[ page principale | nouveautés | La Bible | la foi | sujets | études AT | études NT | Index auteurs + ouvrages + sujets | centres d'intérêt ]

 

Que dit l’ÉCRITURE ? (Rom. 4:3)

 

 

Réponse à 150 questions touchant divers sujets bibliques ou de la vie chrétienne, posées par les lecteurs du périodique «le Salut de Dieu» entre 1873 et 1917 (par W.J.Lowe puis Élie Périer)

 

 

 «Sondez les Écritures, car vous, vous estimez avoir en elles la vie éternelle, et ce sont elles qui rendent témoignage de moi» Jean 5:39

 

«Toute écriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, afin que l’homme de Dieu soit accompli et parfaitement accompli pour toute bonne œuvre» 2 Timothée 3:16, 17

 

«Et ils reçurent la parole avec toute bonne volonté, examinant chaque jour les Écritures pour voir si les choses étaient ainsi» Actes 17:11

 

 

127.     Quel est le sens du mot «chair» dans le Nouveau Testament ?

 

Dans le Nouveau Testament, le mot «chair» a deux significations différentes.

1° Au sens physique, il veut dire le corps, la partie matérielle de l’homme ou des animaux. Voici quelques passages où ce mot a cette acception : Philippiens 1:24, 22. «Il est plus nécessaire à cause de vous que je demeure dans la chair... Si je dois vivre dans la chair, il en vaut bien la peine». ; 1 Corinthiens 15:39 : «Toute chair n’est pas la même chair ; mais autre est celle des hommes, autre la chair des bêtes». Il faut rattacher à cette signification les passages où il est question de la condition d’humanité, de l’homme dans son corps sur la terre. Par exemple : Romains 9:3 : «Mes parents selon la chair» ; et encore Rom. 1:3 : Jésus Christ «né de la semence de David, selon la chair», et il est parlé des jours de la chair de Christ (Hébreux 5:7).

2° Au sens moral, la «chair» désigne la volonté et les pensées corrompues de l’homme naturel, de l’homme tel qu’il est devenu par le péché d’Adam. C’est donc le principe du mal qui existe dans tous les hommes descendus d’Adam pécheur, et qui est la source de tout péché, — principe qui, évidemment, n’existait pas dans l’humanité parfaite de notre Seigneur Jésus Christ.

C’est dans ce sens qu’il faut prendre le mot «chair» dans les passages suivants : Romains 7:18 : «Je sais qu’en moi, c’est-à-dire en ma chair, il n’habite point de bien». ; Galates 5:19 : «Les oeuvres de la chair sont manifestes» ; Galates 6:8 : «Celui qui sème pour sa propre chair moissonnera de la chair la corruption».

Voyez aussi Romains 8:6-8.

C’est encore ainsi qu’il faut l’entendre dans le passage (Romains 8:9) où il est question de ceux qui sont nés de nouveau : «Vous n’êtes pas dans la chair, mais dans l’Esprit, si du moins l’Esprit de Dieu habite en vous ;» c’est-à-dire, vous n’êtes plus dans cette condition où le mobile qui vous faisait agir était les désirs de votre méchant coeur naturel. Le croyant a un autre mobile, savoir le Saint Esprit de Dieu. Pour lui, la loi de l’Esprit de vie dans le Christ Jésus, l’a affranchi de la loi du péché et de la mort (Rom. 8:2) ; aussi est-il écrit : «Ainsi donc, frères, nous sommes débiteurs, non pas à la chair, pour vivre selon la chair ; car si vous vivez selon la chair, vous mourrez ; mais si par l’Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez» (Rom. 8:12, 13).