[ Page principale | Nouveautés | La Bible | la Foi - l'Évangile | Plan des sujets | Études AT | Études NT | Index auteurs + ouvrages + sujets | Centres d'intérêt ]

 

La première Épître aux Corinthiens

 

Hamilton Smith

Traduit pour / par Bibliquest à partir du texte anglais de Stempublishing

 

Table des matières abrégée :

1       Préface

2       1 Corinthiens 1

3       1 Corinthiens 2 — Le Saint Esprit met la chair de côté et instruit dans la pensée de Christ

4       1 Corinthiens 3

5       1 Corinthiens 4 — Instructions aux serviteurs ou ouvriers

6       1 Corinthiens 5 — Sainteté collective

7       1 Corinthiens 6 — Sainteté individuelle

8       1 Corinthiens 7 — Sainteté dans les relations de famille

9       1 Corinthiens 8 — Abus de liberté en faisant chuter un frère

10     1 Corinthiens 9 — Abus de la liberté en tombant personnellement

11     1 Corinthiens 10 à 11:1 — Abus de la liberté compromettant la communion

12     1 Corinthiens 11:2-34 — L’ordre de Dieu dans la création, dans l’assemblée

13     1 Corinthiens 12 — Les dons de l’Esprit, l’assemblée corps de Christ

14     1 Corinthiens 13 — Ce qui doit animer le corps de Christ : l’amour

15     1 Corinthiens 14 — Exercice du ministère dans l’assemblée : amour, édification, et ordre

16     1 Corinthiens 15 — La résurrection

17     1 Corinthiens 16

 

Table des matières détaillée :

1       Préface

2       1 Corinthiens 1

2.1         1 Cor. 1:1-3 — Adresse de l’épitre

2.2         1 Cor. 1:4-9 — Sujets d’actions de grâce

2.3         1 Cor. 1:10-11

2.4         1 Cor. 1:12

2.5         1 Cor. 1:13-16

2.6         1 Cor. 1:17-31 — La croix de Christ

2.6.1      1 Cor. 1:17 — La croix de Christ

2.6.2      1 Cor. 1:18-25 — La prédication de la croix

2.6.3      1 Cor. 1:26-29 — L’appel de Dieu

2.6.4      1 Cor. 1:30-31 — La position du croyant en Christ

3       1 Corinthiens 2 — Le Saint Esprit met la chair de côté et instruit dans la pensée de Christ

3.1         1 Cor. 2:1-5 — Prédication de l’évangile

3.1.1      1 Cor. 2:1-2 — La croix met tout à néant

3.1.2      1 Cor. 2:3 — Condition du prédicateur

3.1.3      1 Cor. 2:4-5 — Manière de prêcher

3.2         1 Cor. 2:2-16 — Communication des choses profondes de Dieu aux saints

3.2.1      1 Cor. 2:6

3.2.2      1 Cor. 2:7

3.2.3      1 Cor. 2:8

3.2.4      1 Cor. 2:9

3.2.5      1 Cor. 2:10

3.2.6      1 Cor. 2:11

3.2.7      1 Cor. 2:12

3.2.8      1 Cor. 2:13

3.2.9      1 Cor. 2:14-15

3.2.10        1 Cor. 2:16 — Rôle de l’Esprit. La pensée de Christ

4       1 Corinthiens 3

4.1         1 Cor. 3:1-4 — Le bas état spirituel de l’assemblée

4.2         1 Cor. 3:5-9 (3:5-23 globalement) — Instructions quant au service

4.2.1      1 Cor. 3:5

4.2.2      1 Cor. 3:6

4.2.3      1 Cor. 3:7

4.2.4      1 Cor. 3:8

4.2.5      1 Cor. 3:9

4.3         1 Cor. 3:10-17 — Les saints comme objets du travail des serviteurs : l’édifice de Dieu

4.3.1      1 Cor. 3:10-11

4.3.2      1 Cor. 3:12

4.3.3      1 Cor. 3:13

4.4         1 Cor. 3:14-17 — L’édifice de Dieu : Trois classes d’ouvriers

4.4.1      1 Cor. 3:14 — un vrai ouvrier qui fait du bon travail

4.4.2      1 Cor. 3:15 — un vrai ouvrier, dont le travail est mauvais

4.4.3      1 Cor. 3:16-17 — un mauvais ouvrier et un mauvais travail

4.5         1 Cor. 3:18-23 — Avertissements

4.5.1      1 Cor. 3:18

4.5.2      1 Cor. 3:19-20

4.5.3      1 Cor. 3:21-23

5       1 Corinthiens 4 — Instructions aux serviteurs ou ouvriers

5.1         1 Cor. 4:1

5.2         1 Cor. 4:2

5.3         1 Cor. 4:3-5

5.4         1 Cor. 4:6

5.5         1 Cor. 4:7

5.6         1 Cor. 4:8

5.7         1 Cor. 4:9

5.8         1 Cor. 4:10

5.9         1 Cor. 4:11-13

5.10       1 Cor. 4:14-16

5.11       1 Cor. 4:17

5.12       1 Cor. 4:18-21

6       1 Corinthiens 5 — Sainteté collective

6.1         1 Cor. 5:1

6.2         1 Cor. 5:2

6.3         1 Cor. 5:3-5

6.4         1 Cor. 5:6-8

6.5         1 Cor. 5:9-13

7       1 Corinthiens 6 — Sainteté individuelle

7.1         1 Cor. 6:1

7.2         1 Cor. 6:2

7.3         1 Cor. 6:3-4

7.4         1 Cor. 6:5-6

7.5         1 Cor. 6:7-8

7.6         1 Cor. 6:9-11

7.6.1      Lavés — 6:11a

7.6.2      Sanctifiés — 6:11b

7.6.3      Justifiés — 6:11cd

7.7         1 Cor. 6:12-20

7.7.1      1 Cor. 6:12-13a

7.7.2      1 Cor. 6:13b-20

8       1 Corinthiens 7 — Sainteté dans les relations de famille

8.1         1 Cor. 7:1-2

8.2         1 Cor. 7:3-5

8.3         1 Cor. 7:6-9

8.4         1 Cor. 7:10-11

8.5         1 Cor. 7:12-17

8.6         1 Cor. 7:18-19

8.7         1 Cor. 7:20-24

8.8         1 Cor. 7:25-34

8.9         1 Cor. 7:35-40

9       1 Corinthiens 8 — Abus de liberté en faisant chuter un frère

9.1         1 Cor. 8:1-3

9.2         1 Cor. 8:4-6

9.3         1 Cor. 8:7-13

10     1 Corinthiens 9 — Abus de la liberté en tombant personnellement

10.1       1 Cor. 9:1-2

10.2       1 Cor. 9:3-7

10.3       1 Cor. 9:8-11

10.4       1 Cor. 9:12

10.5       1 Cor. 9:13-14

10.6       1 Cor. 9:15

10.7       1 Cor. 9:16-17

10.8       1 Cor. 9:18

10.9       1 Cor. 9:19-23

10.10    1 Cor. 9:24-27 — L’apôtre ne s’accommodait pas au monde. Le service est un chemin d’abnégation

11     1 Corinthiens 10 à 11:1 — Abus de la liberté compromettant la communion

11.1       1 Cor. 10:1-5

11.2       1 Cor. 10:6-11

11.3       1 Cor. 10:12-14

11.4       1 Cor. 10:15-17

11.5       1 Cor. 10:18-22

11.6       1 Cor. 10:23-11:1

12     1 Corinthiens 11:2-34 — L’ordre de Dieu dans la création, dans l’assemblée

12.1       1 Cor. 11:2 — Approbation d’avoir gardé les enseignements de l’apôtre

12.2       1 Cor. 11:3-12 — L’ordre de la création

12.2.1        1 Cor. 11:3

12.2.2        1 Cor. 11:4-6

12.2.3        1 Cor. 11:7

12.2.4        1 Cor. 11:8-10

12.2.5        1 Cor. 11:11-12

12.3       1 Cor. 11:13-15 — Référence à la nature

12.4       1 Cor. 11:16 — Référence à la coutume

12.5       1 Cor. 11:17-34 — Maintien de l’ordre de Dieu dans les réunions

12.5.1        1 Cor. 11:17-19 — Désordres dans les réunions

12.5.1.1           1 Cor. 11:17

12.5.1.2           1 Cor. 11:18-19 — Divisions, schismes, hérésies, sectes

12.5.1.3           1 Cor. 11:20-22

12.5.2        1 Cor. 11:23-27 — La cène

12.5.2.1           1 Cor. 11:23

12.5.2.2           1 Cor. 11:24-25

12.5.2.3           1 Cor. 11:26

12.5.2.4           1 Cor. 11:27

12.5.3        1 Cor. 11:28-34 — Remède et avertissements

12.5.3.1           1 Cor. 11:28-29 — Jugement de soi-même

12.5.3.2           1 Cor. 11:30-32 — Châtiments

12.5.3.3           1 Cor. 11:33-34

13     1 Corinthiens 12 — Les dons de l’Esprit, l’assemblée corps de Christ

13.1       1 Cor. 12:1-3

13.2       1 Cor. 12:4

13.3       1 Cor. 12:5

13.4       1 Cor. 12:6

13.5       1 Cor. 12:7

13.6       1 Cor. 12:8-10

13.7       1 Cor. 12:11

13.8       1 Cor. 12:12-13

13.9       1 Cor. 12:14-19

13.10    1 Cor. 12:20-25

13.11    1 Cor. 12:26

13.12    1 Cor. 12:27 — Vous êtes corps de Christ

13.13    1 Cor. 12:28-30

13.14    1 Cor. 12:31

14     1 Corinthiens 13 — Ce qui doit animer le corps de Christ : l’amour

14.1       1 Cor. 13:1-3 — Valeur prééminente de l’amour

14.1.1        1 Cor. 13:1

14.1.2        1 Cor. 13:2

14.1.3        1 Cor. 13:3

14.2       1 Cor. 13:4-7 — Nature de l’amour

14.2.1        1 Cor. 13:4-5 — Huit premières qualités

14.2.2        1 Cor. 13:6 — Trois qualités suivantes

14.2.3        1 Cor. 13:7 — Quatre dernières qualités

14.3       1 Cor. 13:8-13 — Caractère durable de l’amour

15     1 Corinthiens 14 — Exercice du ministère dans l’assemblée : amour, édification, et ordre

15.1       1 Cor. 14:1 — L’amour est le motif de l’exercice des dons

15.2       1 Cor 14:2-25 — L’édification est la grande finalité de l’exercice des dons

15.2.1        1 Cor. 14:2-4

15.2.2        1 Cor. 14:5-6

15.2.3        1 Cor. 14:7-11

15.2.4        1 Cor. 14:12

15.2.5        1 Cor. 14:13-17

15.2.6        1 Cor. 14:18-20

15.2.7        1 Cor. 14:21-25

15.3       1 Cor. 14:26-40 — Ordre divin à maintenir dans l’exercice des dons

15.3.1        1 Cor. 14:26

15.3.2        1 Cor. 14:27-28

15.3.3        1 Cor. 14:29-31

15.3.4        1 Cor. 14:32-33

15.3.5        1 Cor. 14:34-35

15.3.6        1 Cor. 14:36-38

15.3.7        1 Cor. 14:39-40

16     1 Corinthiens 15 — La résurrection

16.1       1 Cor. 15:1-2

16.2       1 Cor. 15:3-4

16.3       1 Cor. 15:5-10

16.4       1 Cor. 15:11

16.5       1 Cor. 15:12-19

16.6       1 Cor. 15:20

16.7       1 Cor. 15:21-23

16.8       1 Cor. 15:24-28

16.9       1 Cor. 15:29-32

16.10    1 Cor. 15:33-34

16.11    1 Cor. 15:35-41

16.12    1 Cor. 15:42-44

16.13    1 Cor. 15:45-50

16.14    1 Cor. 15:51-55

16.15    1 Cor. 15:56-57

16.16    1 Cor. 15:58

17     1 Corinthiens 16

17.1       1 Cor. 16:1-4 — Collectes

17.2       1 Cor. 16:5-9

17.3       1 Cor. 16:10-11

17.4       1 Cor. 16:12

17.5       1 Cor. 16:13-14

17.6       1 Cor. 16:15-18

17.7       1 Cor. 16:19-20

17.8       1 Cor. 16:21-24

 

 

 

 

1         Préface

La 1ère épître aux Corinthiens considère l’assemblée de Dieu dans ses privilèges et ses responsabilités sur la terre, et présente l’ordre voulu par Dieu pour la réalisation locale de ces responsabilités.

Les désordres graves qui existaient dans cette assemblée furent la raison directe de la rédaction de cette épître ; c’est donc une épître corrective. Mais il est évident que l’apôtre Paul, conduit par l’Esprit de Dieu, ne s’est pas borné à corriger les abus dans une assemblée locale de l’époque du commencement, mais il a également donné des instructions divines et inspirées valables pour tous les temps au sujet du maintien de la sainte discipline dans la maison de Dieu, et au sujet du maintien de l’ordre divin parmi le peuple de Dieu, en tant que formant le corps de Christ, spécialement l’ordre divin en rapport avec les réunions d’assemblée.

Au cours de l’épître, nous apprenons que dans cette assemblée il y avait du relâchement moral, du désordre, et des erreurs doctrinales. Un mal conduit à l’autre. L’expérience a souvent prouvé que la mondanité et le relâchement moral sont suivis de désordres dans l’assemblée, et que ce désordre ouvre à son tour la porte à l’erreur doctrinale.

 

L’épître est divisée en grandes sections qui traitent de ces maux dans l’ordre suivant :

  1) dans les ch. 1 à 10, l’apôtre s’occupe du relâchement moral en introduisant la croix de Christ et l’Esprit Saint dans le but d’exclure la sagesse de ce monde et la licence de la chair ; il nous donne aussi des instructions pour le maintien de la discipline parmi le peuple de Dieu,

  2) dans les ch. 11 à 14, l’apôtre traite du désordre de l’assemblée en présentant la libre action de l’Esprit Saint dans l’assemblée vue comme le corps de Christ,

  3) dans le ch. 15, il traite de la fausse doctrine qui niait la résurrection des morts, sapant l’évangile et portant atteinte à la Personne de Christ.

 

2         1 Corinthiens 1

2.1        1 Cor. 1:1-3 — Adresse de l’épitre

C’est en tant qu’apôtre que Paul écrit à l’assemblée de Corinthe, et il prend soin de déclarer qu’il a reçu son autorité d’apôtre par l’appel de Jésus Christ par la volonté de Dieu, et non pas par une nomination humaine ni selon la volonté de l’homme (1:1a). Quoiqu’écrivant comme apôtre, il est tout à fait libre de s’associer un frère. Si ce frère Sosthène est celui qui avait été précédemment chef de synagogue à Corinthe, il était bien connu desCorinthiens (1:1b ; Actes 18:17).

L’apôtre s’adresse à l’assemblée de Dieu à Corinthe comme à ceux qui sont «sanctifiés dans le christ Jésus, saints appelés» (1:2a). Il voit ainsi les saints comme ‘mis à part pour Christ’ tandis qu’ils traversent ce monde, et en même temps il les voit comme ‘appelés hors de ce présent siècle mauvais’ pour avoir une part avec Christ en haut, car notre appel est «céleste», «en haut» (Héb. 3:1 ; Phil. 3:14).

Tout en s’adressant à l’assemblée à Corinthe, l’apôtre leur associe «tous ceux qui en tout lieu invoquent le nom de notre seigneur Jésus Christ, et leur [seigneur] et le nôtre» (1:2b). Il y a un seul Seigneur, dont chaque assemblée locale peut dire, en se référant à toutes les autres : Il est à la fois leur Seigneur et le nôtre. Cela était de toute importance dans une épître qui traite de la conduite pratique du chrétien, et du maintien de la discipline et de l’ordre dans l’assemblée. Cela montre clairement que les instructions de l’épitre s’appliquent à l’ensemble de la profession chrétienne de tous les temps. À maintes reprises dans l’épître, nous trouvons des passages qui réfutent la tentative de limiter l’instruction à une assemblée locale ou à la période apostolique (voir 4:17 ; 7:17 ; 11:16 ; 14:36-37 ; 16:1). L’apôtre parle clairement des désordres de cette assemblée, mais derrière ses propos de condamnation manifeste, on voit son ardent désir qu’ils puissent jouir des bénédictions de grâce et de paix de la part de «Dieu notre Père et du seigneur Jésus Christ !» (1:3).

 

2.2        1 Cor. 1:4-9 — Sujets d’actions de grâce

Bien qu’il eût beaucoup à corriger dans cette assemblée en raison de leur bas état, l’apôtre était néanmoins reconnaissant de la grâce et de la fidélité de Dieu à leur égard. La grâce de Dieu leur avait été donnée, comme pour nous tous, grâce à Jésus Christ (1:4). Cette grâce les avait enrichis de toute bénédiction spirituelle en Christ et leur avait donné «toute parole» de doctrine et «toute connaissance» de doctrine (1:5). Il y avait eu un témoignage rendu à Christ au milieu d’eux, confirmé par la connaissance de la vérité qu’ils possédaient (1:6), et par le fait qu’ils ne manquaient d’aucun don en attendant la révélation de notre Seigneur Jésus Christ (1:7). En outre, la grâce qui les avait si richement bénis les affermirait jusqu’à la fin, de sorte que, même si l’apôtre avait beaucoup à corriger dans leur état actuel, ils seraient irréprochables dans la journée du Seigneur (1:8).

En outre, malgré toute l’infidélité de ces saints, l’apôtre peut rendre grâce à la «fidélité de Dieu» par qui les croyants sont «appelés à la communion de son Fils Jésus Christ, notre Seigneur» (1:9). Notons qu’il ne s’agit pas ici de la communion avec Son Fils, mais de la communion de Son Fils, une communion dont Christ, comme Seigneur, est le lien, et qui embrasse tous ceux qui invoquent Son nom. C’est la vraie communion chrétienne, et la seule que l’Écriture reconnaît. Les chrétiens peuvent former d’autres cercles de communion dont le lien consiste à maintenir quelque vérité importante, ou à opérer quelque œuvre spéciale, mais de tels cercles de communion ont un caractère sectaire et sont forcément bien loin d’arriver à la hauteur de la communion à laquelle nous sommes appelés ; celle-ci a 1) le Seigneur pour lien, 2) la Cène du Seigneur pour expression la plus profonde, et 3) l’Esprit Saint pour puissance qui dirige (1 Cor. 10:16-17 ; 2 Cor. 13:14). Une génération peut passer et une autre se lever, mais le Seigneur seul demeure (Éph. 4:5) ; et malgré toute la ruine et la confusion dans la profession chrétienne, Sa pensée telle que développée dans l’épitre demeure dans toute sa force quant à la conduite de ceux qui sont appelés à la communion dont Il est le lien, et quant à la discipline et de l’ordre des assemblées de Dieu.

Il est à remarquer que, tout en remerciant Dieu pour Sa grâce, l’apôtre n’exprime absolument aucune approbation de leur condition spirituelle. Il se réjouit de reconnaître la fidélité de Dieu, mais il ne peut pas s’adresser à eux comme à des «saints et fidèles», selon ce qu’il écrit aux saints à Éphèse et Colosses (Éph. 1:1 ; Col. 1:2). Hélas ! bien qu’ils avaient «toute connaissance» (1:5) et qu’ils ne manquaient d’aucun don (1:7), l’apôtre doit reconnaître un peu plus loin qu’ils étaient «encore charnels» (3:3), et qu’il ne pouvait pas leur parler «comme à des hommes spirituels» (3:1). La chair peut se vanter de la connaissance, et se servir des dons pour s’élever, mais nous faisons bien de nous rappeler que la simple connaissance et la possession de tous les dons, n’écartent pas le désordre ni n’assurent la spiritualité si la chair n’est pas jugée.

 

Ayant ainsi reconnu ce qui était de Dieu dans l’assemblée, l’apôtre commence à s’occuper des désordres répandus au milieu d’eux, qui entravaient leur croissance spirituelle et leur témoignage pour Christ.

 

2.3        1 Cor. 1:10-11

Le premier grand mal qu’il traite est l’état de division qui régnait parmi eux. «Il y a», écrit l’apôtre, «des dissensions parmi vous» (1:11) ; et de nouveau en 1 Cor. 11:18 : «J’entends dire qu’il y a des divisions parmi vous». Il aborde ce sujet avec un appel très solennel en invoquant «le nom de notre Seigneur Jésus Christ». Il vient de rappeler à l’assemblée à Corinthe, et à nous-mêmes, que nous avons «été appelés à la communion de son Fils Jésus Christ, notre Seigneur» (1:9). Cet appel, qui est accompagné de nombreux privilèges, implique la responsabilité d’être fidèle à la communion dans notre marche et dans nos voies. Pour jouir de nos privilèges, et assumer nos responsabilités, nous sommes exhortés à être parfaitement unis dans un même sentiment et un même avis, en sorte qu’il n’y ait pas de division au sein du peuple de Dieu (1:10), ni de brèche dans la communion.

 

2.4        1 Cor. 1:12

L’apôtre expose alors la racine d’où proviennent les divisions. «Chacun de vous dit : Moi, je suis de Paul ; et moi, d’Apollos ; et moi, de Céphas ; et moi, de Christ». D’un côté, ils encensaient des serviteurs doués du Seigneur en leur attribuant une fausse position de centres de rassemblement, ce qui est le fâcheux principe du cléricalisme ; d’un autre côté, ils se constituaient eux-mêmes en partis autour de ces serviteurs et s’engageaient ainsi dans le mal du sectarisme.

