samaritains d'Actes 8 avaient bien vu la différence.
Par ailleurs la Bible interdit sévèrement les prétendus contacts avec les morts (Deut. 18:11-12 et autres. Faux contacts, car le contact est en réalité avec des démons)

On a beaucoup insisté sur le cri des foules à la mort de Jean-Paul II, qui criaient 'santo subito' = 'saint tout de suite', et il a été tenu compte de ces cris pour accélérer la procédure de béatification. Dieu ne juge pas en se laissant influencer par les hommes (heureusement, car quelles catastrophes ou mensonges cela donnerait !) et le jugement des morts n'aura lieu que beaucoup plus tard (fin de Apoc. 20).

Peut-être nos lecteurs estiment-ils que Bibliquest ne commente pas assez la catastrophe nucléaire japonaise faisant suite à des tremblements de terre et des raz de marée, ou les grands bouleversements des pays arabes, soit qu'il s'agisse des révoltes populaires, ou des renversements de gouvernants ou des interventions militaires. Nous remarquons simplement :
Les nations sont toujours en agitation permanente, ce que la Bible compare à l'agitation des vagues de la mer. Notre Seigneur résume aussi cela par les simples versets de Matthieu 24:7-8 « Car nation s'élèvera contre nation, et royaume contre royaume ; et il y aura des famines, et des pestes, et des tremblements de terre en divers lieux. Mais toutes ces choses sont un commencement de douleurs »
L'idée qu'on voit écrite partout, que les peuples 'prendraient en main leur destin' et que l'on serait en présence du 'progrès de l'idée et de la pratique démocratique', n'est que du rêve. La chute du communisme a montré que le sens de l'histoire tel que le clament les hommes ou beaucoup d'idéalistes est totalement fausse. Le sens de l'histoire vu par les tenants de la doctrine de l'évolution ne vaut pas mieux. Il y a bien un sens de l'histoire, mais il faut le chercher dans la Bible, spécialement dans le livre de Daniel qui fait d'excellents raccourcis (voir nos tableaux de vues d'ensemble à la page sur la prophétie)
Les interventions militaires en Lybie et Côte d'Ivoire, les promesses de faire juger les anciens gouvernants par des tribunaux internationaux, les plaintes judiciaires pour 'crimes contre l'humanité', – tout cela ne présente pas les caractères de droiture, d'équité, et de justice selon Dieu. Nous ne cherchons pas à justifier les désordres anciens, mais nous attirons l'attention sur le fait que le Seigneur Jésus Christ n'était pas seulement amour, il était lumière : quand Il s'est révélé comme tel (Jean 8), Il voulait que ceux qui jugent, commencent par se juger aux-mêmes. Des interventions militaires précédentes ont montré de tristes iniquités et non-équités. Outre cela, il reste toujours que notre époque passe sous silence les innombrables meurtres commis dans les avortements ; on les justifie en ôtant l'étiquette 'crime contre l'humanité' qu'ils méritent, et on la remplace par 'droit de la femme de disposer de son propre corps', mais Dieu voit tout cela.
Nous n'avons pas trouvé d'information reliant les événements du Japon ou des pays arabes avec la propagation de l'évangile ou du christianisme, mais Dieu sait ce que nous ne savons pas, et Il se sert à Son gré de tous les bouleversements. Les persécutions signalées ici ou là sont généralement l'indice d'un développement caché de la vérité chrétienne. Les médias sont spécialement biaisés et autistes sur ces sujets.
Quant à Israël, l'inquiétude de ce pays par rapport à l'évolution de leurs voisins s'accentue, mais elle ne peut pas aller vers l'apaisement avant l'avènement du Messie. Ils croiront avoir un apaisement au temps de l'Antichrist, le faux Messie, mais ce sera factice et fugace.

