[ Page principale | Nouveautés | La Bible | la Foi - l'Évangile | Plan des sujets | Études AT | Études NT | Index auteurs + ouvrages + sujets | Centres d'intérêt ]

 

Jardins et Jardiniers - Marcher sur ses lieux élevés -
L'Agneau de Dieu

 

Communion et sujets d’adoration

 

Haller R.

 

Table des matières :

1     Jardins et jardiniers, ou comment Dieu a pu trouver du plaisir dans l’homme (Jean 18:1, 2 ; 19:41 ; 20:11-16)

2     En face du déchaînement du mal, le croyant « marche sur ses lieux élevés » — Habakuk et Jean 20:19, 20

3     L’Agneau de Dieu

 

 

 

1                    Jardins et jardiniers, ou comment Dieu a pu trouver du plaisir dans l’homme (Jean 18:1, 2 ; 19:41 ; 20:11-16)

8 juin 2009

Dès le chapitre 2 de la Genèse, nous trouvons un jardin sur la terre, un jardin planté par Dieu : Éden (charme, plaisir) où Il plaça l’homme, pour le cultiver et le garder. C’est là qu’Il venait se promener au frais du jour (Gen. 3:8), et y parler avec l’homme. Le jardin représente donc quelque chose que l’on plante et aménage pour son plaisir (agréable à voir et bon à manger : 2:9 et fraîcheur : 3:8). L’homme devait le cultiver et le garder pour le plaisir de Dieu et pour y jouir de relations intimes avec Dieu.

Salomon s’était fait des jardins et des parcs et y planta des arbres à fruit de toute espèce (Eccl. 2:5), et dans Jérusalem, près de l’étang de Siloé, il y avait le jardin du roi, où l’on descendait par des degrés (marches) de la ville de David (Néh. 3:15).

Dans le Cantique des Cantiques Salomon vient dans son jardin (CdC. 4:16 ; 5:1) pour y manger des fruits exquis, y cueillir sa myrrhe et ses aromates. C’est le jardin que Sa bien-aimée a planté et cultivé pour Lui et où Il se plaît à la retrouver. C’est un lieu de communion avec Lui, où la myrrhe rappelle aussi les souffrances (la mort — Jean 19:39) de Christ pour acquérir Son épouse.

Après la célébration de la Pâque avec ses disciples, le lavage des pieds, ses dernières paroles à ses disciples, sa prière au Père pour les siens qu’Il allait laisser dans ce monde, le Seigneur traverse avec ses disciples le Cédron, où il y avait un jardin (Jean 13 à 18:1). C’est Gethsémané. Il s’éloigne d’eux - eux s’endorment - et Il prie : « Père, si tu voulais faire passer cette coupe loin de moi ! Toutefois, que ce ne soit pas ma volonté mais la tienne qui soit faite. Il est dans l’angoisse du combat, un ange du ciel apparaît et le fortifie (Luc 22:42-44). Il offre avec grands cris et avec larmes des supplications à Celui qui pouvait le sauver « hors » de la mort (Héb. 5:7). Mais là, en présence de Satan qui Lui présente, pour Le faire reculer, les affres, pour Lui le Saint, d’être fait péché (2 Cor. 5:21), le Seigneur Jésus accepte la volonté du Père : quel dévouement envers Dieu, que nous ne pourrons jamais comprendre ; mais quel plaisir le Père ne trouve-t-il pas dans ce jardin dans Son Fils qui, pour l’accomplissement des conseils divins, se soumet à la volonté divine !

Au chapitre 19, près du sépulcre il y a un jardin, et dans ce jardin un sépulcre neuf. Personne n’y avait jamais été mis. Le Seigneur, après les trois heures sombres, ayant épuisé la colère de Dieu sur le péché, a donné Lui-même sa vie. Joseph et Nicodème le placent dans le sépulcre, mais celui-ci ne sera jamais souillé, car Dieu n’a pas permis que Son Saint voit la corruption. Satan est vaincu. Dieu est glorifié à l’égard du péché, et plus rien ne peut être un obstacle à la réalisation des conseils de Dieu. Dieu trouve Son plaisir dans ce jardin, où Sa gloire va ressusciter Son Fils, que rien ni personne ne peut maintenir dans la mort.

Mais au chapitre 20, ce jardin deviendra pour le Seigneur ressuscité le lieu où Il viendra goûter les fruits exquis que Lui apporte Marie de Magdala. Elle sera la première à qui Il apparaîtra. Son amour, son attachement à Sa Personne bénie l’avaient attirée et maintenue dans ce lieu où la mort semblait avoir régné ; elle Le prenait pour le jardinier — et Il l’était effectivement : ces pleurs, ces larmes, cette tristesse, quel prix avaient-ils pour Son cœur ! combien elle avait été attachée à ce jardin ! Il était devenu le sien, et maintenant que le vent froid du nord (CdC. 4:16) avait fini de souffler sur lui, ses aromates s’exhalaient pour le plaisir de Son Bien-Aimé, venu l’y rejoindre.

 

 

2                    En face du déchaînement du mal, le croyant « marche sur ses lieux élevés » — Habakuk et Jean 20:19, 20

8 mars 2009

Les circonstances rencontrées actuellement dans le monde et particulièrement dans la chrétienté et les pays où depuis longtemps le Dieu de l’évangile a été connu, sont semblables à celles décrites par Habakuk dans sa prophétie : VIOLENCE, OPPRESSION, INIQUITÉ, CONTESTATION, DISCORDE, JUGEMENT PERVERTI (Hab. 1:2-4).