Mais qu’en était-il de ceux qui désavouaient tout conducteur humain, et disaient : «moi, [je suis] de Christ» ? — Ceux-ci étaient en réalité pires que les autres, car ils faisaient de Christ un chef de parti et ignoraient les dons donnés par Christ. C’était se réclamer d’une spiritualité supérieure se croyant capable de se passer du service des autres, et prétendre s’approprier Christ pour eux seuls.

Le mal ici est l’inverse de celui d’Actes 20:30. Là, l’apôtre avertit les anciens d’Éphèse que du trouble viendrait des conducteurs ; ici, il déclare qu’il provenait des disciples. Là, il parle de ce qui se passerait après sa mort ; ici, de ce qui se passait durant sa vie. Mais un mal amène l’autre. Le mal commence en formant des partis autour de conducteurs, et finit par des conducteurs enseignant des choses perverses. Ce principe solennel manifesté à Corinthe, a été à l’œuvre tout au long de l’histoire de l’église avec des résultats tout aussi désastreux. Les gens se sont rangés autour de leurs docteurs préférés, et les conducteurs acceptant d’être placés dans cette fausse position, ont fini par enseigner des choses perverses et ont amené de la division parmi le peuple de Dieu en attirant les disciples après eux.

 

2.5        1 Cor. 1:13-16

L’apôtre condamne leur sectarisme en demandant : «Le Christ est-il divisé ?» (1:13a). Nous sommes appelés à une communion dont Christ est le lien. Nous pouvons, hélas, former d’autres communions avec quelque autre lien, mais nous ne pouvons pas diviser Christ. — Puis il condamne leur cléricalisme en demandant : «Paul a-t-il été crucifié pour vous ?» (1:13b). Paul refusait d’être exalté en étant mis dans une fausse position de centre de rassemblement pour le peuple de Dieu (1:13c). Le seul vrai centre de rassemblement pour le peuple de Dieu est Celui qui a démontré Ses droits sur eux en étant crucifié pour eux. Même si Paul aimait beaucoup le peuple de Dieu, il n’avait pas été crucifié pour eux. Il ne voulait pas usurper une place dans les affections du peuple de Dieu, qui n’appartient qu’au Crucifié. Son seul but, comme celui de tout vrai serviteur, était de les fiancer à un seul mari afin de pouvoir les présenter comme une vierge chaste à Christ (2 Cor. 11:2). Paul ne s’était pas non plus constitué en centre de rassemblement en baptisant au nom de Paul (1:15). En fait, il avait seulement baptisé Crispus et Gaius, et aussi la maison de Stéphanas (1:14, 16) ; quant au reste des saints de Corinthe, il s’était abstenu de les baptiser pour que personne ne dise qu’il baptisait pour son propre nom et qu’il cherchait ainsi à former un parti autour de lui. En encensant leurs docteurs préférés, et en cherchant à obtenir du prestige en les suivant, ils se glorifiaient dans les hommes plutôt que dans le Seigneur, dans les dons plutôt que dans le Donateur.

Pour contrecarrer ce mal, l’apôtre insiste sur deux grandes vérités : premièrement, la croix de Christ, le grand sujet du reste du chapitre ; deuxièmement, la présence et la puissance du Saint Esprit, ce qui est le grand sujet du ch. 2. Il aura plus loin beaucoup à corriger dans les détails de leur comportement, mais avant de le faire, il cherche à les établir dans les grandes vérités qui excluent totalement la chair ; la tolérer est la racine de tous les désordres dans l’assemblée de Dieu. La croix traite la chair en la jugeant devant Dieu. La présence du Saint Esprit ne tolère pas la chair dans l’assemblée de Dieu sur la terre. C’est une considération solennelle pour nous tous, que, dès qu’on permet à la chair de se manifester dans l’assemblée de Dieu, en pratique on nie l’œuvre de la croix et on ignore la présence de l’Esprit Saint.

 

2.6        1 Cor. 1:17-31 — La croix de Christ

L’apôtre commence à parler de la croix de Christ au v. 17. En relation avec, il y a la prédication de la croix aux v. 18-25, l’appel de Dieu aux v. 26-29 et, enfin, la position dans laquelle l’appel de Dieu nous amène aux v. 30 et 31. Chacune de ces vérités exclut totalement la chair et mène à la conclusion que «celui qui se glorifie, se glorifie dans le Seigneur» (1:31). 

 

2.6.1        1 Cor. 1:17 — La croix de Christ

Tout d’abord, l’apôtre met en avant devant ces croyants la croix de Christ. Il avait été envoyé, non pas pour baptiser, mais pour prêcher la bonne nouvelle, l’évangile. La prédication ne devait pas être faite avec sagesse de parole afin que la croix de Christ ne soit pas rendue vaine. La présentation de l’évangile ne se borne pas à des paroles : il faut la croix. C’est un principe extrêmement important à saisir que Dieu se fait connaitre à nous par Ses actions, et non pas simplement par des descriptions ou des déclarations de Sa part. La philosophie et la théologie cherchent à décrire Dieu ; mais faire une description exige de la sagesse de paroles, et la sagesse de paroles requiert de l’instruction humaine pour formuler et comprendre ces paroles. Dieu est trop grand pour être décrit par des paroles, et nous sommes trop petits pour assimiler de simples descriptions. Dieu s’y est donc pris autrement, et à dire vrai de la seule manière possible pour se faire connaître Lui et Son Évangile. Il s’est fait connaître Lui-même personnellement et en actions. Dieu s’est manifesté en chair dans la Personne de Christ, et s’est fait connaître dans toute Ses activités parmi les hommes. Et ces activités faites de grâce, d’amour et de sainteté, ont culminé dans la croix de Christ. La Croix est la plus grande manifestation possible de l’amour de Dieu pour le pécheur, de la haine de Dieu contre le péché, et de la mise de côté de l’homme dans la chair.

Ceci étant, l’apôtre refuse d’annoncer la bonne nouvelle, l’évangile, par de simples descriptions, qui supposent de la sagesse de paroles, mais il place devant eux la croix de Christ, qui met l’homme de côté, cet homme que les Corinthiens exaltaient.

 

2.6.2        1 Cor. 1:18-25 — La prédication de la croix

Les philosophes préfèrent des dissertations érudites ; c’est pourquoi la prédication de la croix est folie pour ceux qui périssent (1:18a). Les sages de ce monde ne voient pas la gloire de la Personne qui a été clouée à la croix, et ne voient donc pas l’amour de Dieu qui L’a donné pour souffrir, ni la sainteté de Dieu qui exigeait un tel sacrifice, ni la ruine totale de l’homme, — toutes des choses manifestées dans la croix. Tout ce qu’ils voient, c’est un homme cloué à une croix entre deux brigands, de sorte que la prédication du salut par le moyen de la croix leur paraît une pure folie. Ceux qui pensent ainsi sont ceux qui périssent. Pour ceux qui sont sauvés, la croix est la puissance de Dieu pour sauver (1:18b), car par elle Dieu peut justement sauver le pécheur le plus vil.

La sagesse du monde est ainsi dévoilée et réduite à néant (1:19). Le monde a eu amplement le temps de développer sa sagesse ; le résultat a été que toute la sagesse des philosophes s’est montrée être une folie du fait qu’elle laisse l’homme dans l’ignorance complète de Dieu (1:20). La fin de toute la sagesse de l’homme est que «le monde, par la sagesse, n’a pas connu Dieu» (1:21a). Ce n’est pas par ignorance ou par stupidité que l’homme n’a pas connu Dieu, mais par la sagesse. Le résultat net de toute la sagesse de tous les âges, y compris celle des efforts combinés des intelligences les plus vives du monde, a été de laisser l’homme dans l’ignorance absolue de Dieu, et dans l’ignorance totale de lui-même. Lorsque l’échec complet de la sagesse de l’homme a été démontré, il a plu à Dieu par la folie de la prédication de sauver ceux qui croient (1:21b).

Or la manière de Dieu de se révéler et de bénir l’homme est autant une offense pour les Juifs que pour les non Juifs. Les Juifs recherchaient un «signe», quelque intervention miraculeuse de Dieu faisant appel aux sens ; les nations recherchaient le raisonnement philosophique faisant appel à la pensée (1:22). Dieu se sert de Christ crucifié pour faire appel à la conscience et au cœur. Mais ceci était une pierre d’achoppement pour les Juifs et une folie pour les non Juifs.

Les Juifs attendaient un Messie régnant en puissance depuis un trône, — un Messie qui ferait revivre le royaume, abattrait leurs ennemis, et établirait Israël à la tête des nations. Christ régnant sur un trône, ils pouvaient le comprendre ; Christ crucifié sur une croix était une offense pour eux. N’ayant aucun sentiment de leur besoin comme pécheurs, ils ne pouvaient voir aucun sens à la croix. À cause de leur incrédulité, la croix devenait une pierre d’achoppement pour eux (1:23a).

Quant aux non Juifs ils attendaient quelque chose faisant appel à la raison, quelque chose de nouveau, quelque nouveau schéma philosophique. Leur dire qu’il y avait un salut au moyen d’un crucifié, qu’il y avait la vie au moyen d’un mourant, la puissance au moyen d’un crucifié en faiblesse, ce n’était à leurs yeux que pure folie (1:23b). Néanmoins, à ceux qui sont appelés, tant Juifs que Grecs, Christ est «la puissance de Dieu et la sagesse de Dieu» (1:24). En Lui ils découvrent la puissance de Dieu qui sauve, et la sagesse de Dieu accomplissant tous Ses desseins.

Selon les idées des hommes, la prédication est «la folie de Dieu» et la croix «la faiblesse de Dieu». Soit ! mais cela ne fait que démontrer que «la folie de Dieu est plus sage que les hommes», et que «la faiblesse de Dieu est plus forte que les hommes» (1:25).

 

2.6.3        1 Cor. 1:26-29 — L’appel de Dieu

En présentant la croix et la prédication de la croix, l’apôtre a mis de côté la chair religieuse des Juifs, et la chair intellectuelle des nations. Ensuite il met de côté l’orgueil de la chair en présentant l’appel de Dieu. «Car considérez votre appel, frères, - qu’il n’y a pas beaucoup de sages selon la chair, pas beaucoup de puissants, pas beaucoup de nobles...» (1:26). Dieu a choisi les choses folles, faibles, viles, méprisées, et les choses qui ne sont pas, pour confondre les sages et réduire à néant celles qui sont. C’est ainsi qu’un mendiant aveugle confondit les pharisiens sages (Jean 9:30-34 ; Actes 4:14), et de simples pêcheurs confondirent les sages chefs d’Israël au point qu’ils en furent obligés de se demander quoi faire (Actes 4:16).

Dieu se sert ainsi « des choses qui ne sont pas pour annuler celles qui sont » (1:28). Aux jours des apôtres, ce par quoi les hommes cherchaient à s’exalter étaient le judaïsme et la philosophie ; Dieu s’est servi d’hommes simples pour réduire ces choses à néant, afin qu’aucune chair ne se glorifie devant Lui.

La chair a besoin de se glorifier en quelque chose, la naissance ou les richesses ou les questions intellectuelles ; mais en présence de Dieu, ni croyant ni incrédule ne peut se glorifier dans ces choses (1:29). Hélas, en présence des hommes, on cherche à s’exalter par la naissance ou les richesses, ou la sagesse, ou les réussites ; mais en présence de Christ, on a honte de cela même dont on se glorifie devant autrui. En Sa présence on n’ose pas mentionner ces choses, si ce n’est pour se condamner de s’en être glorifié. Se glorifier en ces choses montre seulement à quel point on est peu dans Sa présence.

 

2.6.4        1 Cor. 1:30-31 — La position du croyant en Christ

Finalement, l’apôtre met de côté la chair en présentant l’origine et la position du croyant. Le croyant est «de Dieu» (1:30a). Combien il est plus grand d’être «de Dieu» que de faire partie des nobles, des puissants, des sages ou des riches. Bien mieux, nous sommes de Dieu «dans le Christ Jésus» (1:30a). Non seulement notre origine est en Dieu, mais nous sommes placés dans une position entièrement nouvelle devant Dieu : nous sommes «dans le Christ Jésus». Nous ne nous tenons pas devant Dieu dans la condition et la position d’Adam, loin de Dieu et sous le jugement, mais nous sommes « en Christ » dans tout ce qu’Il a d’approprié pour Dieu et pour le ciel.

Et ce n’est pas tout. Nous pouvons n’avoir que peu de sagesse propre ; néanmoins, Christ nous a été fait sagesse (1:30b). Nous n’avons pas besoin de nous tourner vers la philosophie pour avoir de la sagesse, ou vers les sages, ou vers une sagesse propre imaginaire, car nous avons Christ. Ayant Christ, nous voyons tout de suite ce que toute la sagesse du monde ne peut jamais nous enseigner. Christ, sur la croix, nous a pleinement montré notre ruine et nous a fait connaître Dieu dans Son amour. Christ dans la gloire, présente tout ce que Dieu se propose et s’est proposé. En Christ, nous voyons la sagesse de Dieu qui répond à notre ruine et accomplit Son propos.

En outre, Christ nous a été fait justice (1:30c). Nous n’avons pas de justice pour Dieu. La justice de Dieu est vue en ce qu’Il nous a justifiés par la mort de Christ et en accord avec ce que Lui est. Si nous voulons savoir ce qu’est cette justice, et combien elle nous rend parfaitement propres pour la gloire, alors nous n’avons besoin de regarder ni à l’homme ni à nous-mêmes, mais à Christ. Elle est manifestée en Christ dans la gloire.

Christ nous a aussi été fait sainteté (1:30d). Christ est la mesure, le modèle et la puissance pour la sainteté. Finalement, Christ nous a été fait rédemption (1:30e), «la délivrance complète des effets du péché dans nos corps» ; c’est ce que nous attendons. Nous voyons cette rédemption déjà manifestée en Christ ; nous l’avons maintenant en Christ notre chef (Tête) ; nous attendons qu’elle soit manifestée en nous.

Ayant donc tout en Christ, et rien dans l’homme comme tel, «que celui qui se glorifie, se glorifie dans le Seigneur» (1:31). Ainsi, la croix (1:17), la prédication de la croix (1:18-25), l’appel de Dieu (1:26-29), et notre position en Christ devant Dieu (1:30-31), — tout cela exclut entièrement la chair.

 

3         1 Corinthiens 2 — Le Saint Esprit met la chair de côté et instruit dans la pensée de Christ

Au ch. 1, l’apôtre a montré que Christ crucifié, la prédication de la croix, et l’appel de Dieu, mettent la chair entièrement de côté, ne laissant aucune place à l’homme pour se glorifier de lui-même. Dans ce ch. 2, l’apôtre applique cet enseignement du ch. 1 à lui-même et à sa manière de présenter le témoignage de Dieu. En accord avec son propre enseignement, il refusait la chair en lui-même afin d’être fidèle à la croix, et afin que rien n’entrave le travail de l’Esprit. Dans les v. 1 à 5, l’apôtre nous dit comment il a prêché l’évangile aux pécheurs. La dernière partie du chapitre nous dit comment il a communiqué les choses profondes de Dieu aux saints. Dans les deux cas, c’était dans la puissance de l’Esprit. Cela conduit l’apôtre à présenter le Saint Esprit qui, dans Son œuvre de grâce, met la chair entièrement de côté et nous instruit dans la pensée de Christ.

 

3.1        1 Cor. 2:1-5 — Prédication de l’évangile

3.1.1        1 Cor. 2:1-2 — La croix met tout à néant

Quand Paul vint à Corinthe, il ne fit pas appel à l’homme naturel en essayant de faire des discours excellents ou en déployant une sagesse humaine (2:1). Il était venu annoncer le témoignage de Dieu concernant Jésus Christ et Jésus Christ crucifié. Le grand sujet de sa prédication était une Personne, Jésus Christ, mais cette Personne sur une croix, la position la plus basse et la plus dégradée où un homme puisse se trouver (2:2). Paul dit à ces Corinthiens intellectuels que Christ avait dû aller à la croix pour que des pécheurs soient sauvés. Pour donner aux croyants la même place que Lui devant Dieu, Il a dû prendre leur place devant Dieu. La croix met à nu la place que nous méritons devant Dieu comme pécheurs. Il n’y a rien de digne, ou d’héroïque, ou de noble sur une croix. C’est un lieu de honte et d’opprobre, de jugement et de mort. Dire à quelqu’un que c’est sa vraie place devant Dieu met absolument à néant sa sagesse et son importance et sa grandeur. Quelque sage, riche et bien né que soit un homme, la croix lui dit qu’en dépit de tout ce qu’il peut être devant ses semblables, aux yeux de Dieu il n’est qu’un pécheur coupable sous sentence de mort et de jugement. La prédication de la croix met ainsi à néant l’orgueil de tous les hommes.

 

3.1.2        1 Cor. 2:3 — Condition du prédicateur

En outre, le prédicateur lui-même était parmi eux dans une condition humiliante pour l’orgueil de l’homme. Il n’était pas venu en orateur plein de confiance en lui-même. Conscient de sa propre faiblesse, comprenant le profond besoin de ceux auxquels il prêchait, et la solennité de son message, il était parmi eux dans la crainte et dans un grand tremblement.

 

3.1.3        1 Cor. 2:4-5 — Manière de prêcher

De plus, dans sa manière de prêcher, il refusait toute méthode charnelle afin de laisser à Dieu la place pour agir. Il ne cherchait pas à gagner son auditoire par un déploiement de sa sagesse ou de ses capacités naturelles. Il n’exposait pas le témoignage de Dieu avec éloquence, ce qui aurait plu à leurs oreilles raffinées et aurait attiré à lui (2:4a).

Dans le sujet prêché, autant que dans la condition du prédicateur, et dans la manière de prêcher, l’apôtre ne tolérait rien de la chair, ni ne faisait aucun appel à elle chez ses auditeurs.

Ce refus total d’utiliser des moyens charnels, ou de faire appel à la chair, laissait la place à l’Esprit pour travailler avec une grande puissance (2:4b). Si la foi est jointe à ce genre de prédication, si on croit en ce qui est tellement humiliant pour l’homme, et qui met fin à l’homme dans le jugement, — alors ce qui conduit à croire n’est évidemment pas la sagesse de l’homme, mais la puissance opérante de l’Esprit de Dieu. Dans ce genre de prédication, l’Esprit est en mesure de démontrer aux pécheurs leur profond besoin, et d’agir avec une puissance sans entrave, et Il conduit à une foi qui ne repose pas sur la sagesse des hommes, mais sur la puissance de Dieu (2:5). Il ne s’agit pas seulement de la vérité qu’ils ont crue, mais de la manière dont ils l’ont reçue. Elle n’a pas été reçue d’un homme, même si cet homme était un apôtre, mais de Dieu.

 

3.2        1 Cor. 2:2-16 — Communication des choses profondes de Dieu aux saints

3.2.1        1 Cor. 2:6

À partir de ce v. 6, l’apôtre se met à parler de l’attitude qu’il a prise envers ceux qui étaient les objets de la puissance de Dieu, et qui avaient donc accepté l’évangile. Il parle d’eux comme les «parfaits». Par ce terme, il n’entend pas ce que des gens ont appelé la «perfection sans péché» ; il ne prétend pas non plus qu’ils étaient déjà conformes à l’image de Christ : ce qui ne sera que dans la gloire. Le terme «parfait» implique que ces croyants avaient accepté la nouvelle position devant Dieu qui appartient au croyant en Christ, et qu’ils étaient donc des chrétiens adultes. Le terme ne désigne pas un croyant en contraste avec un pécheur ; il est plutôt utilisé pour décrire un croyant adulte (ayant achevé sa croissance) à la différence de certains croyants restés des «petits enfants» selon le langage de l’apôtre (3:1).

 

3.2.2        1 Cor. 2:7

Parmi de tels croyants [les ‘parfaits’], effectivement Paul parlait sagesse. L’apôtre se met alors à donner des indications très précises sur cette sagesse, afin de ne pas la confondre avec la sagesse de l’homme.

(1)   Il nous dit d’abord que ce n’est pas la sagesse de ce siècle, ni celle de quelques géants intellectuels façonnant les pensées du monde. Ces chefs intellectuels, malgré toute leur sagesse, «s’en vont», c’est-à-dire sont réduits à néant, en contraste avec le croyant qui va vers la «gloire» (2:7), en compagnie du «Seigneur de gloire» (2:8). Ceux qui brillent dans la gloire de ce monde vont vers le néant, tandis que ceux qui ne sont rien dans ce monde vont vers la gloire.

(2)   Deuxièmement, cette sagesse est la «sagesse de Dieu» (2:7a). Si elle était la sagesse des hommes, on pourrait l’acquérir dans les écoles des hommes. Étant la sagesse de Dieu, elle est hors programme dans les écoles, et hors d’atteinte de la pensée humaine.

(3)   Troisièmement, elle est la sagesse de Dieu «en mystère, la sagesse cachée» (2:7b) ; ces mots n’impliquent pas du tout qu’elle soit obscure ou mystérieuse, mais que c’est une sagesse qui ne peut être découverte par l’intelligence humaine. En outre, à travers les âges, elle a été «cachée», et on ne la trouve donc pas dans les Écritures de l’Ancien Testament.

(4)   Quatrièmement, cette sagesse, qui a été cachée à travers les âges [ou : siècles], était préordonnée [ou : prédéterminée] avant les siècles pour notre gloire dans les siècles à venir (2:7c). Cette sagesse embrassait le conseil secret de Dieu, établi avant les siècles pour la gloire de Son peuple. Nous aurions pu penser que l’apôtre aurait dit «pour la gloire de Dieu et de Christ», au lieu de « pour notre gloire ». Nous savons en effet que ce sera pour la gloire de Christ. Ici, cependant, l’apôtre insiste sur le fait que, si notre appel rend manifeste que les croyants sont faibles et méprisés dans le monde, ils sont néanmoins prédestinés à la gloire. Nous pouvons ne pas être sages, puissants, ou nobles dans ce monde, mais nous sommes appelés à la gloire.

