[ Page principale | Nouveautés | La Bible | la Foi - l'Évangile | Plan des sujets | Études AT | Études NT | Index auteurs + ouvrages + sujets | Centres d'intérêt ]

 

Fils de Dieu, Fils de l'homme

Jean 1 v. 50 et 52 et Hébreux 2:5-9

Tiré de notes prises à une méditation de Arend Remmers, 9 avril 2013. Lecture de Jean 1:44-52.

 

Jean 1:31 : « Je ne le connaissais pas ». C’est en tant qu’Agneau de Dieu qu’il ne le connaissait pas.

Jean 1:46 : celui dont Moïse a écrit c’est Deut. 18:17.

Jean 1:52 : quelque chose de plus grand que le Fils de Dieu et le roi d’Israël : la chose la plus grande, c’est le Fils de l’homme glorifié dans le ciel.

Jean 1:50. L’expression le Fils de Dieu ne signifie pas toujours la même chose. Le Fils de Dieu en Jean 1:50, ce n’est pas le Fils éternel de Dieu, comme au début du chapitre, mais c’est le Fils de Dieu comme au Psaume 2:6, 7. Psaume 2:7 ne parle pas de l’éternité du Fils (eternal sonship en anglais), le Fils éternel n’a jamais été engendré ; au Psaume 2 :7 nous voyons une nouvelle position du Fils Éternel dans l’incarnation, une position qui était toute nouvelle et qui n’avajt jamais existé auparavant, « la sainte chose » conçue du Saint Esprit selon Luc 1. 35 : « aujourd'hui, je t’ai engendré ». Jésus est Fils de l’homme en tant que Fils de Marie, et Il est Fils de Dieu car conçu du Saint Esprit. On a la même chose en Jean 11:27 dans la bouche de Marthe. Fils de Dieu, normalement, c’est seulement l’être humain ; ce n’est pas identique à Celui qui était dans la condition de Fils éternel (eternal sonship en anglais), en forme de Dieu (selon Phil. 2:6) et qui a pris la forme d’un homme, « fait à la ressemblance des hommes » (selon Phil. 2:7). Fils de Dieu et roi d’Israël sont donc des choses très proches, à la fois dans le Ps. 2:6, 7 et dans la bouche de Nathanaël en Jean 1:50. Le Ps. 2:7 est le commencement de la vie du Seigneur sur la terre (aujourd'hui je t’ai engendré », et il est en liaison avec Ps. 2:6 qui parle du roi d'Israël («j'ai oint mon roi sur Sion»).

Comment est-il possible de dire « tu verras de plus grandes choses » en Jean 1:51? En Jean 1:52, nous ne sommes plus dans le Ps. 2 qui était seulement pour Israël. Jean 1:52 parle du Ps. 8 et non pas du Ps. 2. Il faut croître dans la connaissance du Seigneur Jésus dit Pierre (2 Pierre 3:18 : « croissez dans la grâce et dans la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ »). Il faut connaître les différentes gloires du Seigneur. Comment Jean 1:52 peut-il parler du Seigneur avec «de plus grandes choses» que celles de Jean 1:50 ? Pour cela il faut voir le Ps. 8:3-9 qui va beaucoup plus loin que le Ps. 2. En disant : « Qu’est-ce que l’homme », David ne parlait pas de l’homme en général, car il est écrit : « tu as assujetti toutes choses sous ses pieds » (Ps. 8:6), ce qui cité trois fois dans le NT : Éph. 1:22, 1 Cor. 15:27, Héb. 2:6-8.

Fils de Dieu a donc deux sens différents : 1) L’éternité de sa condition de Fils (eternal sonship ; début de Jean 1), et 2) Sa condition de Fils comme homme et roi d’Israël (Ps. 2).

Pareillement, le Fils de l’homme a deux sens différents et dans deux positions différentes :

« Qu’est-ce que l’homme, que tu te souviennes de lui, et le Fils de l'homme que tu le visites » (Ps. 8:4 et Héb. 2:6) : c’est l’humanité du Seigneur venu sur la terre (Luc 1:35 et Ps. 2:7). Héb. 1:5 (« Tu es mon Fils, moi je t’ai aujourd’hui engendré ») fait allusion à Ps. 2:7, tandis que Héb. 2:5, 8 fait allusion au Ps. 8:4-6 (« tu as assujetti toutes choses sous ses pieds »). L’écrivain de l’épître aux Hébreux en Héb. 2:8b explique le verset, et dit qu’il n’est pas encore accompli. Éph. 1:22 c’est le conseil de Dieu. Héb. 2:8 présente le fait présent. Puis Héb. 2:9 explique davantage : le Fils de l’homme est moindre que les anges (Héb. 2:9) quand Il est entré dans la passion de la mort, ce qui est différent de sa situation pendant sa vie où alors les anges le servaient. Le Seigneur s’appelle toujours ou presque toujours le Fils de l’homme (« … à cause de la passion de la mort »). Mais maintenant Il est couronné de gloire et d’honneur (Héb. 2:7,9 ; Ps. 8:5) : c’est la place prise par le Seigneur après Sa mort et Sa résurrection. Il est glorifié comme Fils de l’homme, pas comme Dieu. Comme Dieu Il n’a jamais quitté le sein du Père (Jean 1:18), et « Moi et le Père, nous sommes un » (Jean 10:30). « Assieds-toi à ma droite » (« jusqu’à ce que j’ai mis tes ennemis comme marche-pied de tes pieds », Ps. 110:1 et Héb. 1:13. Et « tu as mis toutes choses sous ses pieds, Ps. 8:8 et Héb. 2:8), c’est le Seigneur comme Fils de l’homme glorifié à qui il est dit cela, et cela ne lui est pas dit comme Dieu.

Alors en Jean 1:52 on comprend que quand la terre disparaîtra, il n’y aura plus d’Israël ni de roi d’Israël comme en Jean 1:50 et Ps. 2:6. Comme Fils de l’homme glorifié, il sera éternellement l’objet du service des anges (Jean 1:52), c’est beaucoup plus grand que Jean 1:50. Donc le Fils de l’homme (Jean 1:52) ne signifie pas toujours la même chose, comme aussi le Fils de Dieu ne signifie pas toujours la même chose.

Comme sur la montagne de la transfiguration, que nous puissions ne voir que Jésus seul (Marc 9:8), et une fois revenus dans la plaine, que nous puissions prier et jeûner (Marc 9:9, 29).