[ page principale | nouveautés | La Bible | la foi | sujets | études AT | études NT | Index auteurs + ouvrages + sujets | centres d'intérêt ]

 

Que dit l’ÉCRITURE ? (Rom. 4:3)

 

 

Réponse à 150 questions touchant divers sujets bibliques ou de la vie chrétienne, posées par les lecteurs du périodique «le Salut de Dieu» entre 1873 et 1917 (par W.J.Lowe puis Élie Périer)

 

 

 «Sondez les Écritures, car vous, vous estimez avoir en elles la vie éternelle, et ce sont elles qui rendent témoignage de moi» Jean 5:39

 

«Toute écriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, afin que l’homme de Dieu soit accompli et parfaitement accompli pour toute bonne œuvre» 2 Timothée 3:16, 17

 

«Et ils reçurent la parole avec toute bonne volonté, examinant chaque jour les Écritures pour voir si les choses étaient ainsi» Actes 17:11

 

Sommaire

148.        Les habitants de la terre pendant le Millénium

151.        Y aura-t-il pendant le règne beaucoup de conversions parmi les nations ?

152.        À quelle résurrection appartiendront les Juifs convertis du Millénium ?

148.     Qui habitera sur la terre pendant le millénium ? Que deviendront ceux qui auront part à la première résurrection ? Ceux qui font partie de l’Église seront-ils avec Israël sous le règne du Messie ?

 

Le millénium, ou la période de «mille ans» du règne de Christ (Apocalypse 20:6), sera l’accomplissement, de la part de Dieu, des bénédictions promises à Abraham, Isaac et Jacob, et confirmées à tant de reprises et avec tant de détails à David, «le roi selon le coeur de Dieu», et aux prophètes. Ce sont «les temps de rafraîchissement» dont l’apôtre Pierre parla aux Juifs à Jérusalem (Actes 3:12-26). Israël sera alors, comme peuple, converti à Dieu, «ils le connaîtront tous» (Jérémie 31:34) ; et, par eux, la connaissance du Seigneur sera répandue sur toute la terre ; Satan sera lié et le péché n’aura pas cours dans ce monde comme à présent. «La terre sera pleine de la connaissance de l’Éternel, comme les eaux couvrent le fond de la mer» (Ésaïe 11:9). Le fondement de toutes ces bénédictions, d’ailleurs comprises dans «la nouvelle alliance», est le sang de Christ (Matthieu 26:28). Lorsque le peuple terrestre, les descendants d’Abraham selon la chair, se seront reconnus coupables et auront confessé leurs péchés, ayant regardé à celui qu’ils ont percé, ils entreront dans la jouissance du règne de Christ.

Ce règne doit être précédé, quoi qu’il en soit, par des jugements terribles, qui frapperont la terre incrédule, et, d’une manière spéciale, la chrétienté professante sans Dieu. Il est évident que nous avançons à grands pas vers cette crise finale.

Quant à ceux qui ont part à la première résurrection, il est dit, dans le chapitre 20 de l’Apocalypse, qu’ils régneront avec Christ. Le Seigneur lui-même dit aussi (Luc 20:35, 36) qu’ils seront semblables aux anges et qu’ils n’auront plus la même vie que nous connaissons sur la terre : tout sera changé.

Rien ne permet de supposer non plus que le Seigneur Jésus sera personnellement sur la terre, assis effectivement sur le trône de David pendant toute la durée de son règne. Au contraire, il est parlé avec détail, à la fin de la prophétie d’Ézéchiel, du prince qui régnera à Jérusalem, qui pourra donner des possessions spéciales à ses fils, aura des sacrifices à offrir, etc. D’autre part, tout sera soumis à l’autorité du Messie, et, de ce fait, ce sera lui qui régnera, quelle que soit la personne qui le représente. Christ viendra sur la terre au commencement ; ses pieds se tiendront sur la montagne des Oliviers (Zacharie 14), et il consumera l’Antichrist par l’apparition de sa venue. Il y aura alors des communications constantes entre le ciel et la terre. On en voit une indication dans l’échelle de Jacob (Genèse 28). Ceux qui ont part à la première résurrection auront des corps glorifiés. Israël sera le peuple choisi sur lequel le Messie régnera, et toutes les nations (c’est-à-dire tous ceux qui auront échappé aux jugements apocalyptiques), seront bénies par leur intermédiaire.