 

3.2.3        1 Cor. 2:8

(5)   Cinquièmement, les chefs de ce monde ne savaient rien de cette sagesse préordonnée [ou : établie] avant les siècles, ni de cette gloire à laquelle nous sommes prédestinés pour les siècles encore à venir. Ils ont prouvé leur ignorance en crucifiant le Seigneur de gloire. Ils ont totalement rejeté Celui qui est la sagesse de Dieu, et par Qui tous les conseils de Dieu doivent s’accomplir. Cette sagesse de Dieu, en mystère, dit aux croyants qu’ils sont prédestinés à la gloire et que Celui qui a été crucifié est «le Seigneur de gloire». Cette gloire dépasse la gloire de Christ comme Messie régnant sur la terre en rapport avec Israël. Le règne terrestre n’est pas un mystère. Les prophètes sont pleins de prédictions glorieuses concernant les gloires du royaume. Le titre «le Seigneur de gloire» parle d’une scène plus vaste que cette terre ; il parle d’une domination universelle embrassant toutes les créatures et toutes les choses créées, sur lesquels le Crucifié est fait Seigneur.

 

3.2.4        1 Cor. 2:9

(6)   Sixièmement, cette scène de gloire, à laquelle la sagesse de Dieu a destiné Son peuple, se trouve hors de portée de l’homme naturel. L’apôtre cite ainsi le prophète Ésaïe pour montrer que Dieu a des secrets dans lesquels l’homme ne peut pas entrer comme tel. Son œil, aidé par de merveilleux instruments, peut voir très loin dans l’immensité de l’espace et dans le merveilleux infiniment petit de la nature ; son oreille peut être entraînée à écouter et apprécier de merveilleuses harmonies mélodieuses ; son esprit est capable de conceptions et d’émotions extraordinaires ; mais il y a ce que Dieu a préparé pour ceux qui L’aiment et que l’homme naturel n’a ni vu ni entendu, et qui est au-delà de la portée des plus hauts vols de son imagination.

 

3.2.5        1 Cor. 2:10

(7)   Septièmement, le fait que la sagesse de Dieu se situe hors de la compréhension de l’homme naturel ne signifie pas que les choses de la sagesse ne peuvent pas être vues, entendues ou connues, car l’apôtre s’empresse de dire que Dieu nous les a révélées : «Dieu nous l’a révélé». Les choses que Dieu a préparées, Dieu les a révélées. Cependant, si Dieu a révélé ces choses, c’est «par Son Esprit». L’Esprit seul est compétent pour révéler ces choses, car rien n’est hors de portée de la connaissance divine et de la puissance de l’Esprit. Il sonde toutes choses, même les choses profondes de Dieu. Nous pouvons chercher à excuser notre manque d’énergie spirituelle en disant que ces choses sont trop profondes pour nous ; mais rappelons-nous qu’elles ne sont pas trop profondes pour l’Esprit, car Il «sonde toutes choses, même les choses profondes de Dieu».

 

3.2.6        1 Cor. 2:11

Ce qui est dans l’esprit de l’homme n’est connu de personne si ce n’est de l’esprit de celui qui a les pensées en question. Personne ne connaît la pensée non communiquée de mon esprit si ce n’est mon propre esprit ; ainsi personne ne connaît les pensées et les conseils non communiqués de Dieu si ce n’est l’Esprit de Dieu.

 

3.2.7        1 Cor. 2:12

L’apôtre et d’autres vases [ou : réceptacles] de révélation ont reçu l’Esprit qui est de Dieu afin qu’ils puissent connaître les choses qui nous sont gratuitement données de Dieu. «Cela nous présente la connaissance des choses elles-mêmes dans les vases de révélation» (JND). Dans le sens premier, la vérité de ces versets 10 à 12 est limitée aux apôtres, car il s’agit de révélation.

 

3.2.8        1 Cor. 2:13

En outre, les choses qui ont été données à connaître aux apôtres par la révélation de l’Esprit, nous ont été transmises par l’inspiration de l’Esprit. Dans la communication de ces choses, l’apôtre prend soin d’exclure toute erreur éventuelle de l’homme en disant que ces choses ne sont pas communiquées «en paroles enseignées de sagesse humaine, mais en paroles enseignées de l’Esprit» (2:13a). C’est la revendication apostolique pour l’inspiration verbale. Les mots exacts utilisés sont inspirés par le Saint Esprit. Les choses spirituelles sont communiquées par des moyens spirituels (2:13b). Les instruments n’ont pas été rendus infaillibles, mais ont été parfaitement guidés dans leurs communications. Voilà l’inspiration.

 

3.2.9        1 Cor. 2:14-15

Nous avons appris ainsi que la sagesse de Dieu est donnée à connaître par révélation et est communiquée aux autres par inspiration. Maintenant, nous apprenons que la réception de la vérité est aussi par l’Esprit de Dieu. L’homme naturel ne peut pas recevoir les choses de Dieu ; elles sont de la folie pour lui (2:14a) ; elles ne peuvent être discernées que spirituellement (2:14b). Mais celui qui est spirituel discerne toutes choses. Il est bon de se rappeler que c’est celui qui est «spirituel» qui discerne toutes choses, non pas simplement celui qui a l’Esprit (2:15a). Un homme doit, en effet, avoir l’Esprit pour être spirituel ; mais être spirituel implique une condition dans laquelle on est sous le contrôle de l’Esprit. On discerne toutes choses, sans cependant être discerné par quiconque (2:15b). L’homme spirituel peut discerner les motifs qui gouvernent le monde, mais le monde ne peut pas discerner les motifs et les principes qui gouvernent l’homme spirituel.

Au v. 14, l’apôtre parle de l’homme naturel, au v. 15 de l’homme spirituel, et en 1 Cor. 3 de l’homme charnel.

L’homme naturel, c’est l’homme inconverti, sans l’Esprit ;

l’homme charnel, c’est le croyant qui a l’Esprit, mais qui marche comme l’homme naturel ;

l’homme spirituel, c’est le croyant qui marche par l’Esprit.

 

3.2.10    1 Cor. 2:16 — Rôle de l’Esprit. La pensée de Christ

Au verset 2:15a, l’apôtre nous dit que «celui qui est spirituel discerne toutes choses». Ce n’est pas en effet que celui qui est spirituel connaisse naturellement la pensée du Seigneur, ou puisse L’instruire (2:16a) ; mais le Seigneur a donné Son Esprit aux croyants et les instruit, de telle sorte qu’ils peuvent dire : «Nous avons la pensée de Christ» (2:16b).

Tandis que le ch. 1 exclut la chair qui s’enorgueillit de sa naissance, de sa puissance ou de sa position, de sorte que celui qui se glorifie se glorifie dans le Seigneur, ce ch. 2 exclut la pensée de l’homme, de sorte que les croyants peuvent accéder au privilège d’avoir «la pensée de Christ» par l’Esprit.

L’Esprit est le grand sujet du ch. 2. Si Paul apporte le témoignage de Dieu aux pécheurs, c’est «en démonstration de l’Esprit et de puissance» (2:4). Si Dieu a préparé de grandes bénédictions pour ceux qui L’aiment, elles sont révélées aux apôtres par l’Esprit (2:10). Les choses qui sont révélées par l’Esprit sont parfaitement connues de l’Esprit (2:10, 11). Les choses révélées et connues des apôtres sont communiquées aux autres par l’Esprit (2:13) par leur moyen. Les choses communiquées par les apôtres sont reçues par l’Esprit (2:14), le résultat étant que les croyants sont, par l’Esprit, instruits dans la pensée de Christ (2:16).

 

4         1 Corinthiens 3

Après avoir placé devant nous la croix mettant de côté la chair dans le jugement (ch.1), et l’Esprit Saint mettant de côté la sagesse de ce monde (ch.2), l’apôtre revient maintenant au sujet du commencement de l’épître, c’est-à-dire l’état de division dans l’assemblée à Corinthe. Plus loin, il traitera d’autres manifestations de la chair, mais apparemment, il commence par traiter ce mal particulier, car, comme il est fréquent, un état de division dans l’assemblée rend difficile, voire impossible, de corriger d’autres manquements.

L’apôtre commence par faire référence au bas état de l’assemblée qui se montrait dans leur attitude charnelle à l’égard des serviteurs de Dieu (3:1-4). Pour corriger cet abus des dons et des serviteurs doués, l’apôtre donne des instructions précieuses quant au service et à l’œuvre pour le Seigneur (3:5-23), et quant aux serviteurs, ou ouvriers, en 1 Cor. 4.

 

4.1        1 Cor. 3:1-4 — Le bas état spirituel de l’assemblée

Malgré toute la sagesse, la connaissance et les dons dont les Corinthiens se vantaient, l’assemblée à Corinthe était dans un état spirituel si bas que l’apôtre n’était pas en mesure de leur communiquer les choses profondes de Dieu. Ils n’étaient pas des hommes naturels n’ayant pas l’Esprit (2:14), ni des hommes spirituels marchant selon l’Esprit, mais l’apôtre doit leur dire : «N’êtes-vous pas charnels ?» (3:1-3). Ils étaient des croyants ayant l’Esprit, mais marchant selon la chair. Qu’il est profondément humiliant de découvrir qu’il est possible d’être enrichis en toute parole, toute connaissance et tous les dons, d’être «rassasiés» et «sages en Christ» et «forts» (4:8-10), et pourtant aux yeux de Dieu, d’être charnels, non développés spirituellement, comme un bébé qui a cessé de croître, et donc incapables d’assimiler la riche nourriture spirituelle que Dieu a fourni à Son peuple.

L’apôtre les convainc de leur état charnel en attirant l’attention sur les conditions qui existaient parmi eux. Il dit : «Il y a parmi vous de l’envie et des querelles» (3:3a). Pratiquement, ils marchaient comme des hommes naturels. Au lieu de se servir l’un l’autre dans l’amour, comme il convient à des saints, ils étaient envieux les uns des autres et cherchaient à s’égaler ou à se surpasser l’un l’autre en connaissance et dans l’exercice des dons, comme des gens du monde. L’envie était ainsi à l’origine de toutes leurs querelles. Il n’y a peut-être pas de plus grande puissance de mal dans le monde que l’envie. Elle a conduit au premier meurtre dans le monde quand Caïn se leva contre son frère et le tua ; et l’envie a conduit au plus grand meurtre dans le monde quand les Juifs tuèrent le Prince de la vie, car nous lisons que Pilate «savait qu’ils l’avaient livré par envie» (Matt. 27:18). L’envie n’a-t-elle pas été la cause principale de toutes les querelles au sein du peuple de Dieu ? L’apôtre Pierre nous avertit que l’envie ne connaît pas de pitié. Elle conduit à la «malice» et aux «médisances», et la malice conduit à la «fraude» par laquelle l’homme tente de couvrir ce qu’il est, et à «l’hypocrisie» par laquelle un homme prétend être ce qu’il n’est pas (1 Pierre 2:1).

Ces saints de Corinthe promouvait l’esprit de concurrence en s’attachant à certains docteurs doués, en suivant de près et adhérant à tout ce qu’ils disaient, non pas tant que ce fût la vérité selon la parole de Dieu, mais parce que c’était professé par leur docteur préféré. L’un disait : Moi, je suis de Paul ; et l’autre : moi, je suis d’Apollos (3:4). Le fait que chacun cherchait à défendre son docteur préféré conduisait naturellement à des querelles, et les querelles à des divisions. Ainsi on suivait des hommes, on exaltait des individus, et des divisions en étaient le fruit. Deux maux s’ensuivaient : l’un était le sectarisme qui met de côté la vérité de l’assemblée ; l’autre le cléricalisme qui met de côté Christ comme le chef (tête) de l’assemblée.

 

4.2        1 Cor. 3:5-9 (3:5-23 globalement) — Instructions quant au service

4.2.1        1 Cor. 3:5

Pour corriger cet abus des dons, l’apôtre présente d’abord des vérités importantes quant au service et aux différentes formes qu’il peut prendre.

(1)   Premièrement, l’apôtre demande : «Qui donc est Paul, et qui [est] Apollos ?» (3:5a). Ces frères doués, exaltés par l’assemblée à Corinthe dans une fausse position de chefs de partis, n’étaient après tout que des «serviteurs» par lesquels les Corinthiens avaient cru (3:5b).

(2)   Deuxièmement, ces hommes doués ne détenaient pas leur position de serviteurs par une nomination d’homme, mais «comme le Seigneur avait donné à chacun d’eux» (3:5c).

 

4.2.2        1 Cor. 3:6

(3)   Troisièmement, ces serviteurs n’avaient pas tous reçu le même service. Dans un champ, l’un plante et un autre fait l’entretien des plantes, mais Dieu seul produit l’accroissement des plantes ; pareillement dans le service du Seigneur, Paul peut servir à gagner des convertis, et Apollos peut servir à en prendre soin, mais Dieu seul peut donner la vie et la croissance spirituelle.

 

4.2.3        1 Cor. 3:7

(4)   Quatrièmement, si c’est Dieu qui donne l’accroissement, alors les serviteurs que les Corinthiens faisaient sortir de leur place en les exaltant, étaient comparativement fort insignifiants. Sans Dieu, ils n’étaient rien et leur service inutile.

 

4.2.4        1 Cor. 3:8

(5)   Cinquièmement, bien que les serviteurs soient chargés de tâches différentes, pourtant ils «sont un» (3:8a). En les constituant chefs de partis, l’assemblée à Corinthe les opposait les uns aux autres. Or aucun ne peut travailler sans l’autre. Si variés que soient les dons, en tant que serviteurs ils «sont un».

(6)   Sixièmement, bien qu’étant «un» comme serviteurs, «chacun recevra sa propre récompense selon son propre travail» (3:8b). La récompense ne sera pas fonction de la position donnée par l’homme au serviteur, ni selon l’appréciation du service par l’homme, mais selon l’estimation que Dieu fait de ses travaux.

 

4.2.5        1 Cor. 3:9

(7)   Septièmement, il nous est rappelé que les serviteurs sont des «collaborateurs de Dieu» (3:9a) ; cette expression ne signifie pas seulement qu’ils travaillent ensemble avec Dieu, mais qu’ils travaillent ensemble sous la direction de Dieu. Ils ne sont pas rivaux, comme les hommes voudraient qu’ils soient, mais coopérants.

 

Tel est le service des ouvriers ; mais qu’en est-il des saints objets de leur service ? Sont-ils simplement des sectes générées par l’homme, comme celles formées par les Corinthiens et destinées à être dominées par des conducteurs doués ? La réponse de Paul est qu’au lieu d’être des sectes tirant leur caractère de certains hommes doués comme Paul ou Apollos, ils appartiennent à Dieu. Ils sont «le labourage de Dieu» et «l’édifice de Dieu» (3:9b). Ils sont d’abord considérés sous la figure d’un champ où il y a du fruit, ou de la croissance, pour Dieu [labourage] ; ensuite ils sont vus comme un temple où l’Esprit de Dieu habite et où il y a de la lumière pour les hommes [édifice, temple]. Dans Son enseignement, le Seigneur avait déjà fait le lien entre le fruit et le champ, entre la lumière et la maison (Luc 8:15-16). La vérité par laquelle Paul traitait et condamnait les divisions dans ces premiers jours du christianisme, est encore la vérité qui condamne les divisions de la chrétienté de nos jours. Si nous comprenons que nous appartenons à Dieu, que nous sommes «le labourage de Dieu» et «l’édifice de Dieu», nous refuserons sûrement d’être appelés de quelque nom sectaire.

 

4.3        1 Cor. 3:10-17 — Les saints comme objets du travail des serviteurs : l’édifice de Dieu

4.3.1        1 Cor. 3:10-11

Les saints appartiennent réellement à Dieu. Néanmoins, les serviteurs de Dieu ont leur service particulier à l’égard du peuple de Dieu, selon la grâce particulière donnée par Dieu. L’apôtre se met à parler de son service spécial, puis de la responsabilité de ceux qui le suivent dans le service. Paul avait servi à poser le fondement de l’assemblée à Corinthe par son témoignage rendu à Jésus Christ. Il avait prêché Christ, et il en était résulté qu’un groupe de personnes avait été amené à croire en Jésus. Christ dans les âmes des croyants, voilà le fondement qui avait été véritablement posé dans la puissance et la grâce apostoliques. Édifier ces saints était la responsabilité des autres serviteurs qui suivaient.

Il est important de se rappeler que dans ce passage «l’édifice de Dieu» présente une vision de l’assemblée très différente de celle de Matthieu 16:18, 1 Pierre 2:4-5 et Éphésiens 2:20-21. Dans ces passages, l’assemblée est considérée comme un édifice contre lequel la puissance de Satan ne peut pas prévaloir, un temple saint où aucune souillure ne peut entrer, dont le constructeur est Christ sans qu’aucun ouvrier ne soit mentionné. Ici, bien qu’il soit parlé de l’assemblée comme de l’édifice de Dieu, ceux qui œuvrent sont des travailleurs humains.

 

4.3.2        1 Cor. 3:12

Une fois le fondement posé par l’apôtre Paul, ceux qui à la suite bâtissent sur le fondement, peuvent faillir à leur responsabilité en bâtissant avec de mauvais matériaux. Un homme peut enseigner la saine doctrine ou bien quelque chose sans valeur. En outre, les matériaux utilisés, «l’or, l’argent, les pierres précieuses», sont des figures qui laissent penser qu’il existe des différences de valeur dans les doctrines enseignées, et même que «le bois, le foin, le chaume» sont des figures laissant penser que certaines erreurs sont pires que d’autres.

 

4.3.3        1 Cor. 3:13

L’ouvrage de chacun sera testé au jour de l’épreuve. Le jour est en rapport avec la révélation de Christ du ciel en flammes de feu (2 Thes. 1:7-8). Tout ce qui est construit avec du bois, du foin ou du chaume ne résistera pas au feu du jugement. Les âmes peuvent être maintenues ensemble pendant un certain temps par une fausse doctrine, comme on le voit partout dans la chrétienté, mais un tel ouvrage ne tiendra pas au feu.

 

4.4        1 Cor. 3:14-17 — L’édifice de Dieu : Trois classes d’ouvriers

4.4.1        1 Cor. 3:14 — un vrai ouvrier qui fait du bon travail

L’apôtre fait une distinction entre trois classes d’ouvriers.

(1)   Il parle d’abord d’un vrai ouvrier qui fait du bon travail. Il enseigne la saine doctrine par laquelle les saints sont édifiés. Son œuvre demeure, et lui recevra une récompense. 

 

4.4.2        1 Cor. 3:15 — un vrai ouvrier, dont le travail est mauvais

(2)   Ensuite l’apôtre parle d’un vrai ouvrier, mais dont le travail est mauvais et donc brûlé. Un bâtisseur peut voir son édifice détruit par le feu, tout en échappant lui-même au feu. Ainsi le jour de Christ prouvera qu’un homme a enseigné des doctrines erronées, et donc que son travail en rapport avec le peuple de Dieu a été sans valeur, même si, quant à lui, il se trouve sur le bon fondement, étant un vrai croyant en Jésus. Un tel homme sera sauvé, bien que son ouvrage soit détruit et qu’il perde sa récompense.

 

4.4.3        1 Cor. 3:16-17 — un mauvais ouvrier et un mauvais travail

(3)   Enfin l’apôtre parle d’un mauvais ouvrier et d’un mauvais travail. Il nous est rappelé que l’assemblée de Dieu, vue comme un tout, est le temple de Dieu dans lequel l’Esprit de Dieu habite. Sur terre il n’y a pas seulement des rachetés, mais Dieu y a Sa maison (ou : Son temple). Nous devons nous considérer non pas comme des individus isolés, mais comme faisant partie de l’habitation de Dieu sur la terre, et la sainteté convient à la maison de Dieu (3:16 ; Psaume 93:5). Que quelqu’un souille ou corrompe la maison de Dieu, c’est donc quelque chose d’extrêmement solennel. Nous avons vu que certains édifient le peuple de Dieu avec de la saine doctrine ; d’autres présentent des vues défectueuses de la vérité, ou de fausses interprétations de la Parole. Finalement, il y a le cas bien pire de celui qui enseigne de fausses doctrines destructrices des vérités fondamentales de Dieu et qui sapent les fondements du christianisme. Le fait qu’un homme en arrive à enseigner de telles doctrines est une preuve certaine que lui-même n’est pas sur le bon fondement. Il est un corrupteur et sera détruit ainsi que son travail (3:17). L’effet de son travail est de détruire le temple de Dieu, et Dieu le détruira. 

 

Que les doctrines enseignées soient bonnes, sans valeur ou destructrices, elles seront toutes testées. Beaucoup de ce qui est accepté aujourd’hui, sera trouvé sans valeur en ce jour-là, ou pire, sera trouvé corrompu.

 

4.5        1 Cor. 3:18-23 — Avertissements

4.5.1        1 Cor. 3:18

Ces considérations solennelles conduisent à cet avertissement de l’apôtre : «Que personne ne s’abuse soi-même» (3:18a). Il est possible de se tromper soi-même en pensant que ce qui est enseigné est vrai, alors que c’est sans valeur. La grande source d’erreur consiste à chercher à être estimé du monde en accommodant le christianisme à la sagesse du monde. Le serviteur qui veut tenir pour la vérité doit se contenter de paraître fou aux yeux du monde (3:18b) ; car c’est alors qu’il aura alors la vraie sagesse selon Dieu. Il en était ainsi de l’apôtre à qui l’homme du monde Festus pouvait dire : «Tu es hors de sens, Paul ; ton grand savoir te met hors de sens» (Actes 26:24).