2 mai 2011 Le pape Jean-Paul II, mort depuis six ans, vient d'être «béatifié», c'est-à-dire «déclaré bienheureux». Dans le discours prononcé à cette occasion, quelques passages de l'Écriture comportant le terme «bienheureux» ont été cités pour étayer cette cérémonie par la Bible ; nous rapportons ci-après les citations en reprenant les termes du discours officiel. Les bienheureux mentionnés dans ce discours sont d'une part des 'bienheureux' généraux : «Bienheureux ceux qui n’ont point vu et qui ont cru» (Jean 20:29) – «Sans l’avoir vu vous l’aimez; sans le voir encore, mais en croyant, vous tressaillez d’une joie indicible et pleine de gloire, sûrs d’obtenir l’objet de votre foi: le salut des âmes» (1 Pierre 1:6,8-9). — et d'autre part des 'bienheureux' particuliers à des personnes (Pierre et Marie) : «Tu es heureux, Simon fils de Jonas, car cette révélation t’est venue, non de la chair et du sang, mais de mon Père qui est dans les cieux» (Matthieu 16:17) – «Bienheureuse celle qui a cru en l’accomplissement de ce qui lui a été dit de la part du Seigneur!» (Luc 1:45).
Or dans toutes ces citations, l'Écriture affirme le caractère 'bienheureux, c'est-à-dire la béatitude, pour des croyants vivant maintenant sur la terre ! Leur application à une personne décédée fausse complètement le sens du passage.
Le bonheur de Marie selon Luc 1:45 est lié à sa foi en tant que personne vivante sur la terre.
La joie indicible mentionnée dans l'épître de Pierre est mentionnée en omettant qu'elle se rattache à Christ, alors que c'est la clef du passage. La foi de Jean 20:29 est aussi une foi en Christ
Le bonheur du vrai croyant après la mort n'est pas le propre de personnes ayant eu une vie spéciale ou extraordinaire, ni un bonheur qui arriverait au bout d'un certain temps quand le 'mort' a franchi une certaine étape : c'est un bonheur immédiat et dû à la présence de Christ, comme le montrent Luc 23:43 (brigand sur la croix, «Aujourd'hui tu seras avec moi dans le paradis»), Philippiens 1:23 («ayant le désir de déloger et d'être avec Christ, car cela est de beaucoup meilleur»), 2 Corinthiens 5:8 («nous aimons mieux être absents du corps et présents avec le Seigneur»).
On voit que ce genre de cérémonies de béatification efface la nature de la joie des vivants sur la terre (joie liée à Christ et offerte à la foi déjà maintenant ; il n'y a pas de salut par les œuvres); elle empêche aussi d'ôter la frayeur de la mort pour le croyant 'ordinaire' par le fait qu'elle ôte le vrai sujet de consolation (être avec Christ) et elle ajoute des étapes normalement infranchissables (béatification).
Lors du décès de Jean-Paul II, on priait pour lui, comme pour tous les morts, pour qu'ils échappent au purgatoire. La béatification est une preuve que la personne est sortie du purgatoire : toutes ces idées sont entièrement étrangères à l'Écriture.
11 avril 2011 Pâques - Voilà la fête de Pâques qui approche (24 avril cette année), la plupart des églises se préparent à la célébration de la fête de Pâques, jour de la résurrection du Seigneur, après Sa crucifixion le vendredi précédent. Quand est-ce que l'on a à célébrer la mort du Seigneur et Sa résurrection selon le Nouveau Testament ? Simplement le Dimanche, selon l'exemple de l'apôtre (Actes 20:7), autrement dit 52 fois par an ! Dans l'Ancien Testament, en Israël, la fête de la Pâque rappelait la délivrance du peuple de Dieu hors d'Égypte, et l'agneau rôti au feu et dont le sang était mis sur les poteaux et le linteau des portes des maisons des Israélites, était une image à l'avance du Sacrifice de Christ (1 Cor. 5:7) qui délivre le croyant de la colère de Dieu contre le péché, et de l'esclavage de l'ennemi. Mais pourquoi les églises ne célèbrent-elles la Pâque qu'une fois par an alors qu'elles sont censées se réunir pour le culte chaque dimanche ? Il y a deux raisons : 1) on craint la banalisation du souvenir de la mort du Seigneur, - et 2) on fait cela parce qu'on suit la liturgie. Ces deux raisons sont de mauvaises raisons : 1) la banalisation de la mort du Seigneur n'intervient que quand la ferveur s'est refroidie, quand l'église est tiède comme Laodicée (où le Seigneur est même dehors; Apoc. 3:16-20) et n'attend plus le retour du Seigneur (Matt. 24:48) - 2) la liturgie n'est qu'une invention basée sur la tradition, et non pas sur la Parole de Dieu ; elle fait revenir aux pratiques de l'Ancien Testament ; c'est la judaïsation de l'église condamnée par l'épître aux Galates. Son caractère pernicieux ressort justement de ce que la célébration de la mort du Seigneur est ramenée de 52 à 1 fois par an.
19 février 2011 Euthanasie
5 février 2011

On a annoncé en fin d'année 2010 la parution de la version oecuménique de la Bible TOB. Celle-ci est bien connue depuis longtemps, mais on annonce que c'est un événement sans précédent du fait que, pour la première fois dans l'histoire de la Bible en langue française, elle intègre un ensemble supplémentaire de six livres deutérocanoniques en usage dans la liturgie des Églises orthodoxes : 3 et 4 Esdras, 3 et 4 Maccabées, le Psaume 151, la Prière de Manassé. On rappelle les articles collectés par Bibliquest au sujet de la Bible à la rubrique apocryphes : Deutérocanonique signifie deuxième canon. Il s'agit de livres que jusqu'ici seule l'église catholique reconnaissait comme inspirés. La nouveauté maintenant, est qu'on prend en considération les deutérocanonique de l'église orthodoxe C'est effectivement un événement sans précédent. Est-ce un progrès ? On rappelle ce que dit l'apôtre Paul : les oracles de Dieu ont été confiés aux Juifs (Romains 3:2). Ce n'est donc pas aux chrétiens, qu'ils soient catholiques, orthodoxes ou protestants de décider ce qui est inspiré dans l'Ancien Testament. Seuls les Juifs sont qualifiés pour cela. Or ils n'ont jamais reconnus ces livres deutérocanoniques. Donc nous avons à les rejeter. L'étude approfondie de ces textes fournit de nombreuses preuves de leur non inspiration, mais la raison basée sur Romains 3:2 est suffisante et déterminante Conclusion : ce qu'on présente comme une avancée, est en fait une régression. Pour ceux qui n'attachent pas grande autorité à ce que Dieu dit et qui ne veulent pas de l'inspiration littérale de la Parole de Dieu, ces choses n'ont pas beaucoup d'importance. Mais pour ceux qui s'attachent fermement à ce que Dieu a dit, ces sujets sont d'une importance capitale. Psaume 119:105 «Ta parole est une lampe à mon pied, une lumière sur mon sentier» : si on rajoute des fausses lumières, on est sûr de s'égarer. Par la grâce de Dieu, il n'y a pas de contestation entre les églises sur les apocryphes du Nouveau Testament. C'est une vraie grâce de Dieu.

