[ Page principale | Nouveautés | La Bible | la Foi - l'Évangile | Plan des sujets | Études AT | Études NT | Index auteurs + ouvrages + sujets | Centres d'intérêt ]

 

L’ATTENTE ACTUELLE de l’ÉGLISE

et
PROPHÉTIES qui ÉTABLISSENT la VÉRITÉ du

RETOUR PERSONNEL du SAUVEUR,

exposées en ONZE SOIRÉES à Genève (1840)

 

J. N. DARBY

Note générale de Bibliquest : le mot économie est fréquemment utilisé dans le sens de dispensation ; il dérive du mot grec oikonomia, traduit ailleurs par administration

 

TABLE DES MATIÈRES

       Soirée : 2 Pierre 1 — Introduction

       Soirée : Éphésiens 1 — L’Église et sa gloire

       Soirée : Actes 1 — Seconde venue de Christ

       Soirée : Luc 20:27-44 — Première résurrection ou Résurrection des justes

       Soirée : Daniel 2 — Progrès du mal sur la terre

       Soirée : Daniel 7:15-28 — Les deux caractères du mal : Apostasie ecclésiastique et apostasie civile

       Soirée : Psaume 82 — Jugement des nations, qui deviennent l’héritage de Christ et de l’Église

       Soirée : Romains 11:21 — Promesses absolues de bénédictions terrestres faites à Israël

       Soirée : Ézéchiel 37 — Bénédictions terrestres faites à Israël (Suite)

10°     Soirée : Ésaïe 1 — Bénédictions terrestres faites à Israël (Suite)

11°     Soirée : Apocalypse 12 — Résumé et Conclusion

 

 

*      *      *

 

 

Dixième Soirée : Ésaïe 1 — Bénédictions terrestres faites à Israël (suite 2)

 

Quelques passages des Livres Saints, que je n’ai pu citer la dernière fois, sur la destinée des Juifs, spécialement des passages empruntés aux petits prophètes, cloront la prophétie historique qui concerne ce peuple ; je dis historique, parce que la prophétie est l’histoire que Dieu nous a donnée de l’avenir.

Je vous rappellerai une circonstance très importante en parlant des Juifs ; c’est que leur histoire est spécialement la manifestation de la gloire de l’Éternel. Demander : En quoi toute cette histoire nous concerne-t-elle ? C’est dire : Que m’importe ce que mon père veut faire pour mes frères, et la manifestation de son caractère dans ces actes ? Quand nous voyons combien ce sujet occupe de place dans la parole de Dieu, nous devons être convaincus que la chose est extrêmement chère au coeur de Dieu, si elle ne l’est pas au nôtre. C’est dans ce peuple, par les voies de Dieu envers lui, que le caractère de l’Éternel est pleinement révélé, que les nations connaîtront l’Éternel, et que nous apprendrons nous-mêmes à le connaître.

Une même personne peut être roi d’un pays, et père de famille ; et voilà la différence entre ce que Dieu a été envers l’Église, et ce qu’il a été envers les Juifs. Envers l’Église, c’est le caractère de Père ; envers les Juifs, c’est le caractère d’Éternel. Sa fidélité, son immutabilité, sa toute-puissance, son gouvernement de toute la terre, tout cela est révélé dans l’histoire d’Israël ; c’est pourquoi cette histoire nous fait connaître l’Éternel.

Psaume 126: «Quand l’Éternel rétablit les captifs de Sion... alors on dit parmi les nations : L’Éternel a fait de grandes choses pour ceux-ci !».

Voyez sur le même sujet Ézéchiel 39:6, 7 : «Et j’enverrai un feu en Magog et parmi ceux qui habitent les îles en sécurité, et ils sauront que je suis l’Éternel. Et je ferai connaître mon saint nom au milieu de mon peuple Israël, et je ne profanerai plus mon saint nom ; et les nations sauront que je suis l’Éternel, le Saint en Israël».