 

4.5.2        1 Cor. 3:19-20

La sagesse de ce monde inspire le respect à l’homme naturel ; elle paraît parfois très attrayante, même pour le chrétien, comme c’était le cas des saints de Corinthe ; néanmoins elle est folie pour Dieu. La sagesse même du monde devient sa perte, car il est écrit : Il «prend les sages dans leurs ruses» (3:19). La sagesse de ce monde n’est qu’un artifice, qui piège ceux qui s’en vantent. «Le Seigneur connait les raisonnements des sages, qu’ils sont vains» (3:20).

 

4.5.3        1 Cor. 3:21-23

En tant que chrétiens, nous sommes donc mis en garde contre le fait de se glorifier dans les hommes. Le faire serait se placer dans la position manifestement fausse d’appartenir à ceux en qui nous nous glorifions. Comme chrétiens, nous n’appartenons pas aux hommes, mais toutes choses nous appartiennent dans le sens que nous sommes placés au-dessus de tout comme appartenant à Christ (3:21). Les Corinthiens se rangeaient sous certains docteurs comme s’ils appartenaient à divers hommes doués. Non, dit l’apôtre, ce sont eux tous qui vous appartiennent. Le monde avec toute sa puissance, la vie avec tous ses changements, la mort avec ses terreurs, de même que tout ce qui peut arriver dans le présent ou l’avenir (3:22), — tout cela est placé sous le chrétien parce qu’il appartient à Christ, et Christ à Dieu (3:23). Dieu est au-dessus de tout, Christ est à Dieu, nous sommes à Christ, et toutes choses sont à nous.

 

5         1 Corinthiens 4 — Instructions aux serviteurs ou ouvriers

L’instruction du ch. 3 avait plus spécialement en vue le service, ou «œuvre», «ouvrage» (voir 3:8, 13, 14, 15). L’enseignement du ch. 4 se rapporte plus nettement au serviteur ou ouvrier. Les croyants de Corinthe marchaient comme des hommes (3:3), et faisaient donc grand cas du jour de l’homme, et du monde de l’homme. Le monde qui les entourait les avait habitués aux écoles d’opinion animées par différents philosophes, et ils étaient tentés de faire pareil et de former différents partis sous la direction d’hommes doués dans l’assemblée de Dieu. Pour corriger ces idées mondaines et ces pratiques erronées, l’apôtre place devant nous la vérité sur les serviteurs de Christ en relation avec Christ et le monde.

 

5.1        1 Cor. 4:1

L’assemblée à Corinthe avait cherché à changer des frères ayant reçu des dons, en chefs de partis. L’apôtre leur rappelle que, bien loin d’être des centres de rassemblement pour le peuple de Dieu, ces hommes doués étaient en réalité des «serviteurs» (4:1a), ce qui nous rappelle les paroles de notre Seigneur : «Quiconque voudra devenir grand parmi vous sera votre serviteur ; et quiconque voudra être le premier parmi vous, qu’il soit votre esclave» (Matt. 20:26b-27). En outre, dans la position de serviteurs, ils n’étaient pas serviteurs de partis, mais «serviteurs de Christ». Le même mot grec se traduit aussi bien par «ministre» que par «serviteur», et dans ce passage, ce mot implique, nous dit-on, «un serviteur  établi». Paul et ses compagnons de travail étaient des serviteurs établis par Christ. Ceci est très important, car Celui qui établit est Celui qui est craint et à qui le serviteur doit rendre des comptes. Dans le christianisme selon l’Écriture, le vrai serviteur est «serviteur de Christ», et est délivré de la crainte de l’homme et il s’ensuit qu’il est en mesure d’exposer la pleine vérité avec une grande clarté.

De plus, les serviteurs de Christ sont «des administrateurs des mystères de Dieu» (4:1b), non pas les mystères profanes du monde païen dont les Corinthiens étaient environnés, mais les précieuses vérités de Dieu, tenues secrètes aux jours de l’Ancien Testament, puis manifestées en rapport avec Christ dans la gloire, et révélées par l’Esprit Saint aux apôtres et reçues par les croyants. Comme serviteurs de Christ, ils étaient les serviteurs de Celui que le monde avait rejeté (4:1a), et comme administrateurs des mystères de Dieu, ils étaient les administrateurs de choses que le monde, comme tel, ne pouvait pas du tout comprendre (4:1b). Par conséquent, ni les serviteurs de Christ ni les administrateurs des mystères de Dieu n’avaient la possibilité d’être populaires dans le monde.

 

5.2        1 Cor. 4:2

L’apôtre continue en montrant que la grande caractéristique requise d’un administrateur n’est pas l’habileté, ni l’éloquence, ni la popularité, mais la «fidélité». Ceci est en accord avec l’enseignement même du Seigneur, quand Il parlait de «l’économe fidèle et prudent» (Luc 12:42). Plus tard, près de sa fin, l’apôtre peut écrire à Timothée : «Les choses que tu as entendues de moi … commets-les à des hommes fidèles» (2 Tim. 2:2). En outre dans notre ch. 4, il parle de Timothée comme étant «fidèle dans le Seigneur» (4:17). Comme les saints de Corinthe, il peut arriver que nous estimions les serviteurs d’après leurs connaissances ou leurs dons ; mais leur valeur spirituelle aux yeux de Dieu se détermine d’après leur fidélité.

 

5.3        1 Cor. 4:3-5

De plus, la fidélité est en rapport avec Celui qui établit. C’est pourquoi l’apôtre peut dire : «Il m’importe fort peu, à moi, que je sois examiné [ou : jugé] par vous, ou de jour d’homme [ou : ‘de jugement d’homme’ ; expression en opposition avec le ‘jour du Seigneur’]»  (4:3a). Il ne dit pas que leur jugement à son égard est sans importance, mais qu’il importe fort peu. Il ne se fie pas non plus à son propre examen de lui-même (4:3b). Il n’a pas conscience de quelque mauvais mobile chez lui, mais cela ne suffit pas à le justifier de toute infidélité devant le Seigneur (4:4), car Lui connaît les conseils secrets du cœur, et est donc seul à pouvoir estimer le degré de fidélité chez chaque serviteur. Celle-ci ne sera connue que quand le Seigneur viendra (4:5a). C’est pourquoi le vrai serviteur ne recherche pas l’approbation des hommes, ni n’y attache beaucoup de valeur. Bien souvent, cela même en quoi les saints nous applaudissent, nous y trouvons l’action de la chair en quelque mobile égoïste pour lequel nous avons à nous juger devant le Seigneur. Nous ne devons donc rien juger avant le temps (4:5a). La condamnation autant que la louange des hommes peuvent être fautives. À la venue du Seigneur, l’administration du serviteur sera appréciée à sa juste valeur. «Alors chacun recevra sa louange de la part de Dieu» (4:5c). Cela ne veut pas dire que tous seront loués, mais plutôt que tous ceux qui seront loués le seront «de la part de Dieu». Les hommes jugent d’après l’apparence extérieure ; le Seigneur prend en compte «les choses cachées des ténèbres» et «les conseils des cœurs» (4:5b). Combien d’actes qui ont maintenant une apparence de grande fidélité, seront alors trouvés avoir été dictés par quelque mobile indigne !

Notons que l’exhortation de l’apôtre à ne rien juger avant le temps, ne vise pas les paroles ou les actions des serviteurs, mais leurs mobiles cachés. L’apôtre, dans cette épître même, juge et condamne bien franchement beaucoup de ce que ces croyants de Corinthe disaient et faisaient. D’autres passages de l’Écriture montrent clairement qu’en matière de communion, de conduite et de doctrine, les serviteurs ayant un don sont soumis à la discipline de l’assemblée au même titre que tous les saints, et que l’assemblée est responsable de juger ces questions.

Hélas, n’avons-nous pas à admettre que ces exhortations ont été totalement mises de côté dans les grands systèmes organisés par l’homme dans la chrétienté, où les serviteurs, au lieu d’être établis par Christ, sont établis par des hommes ou choisis par une congrégation ? Le résultat a été que les mystères de Dieu ont été presque totalement négligés, et que la majorité des serviteurs s’est plutôt souciée de conserver sa popularité auprès des hommes que de maintenir la fidélité à Christ.

 

5.4        1 Cor. 4:6

Ces principes quant au service et à la fidélité, l’apôtre les avait appliqués à lui-même et à Apollos pour dévoiler les abus au milieu d’eux de frères ayant un don, sans cependant mentionner aucun nom précis, ce qui évitait toute question de personnes. Il voulait qu’on ne pense pas aux hommes au-delà de ce qui est écrit dans la parole de Dieu, et qu’on évite ainsi d’élever l’un au-dessus d’un autre.

 

5.5        1 Cor. 4:7

Quant à ceux qui seraient en train de rechercher une position imméritée parmi les saints, il demande : «Qui est-ce qui met de la différence entre toi [et un autre] ?». Si, en raison d’un don, le serviteur différait des autres en quelque manière, il n’avait rien sinon ce qu’il a reçu. S’il s’agit d’un don, il a été donné et non pas acquis par quelque mérite. Où y a-t-il de quoi se vanter ? À moins d’être proche du Seigneur et de s’être fortifié dans Sa grâce, même le serviteur le plus doué est bien faible ! À moins que la chair ne soit jugée par la croix, et que l’Esprit ne soit pas contristé selon l’enseignement de 1 Cor. 1 et 2, le serviteur est constamment en danger de chercher à utiliser son don pour s’élever, au lieu de l’utiliser dans la fidélité au Seigneur et pour la bénédiction de Son peuple.

 

5.6        1 Cor. 4:8

Pour mettre à nu la folie de ceux qui cherchaient à s’exalter par leurs dons, l’apôtre établit un contraste entre la portion actuelle de l’assemblée à Corinthe, et la portion future du serviteur fidèle au jour du Seigneur dont il a parlé. Le «déjà» du v. 8 est en contraste avec le «alors» du v. 5. Les croyants de Corinthe cherchaient la gloire des hommes «déjà» maintenant dans le temps et le lieu du rejet de Christ. C’est au jour de la gloire de Christ que le serviteur fidèle aura « alors » la louange de Dieu. Ils avaient voulu se servir du christianisme pour s’enrichir et régner comme des rois ; mais, dit l’apôtre, c’était «sans nous». Il aurait voulu que le temps du règne soit venu, mais nous sommes encore dans un monde d’où Christ a été rejeté, et par lequel Il a été cloué sur une croix ; dès lors il est évident que ce n’est ni le moment ni le lieu pour que les disciples de Christ règnent en rois. La chrétienté est tombée dans ce piège corinthien, car de tous côtés les chrétiens professants cherchent la faveur du monde, et tentent d’en diriger le cours et de gagner ses éloges.

 

5.7        1 Cor. 4:9

Le fidèle disciple de Christ ne veut ni chercher ni obtenir le pouvoir ou la louange dans ce monde. Sa portion est de souffrir et d’être dans l’opprobre «pour l’amour de Christ», selon l’exemple de la vie des apôtres qui est placée de manière si touchante devant nous dans les v. 10 à 13 qui suivent. En rapport avec ce monde, la portion des apôtres était très semblable à celle des malheureux voués à la mort qu’on gardait pour la dernière scène des grands spectacles romains. Les spectateurs n’étaient pas simplement des gens en train de se distraire dans un amphithéâtre, mais c’était le monde, les anges et les hommes. Il est bon, en effet, de se rappeler que l’assemblée est le manuel d’instruction des «principautés et autorités dans les lieux célestes» (Éph. 3:10).

En lisant ces versets, nous apprenons comment le monde considérait ces fidèles disciples de Christ, les circonstances éprouvantes qu’ils traversaient, et la manière dont le monde les traitait.

 

5.8        1 Cor. 4:10

Le monde les considérait comme des «fous», des «faibles», et par conséquent les méprisait. Or ils étaient contents d’être estimés fous «pour l’amour de Christ». Trop souvent, hélas ! nous sommes tentés, comme les croyants de Corinthe, d’utiliser notre connaissance de Christ pour paraitre sages aux yeux du monde, et obtenir du pouvoir et de l’honneur dans le monde.

 

5.9        1 Cor. 4:11-13

Quant aux circonstances, les Corinthiens étaient «rassasiés» et «riches» (4:8), tandis que les apôtres dévoués étaient confrontés à la faim et à la soif. Parfois, ils étaient nus et souffletés par les tempêtes de la vie (4:11). Ils devaient errer «sans demeure fixe», prendre de la peine, et travailler de leurs propres mains pour répondre à leurs besoins. Quant au traitement qu’ils recevaient du monde, ils étaient «injuriés», «persécutés» (4:12) et «calomniés». Néanmoins, le traitement qu’ils recevaient servait seulement à tirer d’eux un témoignage pour Christ, car, quand ils étaient injuriés, ils bénissaient ; quand ils étaient persécutés, ils le supportaient patiemment, et quand ils étaient calomniés, ils suppliaient (4:12-13).

Quant au monde, l’apôtre traitait toutes ses gloires comme une perte et des ordures (Phil. 3:8), tandis que le monde, de son côté, traitait les apôtres comme les balayures et le rebut de tous (4:13). Quelle bénédiction que ces serviteurs en train de suivre les pas de leur Maître, et dans leur mesure, de partager Ses souffrances de la part des hommes ! Selon Sa parfaite estimation de leur fidélité, ils auront Sa louange et partageront Ses gloires dans le jour à venir.

 

5.10   1 Cor. 4:14-16

Cette merveilleuse description de la puissance du christianisme comme on la voyait chez les apôtres, devait faire honte aux Corinthiens, et aussi à nous tous. Néanmoins, l’apôtre n’écrit pas pour leur faire honte, comme à des ennemis, mais pour les avertir comme des enfants bien-aimés dans la foi (4:14). Ils pouvaient bien avoir dix mille instructeurs, mais ils n’avaient qu’un seul père en Christ (4:15), aussi il les suppliait d’être les imitateurs de leur père (4:16).

 

5.11   1 Cor. 4:17

Pour qu’ils soient ses imitateurs, l’apôtre avait envoyé Timothée pour leur rappeler ses «voies en Christ» (4:17ab). S’il désire que nous soyons ses imitateurs, c’est seulement dans la mesure où ses voies sont en Christ, selon qu’il vient de les placer si heureusement devant nous dans le récit de la vie de serviteurs fidèles. Il peut aussi dire de Timothée qu’il a démontré sa fidélité dans le Seigneur (4:17a). En outre, Timothée rendrait témoignage que «les voies en Christ» de l’apôtre étaient les mêmes dans chaque assemblée (4:17c). Dans les systèmes que les hommes se sont constitués, les manières d’agir sont selon leurs propres idées. Pour celui qui s’incline devant l’Écriture, il n’y a pas d’autres voies que celles que l’apôtre a enseignées «partout dans chaque assemblée».

 

5.12   1 Cor. 4:18-21

Hélas ! alors, comme aujourd’hui, «certains sont enflés d’orgueil» et entièrement indifférents à l’enseignement inspiré de l’apôtre (4:18). L’apôtre indique que le véritable test de leur spiritualité n’est pas dans les discours, mais dans la puissance de vie (4:19). En ce qui concerne les discours, l’apôtre met en garde un peu plus loin sur le fait qu’on peut parler comme un ange, et pourtant n’être rien. Le royaume de Dieu n’est pas présenté simplement par nos paroles, mais par ce que nous manifestons de puissance spirituelle (2:4-5 ; 4:20). L’apôtre demande comment il viendra vers eux. Sera-ce avec une verge pour châtier, ou avec amour et un esprit de douceur pour édifier ? (4:21). On peut bien se demander comment il viendrait dans la chrétienté aujourd’hui, comment il viendrait vers nous ?

 

6         1 Corinthiens 5 — Sainteté collective

Dans les ch. 3 et 4 de cette 1ère épître aux Corinthiens, l’apôtre a traité des querelles et des divisions qui existaient dans l’assemblée à Corinthe. Dans la section suivante de son épître, ch. 5 à 7, il traite du grand sujet de la sainteté. Au ch. 5, il parle surtout de la sainteté collective ; au ch. 6, de la sainteté individuelle, et au ch. 7 de la sainteté dans les relations de famille. Il montre que :

la sainteté collective doit être maintenue en ôtant le vieux levain de l’assemblée, et en retranchant une personne méchante du milieu des saints,

que la sainteté individuelle est maintenue par le jugement de soi,

et que la sainteté de famille est maintenue par le bon usage des relations établies par Dieu.

 

L’apôtre a déjà rappelé à ces saints qu’ils sont le temple de Dieu, et il dit : «L’Esprit de Dieu habite en vous». Puis il ajoute : «Le temple de Dieu est saint» (3:16-17). La présence de Dieu ne tolère pas le mal, et requiert la sainteté. Quelle que soit la forme que prenne la maison de Dieu, que ce soit un édifice matériel comme autrefois, ou un édifice spirituel composé de croyants, le premier grand principe immuable de la maison de Dieu est la sainteté, — comme nous lisons : «La sainteté sied à ta maison, ô Éternel ! pour de longs jours» (Ps. 93:5). Ézéchiel place la sainteté comme le grand principe directeur de la maison de Dieu. «C’est ici», dit-il, «la loi de la maison : sur la cime de la montagne, toutes ses limites tout à l’entour sont un lieu très saint. Voici, telle est la loi de la maison» (Éz. 43:12).

 

6.1        1 Cor. 5:1

L’état charnel de ces croyants se montrait non seulement en ce qu’ils se rangeaient à la suite de docteurs favoris, générant ainsi des divisions, mais il se manifestait aussi par un relâchement des mœurs extrême. Ils étaient entourés par la corruption du paganisme dont ils venaient juste de sortir, et ils avaient été habitués à considérer à la légère les péchés grossiers. Néanmoins, il s’était produit parmi eux un cas de dépravation si grossier qu’il aurait fait honte aux païens.

 

6.2        1 Cor. 5:2

En outre, il y avait non seulement eu ce mal grossier au milieu d’eux, mais ils toléraient aussi le coupable. En effet, ils étaient enflés d’orgueil au lieu de mener deuil. Il est vrai qu’ils n’avaient reçu aucune direction apostolique sur la manière de traiter un fautif, mais les instincts spirituels auraient au moins dû les conduire à s’humilier du péché de cette personne méchante et à désirer son éviction. Nous apprenons ainsi qu’en l’absence d’instructions spéciales entrainant des responsabilités précises, les sensibilités morales de la nouvelle nature devraient nous conduire à adopter certaines lignes de conduite. Il peut arriver que la conduite de quelqu’un soit un tel exercice pour les saints qu’ils soient amenés à désirer son éviction du milieu d’eux sans pour autant avoir de base claire pour agir. Dans de tels cas, ce passage de l’Écriture indique clairement que nous pouvons exposer l’affaire devant le Seigneur et mener deuil devant Lui, avec l’assurance de Son intervention pour ôter le perturbateur. Le Seigneur, dans un tel cas, fait Lui-même ce que nous  pouvons avoir à faire lorsque le cas est clair. Il peut être bon de noter à cet égard que «ôté» du v. 2 et «ôtez» du v. 13 sont effectivement des mots similaires dans l’original. Comme quelqu’un l’a dit : «L’humiliation et la prière sont la ressource de ceux qui sentent un mal, sans en connaître encore le remède».

 

6.3        1 Cor. 5:3-5

L’apôtre donne ensuite des directions précises sur la manière d’agir dans un cas avéré de mal public. Il était absent de corps, mais présent en esprit, et avait déjà jugé, comme s’il était présent (5:3), ce qui serait à faire quand ils seraient ensemble : selon les indications données par l’autorité apostolique, et avec la puissance du Seigneur Jésus Christ (5:4a), il faudrait agir au Nom du Seigneur Jésus Christ (5:4b) en livrant «un tel homme à Satan pour la destruction de la chair, afin que l’esprit soit sauvé dans la journée du Seigneur Jésus» (5:5). Il est bon de noter soigneusement ces instructions et ce qu’elles impliquent.

«Vous… étant assemblés» (5:4) suppose l’assemblée dans son état normal, composé de tous les saints de la localité, agissant dans l’esprit qui animait l’apôtre et dans la puissance du Seigneur Jésus avec eux. Assemblés ainsi, ils agiraient comme représentant le Seigneur Jésus Christ en livrant un tel homme à Satan. Ceci suppose qu’en dehors de l’assemblée il y a le monde dominé par Satan. Le coupable s’était conduit d’une manière telle qu’il s’était démontré impropre à la présence du Seigneur, et il était donc livré à la sphère de Satan — en dehors de l’assemblée. Même ainsi, il n’était pas considéré comme un incrédule, car c’était pour la destruction de la chair, afin que son esprit puisse être sauvé dans la journée du Seigneur Jésus.

Aujourd’hui, cela ne pourrait pas être réalisé comme quand les choses étaient normales. Nous ne pourrions pas livrer un tel homme à Satan, car dans la ruine de la chrétienté aucun groupe ne pourrait dire qu’à l’extérieur de leur assemblée il n’y a rien d’autre que le monde de Satan ; et aucune assemblée ne peut prétendre inclure tous les saints de la localité. Néanmoins, l’injonction de la fin du chapitre subsiste : «Ôtez le méchant du milieu de vous-mêmes» (5:13). Le résultat peut, en effet, être que le méchant vienne sous la puissance de Satan pour apprendre à juger la chair en lui-même, alors qu’il a manqué de la juger quand il était dans le lieu de la puissance de Christ.

 

6.4        1 Cor. 5:6-8

L’apôtre poursuit en montrant le résultat solennel de l’insensibilité morale qui tolère le mal non jugé au milieu d’eux. Le mal est présenté sous la figure du levain. Comme un peu de levain imprègne toute la pâte, ainsi dans toute assemblée de chrétiens le mal connu et non jugé a une incidence sur l’ensemble (5:6). Toute la pâte levée ne signifie pas que le groupe tout entier devient incestueux comme le coupable, mais que tous sont souillés. Rien ne condamne plus clairement le faux principe qu’un péché connu dans l’assemblée ne concerne que celui qui est directement coupable et n’implique pas l’ensemble. Il ne suffit donc pas d’ôter le méchant ; ils devaient se juger eux-mêmes à cause du bas état qui avait pu consentir à tolérer le mal. Ainsi ils ôteraient le vieux levain, et seraient en pratique ce qu’ils étaient en position devant Dieu en Christ, une pâte sans levain comme résultat de l’œuvre du Christ (5:7a).