31 janvier 2011 Le 29 janvier nous avons relativisé les événements d'Égypte en appliquant les expressions du psaume 65 : «tumulte des mers, tumulte de leurs flots, agitation des peuplades». Toutefois ces événements d'Égypte peuvent peut-être avoir des effets un peu plus marqués, avec des répercussions sensibles dans deux domaines importants des voies de Dieu : 1) affaiblissement possible de la position d'Israël comme nation actuelle, les événements d'Égypte se conjuguant avec le changement gouvernemental au Liban 2) renforcement possible de l'Islam — un tel renforcement peut rendre plus difficile la vie des chrétiens, mais n'entraîne pas nécessairement un affaiblissement de la diffusion du vrai christianisme Ces deux orientations possibles des événements rapprocheraient des situations des temps de la fin, mais Dieu seul connait le sens de l'évolution.
29 janvier 2011

Bouleversement d'Égypte et Tunisie. Les hommes y attachent beaucoup d'importance, y voyant la marche en avant vers la démocratie. La Tunisie ne figure pas dans la Bible, et aucune prophétie ne s'y rapporte. Au contraire, l'Égypte figure abondamment dans la Parole, et son importance n'est pas négligeable puisqu'elle figure parmi les trois peuples favorisés de l'Éternel dans le règne de Christ, les deux autres étant Israël et l'Assyrie (Ésaïe 19:23-25). Au début de l'Exode, l'Égypte représente le monde oppresseur du peuple de Dieu et qui s'enorgueillit toujours plus, jusqu'à se dresser contre Dieu; elle représente aussi le monde séducteur (Héb. 11:26); on la retrouve comme une grande puissance vers laquelle Israël affaibli se tourne en vain pour nouer alliance pour être délivré des rois d'Assyrie ou de Babylone (2 Rois 17:4 & Ésaïe 30 & Jérémie 41 à 44). Plus tard elle est réduite à peu de choses (Ésaïe 19 & Jérémie 47). Mais au temps de la fin, elle n'est pas dans l'orbite des assujettis au roi d'Assyrie (Iran / Iraq), puisque Daniel 11:42 montre son envahissement par le roi du Nord comme étant un des tout derniers événements de la région. La Parole de Dieu n'a pas de prophétie concernant spécifiquement les événements d'Égypte actuels, et elle relativise toutes ces révolutions en les appelant « le tumulte des mers, le tumulte de leurs flots, et l'agitation des peuplades » (Psaume 65:7). Ce psaume nous dit que c'est Dieu qui apaise ce tumulte, et Il ne l'apaisera définitivement que lors du règne de Christ.

La venue du Seigneur pour enlever son Église fait régulièrement l'objet de déclarations ou articles contestant soit la venue elle-même soit l'époque où elle arrive (avant ou après le règne de Christ ?) soit la qualité de ceux qui seront enlevés. Simplement quelques mots sur ce dernier point. Les encouragements et promesses du Seigneur quant à Sa venue (Jean 14:1-3 & 1 Thes.4:14-18) ne font jamais aucune distinction entre les chrétiens, sauf que les encouragements sont spécialement donnés à ceux qui désirent cette venue (Apoc. 3:10). La différence dans le sort qui attend les vainqueurs de l'Apocalypse (ch. 2 et 3) ne porte pas sur le fait d'être enlevé, mais sur la récompense obtenue. Tous les chrétiens seront-ils donc enlevés ? tous les vrais chrétiens, oui, c'est-à-dire tous ceux qui ont la vie de Dieu, ceux qui sont nés de nouveau, ceux qui sont véritablement enfants de Dieu (il ne suffit pas d'être baptisé), ceux qui ont mis leur confiance par la foi en l'oeuvre du Seigneur Jésus à la croix avec repentance. Ceux qui n'ont qu'une coloration chrétienne, ceux qui se bornent à faire profession de christianisme, sans avoir la réalité de la vie divine, ceux-là ne seront pas enlevés (Matt. 7:21-23), ils font même partie des perdus, des réprouvés. La différence entre ceux qui seront enlevés et ceux qui ne le seront pas n'est pas une question de degré dans la fidélité, mais une question de nature. Les épîtres les appellent «les saints», mais les saints, dans l'Écriture, ne sont pas des morts, mais des vivants sur la terre, et ce ne sont pas des gens ayant atteint un certain haut degré de sainteté, mais ils sont saints parce qu'ils sont lavés dans le sang de l'Agneau (Apoc. 1:5). L'ascétisme, bien loin d'être une marque de sainteté, est condamné par Col.2:20-23 comme étant un moyen par lequel la «chair» s'enorgueillit.