Le jugement sur cet état de choses est annoncé : Dieu a les yeux trop purs pour voir le mal (1:13). « Jusques à quand ? » dit le prophète qui veille et qui attend la réponse de l’Éternel. « Nous ne mourrons pas ! » dit-il (1:12), représentant le Résidu qui place sa confiance en Dieu, et « le juste vivra par sa foi » (2:4). Cinq « malheurs » sont prononcés sur les hommes qui rejettent Dieu. Le prophète, comme Asaph au Psaume 73, sait que l’Éternel est dans le palais de sa sainteté et a la haute main sur tout : Il contrôle les événements sur la terre. Dans sa prière, le prophète se souvient et rappelle les actes de puissance et les délivrances magnifiques accomplies par Dieu dans le passé, pour le salut de Son peuple et de Son Oint (Habakuk 3). Et ce Dieu n’a pas changé ! Dès lors, malgré l’imminence du terrible jugement qui va atteindre le peuple rebelle, et malgré la détresse qui atteindra le résidu fidèle — une situation que nous, les rachetés du temps de la grâce, n’éprouverons jamais (1 Thess. 1:10) — le prophète se retire sur « ses lieux élevés », dans le sanctuaire de Dieu et y trouvera toutes les sources de la joie en l’Éternel, le Dieu de son salut. Et là, avec ses instruments à cordes, en harmonie avec le chef de musique, il jouit de la communion avec Dieu, dans une pleine liberté (les pieds pareils à ceux des biches), en attendant la délivrance future.

Cela correspond à la situation actuelle dans la chrétienté. Nous savons que le jugement commence par la maison de Dieu (1 Pierre 4:16). Mais le Seigneur aime à rassembler les Siens, rachetés par Son sang, dans la « chambre haute », où les portes sont fermées, à l’écart du monde (Jean 20). Quels efforts Il déploie en ce premier des premiers jours de la semaine pour rassembler les siens, les préparer pour ce rendez-vous, — Il sèche les larmes de ceux qui pleurent, ramène ceux qui, déçus dans leurs espoirs, s’éloignent du lieu de la bénédiction, restaure Son disciple qui avait présumé de ses propres forces pour suivre le Seigneur, et l’a renié en fin de compte ! C’est ce que le Seigneur fait aujourd’hui. Dans un monde hostile, il y a un lieu, entrouvert vers le ciel, où Il vient au milieu des Siens pour leur rappeler Son amour, Ses souffrances, leur parler du Père et entonner, au milieu d’eux, la louange qui se perpétuera bientôt dans le ciel.

 

 

3                    L’Agneau de Dieu

5 octobre 2008

La première mention de l’agneau de Dieu dans la Parole est en Genèse 22:7, 8 : Isaac dit à son père : « Voici le feu et le bois ; mais où est l’agneau pour l’holocauste ? Et Abraham dit : Mon fils, Dieu se pourvoira de l’agneau pour l’holocauste ». La première pensée de l’Écriture en rapport avec l’agneau est celle de l’holocauste — un sacrifice présenté pour être agréé devant Dieu, pour faire propitiation pour celui qui s’approche, et c’est un sacrifice par feu, une odeur agréable à l’Éternel (Lév. 1). C’est Dieu qui le pourvoit, et celui qui l’offre en sacrifice est identifié avec l’excellence du sacrifice : Préconnu dès avant la fondation du monde (1 Pierre 1:19, 20) et manifesté à la fin des temps par Dieu pour la réception du pécheur.

Plus loin en Exode 12 nous avons l’agneau pascal et son sang versé qui, mis sur les poteaux et le linteau de la porte de l’Israélite, mettra le premier-né à l’abri du jugement de l’Ange destructeur. C’est le sang précieux de Christ qui délivre le croyant du jugement qui vient, mais sa chair est également la nourriture de ceux qui, délivrés de l’Égypte, entrent dans le désert sous la conduite de Moïse.

Et quand le peuple aura construit le tabernacle, c’est encore sur la base de l’holocauste continuel (un agneau le matin et un le soir), que Dieu pourra habiter au milieu de son peuple (Ex. 29:38-46).

Quand Jean le Baptiseur voit Jésus venant à lui, il dit : « Voilà l’agneau de Dieu qui ôte le péché du monde ! » (Jean 1:29) ; et dans les nouveaux cieux et la nouvelle terre, dans lesquels la justice habite, il n’y aura plus de péché, ni de conséquences du péché (mort, deuil, larmes), Dieu habitera avec les hommes, et Christ, l’Agneau comme immolé aura près de Lui Son épouse, la « femme de l’Agneau ».

Dès l’éternité passée l’Agneau était devant les yeux de Dieu et dans les temps à venir et l’éternité future Il sera toujours célébré. C’est l’Agneau de Dieu (Jean 1:38) qui a attiré pour Dieu, ceux qui, parmi Son peuple, L’ont reçu, et Dieu désirait que Celui qui Lui est si cher, soit aussi l’objet de nos affections. C’est pourquoi Il avait ordonné que l’Agneau pascal doive rester dans la famille israélite du 10ème au 14ème jour. Cet agneau familier, combien devait-il être chéri par ceux qui savaient que sa mort allait être, par son sang versé, le salut du premier né. Quand Christ, l’Agneau de Dieu, est venu dans ce monde, amené comme un agneau à la boucherie, il est resté muet et n’a pas ouvert la bouche devant ceux pour lesquels il allait livrer son âme en sacrifice pour le péché (És. 53). Pour ses rachetés Il restera toujours l’Agneau comme immolé qui les a achetés pour Dieu par Son sang et à qui reviendra la bénédiction, et l’honneur, et la gloire et la force aux siècles des siècles ! (Apoc. 5:13). Mais pour ceux qui l’ont méprisé, comment pourront-ils subsister devant la colère de l’Agneau, quand le grand jour de Sa colère sera venu ? (Apoc. 6:17).