Nous sommes donc exhortés à célébrer la fête, non avec le vieux levain de l’indifférence au péché, ni avec un levain de malice et de méchanceté, mais avec sincérité et vérité (5:7b-8). Quand l’apôtre dit : «Célébrons la fête», il ne se réfère pas exclusivement à la Cène du Seigneur, mais plutôt à toute la période de la vie du croyant sur la terre, dont la fête des pains sans levain est un type.

 

6.5        1 Cor. 5:9-13

Dans les versets qui suivent, l’apôtre montre qu’en exhortant les chrétiens à exercer la sainte discipline et à vivre une vie de sincérité et de vérité, il se réfère au cercle des chrétiens. Étendre ces qualités à l’homme du monde serait irréaliste et impossible (5:9-10). Toutefois, si quelqu’un «appelé frère» vit ouvertement dans un péché non jugé, nous ne devons pas avoir de relation avec lui, ni montrer aucune communion avec lui en mangeant un repas avec lui (5:11). Ce n’est pas l’affaire du chrétien de tenter de redresser le monde en jugeant son mal (5:12). Cela, Dieu le fera en Son temps. Notre responsabilité consiste à juger tout mal qui peut se manifester dans l’assemblée chrétienne. Par conséquent, l’apôtre dit : «Ôtez le méchant du milieu de vous-mêmes» (5:13).

 

7         1 Corinthiens 6 — Sainteté individuelle

7.1        1 Cor. 6:1

Après avoir traité la question de l’immoralité non jugée au milieu d’eux, l’apôtre expose maintenant l’incohérence des chrétiens qui allaient devant les tribunaux du monde pour régler des différends entre frères dans les choses de cette vie. En langage clair, il réprouve tout frère qui, ayant un différend avec un autre frère, ose rechercher un règlement judiciaire auprès des «injustes», au lieu de faire appel aux saints. En qualifiant d’«injustes» les tribunaux du monde, il considère les hommes de ce monde dans leur rapport avec Dieu.

 

7.2        1 Cor. 6:2

Pour montrer l’incohérence de cette manière d’agir, l’apôtre leur demande de voir leurs actions à la lumière du monde à venir. Ils savent qu’en ce jour-là les saints seront associés à Christ dans Son règne sur le monde et les anges. Quelle incohérence que de chercher le jugement de ceux que nous allons juger !

 

7.3        1 Cor. 6:3-4

En outre, il montre la futilité de faire appel au monde, car si les saints vont juger le monde et les anges, ils doivent sûrement être capables de trancher les affaires relativement petites de la vie de tous les jours (6:3). Ceci étant, si des questions relatives à la vie présente surgissent entre frères, les moins estimés dans l’assemblée sont en mesure de les régler, car elles n’exigent pas une grande spiritualité ou un grand don, mais plutôt du bon sens et de l’honnêteté (6:4).

 

7.4        1 Cor. 6:5-6

Si l’apôtre devait parler ainsi, c’était vraiment à leur honte, car le fait qu’ils aillent devant les tribunaux du monde semblait prouver qu’en dépit de toute la connaissance et des dons dont ils se glorifiaient, il n’y avait parmi eux personne de sage capable de régler ces petites affaires (6:5), et ainsi un frère allait au tribunal contre un frère, et cela devant des incrédules (6:6). Il est évident que l’apôtre parle de questions ne méritant pas d’être portées devant l’assemblée, car elles pouvaient être réglées par «un homme sage».

 

7.5        1 Cor. 6:7-8

Ayant condamné cette manière d’agir mondaine, l’apôtre traite maintenant du bas état moral qui conduisait à de telles pratiques. Comme très souvent, derrière de mauvaises pratiques il y a un état d’esprit mauvais et de l’ignorance des principes divins. Ils n’étaient évidemment pas prêts à subir des injustices ou souffrir un tort pour l’amour de Christ (6:7). Au contraire, en allant au tribunal l’un contre l’autre, ils faisaient des injustices, avec pour résultat de se causer du tort l’un à l’autre (6:8). Où étaient la patience et la souffrance en faisant le bien ? Comme on a dit : «Ils n’étaient pas en arrière pour recevoir des dons, mais n’allaient pas de l’avant dans la grâce», et encore : «Si je peux garder le caractère de Christ, je préfèrerais le faire que de garder mon manteau» (JND). Nous pouvons montrer une bonne dose d’irritation et de ressentiment quand nous nous imaginons être l’objet d’un abus, mais nous prouvons ainsi que nous préférons perdre le caractère de Christ que perdre nos sous.

 

7.6        1 Cor. 6:9-11

L’apôtre parle ensuite des torts qui ont provoqué les poursuites judiciaires. Il donne une description solennelle du mal sévissant à Corinthe dans sa corruption, plutôt que dans sa violence, mais cela n’a pas place dans le royaume de Dieu (6:9-10). Ayant donné cette liste terrible des corruptions de la chair, il dit : «Et quelques-uns de vous, vous étiez tels» (6:11a). C’est une grâce merveilleuse qui a pu nous tirer de la plus basse dégradation dans le pays éloigné pour nous associer à Christ au plus haut de la gloire dans la maison du Père ! Ayant vécu dans de telles conditions, ces saints étaient spécialement en danger de retomber dans les anciennes habitudes, à moins de rester attachés à Christ.

 

7.6.1        Lavés — 6:11a

Si tristes que fussent les maux à traiter, l’apôtre peut quand même dire : «Mais vous avez été lavés, mais vous avez été sanctifiés, mais vous avez été justifiés» (6:11b). En disant qu’ils avaient été lavés, il est évident que l’apôtre ne parle pas de la nécessité constante de l’application de la parole pour enlever toutes les impuretés quotidiennes qui nous déconnectent de Christ, et dont le lavage des pieds nous donne la figure. Il se réfère plutôt à l’œuvre de l’Esprit dans la nouvelle naissance (6:11c), qui est faite une fois pour toutes et où est conférée une nouvelle nature à qui la saleté de la chair répugne.

 

7.6.2        Sanctifiés — 6:11b

La sanctification nous emmène plus loin car, si par le lavage nous sommes mis à part de la saleté de la chair, par la sanctification nous sommes mis à part pour Dieu. D’autres passages de l’Écriture comme Jean 17:19 et 1 Thes. 5:23, parlent de la sanctification progressive par laquelle le croyant devient de plus en plus dévoué aux intérêts de Dieu. Ici, cependant, c’est la mise à part absolue du croyant, comme en Hébreux 10:10 : «C’est par cette volonté que nous avons été sanctifiés, par l’offrande du corps de Jésus Christ [faite] une fois pour toutes». La pierre, une fois tirée de la carrière, en est séparée pour toujours, bien qu’on puisse ensuite la travailler et la sculpter pour la rendre plus appropriée au dessein du chef de projet.

 

7.6.3        Justifiés — 6:11cd

Par la justification, l’âme a été disculpée par l’œuvre de Christ de tout sujet d’accusation devant Dieu. Par l’Esprit Saint, ces grandes vérités sont réalisées dans nos âmes.

 

7.7        1 Cor. 6:12-20

Du fait que nous avons une nouvelle nature [lavés], que nous avons été mis à part pour Dieu [sanctifiés], et que nous sommes justifiés de la culpabilité de nos péchés, l’apôtre nous rappelle dans le reste du chapitre, que nos corps sont pour le Seigneur (6:13b). D’un côté donc, gardons-nous de les utiliser pour la satisfaction de la chair (6:13b-19) ; d’autre part, utilisons les pour la gloire de Dieu (6:20).

 

7.7.1        1 Cor. 6:12-13a

«Toutes choses» (et ici il parle de choses convenables — la nourriture et les relations naturelles) sont permises (ou : légitimes) au chrétien, mais il faut quand même prendre garde car, bien que permis, il ne s’ensuit nullement que tout soit opportun. En usant des choses bonnes, il y a le danger de tomber sous leur emprise. L’apôtre se réfère spécialement aux viandes. Les viandes sont nécessaires au corps, et les viandes et le corps sont naturellement adaptés l’un à l’autre : nous sommes donc libres de faire usage des viandes. Il est cependant possible de faire usage des viandes et du corps pour le plaisir et de devenir glouton.

 

7.7.2        1 Cor. 6:13b-20

L’apôtre passe ensuite à ce qui n’est pas permis pour le corps, — le péché effectif. Ici, il nous est rappelé que le corps est pour le Seigneur, et le Seigneur pour le corps (6:13b). Il nous rappelle aussi que ces corps sont destinés à un grand honneur, car comme Dieu a ressuscité le Seigneur, de même Il ressuscitera également ces corps par Sa propre puissance (6:14). En outre, nos corps sont des membres de Christ, et celui qui est uni au Seigneur est un seul esprit avec Lui (6:17). L’apôtre a appris quelque chose de cette grande vérité à sa conversion, car le Seigneur lui dit : «Pourquoi Me persécutes-tu ?». Toucher aux corps des saints, c’était toucher Christ. Tout péché est solennel, mais combien est spécialement solennel le péché contre le corps qui est habité par l’Esprit Saint et appartient à Dieu, et notre privilège et notre responsabilité est de l’utiliser pour la gloire de Dieu. Pour insister auprès de nous sur l’importance profonde de la sainteté, l’apôtre nous rappelle au cours de ce chapitre :

que nous sommes lavés, sanctifiés et justifiés, (6:11)

que nos corps sont pour le Seigneur, unis au Seigneur, habités par le Saint Esprit, (6:13b, 17, 19)

que nos corps appartiennent à Dieu, et qu’ils doivent être utilisés pour la gloire de Dieu ; et, aussi, (6:19-20)

que le Seigneur est pour le corps, et Dieu le ressuscitera par Sa puissance (6:13b, 14).

 

8         1 Corinthiens 7 — Sainteté dans les relations de famille

8.1        1 Cor. 7:1-2

Après avoir exhorté les saints à maintenir la sainteté dans l’assemblée au ch. 5 et la sainteté individuelle au ch. 6, l’apôtre nous enseigne maintenant à maintenir la sainteté dans les relations naturelles de la vie. Le christianisme ne met aucunement de côté l’ordre de la nature, bien qu’il corrige les abus par lesquels l’homme déchu a corrompu ces relations. Tout homme est libre d’avoir sa propre femme et toute femme d’avoir son propre mari, et en fait c’est un moyen légitime d’éviter la tentation d’aller à l’encontre de la sainteté (7:2). La prétention fallacieuse à une spiritualité supérieure en insistant sur l’ascétisme est ainsi totalement condamnée.

 

8.2        1 Cor. 7:3-5

L’apôtre donne son conseil à ceux qui sont mariés. La relation doit être vécue avec la considération qui convient l’un pour l’autre, comme étant mutuellement dépendant l’un de l’autre.

 

8.3        1 Cor. 7:6-9

En disant : «Que chacun ait sa propre femme, et que chaque femme ait son mari à elle» (7:2), il prend soin d’expliquer qu’il ne donne pas un commandement (7:6b), mais qu’il parle comme consentant au mariage (7:6a). Son propre souhait est que tous soient comme lui-même, exempts de ces relations (7:1, 7a, 8). Mais il reconnaît qu’il n’est pas donné de Dieu à tous de rester célibataire (7:7b), et si cela n’est pas donné, «il vaut mieux se marier» (7:9).

 

8.4        1 Cor. 7:10-11

À ceux qui sont mariés, il donne, non pas un simple conseil, mais le commandement direct du Seigneur (7:10a). La femme ne doit pas être séparée de son mari (7:10b). Si elle est séparée, elle doit demeurer non mariée, ou se réconcilier avec son mari. Que le mari n’abandonne pas sa femme (7:11).

 

8.5        1 Cor. 7:12-17

L’apôtre considère alors la position difficile d’un frère ayant une femme non-croyante, ou d’une femme ayant un mari incrédule (7:12). Ici, il donne son avis. Il n’est pas envisagé un instant le cas d’un croyant épousant une incrédule, ce qui est clairement contraire à la pensée du Seigneur (2 Cor. 6:14). Ici, c’est le cas de mariages mixtes, où l’une des parties a été convertie après le mariage. Dans ce cas, le croyant n’est pas souillé par l’union avec le non-croyant (7:14). Au contraire l’incrédule est sanctifié et les enfants sont saints. Ici, la sanctification et la sainteté ne signifient pas une condition spirituelle qui les met en relation avec Dieu, mais plutôt que par le croyant la relation est nette et reconnue de Dieu, de sorte que le croyant peut continuer dans le lien du mariage (7:12-13). Cependant, si l’incrédule s’en va, le croyant est libéré de la servitude d’être lié à un incrédule et ne doit pas se disputer avec celui qui est parti, car nous sommes appelés à la paix (7:15). Cela ne donne pas au croyant l’autorisation de briser le lien en se séparant de l’incrédule, ni n’accorde l’autorisation au croyant abandonné de se remarier. Bien loin de ce que le croyant se sépare de l’incrédule, le frère ou la sœur doit rester à tout prix dans la relation, comptant sur Dieu pour le salut de l’incrédule (7:16). Il y aura donc la soumission à ce que le Seigneur a permis, et une marche en accord avec Sa volonté. Il nous est rappelé aussi que c’est l’ordre pour toutes les assemblées (7:17) ; ainsi l’indépendance ecclésiastique est exclue. Les assemblées ne sont pas des groupes indépendants, où chacune est laissée libre d’adopter ses propres pratiques. La parole de Dieu est toujours notre seul guide, et les assemblées marchant dans la lumière de la parole seront unies en se soumettant à ses instructions.

 

8.6        1 Cor. 7:18-19

L’apôtre a parlé de l’appel de Dieu adressé à un croyant alors qu’il est lié avec un incrédule. Il parle maintenant de l’appel adressé à un croyant circoncis ou incirconcis (7:18). Nous savons que l’éducation juive conduisait certains à accorder une grande valeur au rite de la circoncision, allant même jusqu’à dire qu’en dehors de la circoncision, les croyants des nations ne pouvaient pas être sauvés (Actes 15:1). Ici l’apôtre déclare que, pour le chrétien, ni la circoncision, ni l’incirconcision n’ont de valeur (7:19). L’obéissance à la parole de Dieu est importante à Ses yeux, non pas les simples distinctions religieuses dans la chair.

 

8.7        1 Cor. 7:20-24

L’apôtre parle ensuite de l’appel de Dieu à des croyants dans différentes positions sociales. Nous apprenons encore que, comme la circoncision et l’incirconcision n’ont rien à voir avec notre appel en tant que chrétiens, de même la position sociale comme esclave ou homme libre n’a rien à voir avec l’appel chrétien (7:20-22). En règle générale, donc, que chacun demeure dans la position où il est quand il est appelé (7:20). Il ne doit pas se soucier d’être esclave. Si, toutefois, il peut devenir libre, tant mieux (7:21). En tout cas il faut que l’esclave chrétien se rappelle qu’il est l’affranchi du Seigneur, et l’homme libre, qu’il est l’esclave de Christ (7:22). Tous deux ont été achetés à prix, et Celui qui nous a achetés au prix de Son sang précieux est le premier à avoir des droits sur nous (7:23). Ainsi, tandis que nous sommes exhortés à demeurer dans notre vocation, soit comme esclaves soit comme hommes libres, l’important est d’être «auprès de Dieu» ou «avec Dieu» (7:24). Cela indique sûrement que, bien qu’il puisse être juste de rester esclave, il ne serait pas juste de continuer à pratiquer quelque commerce malhonnête dans lequel il serait impossible d’être «avec Dieu» ou «auprès de Dieu».

 

8.8        1 Cor. 7:25-34

Après avoir parlé à ceux qui sont appelés étant dans la relation du mariage, l’apôtre donne maintenant ses conseils aux célibataires. En raison de l’état actuel du monde avec toutes ses détresses et ses nécessités, et parce que le temps est court, et que ses pleurs et ses joies seront bientôt finis — car la figure de ce monde passe (7:31) — il juge qu’il est bon pour un chrétien d’être exempt de liens terrestres. Ceci, cependant, ne signifie pas que si un homme est lié à une femme, il ait à chercher à s’en dégager, mais que s’il est libre, c’est mieux de le rester (7:27). Néanmoins les chrétiens qui s’engagent dans le mariage ne font pas mal ; cependant ils auront de l’affliction quant à la chair et cela ajoutera à leurs soucis (7:28). L’apôtre voudrait, autant que possible, que nous soyons sans inquiétude afin que nous puissions servir le Seigneur sans être distraits (7:32, 35). Naturellement, et à juste titre, les mariés cherchent à se plaire l’un à l’autre (7:33, 34), tandis que les célibataires sont davantage libres de servir le Seigneur sans distraction de l’esprit ni du corps (7:32, 34, 35).

 

8.9        1 Cor. 7:35-40

Si l’apôtre parle ainsi, c’est en vue de notre profit. Il n’a aucune envie de nous tendre un piège pouvant conduire à l’illusion des moines ou des nonnes, ce qui a conduit à tant de corruption dans une grande partie de la chrétienté professante. Il laisse chacun libre de se marier (7:38), et ajoute un mot aux veuves, pour lesquelles on peut poser la question de la liberté de se remarier : il répond «seulement si c’est ‘dans le Seigneur’» (7:39). Or il estime avoir la pensée du Seigneur en pensant qu’elle serait plus heureuse de rester libre (7:40).

 

9         1 Corinthiens 8 — Abus de liberté en faisant chuter un frère

Dans les ch. 8 à 10 de cette première épître aux Corinthiens, l’apôtre maintient fermement la liberté de l’individu, tout en mettant solennellement en garde contre les abus.

Au ch. 8, nous sommes mis en garde contre l’usage de la liberté d’une manière susceptible de faire chuter notre frère ;

au ch. 9, le serviteur est averti qu’il est possible d’user de la liberté au point de tomber personnellement sous la condamnation ; et

au ch. 10, nous sommes mis en garde contre l’usage de la liberté d’une manière susceptible de compromettre notre communion, et d’offenser les Juifs ou les nations (les non Juifs) ou l’assemblée de Dieu.

 

9.1        1 Cor. 8:1-3

Dans ce ch. 8, l’apôtre aborde ce sujet important en plaçant devant nous le danger de changer la liberté de l’individu en laxisme et d’agir selon sa propre volonté sans considérer l’effet de nos actes sur les autres. Il est ainsi possible que la liberté du chrétien devienne une occasion de faire chuter son frère. Pour mieux ouvrir les yeux sur son avertissement, l’apôtre se réfère au problème de manger des viandes sacrifiées aux idoles (8:1). Des croyants de Corinthe, sachant qu’une idole n’est rien, pouvaient se sentir personnellement libres d’entrer dans un temple d’idoles et d’y manger des viandes sacrifiées aux idoles. Mais cela soulève la question de savoir si c’est juste de le faire si cela doit faire chuter un frère ? L’apôtre montre d’abord que c’est une de ces questions importantes qui ne peuvent pas être résolues simplement par la connaissance, mais qui peuvent très vite être réglée par l’amour. Ceci est de toute importance, car le principe appliqué ici l’est en rapport avec la question particulière de manger des choses sacrifiées aux idoles, mais le principe lui-même s’applique plus largement. Si de nos jours nous ne sommes pas confrontés dans nos pays à la question de manger des viandes sacrifiées aux idoles, beaucoup d’autres questions peuvent néanmoins se poser — par exemple, la question de fumer pour le chrétien. Certains chercheraient à régler une telle question par la connaissance en pensant seulement aux effets néfastes sur le corps, mais il est mieux de régler une telle question par l’amour en se demandant : «Quel effet cela aura-t-il sur mon frère ?» La connaissance m’occupe avec la chose en question, le pour et le contre, mais l’amour pense à mon frère.

Cela conduit l’apôtre à faire quelques remarques importantes sur la connaissance et l’amour. Tout d’abord, il dit : «Nous avons tous de la connaissance» (8:1a), en tout cas dans une mesure. La connaissance, cependant, ne suffit pas ; nous avons besoin d’amour aussi. Il y a dans la nature humaine une grande soif de connaissance, mais si je poursuis la connaissance seulement dans le but d’acquérir des connaissances, cela ne fera que m’enfler, tandis que l’amour édifiera mon frère (8:1b). En outre, nous connaissons seulement en partie ; faire donc confiance à notre connaissance partielle pour régler les questions nous amènera souvent malheureusement à nous égarer (8:2).

Aimer mon frère et penser à son bien seront un moyen plus sûr et meilleur de régler des questions qui pourraient autrement ne servir qu’à donner de l’importance au moi.

Or comment cet amour pour mon frère peut-il être maintenu en activité ? Seulement par l’amour pour Dieu, comme le dit l’apôtre Jean : «Quiconque aime celui qui a engendré, aime aussi celui qui est engendré de lui» (1 Jean 5:1). Donc, dans ce passage de 1 Cor. 8, l’apôtre parle de l’amour pour Dieu, et nous rappelle que si quelqu’un aime Dieu, il comprend, non pas simplement qu’il connaît Dieu dans une petite mesure, mais qu’il est connu de Dieu (8:3). La conscience que Dieu me connaît, moi et tout ce que j’ai fait, ne laisse aucune place pour l’orgueil qui serait enflé par de la simple connaissance.

