[ Page principale | Nouveautés | La Bible | la Foi | Plan des sujets | Études AT | Études NT | Index auteurs + ouvrages + sujets | Centres d'intérêt ]

 

Méditations sur la Parole de Dieu

 

Colossiens

 

 

Louis Chaudier

 

 

Table des matières :

1      Avoir affaire avec Dieu — Matthieu 11:29-30 ; Colossiens 1:9-11 ; Galates 5:16-26 ; 2:19

2      La marche selon Dieu — Colossiens 1:9-10 ; 2:20 ; 3:1-4, 17 ; 4:2, 5-6, 12

3      Combats — Éphésiens 6:10-24 ; Galates 5:16-18 ; Jude 3-4 ; Colossiens 4:12-13

 

 

 

Le texte de ces méditations a été révisé par Bibliquest dans sa forme, par rapport à diverses éditions papiers précédentes. Les révisions ont été limitées à ce qui était nécessaire à une expression et une compréhension correctes. Le texte reste marqué par son caractère oral, non révisé par l’auteur. Dans certains cas d’expressions au sens discutable, l’imperfection de celles-ci a été laissée de peur d’en perdre une certaine vigueur.

Certains textes ont été repris de l’ouvrage «Méditations sur la vie chrétienne» édité en 1995 par F.R., et sont notés comme tels. Ces textes ont fait l’objet (par F.R.) d’une révision un peu plus poussée.

 

 

1   Avoir affaire avec Dieu — Matthieu 11:29-30 ; Colossiens 1:9-11 ; Galates 5:16-26 ; 2:19

 

[LC n° 39]

juin 1969

 

Le Seigneur est venu visiter la terre. Il est venu, et a rencontré tout ce qui, moralement, caractérisait l’état de péché, tout cet état de choses qui, depuis ce premier drame, avait considérablement fleuri.

Depuis l’histoire d’Israël, il n’y avait que de la misère. À chaque pas, le Seigneur rencontrait les conséquences du péché. La Parole est toujours aussi belle. Personne ne peut parler comme le Seigneur l’a fait.

«Venez à moi, vous tous qui vous fatiguez et qui êtes chargés, et moi, je vous donnerai du repos» (Matt. 11:28). Voilà une parole que nous pouvons faire entendre. Et dire que nous pouvons l’avoir d’une façon continue ! S’il n’en est pas ainsi, c’est de notre faute. Les hommes du monde, il n’y a rien, pour eux, qui les rassasie. Le repos de Dieu, c’est le terme final des pensées de Dieu à notre égard. Ce n’est pas le repos de l’homme, mais le repos de Dieu.

Notre activité est toutefois dans le repos. Un croyant qui travaille pour son Maître a de la fatigue. Mais, au fond de son coeur, se trouve le repos. Le repos ne peut se trouver qu’en Dieu.

On l’a souvent dit : Le monde ne peut remplir un cœur. Mais Dieu peut le faire. Est-ce cela que nous recherchons ? Connaissons-nous ce bonheur, chers amis ?

Dieu seul peut dire : «Venez à moi». Nous ne pouvons pas le dire. Nous n’avons pas le droit de détourner les âmes de Dieu seul. Voilà le joug de la liberté. La volonté propre est le premier vice, chez l’homme. L’homme n’a pas le droit d’avoir une volonté propre.

«Venez à moi, et vous trouverez le repos de vos âmes». Le secret du bonheur se trouve dans la dépendance avec le Seigneur.

Vous n’avez jamais vu quelqu’un qui vit dans la communion avec le Seigneur être malheureux. On n’a pas besoin de marcher dans les chemins du monde, pour apprendre ce qu’est le monde.

Notre grande affaire, notre grand problème, pour nous tous, chers amis, c’est de vivre avec le Seigneur, que nous soyons seuls ou que nous soyons ensemble. Nous avons des progrès à faire, sans doute. Avons-nous considéré la vie de cet homme, Hénoc ? Il a marché avec Dieu trois cents ans. Et, à cette époque, il n’était pas facile d’être un témoin.

Un chrétien qui raisonne est toujours en mauvais état. Dans la lumière, on ne raisonne pas. Avec Dieu, on ne raisonne plus.

Que le Seigneur, chers amis, nous donne de nous attacher à lui dans notre coeur. Dans ces conditions, vous n’aurez pas à rebrousser chemin. Jamais vous n’aurez à revenir en arrière. La dépendance est un fardeau léger. Il n’y a rien de si tyrannique que la propre volonté. «Venez à moi, vous tous qui vous fatiguez et qui êtes chargés, et moi, je vous donnerai du repos».