Verset 28 : «Et ils sauront que je suis l’Éternel, leur Dieu, parce que je les ai emmenés captifs parmi les nations, et que je les aurai rassemblés dans leur terre, et que je n’en aurai laissé là aucun de reste». Voilà par quel moyen l’Éternel se fait connaître. Le Père se révèle à nos âmes par l’Évangile, par l’Esprit d’adoption ; mais l’Éternel se fait connaître par ses jugements, par l’exercice de sa puissance sur la terre.

J’ai dit que le Père se fait connaître par l’Évangile, parce que l’Évangile est un système de pure grâce, un système qui nous enseigne à agir d’après le principe de la grâce ; ce n’est pas «oeil pour oeil, dent pour dent», ce n’est pas ce que la justice, la loi du talion demande ; c’est un principe d’après lequel je dois être parfait comme mon Père est parfait. Il n’en est pas ainsi du gouvernement de l’Éternel. L’Éternel bénira sans doute les nations ; mais le caractère de son règne est que «le jugement retournera à la justice» (Psaume 94:15). Lors du premier avènement de Jésus Christ, le jugement était en Pilate, et la justice en Jésus ; mais, quand Jésus reviendra, le jugement s’unira à la justice. Maintenant, le peuple de Christ, les enfants de Dieu doivent suivre l’exemple du Sauveur, c’est-à-dire ne pas attendre que le jugement soit selon la rigueur de la justice, mais être doux et humbles au milieu de toutes les injures qu’ils éprouvent de la part des hommes. Unis à Christ, ils en sont dédommagés par la puissance de son amour intime qui les soulage, par les consolations qui découlent de la présence de son Esprit, et, de plus, par les espérances d’une gloire céleste. D’un autre côté, l’Éternel consolera son peuple par une action directe de sa justice en sa faveur, et en le rétablissant dans la gloire terrestre.

Les Juifs, voilà donc le peuple par lequel et dans lequel Dieu établit son nom d’Éternel, et son caractère de jugement et de justice. L’Église, voilà le peuple dans lequel, comme dans sa famille, le Père manifeste son caractère de bonté et d’amour. Qu’arrivera-t-il aux Juifs dans les derniers temps ? C’est ce que nous avons déjà considéré dans Jérémie 30 à 33, et dans Ézéchiel 36 à 39, où nous voyons une série de promesses et de révélations sur ce point.

Je vous citerai quelques autres passages sur le même sujet, en suivant l’ordre des prophètes dans la Bible.

Daniel 12:1... C’est la présence de Celui qui agira pour le peuple de Daniel, c’est-à-dire pour le peuple juif.

Je désire vous faire remarquer quelques traits de cette prophétie. Premièrement, Dieu dans sa puissance, par le ministère de Micaël, tiendra ferme pour les enfants du peuple de Daniel, et ce sera un temps de détresse telle qu’il n’y en aura jamais eu. C’est ce qui nous explique ce qu’on lit en Matthieu 24, et en Marc 13:19.

La résurrection (v. 2) s’applique aux Juifs. Vous trouverez exactement les mêmes expressions dans Ésaïe 26: «Tes morts vivront ...» et dans Ézéchiel 37:12. C’est une résurrection figurée du peuple enseveli, comme nation, parmi les gentils.

«Les uns ressusciteront pour l’opprobre pour être un objet d’horreur éternelle». C’est ce qui arrivera aux Juifs (És. 66:24).

En un mot, d’une part, Dieu tenant ferme pour son peuple dans un temps de détresse, et, de l’autre, un résidu délivré, voilà le sommaire du 12° de Daniel.