On dit que le précédent pape va être béatifié = déclaré bienheureux = il est sorti du purgatoire, — cela parce qu'un miracle lui est attribué. Il faut deux miracles pour qu'il soit déclaré saint. Il doit être bien clair pour chacun que tout cela n'a absolument aucune base dans la Bible, notamment la prière à des morts en vue d'obtenir des miracles. La qualification de «saint» selon l'église catholique est totalement différente de ce qu'on trouve dans les épîtres (voir paragraphe précédent).

17 janvier 2011

Conflits dits religieux. Certains doctrinaires ou analystes, plutôt athées, aiment à proclamer que, de tout temps, les guerres ont eu très souvent des motifs religieux, et qu'en supprimant les religions on supprimerait la plupart des guerres. Il est vrai que le premier conflit meurtrier a été celui d'Abel et Caïn et partait d'une affaire liée au culte de Dieu, mais le motif réel et direct du conflit n'était pas dans ce qui touchait à Dieu, mais seulement la jalousie de Caïn. De plus la première victime a été Abel, celui qui a vécu de manière à plaire réellement à Dieu. Quant à Dieu, bien loin d'aggraver le conflit ou d'exercer la vengeance rapidement, Il a mis un signe sur Caïn afin qu'on ne le tue pas. Les leçons de ce premier meurtre n'ont pas été apprises, et au bout de quelque temps, Lémec, probablement à l'occasion d'une aggression ou d'une vengeance, a promis qu'il serait vengé 77 fois plus que Caïn, et qu'il tuerait quelqu'un s'il subissait même une simple blessure. L'accélération exponentielle de la tuerie était bien du côté de celui qui ne tenait pas compte de Dieu ni de Sa Parole On dira que ceux qui parlent de djihad le font au nom de Dieu. Notre Seigneur l'explique à ses disciples (Jean 16:2-3) : « L'heure vient que quiconque vous tuera pensera rendre service à Dieu. Et ils feront ces choses, parce qu'ils n'ont connu ni le Père, ni moi ». Satan a tout fait pour mettre la confusion entre ce qui est vraie parole de Dieu et ce qui ne l'est pas.

Voilà environ trente ans que la peine de mort a été supprimée et la plupart des medias célèbrent cela comme un progrès manifeste et irréversible de l'humanité. Il est très frappant que la Parole de Dieu annonce un temps futur où cette peine parait rétablie : Apoc. 13:15. Or l'auteur de ce rétablissement est l'Antichrist (la deuxième bête de ce ch. 13 - voir ses caractères au v. 11 et en 2 Thes.2:3-4); les victimes de ce rétablissement seront les croyants qui auront refusé de rendre hommage à l'image du chef de l'empire romain (l'europe), — autrement dit les fidèles de Dieu, opposés à l'Antichrist. En ce moment-là, ce chef de l'empire romain (europe) fera l'objet de l'admiration de la terre entière (Apoc. 13:3-4). Les gens n'auront nulle honte d'avoir rétabli la peine de mort qu'ils étaient fiers d'avoir supprimée, mais surtout ils n'auront aucun complexe ni aucun scrupule de l'avoir fait contre les croyants!!!!


15 janvier 2011

Il y a plusieurs mois que nous n'avons rien mis en «sujets d'actualité». On hésite à se répéter quand on réalise qu'il n'y a «rien de nouveau sous le soleil» et que tout est «vanité des vanités».

En donnant un coup d'oeil aux contestations politiques en vue des prochaines élections, on est frappé par 1) la constance à «mépriser la domination et injurier les dignités» (2 Pierre 2:10), 2) l'orgueil de l'autosatisfaction et de l'aveuglement des doctrinaires politiques (d'un bord ou d'un autre) qui persistent à se présenter comme des modèles de démocratie et à faire la leçon aux petits pays et aux grands pays (alors qu'on passe son temps, chez soi, à se traîner dans la boue les uns les autres), 3) la volonté d'imposer les solutions politiques et économiques aux autres pays.

Cette volonté d'imposer ses solutions aux autres pays n'ira pas en diminuant malgré les espoirs des hommes. En effet il arrivera le moment où le chef de l'empire romain (europe; 1ère bête de Apoc.13) aura «pouvoir sur toute tribu et peuple et nation» (v.7). Il peut s'agir d'un gouvernement mondial, mais sans même aller jusque-là, on voit, selon ce passage de l'Écriture, les pays européens imposer leur volonté aux plus petits pays qui ne peuvent résister à une bien plus grande puissance économique. Or en ce temps annoncé par l'Apocalypse, le chef de l'empire romain sera animé par un esprit satanique (Apoc. 13:4). Terrible effet de la prétention à savoir diriger le monde sans Dieu. Terrible effet aussi, de la mondialisation.

 La Commission européenne a édité un agenda à destination des élèves de l’Union européenne. Diffusé à plus de 3 millions d’exemplaires, cet agenda mentionne les fêtes musulmanes, hindoues, sikhs, juives, etc. à l’exception des fêtes chrétiennes. Des gens politiquement corrects cherchent à identifier qui les a «oubliées»! Notons simplement que la marche vers une apostasie hostile (Apoc. 13:6 et 2 Thes. 2:3-4) progresse obstinément malgré toutes les protestations.