Nous avons à faire à Dieu. Qu’y a-t-il au-dessus ? Rien. Au ciel, nous n’aurons pas autre chose. Au ciel, nous n’aurons besoin de rien d’autre. Qu’il nous soit donné, chers amis, de ne pas faire des efforts qui échouent. Ce n’est pas bien, cela ! Qu’il nous soit donné de vivre avec lui, pas à pas. C’est un homme heureux, celui-là.

Col. 1:9-11 : Ce sont des exhortations pour chaque croyant. «Remplis de la connaissance de sa volonté». Est-ce que nous connaissons Dieu mieux qu’il y a dix ans ? Alors Dieu est connu de plus près. Il a une plus grande place dans le coeur. Qu’y a-t-il au-dessus ? Rien.

La foi honore Dieu, en croyant la Parole, en croyant Dieu.

Les inconvertis s’occupent de la première création, alors que les croyants s’occupent de la deuxième création.

«Fortifiés en toute force, selon la puissance de sa gloire, pour toute patience et constance, avec joie…». Cela nous arrive, de manquer de force. Si nous étions plus vigilants, cela ne nous arriverait point.

Il y avait un martyr qui disait, un peu avant d’être décapité : «Courage, mes frères, je vois la gloire en Dieu !». Si nous étions plus conscients que toute cette gloire est à nous !

Que voulez-vous qu’on fasse à de tels hommes ? Ils sont invincibles. On ne savait qu’en faire, de ces gens, qui ont brillamment été fidèles jusqu’à la mort. On ne pouvait pas leur ôter Christ dans leur coeur. On ne savait pas qu’en faire. «Toute patience et constance, avec joie» (v. 11) : La foi relevait le tout, «avec joie». Quand vous voyez quelqu’un qui est accablé, et qui est heureux malgré tout dans son coeur, vous dites : Dieu est là. Il ne peut en être autrement. Il y en a certainement, et peut-être dans des milieux que nous n’attendrions pas. Et cela est vrai.

Quelqu’un disait : «Oh, les prisons sont les collèges où le Seigneur fait passer les siens». Et celui qui en parlait en savait quelque chose.

Que le Seigneur nous réveille tous, chers amis ; c’est-à-dire, qu’il devienne plus cher à nos coeurs. On ne se réjouit pas dans les circonstances heureuses (sinon, cela tarit avec notre joie), mais dans le donateur. On se réjouit en lui. On pourra voir cela chez des croyants qui ont été sevrés des choses naturelles de la vie, ce contentement en Dieu seul, parce que Dieu était leur seule ressource. Est-ce du temps gagné, ou du temps perdu ? C’est sûrement du temps gagné. On le verra au tribunal de Christ.

Il y aura trois choses qui nous surprendront, arrivés au ciel. D’abord, de m’y trouver moi-même ; ensuite, d’y voir des personnes que je n’aurais pas pensé y trouver ; et aussi, de ne pas y voir ceux que je m’attendais à y trouver.

Un frère a dit : L’esprit de soumission et de dépendance envers Dieu est supérieur à tout don, même la puissance du témoignage. C’est tout céder, tout accepter. L’état de ce chrétien est supérieur à ce que fait ce chrétien. Et c’est toujours le point le plus délicat, une vie de confiance, d’humilité, de contentement. «Or la piété avec le contentement est un grand gain» (1 Tim. 6:6). Que le Seigneur nous fasse faire des expériences avec lui ! Que nous ne le chassions pas de notre vie. Un christianisme honoré par le monde n’est pas un christianisme honoré par Dieu. Là où il n’y a que Christ, la réponse, c’est la haine. Il n’y a que cela. La pierre de touche, c’est Christ. Parce que Dieu, par Christ, a manifesté la lumière selon Dieu.

Nous avons le secret que les autres cherchent. La vérité, qui la donnera ? Chacun, dans la fosse, tombe. Il n’y a pas de réponses à ces questions, dans ce monde. Tandis qu’avec le Seigneur, nous avons toutes les réponses dont nous avons besoin. Que le Seigneur nous soit en aide, et nous garde bien près de lui.

Le «moi» est un traître. C’est par le Saint Esprit que nous pouvons tenir le «moi» à sa place.

Que le Seigneur nous soit en aide, à tous !

 

2   La marche selon Dieu — Colossiens 1:9-10 ; 2:20 ; 3:1-4, 17 ; 4:2, 5-6, 12

 

[LC n° 122]

Le Chambon — jeudi 31 juillet 1969

 

Chers frères et soeurs, si nous négligeons les Écritures, si nous ne nous nourrissons pas de la Parole, nous baissons très vite.

