[ Page principale | Nouveautés | La Bible | la Foi - l'Évangile | Plan des sujets | Études AT | Études NT | Index auteurs + ouvrages + sujets | Centres d'intérêt ]

 

Le Royaume — Questions-réponses

 

William Kelly

 

Table des matières :

1     Questions-Réponses sur la présence effective, ou non, du royaume

1.1      Questions

1.2      Réponse

 

 

1                    Questions-Réponses sur la présence effective, ou non, du royaume

Bible Treasury, Volume 4, p. 288. Juin 1863

1.1   Questions

1. Vous dites qu’on ne peut attribuer au royaume des cieux une date qui soit antérieure à l’ascension. — J’étais arrivé à la conclusion qu’il devait débuter avec Jean le baptiseur (mais sans l’inclure) à partir des passages suivants : « La loi et les prophètes [ont été] jusqu’à Jean ; dès lors le royaume de Dieu est annoncé » (Luc 16:16). « Mais, depuis les jours de Jean le baptiseur jusqu’à maintenant, le royaume des cieux est pris par violence, et les violents le ravissent » (Matthieu 11:12). « Mais si moi je chasse les démons par l’Esprit de Dieu [ce qu’Il fit, nous n’en doutons pas], alors le royaume des cieux est parvenu jusqu’à vous » (Matthieu 12:28). « Mais après que Jean eut été livré, Jésus vint en Galilée, prêchant l’évangile du royaume de Dieu, et disant : Le temps est accompli, et le royaume de Dieu s’est approché : repentez-vous et croyez à l’évangile » (Marc 1:14-15).

Matthieu 11:12 et Matthieu 12:28 (cités ci-dessus), s’ils sont traduits correctement, ne sont-ils pas formels sur ce point ? — tandis que je ne trouve aucun passage paraissant indiquer l’ascension comme l’époque où le royaume a été introduit. Il y a aussi Marc 9:1 : « jusqu’à ce qu’ils aient vu le royaume de Dieu venu avec puissance ». Veuillez expliquer s’il vous plait.

 

2. Étant donné que certaines paraboles identiques se réfèrent tantôt au royaume des cieux et tantôt au royaume de Dieu, pourquoi le terme « royaume des cieux » est-il utilisé en Matthieu, et « royaume de Dieu » partout ailleurs ?

 

3. S’agissant des professants non-convertis, est-il plus correct de dire qu’ils sont dans le royaume, ou qu’ils apparaissent en faire partie ? La « pâte » seule est-elle le royaume, et le levain une adjonction étrangère ? ou le mélange des deux est-il le royaume ? Dieu reconnaît-Il une chose mauvaise ou une personne non-convertie comme un élément du royaume de Dieu ? Il est dit que le royaume du ciel « est fait semblable » à ceci ou cela, c’est-à-dire qu’il a l’apparence extérieure de ceci ou cela ; mais reconnaîtrait-Il les « oiseaux des cieux » comme partie du royaume, ou bien s’y abritent-ils seulement ? Ces questions sont suggérées par des textes tels que « À moins qu’un homme soit né d’eau et de l’Esprit, il ne peut pas entrer dans le royaume de Dieu » (Jean 3). Comment, dès lors, des personnes non-converties pourraient-elles entrer dans le royaume ? Et encore, il est parlé de Christ purifiant Son royaume de tout ce qui est une offense, ceci n’inclurait-il pas les personnes non-converties ? Ou Dieu parle-t-il parfois du royaume de Son point de vue, comme si Satan n’avait jamais semé aucune ivraie (comme en Jean 3) — et parfois comme gâté par Satan ?

 

4. Boire le vin nouveau, etc, fait-il référence au millénium ? pourquoi le royaume est-il appelé « le royaume de mon Père » en Matthieu 26:29, et « le royaume de Dieu ? » en Luc 22:18 ?

 

5. En Matthieu 8:12, l’expression « les fils du royaume » ne se réfère-t-elle pas aux Juifs, rejetés ? — et en Matthieu 13:38, la même phrase se réfère-t-elle aux croyants ? Il semble que ce soit la même expression en grec.