Les événements généraux et mondiaux paraissent bien embrouillés, alors que les issues finales selon la prophétie sont simples. Comment cela se fait-il ? On en a des exemples dans la Parole de Dieu, car Dieu a sa manière de nous enseigner ce qu'est le monde Un petit exemple est les disputes entre successeurs de Gédéon en Juges 9 où malhonnêtetés, trahisons, coups par derrière, copinages, méchancetés, intérêts purement personnels, attaques personnelles s'accumulent et s'entremêlent. Un grand exemple est les événements embrouillés annoncés en Daniel 11 avant les temps de la fin. Gardons la pensée qu'au travers de toutes les manœuvres des hommes, Dieu garde le contrôle, même si entre temps Il laisse faire pour manifester les coeurs, les hommes, les doctrines, les voies, etc. et à cause de Sa patience. Ne nous laissons ni troubler ni happer par ces embrouilles.

Les divers medias, sans parler du pape, ont reconnu ces derniers temps que les chrétiens étaient les plus persécutés au monde. Mais cela ne se traduit pas par un revirement profond d'attitudes. Le monde garde sa haine pour Christ et les siens (Jean 15), même si le caractère inique de cette haine est manifesté ouvertement. Nous ne pouvons comprendre ce qui se trame derrière ces persécutions, car les apparences sont trompeuses. Toute la sagesse et la finesse et la ruse du monde ne sont que de la folie pour Dieu qui peut opérer ce qu'Il veut, et même se servir de ses ennemis pour accomplir ses desseins (c'est le sens du béhémoth et du léviathan de Job 40 à 41). Dieu peut faire beaucoup de choses à la fois : les épreuves amènent les vrais croyants à compter sur Lui et à voir Ses délivrances + Dieu éprouve et renforce la foi + Dieu amène les siens à rechercher davantage sa communion + Dieu purifie son église en éliminant les tièdes, et les professants qui n'ont pas la vie divine + Dieu amène des opposants à faire demi-tour (cf Paul) + Ecclésiaste 11:5 + Ps.139:14-16 + etc.. En outre, la vraie force n'est pas là où on croit : Dieu demandait à David pourchassé de défendre Israël contre les ennemis, alors que le roi et sa religion ne le faisaient pas (1 Samuel 23).

22 octobre 2010 Encore troubles publics et émeutes. Ce n'est pas nouveau : Actes 19:22-41 rapporte une émeute à Éphèse. Il arrive même que les participants ne savent plus bien ce qu'ils font là (Act. 19:32). Le livre des Proverbes met en garde le croyant de se mêler à ce genre de contestations : Prov. 26:17 : « Il saisit un chien par les oreilles, celui qui, en passant, s'emporte pour une dispute qui n'est pas la sienne » (= ne pas se faire mordre inutilement). L'apôtre Paul avait voulu saisir l'occasion pour évangéliser, mais les croyants d'Éphèse l'en ont empêché. Dieu nous donne par-là une instruction à suivre.
21 octobre 2010

On apprend que 10000 espèces nouvelles sont identifiées chaque année. C'est 10000 espèces parfaites en leur genre. Comme d'habitude, les tenants de l'évolution prétendent que tout cela s'est fait tout seul, et simultanément. Que d'absurdité !
Troubles publics, émeutes, contrôle et/ou répression : on pense toujours aux pieds de fer et d'argile de la statue colossale de Daniel 2. Un jour viendra où ces mouvements prendront une ampleur sans pareille avec l'écroulement général de la société dont parle le sixième sceau de l'Apocalypse (fin du ch. 6), puis le chef de l'empire romain émergera pour établir une domination diabolique (Apoc. 13).

25 septembre 2010 Visite du pape en Angleterre. Dans son discours prononcé lors de sa visite à la cathédrale de Westminster, le pape a vanté la dévotion à la "très sainte eucharistie" des catholiques anglais, "la réalité du sacrifice eucharistique... remise en question au seizième siècle et réaffirmée par le concile de Trente". On constate que la doctrine de la présence réelle du corps de Christ dans le pain de la cène est réaffirmée, malgré l'idolâtrie qui s'ensuit, et malgré que cette doctrine détache les coeurs et le culte de Christ dans la gloire (Col. 3:1-2 – 2 Cor. 5:16 – et autres) On constate la réaffirmation du concile de Trente, lequel a jeté l'anathème sur ceux qui tiennent à la justification par la foi et non par les oeuvres. Ce discours est cohérent avec ce que l'église catholique a toujours dit et enseigné, et montre qu'elle n'a pas changé, contrairement à ce que prétendent certains. Cela accentue la tristesse en rapport avec ceux qui recherchent l'unité dans de telles conditions. Cela ne produit pas de protestation dans les dirigeants de l'église anglicane : l'abandon de la foi de la chrétienté occidentale continue, mais n'empêchera pas Dieu de se trouver des témoins ailleurs.