Dans Osée 2:14, jusqu’à la fin du chapitre, nous voyons que le Seigneur recevra Israël, l’introduira dans son pays après l’avoir humilié, mais lui avoir aussi parlé selon son coeur ; qu’il le rendra tel qu’il était au temps de sa jeunesse ; que l’Éternel fera une alliance avec lui, le bénira de toute manière dans cette terre, et l’épousera à toujours. Et, de plus, il y a une chaîne ininterrompue de bénédictions, depuis l’Éternel jusqu’aux biens terrestres répandus en abondance sur Israël, lequel est la semence de Dieu (c’est la force du mot Jizreël) ; c’est pourquoi il est ajouté : «Je la sèmerai pour moi dans le pays». Car Israël deviendra le moyen de bénédiction pour la terre, comme la vie d’entre les morts. Maintenant, tout est entravé par le péché ; les malices spirituelles sont dans les lieux célestes et il y a toutes sortes de misères, accompagnées sans doute de bienfaits sans nombre, fruit de ses miséricordes. Dieu fait tout contribuer au bien de ceux qui l’aiment ; mais, au temps d’alors, il y aura plénitude de bénédictions terrestres.

Osée 3:4, 5 : «Car les fils d’Israël resteront beaucoup de jours sans roi, et sans prince, et sans sacrifice, et sans statue, et sans éphod ni théraphim. Ensuite, les fils d’Israël retourneront et rechercheront l’Éternel, leur Dieu, et David, leur roi, et se tourneront avec crainte vers l’Éternel et vers sa bonté, à la fin des jours». Ils n’auront ni vrai Dieu, ni faux dieu ; mais, après cela, ils rechercheront l’Éternel et David, c’est-à-dire le Bien-aimé, — Christ.

Joël 3:16-18, 20, 21. Après avoir parlé des nations lorsque son peuple revient de sa captivité, en des versets cités auparavant à l’occasion du jugement exercé sur les gentils, Dieu parle dans ceux-ci des Juifs. Jérusalem sera nettoyée ; l’Éternel habitera en Sion ; il sera l’asile de son peuple et la force des enfants d’Israël. Voilà ce qui arrivera quand le jugement de Dieu viendra sur les nations.

Amos 9:14, 15 : «Et je rétablirai les captifs de mon peuple... Et je les planterai sur leur terre, et ils ne seront plus arrachés de dessus leur terre». Cela n’est pas encore accompli.

Ce qui précède ces versets est cité dans le 15° des Actes, non pour démontrer que la prophétie fût alors accomplie, mais que Dieu avait de tout temps établi le principe d’un peuple pris parmi les gentils. C’est-à-dire que le langage des prophètes concordait avec Simon Pierre racontant ce que Dieu avait fait dans ce temps-là. Ce n’est pas l’accomplissement d’une prophétie, mais l’établissement d’un principe, par la bouche des prophètes comme par celle de Simon Pierre.

Michée 4:1-8. Cela non plus n’est pas accompli. Nous voyons ici une topographie de Jérusalem et sa première domination rétablie.

5:4, 7 et 8. Le nom de Christ devient bientôt grand jusqu’aux bouts de la terre ; Israël est la pluie de la bénédiction divine partout, et sort vainqueur de tout ce qui s’oppose à lui.

À l’occasion de Michée, vous pouvez remarquer, en rappelant le principe déjà établi, la manière dont l’esprit de prophétie mentionne (7:19 et 20) les promesses faites aux pères sans condition.

Sophonie 3:12, jusqu’à la fin. Quel langage nous avons ici ! Il est dit que Dieu se repose dans son amour. Il est tellement ému qu’il «se repose». Qui est-ce que cela concerne ? Voyez le verset 13 : «Le résidu d’Israël ne pratiquera pas l’iniquité, et ne dira pas de mensonge, et une langue trompeuse ne se trouvera pas dans leur bouche ; car ils paîtront et se coucheront, et il n’y aura personne qui les effraye». L’Éternel est au milieu d’eux, personne ne peut les effrayer.

Zacharie 1:15, 17-21. Nous voyons là aussi les quatre monarchies, qui ont dispersé Israël, dissipées elles-mêmes par la puissance et par les jugements de Dieu.

9:9, jusqu’à la fin : «Réjouis-toi avec transports, fille de Sion ; pousse des cris de joie, fille de Jérusalem ! Voici, ton Roi vient à toi ...».

