[ Page principale | Nouveautés | La Bible | la Foi - l'Évangile | Plan des sujets | Études AT | Études NT | Index auteurs + ouvrages + sujets | Centres d'intérêt ]

 

Pensées sur l’épître aux Philippiens

 

 

Leslie M. Grant

 

 

Calendrier « The lord is near », 2003, 2013

 

 

Philippiens 3v8 ; 3v14-17 ; 4v9 ;

 

 

1         Philippiens 3:8

Et je regarde même aussi toutes choses comme étant une perte, à cause de l’excellence de la connaissance du christ Jésus, mon Seigneur, à cause duquel j’ai fait la perte de toutes et je les estime comme des ordures, afin que je gagne Christ.

2 juillet 2013

En quelques mots, ici, l’apôtre Paul balaie l’ancienne création entière, la mettant au rebut, sans regrets, sans regarder en arrière. Dans la connaissance de Christ, il y a l’excellence suprême, infiniment au-dessus de tout ce que l’expérience sur la terre peut offrir de plus élevé. Dès lors, rien ne peut détourner ses yeux de Celui qu’il appelle le « christ Jésus, mon Seigneur ». Pour Lui, il avait souffert la perte de toutes choses. Ce n’était pas qu’il ait simplement renoncé à quelques avantages parce qu’il appréciait ce que Christ avait fait pour lui ; mais la Personne bénie de Christ, tel qu’Il est maintenant, glorifié à la droite de Dieu, avait tellement captivé son cœur qu’il estimerait toutes choses, délibérément et pleinement, comme des ordures, afin de pouvoir gagner Christ.

Il est clair qu’il ne s’agit pas ici d’avoir Christ comme le Principe de vie essentiel dans son âme, comme au chapitre premier de cette épître ; ni d’avoir Christ comme son Exemple, comme au chapitre 2, où il est tellement insisté sur l’humiliation du Seigneur ; mais plutôt d’avoir Christ comme l’Objet et le Prix devant lui – la fin dernière à laquelle il aspire de tout son cœur. Ce but, naturellement, ne peut jamais être atteint sur la terre, mais seulement dans la gloire, où Christ, l’Objet d’une telle espérance, est assis à la droite de Dieu. Son regard se porte vers la fin de sa course, comme celui d’un coureur vers le but : rien de moins que d’arriver où se trouve Christ ne pourra jamais satisfaire son cœur.

« C’est pourquoi ... courons avec patience la course qui est devant nous, fixant les yeux sur Jésus, le chef et le consommateur de la foi, lequel, à cause de la joie qui était devant lui, a enduré la croix, ayant méprisé la honte, et est assis à la droite du trône de Dieu » (Hébreux 12:1-2).

 

 

2         Philippiens 3:14-17

Je cours droit au but, pour le prix de l’appel céleste de Dieu dans le christ Jésus. Nous tous donc qui sommes parfaits, ayons ce sentiment ; et si en quelque chose vous avez un autre sentiment, cela aussi Dieu vous le révèlera ; cependant, dans les choses auxquelles nous sommes parvenus, marchons dans le même sentier.

Soyez tous ensemble mes imitateurs, frères, et portez vos regards sur ceux qui marchent ainsi suivant le modèle que vous avez en nous.

19 novembre 2013

Quelle grâce que Dieu permette à la foi individuelle d’avoir son plein exercice ! Si quelqu’un a été tellement attiré et éclairé par l’Esprit de Dieu, qu’il voit toute la plénitude en Christ dans la gloire, et en conséquence, le vide des choses présentes, qu’il mette en pratique cette vérité bénie. Si d’autres pensent différemment, cependant, l’apôtre ne les encourage pas du tout à rester tels, et il n’exige pas non plus qu’ils se rangent à ses pensées ; mais il tourne leur regard vers Dieu, qui révélera la vérité à ceux qui le désirent.

Toutefois, quel que soit le niveau que notre foi a atteint, agissons pleinement conformément à la vérité qui a été révélée à nos âmes. Ma responsabilité personnelle doit se mesurer par rapport à la Parole de Dieu, et non par ce que je peux voir chez d’autres - bien que l’exemple de piété d’autres croyants puisse tout à fait être un moyen d’éveiller, dans mon âme, une conscience plus réelle de ma propre responsabilité. Mais il est toujours de première importance de prendre soin que la foi seule me conduise à suivre l’exemple d’un autre. Mais une fois qu’on s’est assuré qu’une question était bien en vérité ce que Dieu a révélé dans Sa Parole, la foi alors n’hésite pas : elle obéit joyeusement. Et plus que cela, elle désire sincèrement connaître la volonté de Dieu pour lui obéir.

 

 

3         Philippiens 4:9

Ce que vous avez, et appris, et reçu, et entendu, et vu en moi – faites ces choses, et le Dieu de paix sera avec vous.

30 juin 2003

Paul avait suivi l’exemple du Seigneur Jésus, et en conséquence il pouvait dire aux Philippiens de suivre son exemple. Il n’était pas simplement question du fait qu’ils avaient reçu de Paul de l’instruction, mais plutôt de ce qu’ils avaient appris de lui dans leurs relations avec lui, de ce qu’ils avaient reçu par son ministère et son caractère, de ce qu’ils avaient entendu de sa part, et de ce qu’ils avaient vu en lui. Il était véritablement une illustration de la vérité qu’il enseignait.

Les croyants, aujourd’hui, peuvent certainement prendre à cœur l’exemple de Paul quand ils apprennent quelque chose de son parcours de vie dans le livre des Actes, et quand ils lisent les épîtres qu’il a écrites, qui reflètent si clairement son caractère, en même temps qu’elles communiquent la pensée de Dieu.

Si nous faisons ce que nous avons appris de Paul, le Dieu de paix sera alors avec nous. Le Dieu de paix était avec Paul dans tous ses nombreux voyages, et même dans la prison d’où il écrivait aux Philippiens. De la même manière que Moïse « tint ferme, comme voyant celui qui est invisible » (Hébreux 11:27), il en était aussi de Paul ; il vivait exactement comme s’il pouvait voir le Seigneur marchant à côté de lui continuellement.

Si nous faisons ce que nous apprenons en Paul, cela aura pour résultat que le Dieu de paix sera avec nous. Il nous est dit, un peu plus haut dans ce passage, au chapitre 4:6-7, que « la paix de Dieu » gardera nos cœurs et nos pensées si, sans nous inquiéter de rien, nous exposons nos requêtes à Dieu par des prières et des supplications avec des actions de grâce. Nous avons besoin tout à la fois de la paix de Dieu et du Dieu de paix.