6 et 7 septembre 2010

Un professeur d'université, savant mondialement connu (Hawking) vient de déclarer : «La main de Dieu n'était pas nécessaire pour créer l'univers, qui s'est en fait formé de lui-même, en toute logique des lois de la physique... En raison de la loi de la gravité, l'univers peut se créer de lui-même, à partir de rien. La création spontanée est la raison pour laquelle quelque chose existe, pour laquelle l'univers existe, pour laquelle nous existons... Il n'est pas nécessaire d'invoquer Dieu pour activer l'univers». Les raisonnements favorables à l'évolution sont de niveau plus bas les uns que les autres. La simple loi de la gravité est la réponse à tout (comme si cette loi s'était fait toute seule et comme si tout ne serait pas déréglé si, par exemple, la force d'attraction était doublée)!! la génération spontanée dénoncée par Pasteur est maintenant proclamée comme la raison de l'existence de tout ; toutes les énigmes de l'univers comme l'existence de la vie sont passées sous silence... L'épître aux Romains (1:21) nous dit que ceux qui n'ont pas rendu gloire à Dieu sont devenus vains dans leurs raisonnements... Certes, nous n'avons pas honte de la foi en la simple Parole de Dieu, malgré le mépris des media envers ceux qui croient en la création.

La carte génétique (ou génome ou séquence des gènes) de la pomme a été décryptée. Cela relève d'analyses chimiques très complexes, et est un travail remarquable, permettant de relier les propriétés du produit (la pomme) avec sa structure intime. Cela est de la science bonne et correcte. Mais voilà qu'on nous dit en même temps, comme si cela faisait partie de la même observation, que la pomme «a doublé son génome il y a 50 à 65 millions d'années» et on complète cette histoire en disant que c'est «une réaction de survie face à une catastrophe ayant entraîné une destruction massive d'espèces, et notamment des dinosaures». La prétendue science relative à l'évolution n'hésite pas à construire des fables On dit faire de la science, alors qu'on ne fait que des suppositions, des constructions de l'esprit On parle de réaction de survie, comme si des molécules chimiques avaient de la vie en elle-même et étaient capables de s'adapter intelligemment aux circonstances Et le comble est de prétendre que des catastrophes destructrices sont génératrices de produits améliorés et plus performants La volonté d'imposer l'évolution comme credo universel amène à vouloir faire croire les plus grosses énormités C'est pourquoi la Bible dit bien que les hommes sont inexcusables de ne pas croire en la divinité et la puissance de Dieu (Romains 1:20)

L'Iran veut lapider une ou plusieurs personnes pour adultère. Des pétitions et prises de positions publiques se diffusent pour s'opposer à de telles exécutions pour cause de barbarie. On note que les autorités à l'origine de cette condamnation ne se soucient pas de justice, car elles n'ont pas cherché à condamner les partenaires de ladite femme adultère, ni à contrôler l'état moral de ceux qui lapident. Quant aux pétitions occidentales, elles ne prennent pas en considération le fait que l'adultère soit une faute ou un péché devant Dieu. On voit que de tous cotés la loi de Dieu est ignorée, y compris par ceux qui se targuent de lutter pour la justice. Notre Seigneur s'était retrouvé en face d'une telle menace d'exécution (Jean 8), et on lui avait demandé ce qu'Il en pensait. Il répondit «que celui qui est sans péché jette le premier la pierre contre elle» (cf Deut. 17:7). Par cette déclaration, Il maintenait l'obligation de sainteté parmi le peuple, tout en manifestant le triste état moral de ceux qui proposaient de lapider. Les partisans de la lapidation s'éclipsèrent, honteux que leur état intérieur ait été manifesté par le Seigneur, et la lapidation n'a pas eu lieu. Le Seigneur a bien dit à la femme : «Je ne te condamne pas» parce qu'Il était venu comme Sauveur, mais Il lui a aussi dit «Va, ne pèche plus». Il n'acceptait pas le péché, mais le dévoilait, car Il était la lumière du monde. Acceptons que la lumière divine manifeste ce qu'il y a dans nos coeurs (2 Cor. 5:9-11).

16 juillet 2010

Plusieurs affaires de ces derniers mois à noter et à suivre 1. la cour suprême des États-Unis n'a plus de juge protestant (même si le dernier juge démissionaire était un protestant "libéral"), seulement catholiques et juifs; on sait que la cour suprême a une influence énorme aux USA à cause de son pouvoir interprétatif des lois. 2. Cette cour suprême a pris une décision permettant d'attaquer le Vatican dans les affaires de moeurs du clergé — Les affaires sont trop complexes pour qu'on en déduise des conséquences précises, immédiates et directes. Mais il y a probablement une tendance à accélérer l'abandon des références bibliques et à activer le dépouillement de l'église catholique officielle dans l'esprit d'Apoc.17:16
Avec un peu de retard nous évoquons les manifestations de Juifs orthodoxes contre l'état laïc (spécialement contre la cour suprême juive) en rapport avec des conflits askhenazes-sépharades. Elles sont étonnantes. Ici aussi les affaires sont trop complexes pour qu'on en déduise des conséquences précises, immédiates et directes, et les situations ne sont pas assez mûries ou décantées pour qu'on retrouve les états de coeurs précis dont parle l'Écriture. Toutefois on ne peut s'empêcher de penser aux moments futurs où le gouvernement d'Israël sera mené par l'Antichrist et aura le caractère purement apostat. On retrouve la violence des pharisiens dont parlent les évangiles et le livre des Actes, mais une violence qui s'attache à des points de distinction futiles, liés à la tradition, alors même qu'on continue à rejeter le vrai Messie. L'Antichrist profitera de ce genre de conflits qui n'ont pas lieu d'être pour prôner la suppression de toutes les religions autre que celle de lui-même (Dan. 6:7 et 2 Thes.2:3-4). En même temps un résidu fidèle et pieux ne pourra que souffrir de luttes qui ne sont pas à la gloire de Dieu.