On peut dire que cela est déjà accompli, mais en partie seulement. Il est à remarquer que, quand le Saint Esprit cite cet endroit de Zacharie (Jean 12:15), il omet ces mots : «il est juste et ayant le salut». Jésus, en effet, ne s’est pas ménagé. Lorsqu’on lui disait avec dérision : «Si tu es Fils de Dieu, descends de la croix», il n’en a rien fait, il ne s’est pas soustrait à la douleur ; loin de se garantir lui-même, il a été notre garant.

10:6, jusqu’à la fin. Quand est-ce qu’Israël a été comme si l’Éternel ne l’avait pas rejeté ? Jamais.

Maintenant, nous allons voir que le peuple d’Israël sera rétabli dans sa terre, mais qu’il n’y aura qu’un résidu qui sera conservé.

Zacharie 12. Le verset 2 mentionne un temps de guerre, même de toutes les nations contre Israël ; mais Dieu fortifiera Israël d’une manière extraordinaire, et les nations seront détruites, et l’esprit de grâce et de supplication sera répandu sur le résidu d’Israël, qui contemplera avec un coeur pénétré de douleur le Messie qu’il a percé.

Je reprends Ésaïe 18, dont la prophétie présente quelque difficulté de traduction ; mais son grand objet est trop évident pour être obscurci par quelque traduction que ce soit. Les fleuves de Cush sont le Nil et l’Euphrate. Les ennemis d’Israël étaient sur ces deux fleuves dans la période biblique de leur histoire. Or, dans cette prophétie, voilà un pays qui est au-delà de ces fleuves, un pays éloigné qui n’était pas encore en relation avec Israël au temps de la prophétie : le prophète a donc en vue un pays qui devait exister plus tard.

Verset 3. Dieu appelle tous les peuples du monde habitable à prendre connaissance de ce qui va survenir. Voici que toutes les nations s’occupent d’Israël ; elles sont sommées, de la part de Dieu, de faire attention à ce qui se passe au sujet de Jérusalem ; elles sont toutes intéressées à son sort ; le monde est convié à assister aux jugements qui vont avoir lieu. En attendant, Dieu demeure tranquille, et laisse agir les peuples (v. 4) ; Israël commence à retourner dans sa terre.

C’est une description d’Israël rentrant en Judée à l’aide de quelque nation éloignée de ce peuple, laquelle n’est ni Babylone, ni l’Égypte, ni d’autres nations qui s’occupaient d’Israël dans les anciens temps. Je ne dis ni que ce soit l’Angleterre, ni que ce soit la France ou la Russie. Les Israélites rentrent dans leur pays, mais Dieu ne s’en occupe pas ; Israël est abandonné aux nations ; et quand tout semble annoncer qu’il va fleurir et prospérer de nouveau, voilà que ses rejetons et ses branches sont retranchés, et sont laissés, tout l’été et tout l’hiver, aux oiseaux de proie et aux bêtes féroces, qui désignent les Gentils. Néanmoins, en ce temps-là, un présent de ce peuple sera apporté à l’Éternel, et de la part de ce peuple, dans la demeure de l’Éternel des armées, en la montagne de Sion.

Psaume 126:4 : «Ô Éternel ! rétablis nos captifs». Sion et Juda seront ramenés, les premiers. Les captifs de Sion étaient déjà ramenés, quand cette prière fut présentée à Dieu (v. 1) ; mais ce sont les arrhes de ce que Dieu fera en ramenant tout Israël.

