[ Page principale | Nouveautés | La Bible | la Foi - l'Évangile | Plan des sujets | Études AT | Études NT | Index auteurs + ouvrages + sujets | Centres d'intérêt ]

 

La Vie Éternelle

 

Michael Hardt

 

Table des matières :

1     Introduction

2     La vie éternelle dans l’éternité passée

3     La vie éternelle promise

4     La vie éternelle dans un Homme

5     La vie éternelle communiquée à d’autres

6     La possession présente de la vie éternelle

7     Caractères de la vie éternelle : l’obéissance et l’amour

8     Des degrés de croissance chez ceux qui possèdent la vie éternelle

9     La vie en abondance

10      Pourquoi est-elle appelée vie « éternelle’?

11      Aspect futur de la vie éternelle

 

 

1                    Introduction

La vie éternelle est l’une des plus précieuses bénédictions appartenant à ceux qui croient au Fils de Dieu, mais combien de chrétiens savent-ils qu’ils la possèdent et ce qu’elle est exactement ? Certains confondent la vie éternelle avec l’existence éternelle : tous les hommes possèdent une âme immortelle, non pas seulement les croyants. D’autres vont un peu plus loin et relient la vie éternelle au fait que les chrétiens seront épargnés de la « seconde mort », qu’ils ne viennent pas en jugement, et qu’ils passeront l’éternité dans la présence de Dieu. Ceci est peut-être plus proche de la vérité, mais la vie éternelle signifie, en fait, beaucoup, beaucoup plus.

Le sujet de la vie éternelle est passionnant. Il a malheureusement conduit à beaucoup de controverses, et a été la cible des attaques de l’ennemi (qui cherche à empêcher les croyants de jouir de cette bénédiction et de l’œuvre du Seigneur qui l’a assurée). Cet article ne cherche pas à raviver la controverse, mais simplement à aider à explorer ce sujet et, peut-être, à jouir davantage de cette bénédiction particulière

 

2                    La vie éternelle dans l’éternité passée

La vie éternelle est la vie dont les Personnes divines jouissaient dans l’éternité passée. Il est dit en 1 Jean 1:1 que les apôtres étaient capables de « déclarer la vie éternelle, qui était auprès du Père ». Le point-clé ici est l’expression « qui était auprès du Père ». Nous savons d’après l’évangile de Jean, l’usage qui est fait de ce mot « était » : « Au commencement était la Parole, et la Parole était auprès de Dieu, et la Parole était Dieu ». Sans aucun doute, le mot « était », est en contraste avec le « devint » de « devint chair » (Jean 1:14), et il fait référence à l’éternité passée. Ce verset de l’épître de Jean montre donc que la vie éternelle « était auprès du Père » dans l’éternité passée. Dans le but de souligner la relation entre les premiers versets de son évangile et les premiers de son épître, Jean fait référence au Seigneur Jésus comme étant « la Parole de la vie ».

Une autre preuve que la vie éternelle est la vie qui appartient aux Personnes de la Déité, se trouve dans la première épître de Jean (5:11): « Et c’est ici le témoignage : que Dieu nous a donné la vie éternelle, et cette vie est dans son Fils ». Il a toujours eu cette vie éternelle en Lui-même. Il était « auprès du Père » dans l’éternité passée, et donc la vie éternelle était auprès du Père. Cela ne veut pas dire que le Père n’avait pas la vie éternelle. En fait, nous savons que le Père possède cette même vie éternelle. Nous lisons en Jean 5:26 que « le Père a la vie en lui-même ». Cette vie existait quand les Personnes de la Déité avaient à la fois relation et communion entre elles dans l’éternité passée. Le Père aimait le Fils avant la fondation du monde (Jean 17:24).

 

3                    La vie éternelle promise

Oseriez-vous dire que des hommes puissent recevoir cette même vie ? Probablement pas, mais c’est ce que la Bible enseigne ! Même dans l’éternité passée (*), « avant les temps des siècles », Dieu s’était proposé de communiquer la vie éternelle à d’autres. C’est ce que nous lisons en Tite 1:2 : « la vie éternelle que Dieu, qui ne peut mentir, a promise avant les temps des siècles ».

 

(*) « L’éternité passée » fait référence au temps où il n’y avait rien d’autre que Dieu, rien qui aurait eu même une vie biologique. Nous utilisons cette expression par manque de mots plus appropriés.

 

4                    La vie éternelle dans un Homme

Étant donné que le Fils a la vie en Lui-même il peut être, à première vue, étonnant de lire en Jean 5:26 que le Père « a donné au Fils aussi d’avoir la vie en lui-même ». En tant que Dieu, le Seigneur a toujours possédé la vie éternelle en Lui-même. En fait, Il est la vie éternelle, selon 1 Jean 5:20 : « Lui est le Dieu véritable et la vie éternelle ». De plus, il y a la phrase courte mais significative de Jean 1:4 : « En Lui était la vie ». Cependant, comme Homme, il Lui a été donné par le Père d’avoir cette vie éternelle.