Est-ce que le secret de notre bonheur véritable, c’est Dieu lui-même, ou bien nous reposons-nous sur nos succès ? Avec le Seigneur, on ne peut pas ne pas être heureux. Mais que de fois nous vivons sans lui ! Et ce n’est jamais impunément que nous nous passons de lui. Nous avons été achetés à prix. Sur le front d’un vrai chrétien, nous pourrions mettre le nom d’esclave. Un esclave ne sait pas ce que son maître lui demandera de faire dans une heure.

Il faut boire à la source, pour être vainqueur. La vérité conduit à la connaissance de Dieu ; mais elle ne nous garde pas. La vérité dans la bouche ne sert à rien. C’est un des moyens que Satan emploie pour ébranler le Témoignage, en laissant croire aux frères et aux soeurs qu’on sera gardé, parce qu’on garde la vérité dans sa bouche. Toutes les fois que la ruine est là, on s’attache davantage aux formes.

Le christianisme que Dieu donne, c’est un chemin royal, un chemin triomphal (non pas extérieurement). Mais voyez l’apôtre Paul. On ne pouvait pas lui ravir son bonheur. Dans notre mesure, nous pouvons connaître cela.

La fidélité d’un frère, c’est la puissance de la vérité dans cet homme. Le problème a toujours été là, et sera là jusqu’à la fin. Quand le Seigneur nous dit : «N’aimez pas le monde» (1 Jean 2:15), il faut considérer le Seigneur qui l’a traversé, et qui nous donne cette injonction, qui est l’expression caractérisant la vie divine qui a été la sienne, donc qui est chez les siens. Il nous donne le moyen pour réaliser cela, par la réalisation de sa vie en nous. Quand nous sommes mondains, Dieu ne reçoit pas notre excuse. Nous ne pouvons pas imiter Paul apôtre ; mais nous pouvons imiter Paul chrétien. Un chrétien, c’est la manifestation de la vie divine dans un homme.

L’oubli du Saint-Esprit est la grande faute de l’Église des derniers jours. Si nous étions des témoins plus brillants, des âmes viendraient là où il y a des chrétiens fidèles. Le Seigneur les amènerait. Aucun frère n’est un chef. Paul n’était pas un chef ; il était le serviteur de tous. Les récompenses sont pour plus tard. Mais la plus grande récompense, c’est l’approbation du Seigneur. Un frère fidèle reste serviteur jusqu’à son dernier souffle. Il est largement payé par son Maître. Pensons-nous un peu à cela ? Pas beaucoup, parce que nous mettons trop souvent Dieu derrière, et le «moi» devant.

Il est évident qu’un jeune frère a beaucoup à apprendre sur la marche chrétienne. Qu’il ne dépasse jamais sa mesure, et nous tous aussi. C’est un danger extrême, lorsqu’un frère va au-delà de ce que son âme vit.

Nous avons à reconnaître les frères qui ont une autorité morale. Le grand principe, c’est de reconnaître Dieu dans les siens. On peut ne pas approuver tout ce qui est dit ; mais il faut reconnaître le don. Le don est lié à la personne. Il y a un grand danger, quand des frères ont leur oeuvre à eux. Un frère peut avoir une autorité morale, mais jamais officielle. Il y a des dangers, parmi nous, à cet égard. Si un frère s’interpose, comme chef, entre un croyant et le Seigneur, c’est, à petite échelle, ce que la chrétienté a fait. «Je ne suis rien», dit Paul. Là où est le Seigneur, le chrétien se trouve chez lui.

Si des frères s’égarent, à droite ou à gauche, à coup sûr, c’est parce que le «moi» n’est pas tenu à sa place.

Les soeurs doivent se taire, dans les assemblées. Mais elles peuvent prier beaucoup. Et une seule soeur qui prie beaucoup peut être l’ouvrier pour le maintien d’une assemblée. Elle peut prendre la place d’un Épaphras. Un élément pieux, c’est quelqu’un qui se contente de Dieu, se confie en lui, et pense aux autres devant lui. Une soeur peut donc être très utile. Nous verrons cela, au tribunal de Christ.

La grande affaire, c’est que le Saint Esprit ne soit pas contristé. Si nous ne recherchons pas Christ, nous perdons notre temps, et aggravons notre responsabilité. Il y a des défaillances, parmi la jeunesse. Mais sommes-nous suffisamment exercés, pour leur montrer l’exemple que le Seigneur nous suffit ? Manifestons-nous ce rayonnement de sérieux et de joie incomparable, en même temps que de grâce ?