8 juillet 2010 La marée noire du golfe du Mexique coûte toujours plus cher à la BP, déjà plusieurs milliards de dollars, et la dépollution des côtes souillées, du sable souillé et des espèces exterminées, toute une activité humaine bloquée, des dommages irréparables. C'est ce que Romains 8 appelle la création qui soupire (ou: gémit). Quelle image des effets catastrophiques du péché et de la souillure qu'il a amené, souillure morale, éloignement de Dieu, vie étouffée, etc... Et que dire de la valeur du «sang précieux de Christ» (1 Pierre 1:18) qui a payé le prix de la condamnation méritée et a enduré tout le châtiment dû au péché !
16 juin 2010

On crie beaucoup aujourd'hui. Slogans, manifestations, revendications, mais aussi prêches ou prédications «de feu» dans certaines églises. Plus on veut se donner de l'assurance, plus on veut croire à ce qu'on dit, plus on veut que l'auditoire croit à ce qu'on dit, et plus on crie. C'est ce que faisaient autrefois les prophètes de Baal devant Élie pour faire descendre le feu du ciel (1 Rois 18), et ce que fit Israël en 1 Samuel 4 quand ils prirent l'arche avec eux pour imposer à Dieu de leur donner la victoire sur les philistins malgré la défaite que Dieu lui-même avait permise, ou encore la foule de Actes 19 qui cria pendant deux heures de temps «Grande est la Diane des Éphésiens», ayant peur que leur idole soit rabaissée. — Or l'Ecclésiaste (9:17) nous rappelle que «les paroles des sages sont écoutées dans la tranquillité... plus que le cri de celui qui gouverne parmi les sots». D'où vient l'assurance du chrétien ? — de ce que Dieu a dit, de la Parole de Dieu. Que les prédicateurs veuillent bien s'en rappeler ! Même sujet dans un autre article.

22 mai 2010 Crise, crise grecque, solidarité des pays européens, faiblesse de l'euro, sortir de l'euro... voilà qui occupe surabondamment les politiciens et prévoyeurs de l'avenir. Nous rappelons seulement que l'empire romain (= europe) du temps de la fin dont parle la Bible (Daniel 7, Apocalypse 13 et 17) est faite de 10 pays, et non pas de 27. Quand aura lieu le changement et dans quelles circonstances ? Nous ne savons, mais le changement aura lieu.
21 mai 2010

Aujourd'hui, on a publié de partout des articles et même des caricatures sur la «synthèse d'une cellule vivante». On lit partout des propos du genre : «une percée scientifique dont la portée est quasiment inestimable. Une équipe du centre Craig Venter est parvenue à produire une cellule vivante dotée d’un génome synthétique. Une forme de vie non plus créée par Dieu, mais par la main de l’homme». Dans les caricatures, on voit l'homme prenant la place de Dieu.
Ce sujet avait déjà été abordé par Bibliquest en rapport avec le clonage. La Bible annonce en Apocalypse 13 (v. 14-15) que l'homme arrivera à faire une image de la bête [ce terme de "la bête" désignant là le chef de l'empire romain = europe, et le terme "bête" tout seul, désignant un être vivant qui n'a aucune relation avec Dieu] ; cette image parlera même et aura la respiration. Ceux qui lisent soigneusement la Bible ne sont donc pas étonnés des réalisations d'aujourd'hui.
Alors, dira-t-on, l'homme fait aussi bien que le Créateur ? l'homme n'a plus besoin du Créateur ? L'homme est arrivé au niveau de Dieu ?
Eh bien, il reste une différence majeure entre les réalisations de l'homme et l'homme lui-même créé par Dieu ; cette différence est que Dieu a soufflé en l'homme une respiration de vie (Genèse 2:7); "L'image" générée par l'homme en Apoc.13 a une respiration donnée par l'homme, elle n'a pas ce souffle de Dieu = elle n'a pas cette âme qui fait que l'homme peut être en relation avec Dieu et connaître Dieu... sauf si dans sa folie incrédule il met Dieu entièrement de coté; alors il devient comme une bête et c'est justement le symbole utilisé à plusieurs reprises dans l'Écriture (Daniel 4 et 7 - Apoc. 13 et 17) pour désigner des personnages n'ayant plus aucune relation avec Dieu. Moralement l'homme qui met Dieu de côté n'est qu'une bête. Mais sa responsabilité demeure entière de s'être ainsi éloigné de son Créateur, et au jour du jugement il sera bien considéré comme un homme, et pas comme une bête.
Les bêtes périssent et il n'en reste rien car elles n'ont jamais eu d'âme. Il en sera de même des réalisation de «vie» opérées par l'homme. La vie de l'homme aboutit à la mort. Pourquoi ? À cause du péché, que les savants veulent ignorer, comme ils veulent ignorer ce qui vient ensuite, la perspective terrible de la seconde mort = l'enfer des tourments éternels, à jamais loin de Dieu, le Dieu dont on n'a pas voulu malgré le salut gratuit qu'Il offre. Or ce que Dieu offre gratuitement à tout homme, c'est plus que la vie naturelle : c'est la vie éternelle (Jean 3:14-16 et 5:24) et la vie éternelle, c'est plus qu'une vie qui dure toujours ; c'est la vie de bonheur parfait dans la communion avec le Père et le Fils (Jean 17:3). Pour cette vie nouvelle aussi, il y a eu le souffle de Dieu, mais un souffle nouveau avec l'action du Saint Esprit (Jean 20:22).
Qui reçoit ce salut parfait, gratuit et si riche ? Ce n'est pas les sages et les intelligents de la terre, mais les misérables, les publicains et les pécheurs (Matt. 11:25 ; Luc 15:1). L'intelligence que Dieu a donné à l'homme est extraordinaire, mais si elle n'est pas exercée dans la révérence vis-à-vis de Dieu, elle aboutit à l'égarement, voire aux plus grandes aberrations : comment est-il possible de croire que toute cette création que nous voyons, sur terre et dans l'univers, avec toute sa richesse et sa complexité extrême, tout se serait fait tout seul, et en même temps et de manière coordonnée pour tous les êtres vivants ? La plus grande intelligence va de pair avec le plus grand aveuglement.
L'homme a donc réalisé cette cellule apparemment vivante aujourd'hui. Il va aller plus loin. Comme indiqué plus haut, il arrivera à des êtres complexes. Alors ce sera le triomphe de l'homme, de l'homme sans Dieu ? Réponse biblique : cela aura lieu au temps de l'apogée de l'Antichrist qui est justement celui qui veut prendre la place de Dieu (2 Thes. 2). Dieu laisse faire, mais tout aboutit finalement à la ruine. Apocalypse 16 à 19 nous décrit comment.
Alors toute la création faite par Dieu aboutit au néant et à l'échac ? Non, car Dieu a une nouvelle création et une vie éternelle. Il la propose dès maintenant. On y entre par la nouvelle naissance (Jean 3).