Quant à l’Église proprement dite, sa part est toute céleste ; elle est l’épouse de l’Agneau, formée dès maintenant par le Saint Esprit, en rapport avec la position actuelle du Seigneur Jésus Christ, homme dans la gloire. L’apôtre Jean l’a vue en vision, «descendant du ciel d’auprès de Dieu, ayant la gloire de Dieu», mais il n’est pas dit qu’elle vient jusqu’à la terre. Elle gardera toujours son caractère céleste, étant associée de la manière la plus intime au Seigneur lui-même et manifestée ainsi au jour de sa gloire (comparez Matthieu 13:43).

L’Église ne fait pas partie de la prophétie proprement dite, c’est-à-dire de la révélation de Dieu qui se rapporte à la terre ; elle est ce mystère caché dès les siècles, comme dit l’apôtre Paul, à qui Dieu a accordé la grâce d’en donner connaissance aux saints après que le Seigneur Jésus ait été exalté comme homme à la droite de Dieu. L’épître aux Éphésiens nous en présente divers aspects, mais toujours en rapport avec la rédemption accomplie par le Seigneur sur la terre, et avec sa place actuelle dans la gloire. C’est ce qui explique, d’un côté, le caractère céleste de l’Église ; et, d’un autre côté, pourquoi l’Église, en fidèle épouse, doit attendre du ciel son Seigneur pour qu’il la rende participante de sa gloire, sans qu’il soit question d’un accomplissement préalable des prophéties de l’Ancien Testament ou même de celles de l’Apocalypse.

Le chapitre 12 de l’Apocalypse, sous la figure de «l’enfant mâle» élevé dans le ciel, présente d’un seul coup, et comme un seul événement, l’ascension du Seigneur Jésus et l’enlèvement de l’Église «qui est son corps, la plénitude de celui qui remplit tout en tous» (Éphésiens 1:23). On y voit en figure et réunies comme dans un tableau, la naissance du Sauveur (Matthieu 2), son ascension dans le ciel (Actes 1), sa venue pour son assemblée (1 Thessaloniciens 4), et l’élévation de celle-ci pour régner avec lui (comparez Apocalypse 2:27, et 12:5, avec Psaume 2:7-9) ; car dans ce sens l’Église fait partie du Christ, «une seule chair» ; c’est le grand «mystère» dont parle l’apôtre dans le chap. 5 de l’épître aux Éphésiens. L’Apocalypse ne répète pas ces détails qui sont d’un prix inestimable pour nos âmes, mais elle présente les faits qui en sont la conséquence nécessaire, et le tout au point de vue de l’accomplissement des prophéties qui concernent spécialement le peuple juif. L’enlèvement de l’Église sera un moment de crise pour la terre, le dernier acte des voies divines de grâce qui caractérisent ce jour du salut ; il ôtera tout obstacle à la manifestation de l’Antichrist, l’homme de péché, et il permettra que les jugements prédits tombent sur la chrétienté corrompue et sur la nation juive incrédule. Dieu reprendra cependant ses relations avec Israël sur la base de la nouvelle alliance, et agira en puissance pour la manifestation de ceux qui, se fortifiant dans la foi des pères, espèrent parvenir aux choses glorieuses qui leur ont été promises (Actes 26:6, 7). ceux-ci, ou du moins tous ceux d’entre eux qui échapperont aux persécutions qui séviront sous le règne de l’Antichrist, formeront le noyau de la nation destinée aux bénédictions milléniales ; autour d’eux se grouperont, sous le sceptre du Messie, les dix tribus d’Israël retrouvées par les soins fidèles de Dieu. Et, par eux sans doute, la connaissance de l’Éternel sera répandue sur la terre, délivrée dorénavant des horreurs de la guerre.