Je dois vous dire un mot de cette dispersion d’Israël et de Juda et de leur rétablissement. Les premiers à être rassemblés sont ces Juifs qui ont rejeté Jésus, qui sont coupables de la mort de Jésus. Vous savez que les dix tribus comme telles, n’ont jamais été coupables de ce crime. Il y a une différence remarquable dans la nation : les dix tribus ont été dispersées avant l’apparition des quatre monarchies ; ce sont les Assyriens qui ont emmené captives les dix tribus, avant que Babylone existât comme empire. Une circonstance relative à un groupe juif, qui vit au milieu des Arabes, nous est racontée par M. Wolff, qui l’a visité récemment. Ces Juifs se disent descendants d’un groupe qui n’a pas voulu rentrer en Judée avec Esdras, parce qu’il savait que ceux qui rentreraient avec Esdras devaient retrancher le Messie, et il est resté où il était. Même si cette tradition est fausse, son existence est extrêmement remarquable. Quoi qu’il en soit, une chose est vraie, c’est que les Juifs, ayant rejeté le Christ, seront assujettis à l’Antichrist ; ils feront une alliance avec le shéol et la mort (És. 28), mais leur alliance anéantira toutes leurs espérances. S’étant réunis à l’Antichrist, ils subiront les conséquences de cette alliance, et à la fin seront retranchés. Les deux parties des habitants de tout le pays seront retranchées ; dans le pays même d’Israël, après leur retour (Zach. 13:8, 9).

Si vous lisez Ézéchiel 20:32-38, vous verrez qu’il en est tout autrement des dix tribus. Au lieu de deux parties retranchées dans le pays, les rebelles n’entrent pas du tout dans le pays. Dieu fait envers eux ce qu’il a fait envers Israël lors de sa sortie d’Égypte : Il les retranche avant même leur entrée dans le pays.

Il y a donc deux catégories de Juifs, ainsi appelés lors du retour du peuple ; il y a, premièrement, la nation juive proprement dite, c’est-à-dire Juda et ceux qui sont allés avec Juda, qui ont rejeté le vrai Christ ; ils seront réunis à l’Antichrist, et deux parties seront retranchées dans le pays ; secondement, les rebelles des dix tribus seront aussi retranchés, mais dans le désert, avant d’entrer dans le pays.

Matthieu 23:38, 39. Ce jugement, que Jésus a porté sur ce peuple lui-même, nous fait comprendre la certitude de la venue du Seigneur pour rétablir Israël, et régner au milieu de lui. «Jérusalem, Jérusalem, la ville qui tue les prophètes... Voici, votre maison vous est laissée déserte... jusqu’à ce que vous disiez : Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur !».

Israël verra Jésus, mais quand cette parole du Psaume 118:26, sortira de sa bouche. Ce Psaume présente le tableau de la joie d’Israël, en ce temps-là, et c’est de là que le Seigneur a tiré le jugement qui est porté sur les conducteurs juifs, lorsqu’ils le rejettent : «La pierre que ceux qui bâtissaient avaient rejetée, est devenue la tête de l’angle». C’est cette joyeuse salutation, que Dieu a mise dans la bouche des petits enfants qui célébraient le Sauveur dans le temple, précurseurs de ceux qui, dans les temps dont nous parlons, recevront des coeurs de petits enfants, et reconnaîtront le Sauveur jadis rejeté par leurs pères. C’est ce Psaume qui célèbre la joie et la bénédiction d’Israël, dues à la fidélité de l’Éternel, tout en signalant le péché de cette nation, dans le rejet de la «pierre» qui devait constituer le fondement de Dieu en Sion, mais qui devenait aussi, par l’infidélité de cette nation, «une pierre d’achoppement» et de jugement.

Outre ces deux classes d’Israélites qui reviendront sous la conduite de la Providence, mais de leur propre mouvement, le Seigneur, après son apparition, assemblera, d’entre les gentils, les élus de la nation juive qui seront encore parmi eux, et ce rappel s’accompagnera d’une grande bénédiction (voir Matt. 24:31 ; comp. Ésaïe 27:12 et 13, et 11:10-12).

J’ajoute ici deux principes très simples et très clairs, qui distinguent toutes les bénédictions précédentes (le retour de Babylone, par exemple), d’avec l’accomplissement des prophéties que nous venons d’examiner.

Ces deux principes sont :

1° que les bénédictions découlent de la présence de Christ, fils de David ;

2° qu’elles sont une conséquence de la nouvelle alliance.

Ni l’une ni l’autre de ces conditions n’ont été remplies lors du retour de Babylone, et jusqu’à ce jour.

L’Évangile ne s’occupe pas des bénédictions terrestres des Juifs, dont il est question dans ces prophéties.