La vie éternelle dans un Homme — qui jouissait constamment et parfaitement de cette vie — est un grand sujet. La vie éternelle dans l’éternité passée aurait pu ne nous laisser qu’une notion assez abstraite de ce que signifie la vie éternelle. Mais elle a été effectivement révélée dans un Homme qui ne nous a pas visité que courtement, mais qui « a habité au milieu de nous » (Jean 1:14). Ceci a fourni à plusieurs l’occasion d’être témoins de la manière dont la vie éternelle agit dans cet environnement, dans les situations « de tous les jours ». C’est le message saisissant que Jean transmet au commencement de sa première épître. Les apôtres avaient été là : ils avaient entendu, vu, contemplé et même touché de leurs mains ce qui concerne la vie éternelle qui était « révélée ».

Quand le Seigneur Jésus était vivant sur cette terre, la vie éternelle a été rendue visible : « la vie éternelle, qui était auprès du Père et qui nous a été manifestée » (1 Jean 1:2). Voulez-vous connaître comment la vie éternelle agit ici-bas, sur la terre ? Regardez à cet Homme humble, Jésus, comment Il agissait avec les individus et avec les foules, comment Il réagissait face à la foi et face à l’incrédulité, comment Il agissait avec les érudits et avec les opposants, avec les pécheurs repentants et avec les hypocrites, comment Il manifesta une obéissance parfaite et un amour divin. C’est dans la vie de l’Homme Jésus que la vie éternelle a été « manifestée ».

 

5                    La vie éternelle communiquée à d’autres

Jusqu’ici nous avons établi que la vie éternelle est la vie qui appartient aux Personnes divines et au Seigneur Jésus comme Homme. L’Écriture enseigne en outre que la vie éternelle est aussi communiquée à d’autres. Dans Sa prière consignée en Jean 17, le Seigneur déclare que le Père Lui avait « donné autorité sur toute chair, afin que, [quant à] tout ce que tu lui as donné, il leur donne la vie éternelle ». Pour découvrir de qui il s’agit (« tout ce que tu lui as donné »), nous pouvons regarder quelques versets qui établissent les conditions requises pour recevoir la vie éternelle. Il est essentiel de croire :

 

·       au Fils de l’Homme, Jean 3:15

·       au Fils de Dieu, Jean 3:16, 36

·       au Père (« celui qui m’a envoyé ») Jean 5:24.

 

Pour recevoir la vie, il est essentiel de croire au Seigneur Jésus comme à Celui qui est venu du ciel et qui a vécu sur la terre comme le Fils de Dieu incarné : « Moi, je suis le pain vivant qui est descendu du ciel : si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement » (Jean 6:51). Mais la foi dans Sa vie seulement, ne suffit pas. Le reste de ce même verset continue en disant que le Seigneur est devenu Homme en vue de mourir : « or le pain aussi que moi je donnerai, c’est ma chair, laquelle moi je donnerai pour la vie du monde ». La foi dans Sa mort est également nécessaire. Cela ressort aussi de Jean 6:53 : « Si vous ne mangez la chair du fils de l’homme et ne buvez son sang, vous n’avez pas la vie en vous-mêmes ». Le Seigneur s’était présenté Lui-même sous la figure du « pain de vie » (Jean 6:48). Ayant mangé le pain du ciel (Jean 6:49, c’est-à-dire ayant connu le Seigneur dans Son humanité) et ayant mangé Sa chair et bu Son sang (ayant connu le Seigneur dans Sa mort), le croyant a la vie éternelle. Ce n’est pas un acte cérémoniel, cela n’a rien à voir avec la cène du Seigneur, mais c’est une figure illustrant le fait que nous tirons véritablement notre existence de Celui qui a vécu et est mort ici-bas comme Fils de l’Homme.

La mort du Seigneur a donc un double rapport avec la question de recevoir la vie éternelle : premièrement, elle était nécessaire afin que la possibilité d’avoir la vie éternelle existe (Jean 3:14), et deuxièmement, la foi en Sa mort est une condition nécessaire pour recevoir la vie éternelle.