 

9.2        1 Cor. 8:4-6

En outre, la question de manger des viandes sacrifiées aux idoles conduit l’apôtre à esquisser brièvement le contraste important entre les idoles et le vrai Dieu. Premièrement, il dit que nous, les chrétiens, nous savons qu’une idole n’est rien, et qu’il n’y a point d’autre Dieu qu’un seul (8:4). L’homme déchu imagine beaucoup de dieux et beaucoup de seigneurs dans les cieux et sur la terre (8:5) ; mais pour nous chrétiens, il y a «un seul Dieu, le Père» et «un seul Seigneur, Jésus-Christ» (8:6). Ici, il n’est pas question de placer devant nous la Déité de Christ, mais comment il a plu à Dieu de se révéler, et la place que les Personnes divines tiennent dans les voies de grâce envers les hommes. Le Père demeure dans la Déité, et Dieu est la source de tout, et tout est pour Lui. Le Fils, sans jamais cesser d’être Dieu, est devenu chair, et, dans l’humanité Il a pris la place de Seigneur. Ainsi Celui que nous connaissons comme Jésus Christ est l’unique Seigneur à qui nous devons tous allégeance et soumission. Il est à la fois le Créateur de toutes choses et Celui par qui nous avons été rachetés.

 

9.3        1 Cor. 8:7-13

Après avoir parlé de la différence entre l’amour et la connaissance, et après avoir placé devant nous le vrai Dieu, l’apôtre montre maintenant que, même parmi les vrais chrétiens, il y en avait qui n’avaient pas cette connaissance complète, et qui n’étaient donc pas en mesure, avec leur connaissance partielle, de s’élever au-dessus des préjugés profondément enracinés de leur éducation païenne à propos des idoles (8:7a). Ils n’étaient apparemment pas entièrement assurés que les idoles ne sont rien, et que les viandes qui leur étaient offertes n’étaient pas différentes des autres viandes. Pour de telles personnes, manger des viandes sacrifiées aux idoles leur donnait mauvaise conscience ou souillait leur conscience (8:7b). En outre, si une telle personne voyait un frère manger des viandes sacrifiées aux idoles, cela pouvait devenir pour elle une pierre d’achoppement (8:9), et l’enhardir à faire quelque chose lui donnant mauvaise conscience (8:10), pouvant l’amener à faire naufrage quant à la foi et à le placer sur un chemin où il périrait (8:11). Il n’est pas ici question de la possibilité pour un croyant de périr, car le Seigneur Lui-même dit : Ils «ne périront jamais ; et personne ne les ravira de ma main» (Jean 10:28). Dans ce passage de Jean, le croyant est vu du point de vue du Seigneur ; dans 1 Cor. 8:11, le croyant est vu du point de vue de l’homme. Nous pouvons manquer à notre responsabilité et, en ce qui nous concerne, faire ce qui ferait périr notre frère. En agissant de la sorte, nous ne faisons pas seulement du tort à notre frère pour qui Christ est mort, mais nous faisons tort à Christ (8:12). L’apôtre conclut donc que l’amour pour mon frère me conduirait à ne pas manger de viande si, en en mangeant, je fais chuter mon frère (8:13).

 

10    1 Corinthiens 9 — Abus de la liberté en tombant personnellement

Après avoir maintenu au ch. 8 la liberté du croyant de faire usage des viandes, et nous avoir mis en garde contre le danger d’en abuser, dans ce ch. 9 l’apôtre continue en nous parlant de la liberté et des droits des serviteurs du Seigneur, et il nous met de nouveau en garde contre tout abus de ces privilèges. Mais, tout en établissant les droits des serviteurs du Seigneur dans ces questions, il établit le principe important que ces droits sont subordonnés aux intérêts de Christ et des Siens, et ne sont pas là pour se glorifier ou pour satisfaire le corps.

 

10.1   1 Cor. 9:1-2

Nous savons par la seconde épître que certains mettaient en doute l’apostolat de Paul ; il commence donc cette partie de sa lettre en affirmant brièvement son apostolat, ainsi que sa liberté. Il avait la marque extraordinaire d’un apôtre en ce qu’il avait vu «Jésus, notre Seigneur» (9:1). Par ailleurs, comment les Corinthiens pouvaient-ils avoir aucun doute quant à son apostolat, puisqu’eux-mêmes en étaient le sceau et la preuve, car leur existence comme assemblée était le résultat de son «ouvrage dans le Seigneur» ? (9:1,2). Il y en avait qui, par jalousie à l’égard de l’apôtre, étaient prêts à suggérer qu’il prêchait pour des motifs intéressés, cherchant à tirer un gain de son service (2 Cor. 11:9-12). L’apôtre répond à de telles suggestions, d’abord en affirmant les droits du serviteur (9:3-14) et, ensuite en montrant comment il avait utilisé ces droits (9:15-27).

 

10.2   1 Cor. 9:3-7

Quant aux droits comme serviteur du Seigneur, Paul, ainsi que les autres apôtres, avait parfaitement le droit d’avoir sa part des grâces ordinaires de la vie présente, le droit de manger et de boire (9:4), le droit de mener une sœur comme femme (9:5), le droit de ne pas travailler de ses propres mains (9:6). En outre, il avait le droit de recevoir de l’aide dans les «choses charnelles» en contrepartie de son ministère dans les «choses spirituelles». Qu’il en soit ainsi, la nature et le bon sens le montraient, car, demande l’apôtre : «Qui jamais va à la guerre à ses propres dépens ? Qui plante une vigne et n’en mange pas le fruit ? Ou qui paît un troupeau et ne mange pas du lait du troupeau ?» (9:7).

 

10.3   1 Cor. 9:8-11

En outre, non seulement la nature, mais l’Écriture aussi affirme ces droits (9:8) : «Car dans la loi de Moïse il est écrit : Tu n’emmuselleras pas le bœuf qui foule le grain». En parlant ainsi, Dieu ne pense pas seulement aux bœufs (9:9). C’est écrit pour nous enseigner que, si celui qui laboure et celui qui foule le grain profitent de leurs travaux (9:10), de même les serviteurs du Seigneur, s’ils ont semé des «biens spirituels», ont parfaitement le droit de recevoir en retour des «biens charnels» (9:11).

 

10.4   1 Cor. 9:12

Si d’autres se prévalaient de ce droit pour prendre de leurs choses charnelles, combien plus l’apôtre le pouvait, lui qui les avait servis si fidèlement ! S’il s’était abstenu de prendre de leurs choses charnelles, ce n’était pas une preuve qu’il n’était pas apôtre, ni qu’il n’avait pas le droit de recevoir quelque chose de leur part, mais plutôt qu’il jugeait, dans leur cas, que les intérêts de l’évangile de Christ étaient mieux servis par le fait de «tout» supporter, plutôt que de prendre de leurs «biens charnels». Dans son service, l’apôtre n’était pas gouverné par la pensée du gain, mais par les intérêts de Christ et de Son évangile.

 

10.5   1 Cor. 9:13-14

Néanmoins, les droits du serviteur demeuraient, selon l’enseignement des types en rapport avec le service du temple et de l’autel (9:13). Par-dessus tout, l’apôtre affirme que ces droits sont conformes à ce que le Seigneur a ordonné, « que ceux qui annoncent l’évangile vivent de l’évangile » (9:14). Que ce soit la nature (9:7), ou l’Écriture (9:9-10), ou l’ordonnance directe du Seigneur (9:13-14), tout concourt à maintenir les droits de recevoir les biens charnels des saints pour le serviteur qui sert dans les biens spirituels.

 

10.6   1 Cor. 9:15

Ayant soigneusement affirmé les droits du serviteur, l’apôtre, dans les derniers versets du chapitre, montre comment il avait personnellement utilisé ses droits dans l’assemblée à Corinthe. Il les avait tournés en une occasion de se sacrifier lui-même pour les intérêts de Christ et de Son évangile. Comme quelqu’un l’a dit : «Ce privilège est transformé dans ses mains en un tout autre type de privilège : le privilège de se sacrifier pour Christ et pour Son service». Il renonçait à un privilège pour jouir d’un privilège supérieur. Il peut donc dire : «Mais moi je n’ai usé d’aucune de ces choses». Il n’a pas non plus écrit cette lettre pour leur demander une aide dans les choses temporelles. Il ne voulait pas recevoir de l’aide de leur part, et permettre ainsi à quelqu’un d’anéantir sa gloire à cet égard.

 

10.7   1 Cor. 9:16-17

Cependant, s’il parle de se glorifier, il prend tout de suite soin de préciser qu’il ne cherchait pas à se glorifier de ce qu’il prêchait l’évangile (9:16), mais de ce qu’il l’avait fait gratuitement (9:17). Une administration lui avait été confiée de prêcher et, qu’il le fasse de bon gré ou non, il était responsable d’effectuer le travail qui lui était confié (9:16). Sa récompense ne serait pas pour avoir fait le travail qui lui était confié, mais pour l’avoir fait volontairement (9:17a).

 

10.8   1 Cor. 9:18

Quelle était donc sa récompense ? C’était qu’en prêchant l’évangile, il renonçait à ses droits, de sorte que l’évangile pouvait être «exempt de frais» (9:18a). Il n’utilisait pas ses droits comme lui appartenant, pour les utiliser selon sa propre volonté, sans égard aux directions du Seigneur (9:18b). L’apôtre était envoyé par le Seigneur pour prêcher, et selon l’ordre du Seigneur, il avait le droit d’être pris en charge. Pourtant il ne faisait pas usage de ce droit comme s’il en avait la libre disposition (à son gré). Il pensait à Christ et à Sa gloire, et ainsi il usait ou s’abstenait d’user de ce droit selon l’estimation qu’il avait de la pensée du Seigneur, exécutant son service de la manière la meilleure pour la gloire de Christ.

 

10.9   1 Cor. 9:19-23

Étant ainsi entièrement libre à l’égard de tous, il utilisait sa liberté pour devenir le serviteur de tous (9:19). Lorsqu’il prêchait aux Juifs, il pouvait les rencontrer sur leur propre terrain, il s’adaptait à leurs modes de pensée, et évitait de blesser leurs scrupules (9:20a). Avec ceux sous la loi, il faisait appel à eux comme entrant dans tous leurs exercices de gens sous la loi, mais il a soin d’ajouter : «n’étant pas moi-même sous la loi» (9:20b). Quant à ceux qui étaient sans loi, il faisait appel à eux sur leur terrain, mais encore une fois en prenant la précaution de dire : «non que je sois sans loi quant à Dieu, mais je suis justement soumis à Christ» (9:21). Pour les faibles, il pouvait devenir comme un faible (9:22a). Il se faisait tout à tous, afin que de toute manière il puisse en sauver quelques-uns (9:22b). En outre, il agissait ainsi pour l’amour de l’évangile, qu’il personnifie en disant : «afin que je sois coparticipant avec lui» (9:23).

 

10.10   1 Cor. 9:24-27 — L’apôtre ne s’accommodait pas au monde. Le service est un chemin d’abnégation

Il ne faut pas déduire de ces expressions de l’apôtre, qu’il s’accommodait au monde pour échapper à l’opprobre et épargner la chair. Pour dissiper tout malentendu, l’apôtre montre dans les derniers versets de ce chapitre que le chemin du service est un chemin d’abnégation. Il y a, en effet, une récompense pour le service (9:24) bien meilleure que le prix obtenu dans les jeux du monde ; là, les gens courent pour une couronne corruptible, mais le chrétien pour une couronne incorruptible (9:25b). Néanmoins, si obtenir une couronne terrestre exige une vie de sobriété, combien plus nécessaire est la sobriété en toutes choses (9:25a) pour obtenir une couronne incorruptible. L’apôtre courait sa course sans incertitude quant à la fin glorieuse du chemin (9:26a). Le combat n’était pas pour lui du badinage, comme s’il battait l’air (9:26b). Il prenait soin de ne pas satisfaire le corps, mais plutôt de le garder assujetti, de le mortifier, afin qu’il n’entrave en rien son service (9:27a). Les saints à Corinthe se vantaient de leurs dons et recherchaient leurs aises (4:6-8). Gardons-nous de prêcher sans que la pratique suive, car l’apôtre nous avertit qu’il est possible de prêcher et pourtant d’être réprouvé (9:27b). Nous savons que le croyant ne périra jamais ; l’apôtre ne dit pas qu’il est possible d’être né de nouveau, ou converti, et d’être quand même réprouvé. Mais prêcher aux autres n’est pas tout. Nous devons d’abord être chrétien, et ensuite prédicateur, pour autant que le Seigneur nous y appelle.

 

11    1 Corinthiens 10 à 11:1 — Abus de la liberté compromettant la communion

Au ch. 10, l’apôtre nous met d’abord en garde sur la possibilité de faire profession de christianisme en participant à des ordonnances chrétiennes (cène, baptême), et malgré tout de périr. Il nous donne la vraie signification de la coupe et du pain auxquels nous participons à la cène du Seigneur ; et il termine en nous mettant en garde contre un usage de notre liberté individuelle qui compromettrait la communion chrétienne ou qui soit une offense aux Juifs, aux nations (Gentils) ou à l’assemblée de Dieu.

 

11.1   1 Cor. 10:1-5

Déjà l’apôtre a mis en garde sur la possibilité de prêcher et malgré tout d’être réprouvé ; il met maintenant en garde les professants sur la possibilité d’être baptisé et de participer à la cène du Seigneur, et pourtant d’être perdu. Il ne dit pas que nous pouvons avoir part à la mort de Christ et périr, mais qu’il est possible de participer aux symboles de Sa mort et de périr. Il expose ainsi le piège dans lequel est tombée la majeure partie de la chrétienté, qui est de faire un système de sacrements où on fait dépendre le salut de la participation au baptême et à la cène du Seigneur. Pour illustrer ce fait solennel, l’apôtre fait référence à l’histoire d’Israël. Il nous rappelle que tout Israël a été baptisé pour Moïse dans la nuée et dans la mer (10:2), et que tous ont mangé la manne (10:3) et participé à l’eau qui a coulé du rocher — des choses qui, en figure, parlaient de Christ (10:4). Néanmoins, Dieu n’a point pris plaisir en «la plupart d’entre eux», et ils périrent dans le désert (10:5).

 

11.2   1 Cor. 10:6-11

Or, dit l’apôtre, ces choses sont arrivées comme types ou exemples. Évidemment elles présentent en type le rite introductif du christianisme, le baptême, et le rite récurrent, celui de la cène du Seigneur. Cependant, si importants que soient ces rites, ils ne communiquent pas la vie aux participants. Hélas ! il est possible d’y participer, et pourtant de vivre d’une manière qui attire le déplaisir de Dieu. Les participants peuvent donc se révéler n’être que de simples professants et finalement périr (10:6-10).

L’apôtre nous rappelle les maux dans lesquels beaucoup sont tombés en Israël pour nous mettre en garde contre le danger qui vient d’être mentionné, pour que nous n’agissions pas comme ceux-là l’ont fait.

Premièrement (10:6), ils convoitèrent les choses mauvaises du monde et se lassèrent de la ressource céleste (Nombres 11:4-6).

Deuxièmement (10:7), cédant à ces convoitises, ils permirent aux choses visibles et tangibles de s’interposer entre leur âme et Dieu ; ils tombèrent dans l’idolâtrie et s’abandonnèrent à la satisfaction de leurs convoitises : «Le peuple s’assit pour manger et pour boire, et ils se levèrent pour jouer» (Exode 32:1-6).

Troisièmement (10:8), s’étant détournés de Dieu, ils tombèrent dans des péchés grossiers par une alliance profane avec le monde, et subirent le jugement de Dieu (Nombres 25:1-9).

Quatrièmement (10:9), cette alliance profane avec le monde détruisit tout sentiment de la présence de l’Éternel. Ils tentèrent l’Éternel pour tester Sa présence en disant : «L’Éternel est-il au milieu de nous, ou n’y est-il pas ?» (Exode 17:7). Cette parole contre Dieu a conduit à une preuve solennelle de Sa présence par l’exercice d’un châtiment (Nombres 21:5-6).

Cinquièmement (10:10), ils murmurèrent contre les voies de Dieu à leur égard et tombèrent sous la puissance de leurs ennemis (Nombres 14: 2-4, 45).

 

L’ordre dans lequel ces maux sont énoncés est évidemment moral et non historique. La convoitise vient en tête de liste, selon ce que dit l’apôtre Jacques : «La convoitise, ayant conçu, enfante le péché» (Jacq. 1:15a). Elle mène à l’idolâtrie, car ce que nous convoitons devient une idole entre l’âme et Dieu. Puis, par l’idole, une alliance profane est formée avec le monde, qui à son tour détruit tout sentiment de la présence de Dieu au milieu de Son peuple, et conduit à murmurer et à se rebeller contre les voies de Dieu par lesquelles il en vient à châtier les hommes à cause de leurs voies mauvaises.

Ces maux ont fait descendre le jugement de Dieu sur les Israélites. «Ils tombèrent dans le désert» (10:5) ; «il en est tombé» (10:8) ; ils «ont péri par les serpents» (10:9) ; ils ont «péri par le destructeur» (10:10). En outre, les choses qui leur arrivèrent sont des types pour nous (10:11), nous avertissant de ne pas agir comme ils l’ont fait, de peur que tout en participant aux rites chrétiens, nous cédions à la convoitise et tombions sous la puissance du péché, de Satan et de la mort.

 

11.3   1 Cor. 10:12-14

L’apôtre, avec des paroles qui sondent, continue en appliquant ces avertissements aux chrétiens professants. Il nous met en garde contre la confiance en soi naturelle à la chair : «Que celui qui croit être debout prenne garde qu’il ne tombe» (10:12). Ne pensons pas que, parce que nous avons participé à la cène, nous sommes à l’abri de tomber dans les péchés les plus grossiers. Mais, il nous est rappelé que Dieu est notre ressource. Les tentations qui nous arrivent sont banales parmi les hommes (10:13a), et Dieu ne permet jamais que nous soyons tentés sans qu’Il fasse aussi l’issue, le moyen d’en sortir (10:13b), quoique, hélas, nous pouvons négliger ce moyen. «C’est pourquoi», dit l’apôtre, «fuyez l’idolâtrie» (10:14). Évitez tout ce qui pourrait attiser la convoitise, venir entre l’âme et Dieu, et amener la chute (extérieure).

 

11.4   1 Cor. 10:15-17

Après nous avoir mis en garde contre l’abus des ordonnances chrétiennes, l’apôtre place devant nous la vraie signification des symboles de la cène du Seigneur, la coupe et le pain. Pour nous, la coupe est une «coupe de bénédiction», un symbole du sang de Christ, nous rappelant Sa mort, lorsque le sang qui purifie de tout péché a été versé à la croix (10:16a). Pour Lui, c’était une coupe de jugement, mais la coupe qui apporta le jugement sur Lui nous assure la bénédiction. La coupe du jugement pour Christ devient ainsi une coupe de bénédiction pour le croyant. Pour cette coupe, nous pouvons bénir ou rendre grâces. En parlant de bénir la coupe, il n’y a pas la pensée d’un individu consacrant les symboles selon les idées de la chrétienté corrompue. L’apôtre dit : «nous» bénissons, «nous» rompons, et «nous» participons. C’est un acte d’action de grâces auquel tous ceux qui participent ont leur part.

En participant au pain, nous exprimons deux grandes vérités. Premièrement, dans le pain rompu — «le pain que nous rompons» — est exposée la grande vérité que nous participons à la mort de Christ, Son corps donné pour nous (10:16b). Deuxièmement, dans le pain non rompu nous avons un symbole du corps mystique de Christ, qui comprend tous les vrais croyants, et en participant à ce «seul et même pain», nous exprimons notre identification avec le seul corps dont Christ est la tête et tous les croyants sont les membres (10:17). Ce «seul pain» n’exprime pas seulement que ceux qui participent au pain à un moment donné sont un, ni que les croyants en une localité particulière sont un, mais il exprime l’unité de l’ensemble du corps qui comprend tous les vrais croyants.

 

11.5   1 Cor. 10:18-22

Après avoir exposé la signification profonde de la coupe et du pain, l’apôtre nous met en garde contre le fait de participer à des communions humaines qui sont mises de côté, ou condamnées, par la mort de Christ. Il fait allusion à Israël d’abord pour établir le principe important qu’en participant à un sacrifice, nous exprimons la communion avec tout ce qu’il représente (10:18). Ceci rend si intensément solennel pour un chrétien d’avoir part avec quoi que ce soit qui exprime la communion avec les idoles. Les croyants de Corinthe savaient que les idoles elles-mêmes n’étaient rien, et que les viandes offertes aux idoles n’étaient pas différentes des autres viandes ; ils étaient donc en danger de prétendre qu’ils pouvaient fréquenter un temple païen et y manger des viandes sacrifiées aux idoles (10:19). Non, dit l’apôtre, vous oubliez que les choses qu’ils sacrifient aux idoles sont en réalité sacrifiées aux démons qui sont les instigateurs de ce culte d’idoles (10:20a). L’idole peut, en effet, n’être rien, mais les démons derrière ces idoles sont très réels ; en conduisant les hommes à adorer les idoles, ils conduisent les hommes à adorer les démons, usurpant ainsi l’hommage dû à Dieu seul. Comment donc, les chrétiens qui en buvant la coupe du Seigneur expriment la communion avec le Seigneur, Sa mort et les Siens, oseraient-ils boire une coupe qui exprime la communion avec les démons ? (10:20b). Si nous nous asseyons à la table du Seigneur où Il préside, et que nous participons aux bénédictions qu’Il fournit, comment pouvons-nous participer aux choses mauvaises que les démons offrent pour la satisfaction de la chair à leur table ? (10:21). Le Seigneur est sûrement jaloux que les affections de Son peuple soient détournées de Lui vers un autre (10:22a). Un croyant qui s’est écarté du Seigneur dans ses affections peut-il impunément ignorer le Seigneur ? Sommes-nous plus forts que Lui ? (10:22b). Gardons-nous de provoquer le Seigneur à agir dans des voies gouvernementales avec nous, comme Dieu a dû le faire avec Israël.

