[ page principale | nouveautés | La Bible | la foi | sujets | études AT | études NT | Index auteurs + ouvrages + sujets | centres d'intérêt ]

 

Que dit l’ÉCRITURE ? (Rom. 4:3)

 

 

Réponse à 150 questions touchant divers sujets bibliques ou de la vie chrétienne, posées par les lecteurs du périodique «le Salut de Dieu» entre 1873 et 1917 (par W.J.Lowe puis Élie Périer)

 

 

 «Sondez les Écritures, car vous, vous estimez avoir en elles la vie éternelle, et ce sont elles qui rendent témoignage de moi» Jean 5:39

 

«Toute écriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, afin que l’homme de Dieu soit accompli et parfaitement accompli pour toute bonne œuvre» 2 Timothée 3:16, 17

 

«Et ils reçurent la parole avec toute bonne volonté, examinant chaque jour les Écritures pour voir si les choses étaient ainsi» Actes 17:11

 

 

136.     Y a-t-il pardon pour un professant qui reprend la vie du monde ?

 

Le cas de quelqu’un qui, selon toute apparence, a été réellement converti, mais qui abandonne ensuite le christianisme est heureusement rare. Lorsque cela arrive, il est bien à craindre que la profession extérieure n’ait été qu’une impression plus ou moins passagère, et non le résultat du travail de l’Esprit de Dieu dans l’âme.

Judas Iscariote en est l’exemple le plus sérieux et le plus triste qui puisse se présenter. Extérieurement tout parlait en sa faveur ; aucun des disciples, jusqu’au dernier moment, n’avait rien soupçonné de son état réel. Car n’oublions pas que lors du dernier souper, quand Jésus disait : «L’un d’entre vous me livrera», chacun prenait la parole comme une occasion de scruter son propre coeur ; et c’est ce que le Seigneur voulait. Mais personne ne pensait spécialement à Judas.

Il est même à supposer que, pendant les trois années du ministère du Seigneur, il jouissait du pouvoir de faire des miracles de guérison, etc., comme les autres disciples, ses compagnons. Toutefois, il y avait chez lui une racine d’amertume (Hébreux 12:15). Et l’occasion étant donnée, l’amour de l’argent eut son effet, en sorte que, laissé à lui-même, il tomba sans remède sous la puissance de Satan. Celui-ci s’empara de lui, et Judas vendit son Maître pour trente pièces d’argent.

Dieu avait prévu et permis tout cela, afin de nous mettre en garde contre nos propres coeurs, toujours trompeurs, et nous faire chercher le secours et la sainte garde du Seigneur en toutes choses ; lui seul peut nous maintenir dans la sainteté, comme c’est lui seul qui a pu se donner lui-même pour nous. «Que celui qui croit être debout prenne garde qu’il ne tombe» (1 Corinthiens 10:12).