En résumé, nous pouvons dire que c’était la volonté du Père (Jean 6:40) qu’il soit possible d’avoir la vie éternelle sur la base de la foi (Jean 3:15, 16). Il a donné au Fils (Jean 17:2) l’autorité de la communiquer à ceux qui croyaient en Lui, Le connaissant dans Sa vie comme Homme et dans Sa mort (Jean 6:51, 53). L’idée même que la vie que Dieu a toujours eue soit communiquée à l’homme devrait nous conduire à l’adoration. C’était une raison d’être de la mission du Seigneur. Il a dit : « Je suis venu afin qu’elles aient la vie » (Jean 10:10). C’est aussi la seule façon de posséder cette vie. Personne ne peut jamais posséder cette vie éternelle en dehors du Seigneur Jésus ou sans Lui. C’est explicitement dit en 1 Jean 5:12 : « Celui qui a le Fils a la vie, celui qui n’a pas le Fils de Dieu n’a pas la vie ».

Le croyant a donc la même vie qu’a le Seigneur Lui-même. Il y a quand même une différence. Le Seigneur a la vie éternelle « en Lui-même ». Le croyant l’a seulement en Lui. Pour comprendre la différence, pensons à un arbre avec une feuille. Il est clair qu’il y a la vie dans la feuille, mais c’est la vie de l’arbre, et la feuille n’a la vie qu’à cause de l’arbre. L’arbre, de son côté, n’a pas besoin de la feuille ; il a la vie de son propre chef, ou en lui-même. Pensons aussi à ce verset de la première épître de Jean (5:11) : « Dieu nous a donné la vie éternelle, et cette vie est dans son Fils ».

 

6                    La possession présente de la vie éternelle

Il devrait être clair d’après des passages tels que Jean 3:16 que quiconque croit, possède (« a ») la vie éternelle. Ce n’est pas simplement une promesse pour le futur dans le ciel, mais une bénédiction dont on jouit sur la terre, dès à présent. Non seulement les croyants devraient en faire l’expérience, mais ils devraient aussi en être conscients comme d’un fait objectif. Jean écrit explicitement : « Je vous ai écrit ces choses afin que vous sachiez que vous avez la vie éternelle, vous qui croyez au nom du Fils de Dieu » (1 Jean 5:13).

 

7                    Caractères de la vie éternelle : l’obéissance et l’amour

La possession de la vie éternelle n’est pas simplement une curiosité théologique. Ce n’est pas non plus « simplement » un sujet qui nous conduit à adorer le Père et le Fils. C’est aussi une question qui concerne de près notre vie pratique. La vie éternelle se manifeste dans les circonstances de la vie quotidienne. Ce fut le cas avec notre Seigneur quand Il était sur la terre. Le croyant possède la même vie et celle-ci a aussi des « manifestations ».

Le premier aspect de la vie éternelle est l’obéissance. « Et par ceci nous savons que nous le connaissons, savoir si nous gardons ses commandements » (1 Jean 2:3). Ceux qui connaissent Dieu sont ceux qui ont reçu la vie éternelle. Le deuxième aspect de la vie éternelle est l’amour : « Celui qui dit être dans la lumière et qui hait son frère, est dans les ténèbres jusqu’à maintenant. Celui qui aime son frère demeure dans la lumière » (1 Jean 2:9, 10), et « nous savons que nous sommes passés de la mort à la vie, parce que nous aimons les frères » (1 Jean 3:14).

Là encore, l’amour n’est pas simplement un concept théorique, mais il est extrêmement pratique : « Mais celui qui a les biens de ce monde, et qui voit son frère dans le besoin, et qui lui ferme ses entrailles, comment l’amour de Dieu demeure-t-il en lui ? » (1 Jean 3:17). Le fait que le croyant possède la vie éternelle, et a donc la capacité d’aimer, touche même les questions matérielles.

Ces deux aspects, l’obéissance et l’amour, les apôtres les avaient « entendus », « vus », « contemplés » et « touchés » (1 Jean 1:1) quand le Seigneur était sur la terre. Il a été obéissant « jusqu’à la mort » (Phil. 2:8) et Il a aimé « jusqu’à la fin » (Jean 13:1). Et parce que nous avons reçu la même vie, « ce qui est vrai en lui et en vous, » (1 Jean 2:8), nous avons la capacité de manifester les mêmes caractères.

 

8                    Des degrés de croissance chez ceux qui possèdent la vie éternelle

Même si toute personne qui croit au Seigneur Jésus possède la vie éternelle, il y a des stades de croissance dans la jouissance de la vie éternelle, et dans le degré auquel elle nous caractérise (nous, c’est-à-dire nos actions et nos attitudes). Par analogie avec la vie naturelle, l’apôtre Jean fait référence à différents catégories à l’intérieur de la famille de Dieu, « les petits enfants » (*), « les jeunes gens » et les pères (1 Jean 2:13, 14). Tous les enfants de Dieu ont la nouvelle nature, tous possèdent la vie éternelle, et pourtant il y a des degrés de croissance. Exactement comme dans le cas de la vie naturelle, il serait très regrettable qu’il n’y ait aucune croissance dans la vie spirituelle de ceux qui ont reçu la vie éternelle.