Plusieurs passages semblent démontrer que, pendant le règne du Seigneur, le peuple de l’Éternel ne connaîtra pas la mort, à la condition toutefois de lui être fidèle ; car il est écrit que le méchant sera détruit du pays chaque matin (Psaume 101:8) ; c’est-à-dire que le mal sera puni aussitôt qu’il se manifestera. Nous devons nous rappeler que le règne du Messie sera l’exercice continuel du jugement et de la justice selon Dieu, mais il n’y aura pas alors l’entraînement au mal qui existe à présent, car Satan sera lié (Apocalypse 20). Au commencement du millénium, tout le peuple d’Israël connaîtra le Seigneur (Jérémie 31:34) après avoir passé par de profonds exercices de coeur (Zacharie 12:10-14 ; 13:1, 2) ; reste à savoir ce qu’il en sera de ceux qui seront nés au milieu de toutes les bénédictions et de la gloire du royaume et qui auront de la peine à se rendre compte de la corruption du coeur de l’homme qui ne tarde pas à se manifester du moment que l’occasion favorable se présente. Quoi qu’il en soit, il est très évident que Satan trouvera à la fin beaucoup de coeurs insoumis à Dieu, et il réussira à rassembler les nations qui sont aux quatre coins de la terre pour un dernier combat contre Dieu et contre les saints (Apoc. 20:7-10). Telle sera l’épreuve finale du coeur humain, dont l’état irrémédiable a été déjà démontré sous la loi et pendant la prédication actuelle de l’évangile de la grâce. Dieu seul, par son intervention directe, peut le briser et opérer la nouvelle naissance.

151.     Dans la multitude des nations qui vivront pendant le règne du Seigneur Jésus, y en aura-t-il un grand nombre qui se convertiront et seront sauvés ?

 

Pendant le règne du Seigneur, Satan sera lié, et il n’exercera pas la même séduction qu’à présent : le mal sera bridé par l’intervention directe de Dieu bien que le coeur de l’homme ne puisse être changé. Cela est abondamment prouvé par l’influence que Satan exercera à nouveau sur les nations lorsqu’il sera délié de sa prison pour un peu de temps, «quand les mille ans seront accomplis» (Apocalypse 20:7 -10). Toutefois, il est écrit que «quiconque invoquera le nom de l’Éternel sera sauvé», et «c’est en lui que les nations espéreront», car la terre sera pleine de la connaissance de l’Éternel, comme les eaux couvrent le fond de la mer» (Ésaïe 11:9, 10 ; Joël 2:32 ; Actes 15:17 ; Romains 15:8-12). Les nations marcheront à la lumière de la cité céleste c’est-à-dire l’Église), dont nous trouvons la description merveilleuse dans le chapitre 21 de l’Apocalypse.

152.     À quelle résurrection appartiendront les Juifs croyants du millénium ? Ou bien ne mourront-ils pas ?

 

D’après le chapitre 20 de l’Apocalypse, verset 4 -6, il semble que «la première résurrection» sera complète au commencement du règne millénial de Christ. Ceux qui seront ressuscités alors régneront avec le Christ ; ils sont appelés bienheureux. Par contre, ceux qui échapperont aux dernières persécutions sous l’Antichrist et le chef de l’empire romain de ce temps-là, entreront dans la pleine jouissance des bénédictions terrestres ; le Seigneur régnera sur eux. Rien ne nous montre que les Israélites croyants mourront pendant le millénium. Ceux qui demeureront dans la justice vivront ; le méchant seul sera retranché (Psaume 101:8).

L’état éternel surviendra à la fin quand «l’habitation de Dieu sera avec les hommes», tous alors revêtus de leurs corps glorieux. Toutes choses auront été assujetties au Fils de Dieu, et il remettra le royaume à Dieu le Père, et Dieu sera tout en tous (1 Corinthiens 15:24-28 ; Apocalypse 21:3). Cet état de choses est présenté dans la deuxième épître de Pierre (chap. 3:13) : «de nouveaux cieux et une nouvelle terre dans lesquels la justice habite». Alors sera accomplie la parole : «Je fais toutes choses nouvelles». Mais avant cela, le jugement «des morts» aura clos l’histoire de l’homme mis à l’épreuve sous les diverses dispensations de Dieu. Ce jugement solennel est décrit dans le chapitre 20 de l’Apocalypse, versets 11 à 15. Tous ceux qui comparaîtront devant le grand trône blanc sont appelés des morts. Ils sont jugés d’après leurs oeuvres. La preuve en est faite par l’absence de leurs noms dans «le livre de vie» ; et quiconque ne s’y trouve pas écrit est jeté dans l’étang de feu.

Dieu nous a donné d’avance la connaissance de ces choses afin que nous comprenions la solennité de notre position vis-à-vis de lui, et la mesure de notre responsabilité. Qu’il nous donne des oreilles pour l’écouter et un coeur pour en profiter !