 

11.6   1 Cor. 10:23-11:1

Après nous avoir mis en garde contre toute communion idolâtre, l’apôtre répond aux questions qui peuvent se poser sur le fait de manger de la viande en dehors des temples d’idoles. Des difficultés peuvent survenir sur les marchés (10:25), ou lors de fêtes dans des maisons privées (10:27), où des viandes ayant été offertes aux idoles peuvent être vendues ou servies. Dans de tels cas, que chacun se souvienne que, si toutes choses sont permises, il ne s’ensuit nullement que toutes soient avantageuses (10:23), et nous avons à considérer ce qui contribuera à l’édification et au profit des autres (10:24). Dans les marchés ou les fêtes, nous n’avons pas à poser de question, dans la mesure où nous pouvons prendre la nourriture comme étant du Seigneur et étant donnée par Lui (10:25b, 26, 27b). Si, toutefois, il est signalé que les viandes ont été sacrifiées aux idoles, alors le chrétien doit s’abstenir de manger pour l’amour d’un croyant qui a conscience de cette affaire (10:28), et pour empêcher les incrédules de se mettre à accuser les croyants de manger les viandes offertes à ces idoles mêmes qu’ils condamnent.

En mangeant ou en buvant, comme dans tout ce que nous faisons, nous devons donc considérer, non pas seulement nous-mêmes et notre liberté, mais «la gloire de Dieu» (10:31), et les consciences de nos frères, et éviter ainsi d’offenser les Juifs, ou les nations (non Juifs), ou l’assemblée de Dieu (10:32). En outre, nous ne devons pas seulement éviter d’offenser qui que ce soit, mais nous devons imiter l’apôtre qui complaisait à tous les hommes en toutes choses, ne cherchant pas son propre avantage, « mais celui du grand nombre, afin qu’ils soient sauvés » (10:33). Et comment cherchait-il à «complaire à tous» ? Non pas, nous pouvons en être sûrs, en nous associant à ce qui est mauvais chez eux, mais en suivant Christ dans toute Sa grâce humble. L’apôtre peut donc conclure cette partie de son épître par l’exhortation : «Soyez mes imitateurs, comme moi aussi je le suis de Christ» (11:1).

 

12    1 Corinthiens 11:2-34 — L’ordre de Dieu dans la création, dans l’assemblée

Les ch. 11 à 14 de cette 1ère épître aux Corinthiens contiennent des instructions de la plus haute importance pour le peuple de Dieu tout au long de la période chrétienne, dans la mesure où ces chapitres considèrent les croyants comme réunis en un seul lieu dans une localité quelconque, et ils placent devant nous l’ordre de Dieu pour de tels rassemblements.

Au milieu de la confusion de la chrétienté où l’ordre de Dieu a été si largement mis de côté et a été remplacé par un ordre humain, c’est une très grande miséricorde d’avoir un récapitulé inspiré de la pensée de Dieu pour les Siens quand ils se rassemblent. En refusant toute association avec quelque forme de rassemblement que ce soit qui mette de côté l’ordre de Dieu, il est toujours possible de suivre les directions apostoliques, et de se rassembler dans une humble obéissance à la parole de Dieu,  selon la simplicité de l’ordre divin.

En se référant à 1 Cor. 11:17-18, 20, 33-34 et 14:23, 26, 28, 34-35, on verra très clairement que ces chapitres considèrent le peuple de Dieu lorsqu’ils sont réunis ensemble dans une localité donnée quelconque.

(1) en 1 Cor. 11:1-16, nous sommes instruits sur l’ordre de Dieu dans la création ; c’était nécessaire comme introduction à l’ordre de Dieu dans l’assemblée.

(2) en 1 Cor. 11:17-34, nous apprenons que le Seigneur Lui-même est le grand centre de ralliement pour Son peuple, et que le motif le plus élevé qui puisse rassembler le peuple de Dieu est le souvenir de Lui dans la célébration de la cène. Nous sommes instruits quant aux conditions et à la conduite qui conviennent à cette sainte circonstance.

(3) en 1 Cor. 12, nous sommes instruits sur l’action souveraine de l’Esprit Saint qui distribue des dons dans le corps de Christ, «à chacun en particulier comme il Lui plaît», et que notre rassemblement «en assemblée» est gouverné par le grand fait que les croyants sont membres du corps de Christ, et que le Saint Esprit est la puissance de tout ministère.

(4) en 1 Cor. 13 nous apprenons que l’esprit qui anime le corps de Christ est l’amour ; il est le ressort de tout vrai ministère.

(5) en 1 Cor. 14 nous sommes instruits quant à l’exercice du ministère dans l’assemblée, pour que tout soit dans l’amour, pour l’édification, et selon l’ordre divin.

 

Les instructions de la première partie de l’épître nous guident quant à notre comportement individuel. À leur suite nous avons des instructions quant à l’ordre de Dieu dans la création pour nous placer dans de justes relations les uns par rapport aux autres en tant qu’hommes et femmes. Cela nous prépare à prendre justement notre place les uns par rapport aux autres dans l’assemblée.

 

12.1   1 Cor. 11:2 — Approbation d’avoir gardé les enseignements de l’apôtre

Selon la grâce qui se plaît à reconnaître tout ce qui est de Dieu dans les saints, l’apôtre commence cette nouvelle division de l’épître avec une parole d’approbation. S’il y avait beaucoup de choses à condamner dans l’assemblée, l’apôtre peut quand même les louer de ce que, dans toutes leurs questions, ils se souvenaient de lui, et gardaient les ordonnances, ou «enseignements» qu’il leur avait donnés.

 

12.2   1 Cor. 11:3-12 — L’ordre de la création

12.2.1    1 Cor. 11:3

Avec cette parole d’approbation, l’apôtre passe à des directives qui supposent l’existence d’un autre grave désordre parmi les croyants de Corinthe. Apparemment les femmes sortaient de leur place de soumission, tandis que les hommes cédaient leur place d’autorité.

Pour corriger ce désordre, l’apôtre s’y prend d’une manière fréquente dans l’Écriture pour régler les questions. Pour apprendre les principes impliqués dans telle question ou telle difficulté, on est ramené à la première occasion où ces principes apparaissent. Ici, une question ayant surgi quant à la position relative des hommes et des femmes, nous sommes ramenés à l’ordre établi initialement dans la création. Il est vrai qu’en Christ, — dans la nouvelle création — «il n’y a ni esclave, ni homme libre ; il n’y a ni mâle, ni femelle» (Gal. 3:28). Dans l’ancienne création, comme dans l’assemblée, ces distinctions existent encore. Le christianisme, aussi grands que soient les privilèges ordinaires qu’il confère, ne met pas de côté l’ordre de la création ; et tant que les chrétiens sont dans ces corps mortels sur une scène où ces différences existent, ils sont responsables d’observer cet ordre.

L’apôtre affirme, comme la première grande vérité en relation avec la création, que «le chef [tête] de tout homme, c’est le Christ» (11:3a). Il ne s’agit pas ici d’une référence à la place de chef [tête] que Christ a par rapport à l’assemblée. Cela affirme et revendique que Christ, étant devenu homme et étant entré dans la scène de la création, a nécessairement pris la place de prééminence et d’autorité sur l’homme. En outre, «le chef de la femme, c’est l’homme, et le chef du Christ, c’est Dieu» (11:3bc). Cette dernière affirmation n’amoindrit aucunement la divinité du Fils. Dans ce passage, il n’est pas question de la place de Christ dans la Déité, mais de la place qu’Il a prise dans la création. Ceci est donc l’ordre simple et beau de la création. Le chef [tête] de la femme, c’est l’homme (11:3b) ; le chef [tête] de l’homme, c’est Christ (11:3a) ; et le chef [tête] de Christ, c’est Dieu (11:3c).

La source de toute iniquité, de tout désordre et de la misère qui s’ensuit dans ce présent siècle remonte à la chute, lorsque la femme a été séduite et est sortie de sa place de sujétion à l’homme, et que l’homme a failli dans sa position d’autorité sur la femme. Vis-à-vis de l’ordre de la création, tant l’homme que la femme ont failli ; mais Christ est entré dans la scène de la création, et avec Lui il n’y a pas, et il ne peut y avoir, de défaillance. Du début à la fin de Son chemin merveilleux, Il fut l’homme parfaitement soumis, faisant toujours la volonté de Dieu, même jusqu’à la mort. Tandis que la chute de l’homme a rempli la scène d’iniquité et de misère, la perfection de Christ apporte l’ordre et la bénédiction à ceux qui se soumettent à Lui en tant que chef [tête], et finalement elle introduira les nouveaux cieux et la nouvelle terre quand Dieu sera tout en tous.

Dans le cercle chrétien, on devrait jouir de la bénédiction de l’ordre de la création. Si la femme était soumise à l’homme, et si l’homme exerçait une autorité juste sur la femme, étant lui-même soumis à Christ (Christ est Celui qui a été parfaitement soumis à Dieu comme homme), il y aurait l’ordre au lieu de la confusion, et la dépendance l’un de l’autre au lieu de l’anarchie.

 

12.2.2    1 Cor. 11:4-6

L’apôtre montre ensuite la portée de cet ordre de la création sur les hommes et femmes chrétiens. Il fait référence à l’exercice de la prière et de la prophétie, où, d’une part nous parlons à Dieu pour nous-mêmes ou pour d’autres, et d’autre part nous parlons aux hommes de la part de Dieu. En rapport avec le fait de prier ou de prophétiser, il parle de la tête de la femme couverte en signe de sujétion, et de la tête de l’homme découverte en signe d’autorité. Si l’homme prie ou prophétise la tête couverte, il se déshonore (11:4), car il professe aller vers Dieu dans la prière pour d’autres, ou parler aux hommes de la part de Dieu, et en même temps il abandonne la place d’autorité que Dieu lui a donnée. Dans de telles circonstances, peut-il s’étonner si ni Dieu ni l’homme ne l’écoutent ? Quant à la femme, si elle prie ou prophétise la tête non couverte (11:5), elle professe exprimer sa place de dépendance de Dieu, ou venir de la part de Dieu, et en même temps elle abandonne la place de sujétion où Dieu l’a placée. Dans les deux cas, ils se sont déshonorés, car quiconque est hors de sa place, est déshonoré devant Dieu. La femme découverte prend pratiquement la place d’un homme qui a la tête rasée (11:5b-6a). Le fait qu’il soit honteux pour une femme d’avoir la tête rasée devrait l’enseigner à se couvrir (11:6b).

 

12.2.3    1 Cor. 11:7

L’apôtre nous donne alors la raison de l’ordre de création. L’homme a été établi dans la création pour exercer la domination comme représentant de Dieu sur la terre, et, comme tel, sa responsabilité était de maintenir l’autorité. En exerçant sa responsabilité, Il glorifie Dieu. La femme, en gardant sa place de sujétion, est pour la gloire de l’homme.

 

12.2.4    1 Cor. 11:8-10

L’apôtre nous rappelle que la femme venait de l’homme et était pour l’homme (11:8-9). Pour cette raison, la femme doit porter sur sa tête ce qui est le signe qu’il y a une autorité sur elle (11:10), de sorte qu’un témoignage soit rendu, non seulement devant les hommes, mais devant les anges qui sont des spectateurs intéressés de l’ordre de Dieu dans la création, autant que de la sagesse de Ses voies dans l’église (voir 1 Cor. 4:9 ; Éph. 3:10).

 

12.2.5    1 Cor. 11:11-12

Néanmoins, cette question d’autorité et de sujétion dans l’ordre de la création n’affaiblit aucunement le fait que l’homme et la femme sont dépendants l’un de l’autre, — une dépendance mutuelle, qui doit être vécue dans le Seigneur. Dans le monde, les hommes et les femmes rejettent leur sujétion à Dieu, et cherchent donc de plus en plus à être indépendants l’un de l’autre. Dans le christianisme, nous sommes ramenés à dépendre du Seigneur, et donc l’un de l’autre, et à reconnaître que toutes choses sont de Dieu. Comment pouvons-nous être indépendants de Celui dont nous tirons notre origine ?

 

12.3   1 Cor. 11:13-15 — Référence à la nature

L’apôtre, après avoir affirmé l’ordre de la création, en appelle maintenant à la nature pour y apprendre ce qui est convenable (11:13-14). Dans la mesure où les longs cheveux de la femme lui donnent de quoi se couvrir naturellement, la nature indique sa place de sujétion et nous dit qu’une femme cachée est une femme belle (11:15), tandis qu’une femme qui coupe ses cheveux et singe l’homme est méprisée par tous. De même, un homme aux cheveux longs apporte la honte sur lui (11:14).

 

12.4   1 Cor. 11:16 — Référence à la coutume

Finalement l’apôtre invoque la coutume. Si quelqu’un veut contester, il est seul à soutenir un jugement contraire à la coutume des assemblées de Dieu (11:16). Ainsi même la coutume, quand aucun principe n’est en jeu, peut être invoquée pour le maintien de l’ordre. Le mépris de la coutume peut montrer, comme quelqu’un l’a dit, «ni de la conscience, ni de la spiritualité, mais un amour charnel de se différentier des autres, et, au fond, de la vanité à l’état pur».

L’apôtre a ainsi parlé

de ce qui est vrai dans la création (11:3-10),

de ce qui est juste «dans le Seigneur» (11:11, 12),

de ce qui est bienséant selon la nature (11:13-15), et

de ce est permis selon la coutume (11:16), afin de montrer la véritable position de l’homme et de la femme l’un par rapport à l’autre.

 

Dans la section qui suit, l’apôtre se met à parler du maintien de l’ordre de Dieu lorsque le peuple de Dieu est réuni en assemblée, ce à quoi l’ordre de la création nous a préparés.

 

12.5   1 Cor. 11:17-34 — Maintien de l’ordre de Dieu dans les réunions

12.5.1    1 Cor. 11:17-19 — Désordres dans les réunions

12.5.1.1   1 Cor. 11:17

Hélas ! il y avait un désordre si grave dans l’assemblée à Corinthe que la fête du souvenir, qui aurait dû être une occasion de bénédiction, était devenue l’occasion d’attirer sur eux les voies de Dieu en gouvernement. Le fait de se réunir n’était pas pour le meilleur, mais pour le pire.

 

12.5.1.2   1 Cor. 11:18-19 — Divisions, schismes, hérésies, sectes

Tout d’abord, la réunion en assemblée chez les Corinthiens, au lieu d’exprimer l’unité comme membres du seul corps comme l’exprime le seul pain, ne faisait que manifester l’esprit de division qui existait parmi eux. Il y avait des divisions (ou «schismes») parmi eux (11:18), qui menaient à ce que des hérésies (ou «sectes») soient formées dans l’assemblée (11:19). Les deux mots sont distincts, et sont porteurs d’idées différentes. La division, ou schisme (gr. schisma), est une différence d’opinion, de pensée et de sentiment au sein de l’assemblée. Une hérésie (gr. hairesis) est une secte, ou parti, formée parmi les saints pour maintenir une opinion particulière, ou pour suivre un docteur favori. À Corinthe, il apparaît qu’on trouvait les deux au sein de l’assemblée ; mais la division ou schisme à l’intérieur, si elle n’est pas jugée, conduit rapidement à une hérésie ou secte au dehors, ou même à l’éclatement complet de l’assemblée en différentes sectes. L’état de l’assemblée était devenue apparemment si mauvais que Dieu avait permis que ces divisions évoluent en sectes ou partis, afin de rendre manifestes ceux qui tenaient pour la vérité, et qui sont appelés ici les «approuvés» (11:19). Le mal avait atteint un tel niveau qu’il n’y avait pas d’autre moyen de maintenir un témoignage pour la vérité. Il était nécessaire de permettre au mal de se déclarer, afin que la vérité soit manifestée (comp. Tite 3:10, où l’hérétique ou sectaire doit être rejeté).

 

12.5.1.3   1 Cor. 11:20-22

Quand ils se réunissaient, c’était théoriquement pour manger la cène du Seigneur ; en pratique, c’était pour festoyer (11:20-21). L’apôtre dit : «Chacun prend son propre souper» (11:21a). La cène [ou : souper] fut instituée par le Seigneur à la fin de la fête de la Pâque. Les Corinthiens, prenant apparemment cela en exemple, se réunissaient pour une fête sociale préliminaire, à la fin de laquelle ils participaient à la cène du Seigneur. En outre, à cette fête préliminaire on laissait les pauvres avoir faim, alors que certains buvaient à l’excès. Or indépendamment de ces excès, l’assemblée n’est pas un lieu pour une fête sociale. «N’avez-vous donc pas des maisons pour manger et pour boire ?», demande l’apôtre ; ou «faites-vous honte» aux pauvres, et «méprisez-vous l’assemblée de Dieu», qui comprend riches et pauvres ? (11:22a) Pour la deuxième fois, l’apôtre doit dire : «Je ne vous loue pas» (11:17, 22b). Le fait qu’ils se souvenaient de l’apôtre et tenaient compte de ses enseignements, voilà qui faisait naître sa louange (11:2). Quant à leurs divisions et abus de la cène du Seigneur, il ne pouvait que les condamner (11:22b). Ils introduisaient dans l’assemblée l’élément social qui conduit à des distinctions sociales et à la satisfaction de la chair. Leurs réunions étaient ainsi la négation pratique à la fois de la cène du Seigneur et de l’assemblée de Dieu.

 

12.5.2    1 Cor. 11:23-27 — La cène

12.5.2.1   1 Cor. 11:23

Pour corriger ces scandales, l’apôtre met en avant la vérité de la cène telle qu’instituée par le Seigneur et selon qu’elle lui avait été révélée à lui, Paul. On a souligné que l’apôtre n’a pas eu de révélation particulière quant au baptême, qui est une affaire individuelle. Avec la cène, on trouve toutes les grandes vérités qui se rattachent au seul corps ; elles ont été spécialement données à Paul pour les faire connaître. Bien que la cène ait été donnée aux douze, ce n’était pas d’eux que Paul a reçu sa connaissance de la cène, mais par révélation spéciale du Seigneur pour être communiquée aux croyants des nations (non Juifs). L’apôtre nous rappelle les circonstances touchantes au cours desquelles le Seigneur a institué la cène. C’était «la nuit qu’Il fut livré». La nuit même où le mal de l’homme a atteint son sommet, l’amour désintéressé de Christ s’est déployé de manière très bénie. Quand la convoitise conduisait à la trahison, l’amour instituait la cène.

 

12.5.2.2   1 Cor. 11:24-25

Aucun mystère n’entoure cette fête, tandis que les hommes aiment à en mettre dedans. Tout y est simplicité. C’est le mémorial simple, mais touchant, de la mort de Christ. Le pain parle de Son corps — de Lui-même (11:24). La coupe parle de Son sang — de Son œuvre (11:25). Les symboles du corps et du sang sont séparés, parlant d’un Christ mort. Tant le pain que la coupe sont à prendre «en mémoire de Moi», dit le Seigneur. Cela donne à la cène son caractère distinctif ; c’est un repas de souvenir, non pas une célébration de quelque chose qui existe au moment où on la prend, mais le souvenir de quelque chose du passé. Quelqu’un a dit : «La cène doit  nous rappeler Christ, et Sa mort ; non pas nos péchés, mais nos péchés remis et nous-mêmes aimés». La coupe est la nouvelle alliance dans le sang de Christ (11:25) ; non pas l’ancienne alliance scellée par le sang de taureaux et de boucs, mais la nouvelle alliance avec toutes ses bénédictions garanties par le sang de Christ, — une alliance qui fait connaître Dieu en grâce et dans laquelle on ne se souvient plus de nos péchés.

 

12.5.2.3   1 Cor. 11:26

En mangeant le pain et en buvant la coupe, «nous annonçons la mort du Seigneur jusqu’à ce qu’Il vienne» : cette parole réfute ceux qui, pour quelque raison que ce soit, soutiennent que la cène n’est plus à pratiquer. La fête ne doit jamais être mise de côté jusqu’à ce qu’Il vienne.

 

12.5.2.4   1 Cor. 11:27

Après avoir rappelé aux frères le vrai caractère de la cène, l’apôtre revient sur les scandales qui se passaient parmi eux, et les met en garde contre le fait de participer à la cène d’une manière indigne. Ils mangeaient indignement dans la mesure où ils prenaient la cène sans juger leurs voies, et sans discerner ce dont parlent le pain et la coupe — le corps et le sang du Seigneur. Ils ne faisaient pas de distinction entre un repas ordinaire et ce qui était un mémorial du corps du Seigneur donné pour nous et de Son sang versé pour nous.

 

12.5.3    1 Cor. 11:28-34 — Remède et avertissements

12.5.3.1   1 Cor. 11:28-29 — Jugement de soi-même

Pour corriger leurs voies indignes, l’apôtre exhorte chacun à s’éprouver soi-même, et ainsi à manger (11:28). S’éprouver soi-même, c’est le jugement de soi-même, de tout ce qui est incompatible avec la mort de Christ ; c’est un acte individuel. S’étant éprouvé soi-même, on ne doit pas s’abstenir de la cène ; au contraire, il est dit : «Qu’il mange». Nous sommes donc mis en garde contre le fait de participer d’une manière indigne. La fin du v. 29 est à traduire comme dans la version JND : « … ne distinguant pas le corps ». La version anglaise autorisée (KJV) traduit « … ne distinguant pas le corps du Seigneur ». Ces mots «du Seigneur» doivent être omis. ‘Le corps’ dans ce v. 29 se réfère probablement au seul corps dont tous les chrétiens sont membres, tandis qu’au v. 27 qui précède, ‘le corps’ en vue est le corps réel du Seigneur. Nous devons nous rappeler que les désordres à Corinthe mettaient de côté à la fois la cène du Seigneur et l’assemblée (11:20, 22).