Le christianisme n’est pas en parole, mais en puissance. Les inconvertis ne peuvent pas comprendre les sources de notre vie. Mais ils en discernent les effets extérieurs.

«Mortifiez donc vos membres» (3:5). Sans Dieu, nous ne le pouvons pas. Le chrétien a le secret de la puissance, qui lui permet de ne pas être enchaîné par toutes ces manifestations du vieil homme. Nous avons les moyens pour vaincre tous nos ennemis. La force est dans le Seigneur.

Ne jetons la pierre à personne, mais menons deuil. Que le Seigneur nous attache à lui, et nos enfants aussi ! Que la jeunesse chrétienne n’ait donc pas l’exemple de gens qui hésitent passablement entre le chemin mondain ou le chemin de Christ. La jeunesse a une position très délicate, très difficile. Et elle a besoin qu’on prie beaucoup pour elle. Qu’on manifeste les privilèges de la vie divine à un point tel que cela fasse comprendre aux jeunes qu’il y a autre chose, dans le monde, que les exploits et les succès des descendants de Caïn ! Il y a, Dieu soit béni, les manifestations de la vie du second homme, qui est Christ.

Que le Seigneur nous soit cher à tous, et veuille bénir chacun, exactement selon son état. Heureusement qu’il y en a un qui est tel, qui connaît nos coeurs comme si on les ouvrait devant lui !

 

3   Combats — Éphésiens 6:10-24 ; Galates 5:16-18 ; Jude 3-4 ; Colossiens 4:12-13

 

[LC n° 112]

27 août 1972

Méditations sur la vie chrétienne, édition FR 1995, p. 218

 

Dans l’épître aux Éphésiens, le combat se passe dans les lieux célestes. Satan, l’ennemi des saints, l’accusateur des frères, l’adversaire de l’assemblée, est contre nous. Mais «si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ?» (Rom. 8:31). La puissance de Dieu triomphera des efforts de l’ennemi. C’est pourquoi nous sommes exhortés à nous fortifier «dans le Seigneur et dans la puissance de sa force» (Éph. 6:10). Là est le secours.

Les cinq armes défensives subviennent aux insuffisances de notre faiblesse, et les deux armes offensives, la Parole et la prière, représentent la puissance des ressources divines. Les combats se livrent à genoux, et nous verrons un jour la réponse de Dieu à nos combats dans la prière. Dieu reste au-dessus de tout, et bientôt Satan sera brisé sous nos pieds (Rom. 16:20). Notre affaire est de résister et de tenir ferme.

Dans l’épître aux Galates, c’est le combat contre la chair, et notre arme, c’est l’Esprit. On n’a vu que la pleine puissance de l’Esprit en Jésus ; il a toujours été conduit par l’Esprit ; il est le modèle parfait.

Dans l’épître de Jude, nous ne luttons plus contre quelqu’un ou quelque chose, mais pour la vérité. «Combattre pour la foi», c’est lutter pour l’ensemble des vérités chrétiennes confiées à la foi. À la fin de sa vie, Paul a dit : «J’ai gardé la foi» (2 Tim. 4:7). Notre devoir est de tenir ferme ce que le Seigneur nous a confié jusqu’à ce qu’il vienne. Dans le rassemblement, on sent bien que Satan cherche à agir sur les croyants pour élargir le chemin. Nos devanciers étaient plus fidèles que nous ; leurs écrits le montrent. Ils étaient fidèles et humbles ; c’étaient des hommes de Dieu dans toute la force du terme, comme Timothée. Que le Seigneur nous accorde de nous détourner des choses qui nous entourent, pour saisir les choses éternelles qui demeurent. Il y aura une récompense pour le vainqueur, «à celui qui vaincra» (Apoc. 2 et 3).

Enfin, l’exemple d’Épaphras nous encourage : «combattant toujours pour vous par des prières» (Col. 4:12). La prière est l’expression de la dépendance. C’est un combat qu’il nous faudrait connaître davantage, comme Jésus l’a connu : nous le voyons sept fois en prière, dans l’évangile de Luc. Il était l’homme parfaitement dépendant. L’état des assemblées seraient plus heureux s’il y avait davantage de prières à ce sujet. La prière est une force incontestable ; elle fait mouvoir le bras de Dieu. Élie «pria avec instance» (Jacq. 5:17) ; Samuel aussi, toute sa vie, et il a commencé tout jeune. Nous prions parce que nous sentons que nous avons besoin de Dieu. Combattons, comme Épaphras, pour que les saints demeurent «parfaits et bien assurés dans toute la volonté de Dieu» (Col. 4:12).

«Toutes mes sources sont en toi !» (Ps. 87:7).