[ page principale | nouveautés | La Bible | la foi | sujets | études AT | études NT | Index auteurs + ouvrages + sujets | centres d'intérêt ]

 

Que dit l’ÉCRITURE ? (Rom. 4:3)

 

 

Réponse à 150 questions touchant divers sujets bibliques ou de la vie chrétienne, posées par les lecteurs du périodique «le Salut de Dieu» entre 1873 et 1917 (par W.J.Lowe puis Élie Périer)

 

 

 «Sondez les Écritures, car vous, vous estimez avoir en elles la vie éternelle, et ce sont elles qui rendent témoignage de moi» Jean 5:39

 

«Toute écriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, afin que l’homme de Dieu soit accompli et parfaitement accompli pour toute bonne œuvre» 2 Timothée 3:16, 17

 

«Et ils reçurent la parole avec toute bonne volonté, examinant chaque jour les Écritures pour voir si les choses étaient ainsi» Actes 17:11

 

Sommaire

126.        Signification morale du miel dans l’Écriture

 

126.     Quelle est la signification morale du «miel» dans les saintes Écritures ?

Le miel est une nourriture utile et saine, qui doit cependant être prise avec modération. Sa douceur suggère naturellement la satisfaction que l’on éprouve à l’égard de choses bonnes, mais qui devient un piège pour l’âme au moment où elle commence à alimenter l’orgueil et l’égoïsme (Proverbes 25:16 ; 24:13, 14). Le miel était défendu dans les sacrifices offerts à Dieu (Lévitique 2:11) : Dieu n’accepte pas ce qui provient du coeur de l’homme, toujours rusé et orgueilleux.

La parole de Dieu est souvent comparée au miel (Psaumes 19:10 ; 119:103 ; Ézéchiel 3:3 ; etc.) ; mais il faut faire attention de la laisser agir sur la conscience, afin qu’elle ne devienne pas un moyen de nous flatter, en pensant qu’éclairés par elle nous connaissons ce que d’autres ne savent pas.

Aussi longtemps que nous trouvons notre joie dans sa parole parce qu’elle est de Dieu, et à cause de la douceur que l’âme y trouve, la conscience étant exercée devant Dieu, l’on est gardé de l’égoïsme, et l’on peut sympathiser avec le prophète qui en «mangeait». En même temps il dut en éprouver la conséquence dans un monde pécheur qui ne veut pas de Dieu ni de sa parole (Jérémie 15:15, 16 ; 20:9). Comparez Ésaïe 7:15, et le cas de Jonathan (1 Samuel 14:29). Samson trouva du miel dans le cadavre du lion, et son énigme montre comment Dieu fait tourner toute la force de l’ennemi en un moyen de rafraîchir l’âme de celui qui se confie en Lui. L’excellence de la parole de Dieu pour le croyant est comme une nourriture solide adoucie par le miel (Psaume 81:13, 16, Exode 16:31).