 

(*) Si tous les membres de la famille de Dieu sont « enfants » (en grec: teknia, 1 Jean 2:1, 12, 28), il y a une catégorie qui est appelée « petits enfants » (en grec: paidia, 1 Jean 2:14,18).

 

9                    La vie en abondance

Un autre passage intéressant le sujet de la vie éternelle, se trouve en Jean 10:10 où nous lisons : « Je suis venu afin qu’elles aient la vie, et qu’elles l’aient en abondance ». Ce verset me semble suggérer clairement qu’il y a une différence de degré. C’est une chose que d’avoir la vie, mais c’en est une autre de l’avoir en abondance. Les saints de l’Ancien Testament avaient la vie de la part de Dieu, ils avaient une nouvelle nature, mais ils ne connaissaient pas le Père et le Fils (Jean 17:3). Bien qu’ils eussent ce qui était essentiellement la même vie, ils n’en avaient pas la même qualité ni la même mesure.

Un autre aspect de cette différence semble être indiqué en 1 Cor. 15:45 où il est fait référence au Seigneur Jésus comme à un « esprit vivifiant ». En mettant ce passage en relation avec Jean 20:22, nous comprenons que c’est le Seigneur ressuscité qui, comme esprit vivifiant, donne la vie de résurrection. En d’autres termes, la vie en abondance a une nouvelle dimension en ce qu’elle n’est pas « simplement » la vie du Seigneur, mais elle est la vie du Seigneur ressuscité. C’était clairement quelque chose d’inconnu aux saints de l’Ancien Testament. Combien cette vie que le Seigneur nous a donnée est riche — « une vie en abondance ».

Une autre indication sur cette vie en abondance est donnée dans les paroles du Seigneur à Nicodème en Jean 3. Ayant parlé des choses terrestres liées à la nouvelle naissance (ce que Nicodème aurait dû connaître d’après l’Ancien Testament, Jean 3:10) le Seigneur parle des choses célestes (Jean 3:12-15). Immédiatement après ceci, Il parle de la vie éternelle. « Si Je vous ai parlé des choses terrestres, et que vous ne croyiez pas, comment croirez-vous, si Je vous parle des choses célestes ? Et personne n’est monté au ciel, sinon Celui qui est descendu du ciel, le Fils de l’homme qui est dans le ciel. Et comme Moïse éleva le serpent dans le désert, ainsi il faut que le Fils de l’homme soit élevé, afin que quiconque croit en Lui ne périsse pas, mais qu’il ait la vie éternelle ».

 

La vie éternelle concerne clairement ce qui est céleste, et non pas les bénédictions terrestres des saints de l’Ancien Testament.

 

10               Pourquoi est-elle appelée vie « éternelle’?

La vie éternelle concerne ce qui est éternel, et elle concerne donc ce qui est céleste (voir ci-dessus) et ce qui est invisible : « car les choses qui se voient sont pour un temps, mais celles qui ne se voient pas sont éternelles » (2 Cor. 4:18). Par conséquent, non seulement la vie éternelle dure éternellement, mais elle est une vie de jouissance des choses éternelles, et même des Personnes éternelles, c’est-à-dire divines. Ceci est confirmé par les propres paroles du Seigneur en Jean 17:3 : « Et c’est ici la vie éternelle, qu’ils te connaissent seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus Christ ». Nous pouvons bien nous demander dans quelle mesure nos vies sont caractérisées par la vie éternelle, et par un intérêt et une jouissance des choses éternelles.

 

11               Aspect futur de la vie éternelle

Paul, Jude et les auteurs des évangiles synoptiques (Matthieu, Marc, Luc) utilisent souvent l’expression « vie éternelle » en rapport avec la jouissance que l’on en aura dans le futur (*) (par exemple Luc 18:18, 30 ; Rom. 2:7, 6:22, 23 ; Tite 3:7 ; Jude 21, etc.). Il n’y a pas du tout de contradiction avec le ministère de Jean qui fait ressortir la bénédiction de la possession présente de la vie éternelle par le croyant. Bien que nous possédions cette même vie maintenant, et bien que nous ayons la capacité d’avoir communion par ce moyen avec les apôtres, et même avec le Père et le Fils (1 Jean 1:3), il y a des milliers d’influences tendant à nous empêcher d’en jouir. Quand nous serons avec le Seigneur, ce sera complètement différent. Rien ne viendra nous perturber. On jouira pleinement de la vie éternelle.

 

(*) Que ce soit dans le royaume ou dans la maison du Père.

 

Mon désir est que ces lignes puissent aider les croyants à connaître la bénédiction de posséder la vie éternelle, et à jouir consciemment de la communion avec le Père et le Fils et, par conséquent, les uns avec les autres.