[ page principale | nouveautés | La Bible | la foi | sujets | études AT | études NT | Index auteurs + ouvrages + sujets | centres d'intérêt ]

 

Que dit l’ÉCRITURE ? (Rom. 4:3)

 

 

Réponse (par W.J.Lowe puis Élie Périer) à des questions posées par les lecteurs du périodique «le Salut de Dieu» entre 1873 et 1917

 

 «Sondez les Écritures, car vous, vous estimez avoir en elles la vie éternelle, et ce sont elles qui rendent témoignage de moi» Jean 5:39

 «Toute écriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, afin que l’homme de Dieu soit accompli et parfaitement accompli pour toute bonne oeuvre» 2 Timothée 3:16, 17

«Et ils reçurent la parole avec toute bonne volonté, examinant chaque jour les Écritures pour voir si les choses étaient ainsi» Actes 17:11

Sommaire

13.          Prov. 8. Qui est la sagesse dans ce chapitre ?

 

13.       À qui le terme «la sagesse» s’applique-t-il, et à qui est attribuée l’oeuvre de la création, dans le chapitre 8 des Proverbes ?

Dans tout ce beau passage, «la sagesse» se rapporte évidemment à Christ, qui est «la Puissance de Dieu et la sagesse de Dieu» (1 Corinthiens 1:24). C’est lui qui est l’auteur immédiat de la création (Jean 1:1-3). Le mot «sagesse» l’implique ; voyez Proverbes 3:19 ; Jérémie 10:12 ; 51:15, Remarquons aussi que le mot traduit «nourrisson», au verset 30 du chapitre 8 des Proverbes, a aussi le sens de «ouvrier» ou «artisan». Les mots à double sens sont fréquents dans les livres poétiques, et donnent une grande force aux passages où ils se trouvent. Voyez par exemple combien les deux sens du mot en question répondent admirablement au «pour lui» et «par lui» de Colossiens 1:16. Christ, «la sagesse» (ou «la Parole» selon Jean 1:1), était auprès de Dieu, dès l’éternité, avant le commencement de la création. (Voyez Prov. 8:22-26). Les cinq versets qui suivent parlent de l’oeuvre du deuxième et du troisième jour de la création, alors que Dieu prépara la terre en vue des hommes qui devaient l’habiter ; et dans ces hommes Christ trouvait d’avance ses délices, lui qui était toujours les délices de l’Éternel. Quel bonheur pour nous de l’apprendre !