 

 

1.2   Réponse

1. Ni Matthieu 11:12 ni Luc 16:16 ne vont plus loin dans ce qu’ils enseignent que la prédication ou la présentation du royaume des cieux à la foi ; ils n’enseignent pas que le royaume des cieux existât alors, ni qu’il fût établi. C’est pourquoi en Matthieu 13, la première parabole [le Semeur] qui fait référence au travail direct du Seigneur Lui-même, n’est pas une similitude de ce royaume, quoiqu’il s’agît clairement d’un travail en vue de ce royaume ; pareillement, Jean le baptiseur prêchait que le royaume s’était approché (ou : était proche) ; c’est pourquoi Jean le baptiseur est mis en contraste avec la loi et les prophètes. Matthieu 12:28, que vous ne citez pas correctement (le texte Biblique dit « royaume de Dieu », et non pas « royaume des cieux ») confirme ceci ; la différence par rapport à la phrase analogue le confirme également. Car le texte parle du royaume de Dieu, et non pas des cieux. Le royaume de Dieu était là, et il y en avait la preuve, en ce que Christ était là dans la grande puissance qui chassait les démons ; le royaume des cieux ne pouvait pas être là avant que Christ montât au ciel. C’est pourquoi, à partir de la deuxième parabole de Matthieu 13, celle de l’ivraie du champ, qui montre le travail de Christ fait par Ses serviteurs après Son ascension, et le travail contraire de l’ennemi, toutes les paraboles sont des similitudes du royaume des cieux. Marc 9:1 est simplement une image ou un échantillon du royaume, comme il a été vu sur la sainte montagne.

 

2. La vraie différence est la suivante : le terme « royaume de Dieu » pourrait être employé partout où apparaît celui de « royaume des cieux », tandis que l’inverse n’est pas toujours vrai. C’est la raison pour laquelle, tandis que Marc et Luc n’emploient jamais d’autre expression que « royaume de Dieu », Matthieu utilise quelquefois l’expression « royaume de Dieu » là où l’expression « royaume des cieux » ne pourrait pas l’être. Pareillement dans les épîtres de Paul, nous avons souvent « royaume de Dieu », alors que « royaume des cieux » ne pourrait pas être dit à la place ; c’est particulièrement le cas lorsque l’expression a un sens moral, comme en Romains 14:17 et 1 Cor. 4:20. L’expression « royaume des cieux » est particulière à Matthieu, et est tirée à la fois de Daniel 2 et de Daniel 7 ; bien comprise, cette expression corrigeait de manière décisive les pensées terrestres des Juifs. Elle a un caractère dispensationnel, ce que « royaume de Dieu » n’a pas nécessairement.

 

3. Jean 3:3 présente « le royaume de Dieu » seulement dans sa pleine réalité — Matthieu 13, Matthieu 18:23 et suiv., Matthieu 20:1 et suiv., Matthieu 25:1 et suiv., nous montrent clairement la profession comme étant dans « le royaume des cieux ». Les scandales et ceux qui commettent l’iniquité (Matt. 13:41) doivent être ôtés du royaume où ils ont été.

 

4. Le vin nouveau bu dans le « royaume du Père » (Matthieu 26:29) montre la joie unie du Seigneur et des Siens dans le futur (bientôt !), dans la partie la plus élevée du royaume, selon ce je comprends (comparez Matthieu 13:43). Le « royaume de Dieu » est le nom générique s’appliquant à chaque partie du royaume.

 

5. Dans Matthieu 8 (v. 11 et 12), la forme nouvelle du royaume des cieux qui devait avoir lieu à la suite du rejet du Messie, n’est pas encore révélée, mais on a seulement ce qu’en dit l’Ancien Testament. Par conséquent l’expression « les fils du royaume » s’applique aux Juifs en tant que tels en Matthieu 8, et aux enfants de Dieu ou chrétiens en Matthieu 13, où la vérité ultérieure est développée.