6 mai 2010 «Et la hauteur de l'homme sera humiliée, et l'élévation des hommes sera abaissée, et l'Éternel seul sera élevé en ce jour-là» (Ésaïe 2:17). Cette année aura été une année dure pour l'arrogance de l'homme. L'homme aime à penser qu'il a conquis l'espace, et voilà tous ses vols bloqués pendant de nombreux jours à cause d'un seul petit volcan qui a déjà causé des dommages se comptant en milliards de dollars. L'homme aime à penser qu'il a conquis les océans, et voilà qu'un seule plateforme de forage de pétrole brûle, sombre dans la mer et cause la pire pollution jamais enregistrée, sans qu'on sache bien comment on va arrêter les dégâts qui eux aussi se comptent en milliards de dollars. Les tremblements de terre ont déplacé des millions de personnes et tué des centaines de milliers de personnes. Malgré toute cette incertitude de la vie, l'orgueil de l'homme continue de manière effrénée. On ne se tourne pas vers Dieu, on nie même le Créateur, on ne cherche pas à écouter Sa Parole. Nous ne connaissons pas l'avenir, sauf ce que nous en disent les prophéties de la Bible, et ainsi une chose est certaine : Dieu continuera à abaisser l'orgueil et l'élévation de l'homme.
21 avril 2010 Nuage de cendres du volcan d'Islande qui bloque le trafic aérien européen. On rappelle Psaume 144:5 : « Éternel !... touche les montagnes, et elles fumeront »
Ces derniers mois, les disputes à propos de Jérusalem (et notamment des constructions juives dans Jérusalem-est) ont pris un tour aigu. Cet aspect particulier des contestations en rapport avec le retour d'Israël dans sa terre est annoncé en Zacharie 12:2-3. Beaucoup d'hommes espèrent que des négotiations solutionneront le «problème palestinien», mais le problème de Jérusalem est plus insoluble que les autres ; ce passage de Zacharie le dit bien, et montre que ce problème subsistera jusqu'à la fin.
Attaques contre l'église catholique et contre le pape à propos des scandales sexuels prêtres-enfants. On rappelle que l'interdiction du mariage (celui des prêtres ne saurait faire exception) est qualifiée par l'apôtre Paul d'«enseignement de démons» (1 Timothée 4:1-3). Pas étonnant que les fruits en soient catastrophiques. Mais il est également vrai que le monde qui par ailleurs se vautre dans l'immoralité, prend occasion de ces abus pour poursuivre son travail de déchristianisation dont le sommet sera l'avènement de l'antichrist. Toutefois Dieu se sert de tout cela pour éliminer tout ce qui a le caractère de fausse église. Cette  élimination se poursuivra après l'enlèvement des vrais croyants par la destruction de Babylone (elle est l'oeuvre des autorités civiles ; Apoc. 17:16).

 

[page principale | nouveautés | La Bible | la foi | sujets | études AT | études NT | Index auteurs + ouvrages + sujets | centres d'intérêt]