 

12.5.3.2   1 Cor. 11:30-32 — Châtiments

Les désordres existant parmi les croyants à Corinthe avaient amené la main du Seigneur en châtiment sur l’assemblée. Comme résultat direct de ce châtiment, beaucoup étaient faibles et malades, et un grand nombre dormaient (11:30). Par la mort ils avaient été ôtés de l’assemblée sur la terre. Cela conduit l’apôtre à affirmer le principe important que, si nous nous jugions nous-mêmes, nous ne serions pas jugés (11:31). C’est non seulement nos voies que nous avons besoin de juger, mais aussi nous-mêmes : les motifs secrets, les pensées, les affections qui forment la condition de l’âme. Si nous refusons de nous juger, nous nous plaçons sous le châtiment du Seigneur. Mais même ainsi, c’est la grâce qui nous châtie dans le présent, plutôt que de nous condamner comme pécheurs avec le monde dans le futur (11:32).

Au cours de l’épître, il y a une progression solennelle dans les avertissements de l’apôtre. Au ch. 8, nous sommes avertis de ne pas blesser les consciences de nos frères, et donc de ne pas pécher contre Christ (8:12). Au ch. 9, nous sommes avertis de mortifier et asservir le corps de peur qu’après avoir prêché à d’autres, nous soyons nous-mêmes réprouvés (9:27). Au ch. 10, l’avertissement est à prendre en compte pour ne pas provoquer le Seigneur à la jalousie (10:22). C’est une chose solennelle d’ignorer les consciences d’un de nos frères ; mais ce peut être une chose fatale de provoquer la jalousie du Seigneur. C’est ce dont certains firent l’expérience à Corinthe, car au ch. 11 nous lisons que le Seigneur, ayant été provoqué à la jalousie, a agi pour Sa propre gloire, ce qui a eu pour résultat qu’un grand nombre ont été ôtés par la mort.

 

12.5.3.3   1 Cor. 11:33-34

Il est solennel de se rendre compte que bien des désordres graves de Corinthe n’ont pas lieu dans la chrétienté aujourd’hui, non pas parce que l’ordre de Dieu est suivi, mais parce que la chrétienté a entièrement changé le vrai caractère de la cène et a introduit un ordre conçu par l’homme. À Corinthe, il y avait des abus scandaleux dans la participation effective à la cène ; néanmoins, ils n’avaient pas perdu sa signification ni changé son caractère. La chrétienté a certes supprimé certains abus grossiers, mais elle a perdu le vrai sens de ce à quoi s’attachaient les abus. Si mauvais que fût le mal à Corinthe, celui de la chrétienté est bien pire. Elle a changé la cène avec le mémorial en un moyen de grâce. La fête, dont le Seigneur a pu dire : «Faites ceci en mémoire de Moi», on y participe dans l’espoir de recevoir quelque bénédiction pour soi. La cène qui apporte à Son cœur devient l’occasion de demander de la grâce pour nos âmes. Pire encore, le repas du souvenir pour les saints a été transformé en une ordonnance de salut pour les pécheurs.

En outre, en cherchant à corriger la manière indigne de participer à la cène, la chrétienté y a admis des gens indignes. Les églises nationales ne peuvent pas exclure de la cène les paroissiens non régénérés. Le monde est libre de participer avec le vrai croyant. En outre, non seulement la chrétienté a entièrement altéré le caractère de la cène, mais elle a aussi établi son propre ordre dans la manière de la pratiquer. En général, nul autre qu’un prêtre officiel humainement autorisé ne peut administrer la cène. Il est frappant de constater que dans cette épître même, qui plus que toute autre, parle de l’ordre de Dieu pour l’assemblée, il n’y a aucune mention de diacres, d’anciens ou d’évêques. Dans le chapitre même qui traite d’irrégularités grossières, il n’y a aucune suggestion de les corriger en nommant un officiant pour administrer la cène. Le vrai caractère de la cène est donné, il est insisté sur la condition convenable de l’âme, mais quant à l’administration de la cène, tout est laissé à la libre direction, sans contrainte, du Saint Esprit. Dans le ch. 12 qui suit, nous sommes instruits quant à cette manifestation de l’Esprit dans l’assemblée.

 

13    1 Corinthiens 12 — Les dons de l’Esprit, l’assemblée corps de Christ

L’apôtre a présenté la cène du Seigneur, comme la fête où l’assemblée se réunit. Maintenant, il place devant nous les dons de l’Esprit Saint, et Sa présence dans l’assemblée, sans lesquels aucun ordre divin ne peut être maintenu lorsque les saints se réunissent pour participer à la cène ou pour l’exercice du ministère.

Nous apprenons de ce passage que l’assemblée est le corps de Christ, formé par l’Esprit, et que le Saint Esprit opère dans le corps en distribuant les dons, pour le bien du corps, à chacun en particulier comme il Lui plait (12:11), pour que ces dons soient utilisés sous la conduite de l’Esprit (12:3). L’apôtre nous met ainsi en garde contre l’intrusion de mauvais esprits et contre la prétention humaine ; il le fait en soutenant les droits du Saint Esprit dans l’assemblée de Dieu.

 

13.1   1 Cor. 12:1-3

Le chapitre débute en nous donnant les véritables marques d’un ministère par l’Esprit de Dieu, ce qui nous permet ainsi de détecter et de refuser tout ministère émanant d’un faux esprit. Appelés d’entre les nations, ces croyants de Corinthe avaient été autrefois sous l’influence de faux esprits, et conduits à adorer des idoles muettes (12:2), et à maudire Jésus. Aucun homme parlant par l’Esprit Saint ne conduit à adorer des idoles, ou à déprécier Christ. Au contraire, le Saint Esprit conduit toujours à confesser Jésus comme Seigneur (12:3).

Le v. 3 n’est pas exactement un test permettant de distinguer les croyants d’avec les incrédules ; il donne plutôt un moyen de discerner si un homme parle par l’Esprit de Dieu ou par un faux esprit. Il était particulièrement important d’avoir un tel test dans un jour où des révélations nouvelles étaient encore données par l’Esprit Saint, et où le diable cherchait donc à contrefaire la révélation (voir 2 Thes. 2:2). L’importance du test n’a quand même pas cessé, bien que la révélation soit complète, car nous sommes avertis qu’aux derniers jours quelques-uns prêteront l’oreille à des esprits séducteurs, et qu’en outre il y aura ceux qui, tout en professant être des ministres de Christ, seront en réalité des ministres de Satan. Ceux-ci peuvent être détectés par leur attitude envers Christ. Quiconque rabaisse Christ n’est pas conduit par l’Esprit de Dieu (voir 1 Tim. 4:1 ; 2 Cor. 11:13-15).

Nous ayant préparés à discerner quand un homme parle par l’Esprit de Dieu, l’apôtre nous instruit quant à la puissance divine et à l’autorité divine pour l’exercice des différents dons pour le ministère (12:4-5).

 

13.2   1 Cor. 12:4

Quiconque parle par le Saint Esprit exaltera Christ, mais l’Esprit peut parler à travers des dons très différents. Ils sont néanmoins tous exercés dans l’énergie et la puissance de ce même Esprit.

 

13.3   1 Cor. 12:5

En outre, si les divers dons sont utilisés pour accomplir différentes formes de service, c’est le même Seigneur qui dirige dans tous les services.

 

13.4   1 Cor. 12:6

Enfin, l’exercice des dons dans les différents services produira différents effets, ou «opérations», mais c’est le même Dieu qui opère pour produire les résultats dans les âmes.

Nous apprenons ainsi que les dons ne peuvent être utilisés correctement que dans l’énergie de l’Esprit, sous la direction du Seigneur ; et toute œuvre véritable dans les âmes est le résultat de l’opération de Dieu.

Ces trois versets 4 à 6, bien compris, sont très utiles pour réfuter, et en même temps corriger, trois graves désordres de la chrétienté.

(1) on enseigne très généralement dans le monde religieux que, pour l’exercice d’un don, la capacité naturelle, la sagesse humaine et la formation dans un collège de théologie sont des préalables nécessaires. L’apôtre enseigne que, pour l’exercice d’un don dans l’assemblée de Dieu, nous avons besoin de ce qu’aucune école d’hommes ne peut donner, et qu’aucune connaissance humaine ne peut fournir : la présence et la puissance de l’Esprit. Dans Sa puissance, Il peut utiliser, et Il utilise, des pêcheurs «illettrés et du commun» (Actes 4:13) comme Pierre et Jean, pour occuper la haute position d’apôtres et bouleverser le monde, mais Il peut aussi utiliser un homme de haute éducation comme l’apôtre Paul. L’orgueil de l’homme est ainsi mis de côté et tout est fait pour qu’on se repose sur la présence et la puissance du Saint Esprit.

(2) la chrétienté prétend qu’avant de pouvoir exercer son don, un homme doit recevoir l’ordination par des hommes et être missionné par une autorité humaine pour le service. L’apôtre insiste sur le fait que le vrai service ne requiert que l’autorité du Seigneur.

(3) pour opérer dans les âmes, les hommes comptent très largement sur l’éloquence, les appels émouvants, la musique, le chant, et autres méthodes qui font appel aux sens. L’apôtre nous dit que c’est «Dieu qui opère tout en tous». C’est Dieu qui opère tout ce qui est divin dans tous ceux chez qui il y a un travail. L’apôtre a déjà rappelé à ces croyants : «Ma parole et ma prédication n’ont pas été en paroles persuasives de sagesse, mais en démonstration de l’Esprit et de puissance, afin que votre foi ne repose pas sur la sagesse des hommes, mais sur la puissance de Dieu» (2:4-5).

 

Nous apprenons ainsi que :

La puissance pour l’exercice des dons ne vient pas de l’homme ; elle vient du Saint Esprit.

L’autorité pour le service ne vient pas de l’homme ; elle vient du Seigneur.

Le résultat dans les âmes n’est pas produit par l’homme ; c’est l’opération de Dieu.

 

13.5   1 Cor. 12:7

Ayant parlé de la source divine de tous les dons, l’apôtre nous enseigne maintenant sur les différences de dons et les différences dans leur distribution (12:7-11). Nous apprenons que l’Esprit ne concentre pas toutes Ses manifestations dans un seul homme, ni dans une seule classe d’hommes. Les instructions de l’apôtre réprouvent un mal considérable de la chrétienté par lequel une classe spécifique d’hommes est mise à part pour le ministère, dissociant ainsi le peuple de Dieu en clergé et laïcs. L’Écriture ne connaît pas une telle distinction. La chrétienté met de côté l’ordre de Dieu, et par là-même elle dit pratiquement que la manifestation de l’Esprit est donnée à un seul homme qui est ordonné pour présider une congrégation. Or selon 12:7, c’est «à chacun» que la manifestation de l’Esprit est donnée.

De plus, cette manifestation de l’Esprit est donnée «en vue de l’utilité». Elle n’est pas donnée pour que l’individu puisse s’exalter ou obtenir une place éminente parmi le peuple de Dieu, ou pour gagner une influence ou un avantage personnels, mais elle est donnée pour l’utilité et le profit de tous. Cette instruction donnée par l’apôtre avait une portée toute spéciale pour les croyants à Corinthe qui utilisaient les dons pour s’exalter.

 

13.6   1 Cor. 12:8-10

L’apôtre poursuit en distinguant entre les différents dons. Il ne parle pas tant de la possession des dons, mais de leur «manifestation», ou utilisation. Ainsi il ne parle pas simplement de sagesse et de connaissance, mais de «parole de sagesse» et de «parole de connaissance» (12:8). Le mot «parole» implique la communication de la sagesse et de la connaissance pour aider les autres.

La sagesse est la possession de la pensée de Dieu, de sorte que tout est considéré comme devant Dieu et par rapport à Dieu, ce qui permet à son possesseur d’agir correctement en toute circonstance particulière. La connaissance est plutôt une connaissance intelligente de la parole révélée de Dieu, de sorte que la doctrine peut être clairement affirmée.

La foi, dans ce passage, n’est pas simplement la foi commune à tous les croyants, la foi en Christ et dans l’évangile (12:9a) ; c’est plutôt la foi spéciale donnée à certains croyants pour leur permettre d’aider le peuple du Seigneur, en s’élevant au-dessus des difficultés, surmontant l’opposition, et les guidant dans leurs perplexités.

Les dons de guérison étaient des dons-signes en rapport avec nos corps (12:9b). L’opération de miracles (12:10a) autres que les guérisons, semble impliquer un déploiement de puissance sur des choses matérielles et des êtres spirituels (comp. Marc 16:17-18 ; Actes 13:11 ; 16:18 ; 28:5).

La prophétie (12:10b) était une manifestation de puissance spirituelle dans le domaine spirituel, permettant à son possesseur de donner la pensée de Dieu quant au présent ou à l’avenir (comp. Actes 11:28 ; 1 Cor. 14:3).

Le discernement d’esprits (12:10c) est un don, comme quelqu’un l’a dit, qui est «la faculté de trancher, non pas entre vrais et faux professants du Seigneur Jésus, mais entre l’enseignement de l’Esprit et les simulations qui en sont faites par de mauvais esprits» (WK).

Diverses sortes de langues peuvent être données à l’un, et l’interprétation des langues à un autre (12:10de).

 

13.7   1 Cor. 12:11

Ces différents dons étant placés devant nous, il nous est rappelé que, si certains sont miraculeux, tous sont spirituels. «Mais le seul et même Esprit opère toutes ces choses, distribuant à chacun en particulier comme il lui plaît» (12:11). L’ordre de Dieu pour Son assemblée est la diversité de dons, distribués à différents individus, exercés par une seule volonté — la puissance et la volonté du Saint Esprit. Tout ordre véritable dans les assemblées du peuple de Dieu provient de Dieu Lui-même opérant au milieu de Son peuple. La chrétienté, par ses arrangements humains, par l’ordination de ministres et les rites prescrits, ignore cet ordre en pratique, si ce n’est doctrinalement.

 

13.8   1 Cor. 12:12-13

Des diverses manifestations de l’Esprit, l’apôtre passe à la sphère où l’Esprit agit. Cela conduit à un déploiement très béni de la vérité sur l’assemblée considérée comme le corps de Christ. Selon l’ordre de Dieu, les croyants n’exercent pas ces dons comme des individus isolés, mais en tant que membres du corps de Christ et pour le bien de tout le corps. L’apôtre prend le corps humain pour illustrer certaines grandes vérités sur le corps de Christ. Comme le corps humain est un et pourtant composé de plusieurs membres ayant tous leur place et leur rôle dans ce corps, «ainsi aussi est le Christ». C’est une belle manière de présenter la vérité. Le sujet traité est l’église (ou : assemblée), mais l’apôtre ne dit pas : «ainsi aussi est l’assemblée», mais «ainsi aussi est le Christ» (12:12). Le corps est le corps de Christ, et comprend à la fois Christ et les membres. C’est Son corps qui est là pour L’exprimer Lui-même. C’est en accord avec la vérité présentée en premier à l’apôtre Paul à sa conversion, quand le Seigneur lui a demandé : «Pourquoi me persécutes-tu ?». Toucher Son peuple, c’est Le toucher Lui, toucher Son corps.

Il nous est alors dit que l’assemblée est composée de croyants, d’entre les Juifs ou d’entre les nations, baptisés en un seul corps par l’Esprit (12:13). Ce baptême de l’Esprit, comme nous le savons d’après Actes 1:5 et 2, a eu lieu à la Pentecôte lorsque les croyants, par le don et l’habitation du Saint Esprit, ont été unis à Christ la tête dans le ciel, et les uns aux autres.

Ayant présenté la vérité de l’assemblée comme le corps de Christ dans le début du chapitre, l’apôtre utilise ensuite les fonctions du corps humain pour présenter ce qui devrait caractériser en pratique le corps de Christ sur la terre. Il montre que, de même que le corps humain a été constitué pour fonctionner comme un ensemble uni excluant tout désordre, il devrait en être ainsi de l’assemblée.

 

13.9   1 Cor. 12:14-19

Premièrement, il nous est rappelé que dans le corps humain, il y a diversité dans l’unité. «Le corps n’est pas un seul membre, mais plusieurs» (12:14, 20). Cette diversité serait entièrement ignorée, et les pires désordres surgiraient, si chaque membre négligeait sa propre fonction par envie à l’égard de membres ayant une fonction peut-être supérieure (12:15-16). Si le pied commençait à se plaindre de ne pas être une main, ou l’oreille de ne pas être un œil, le corps cesserait de fonctionner, car les membres en train de se plaindre cesseraient d’œuvrer efficacement pour le bien du corps. Un tel désordre ne peut être évité qu’en reconnaissant que c’est Dieu, non pas l’homme, qui «a placé les membres, — chacun d’eux, — dans le corps, comme Il l’a voulu» (12:18), attribuant à chacun sa place et sa fonction propre. La prééminence d’un membre ferait disparaître le corps. «Si tous étaient un seul membre», il n’y aurait pas de corps (12:19).

 

13.10   1 Cor. 12:20-25

Deuxièmement, l’apôtre montre qu’il y a unité dans la diversité. S’il y a plusieurs membres, il n’y a qu’un corps (12:20). Mais cette unité du corps serait mise en grand péril si les membres supérieurs regardaient avec mépris les membres inférieurs (12:21). Nous avons déjà vu que l’envie de l’un vis-à-vis de l’autre briserait la diversité ; nous apprenons maintenant que le mépris briserait l’unité. Si l’œil traitait la main avec mépris, et si la tête se moquait des pieds, toute l’unité du corps aurait disparu. Encore une fois, ces désordres ne peuvent être évincés que par la reconnaissance de la présence et de la puissance de Dieu qui a arrangé le corps de telle manière qu’aucun membre ne puisse se passer des autres (12:24-25).

La reconnaissance de la première grande vérité de la diversité dans l’unité, exclut entièrement le principe mondain du clergé, car il est évident que dans le seul corps aucun membre ne peut prétendre à la prééminence, chaque membre ayant sa propre fonction.

La reconnaissance de la seconde vérité, celle de l’unité dans la diversité, exclut le principe de l’indépendance. Les membres, bien qu’ayant chacun leur fonction particulière, dépendent les uns des autres. La vérité donc du corps de Christ est qu’aucun croyant n’a la prééminence et que tous dépendent les uns des autres.

 

13.11   1 Cor. 12:26

Le résultat est que «si un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui ; si un membre est honoré, tous les membres se réjouissent avec lui» (12:26). L’expression de ceci est sans doute grandement entravée par le morcellement de la chrétienté. Néanmoins, la vérité demeure que les membres ont un effet les uns sur les autres, étant unis les uns aux autres par le Saint Esprit ; et la vérité demeure aussi que ce qui dépend de l’Esprit demeure, même si nos manquements peuvent en entraver beaucoup l’expression. Plus on est spirituels, plus on réalise la vérité que nous avons tous un effet les uns sur les autres. Le morcellement de l’assemblée a affaibli nos sensibilités spirituelles, mais, comme quelqu’un l’a dit : «Nous souffrons ou nous réjouissons consciemment, dans la mesure de notre puissance spirituelle».

 

13.12   1 Cor. 12:27 — Vous êtes corps de Christ

L’apôtre a parlé de grands principes qui sont vrais pour toute l’assemblée de Dieu sur la terre considérée comme le corps de Christ. Il applique maintenant ces vérités à l’assemblée locale à Corinthe. Il dit : «Or vous êtes corps de Christ, et [ses] membres chacun en particulier». Il ne dit pas : «vous êtes le corps de Christ», comme c’est traduit à tort dans la Version Autorisée anglaise [et JND en français], mais, «vous êtes corps de Christ». L’assemblée à Corinthe n’était pas le corps de Christ, mais elle était l’expression locale du corps comme en en faisant partie. Un général pourrait dire à un groupe de soldats dans une localité donnée : «Rappelez-vous que vous êtes Gardes nationaux» ; il ne dit pas : «Vous êtes les Gardes nationaux», car ils ne comportent pas tout le régiment ; néanmoins, ils représentent localement le régiment.

Ainsi aujourd’hui, c’est encore le privilège et la responsabilité de tous les chrétiens dans une localité donnée de se rassembler simplement comme membres du corps de Christ sur la terre, et comme représentants locaux de ce seul corps. Par l’Esprit, tout croyant est membre du corps de Christ, et comme tel il est responsable de marcher en conformité avec cette grande vérité, refusant d’être associé aux sectes de la chrétienté qui nient pratiquement cette vérité. Dans la chrétienté, cette grande vérité est ignorée par les chrétiens qui se rassemblent autour de quelque serviteur dévoué, ou par d’autres qui forment une union pour maintenir quelque vérité particulière. La seule unité formée par l’Esprit est le seul corps de Christ, et la seule qualité de membre reconnue par l’Écriture est celle de membre de ce corps.

En ce jour de morcellement, des chrétiens sincères tentent de reformer l’union des chrétiens en établissant des unions pour la prière, pour prêcher l’évangile, pour une œuvre missionnaire, ou pour la propagation de certaines vérités telles que la sainteté ou la venue du Seigneur. Beaucoup sont prêts à se joindre à ces unions faites par des hommes, mais bien peu veulent abandonner les diverses sectes formées selon la sagesse humaine et les arrangements humains, pour marcher à la lumière de la seule unité formée par l’Esprit et pour agir sous la direction de l’Esprit. Et pourtant, le Seigneur ne demande rien de plus. Il n’impose pas à nos consciences de rejoindre les innombrables réunions et unions diverses, ce qui serait, comme on l’a souligné, tout à fait impraticable pour la grande majorité des chrétiens. Le Seigneur ne propose pas non plus de laisser les différentes sectes et de voyager très loin pour se réunir durant une semaine chaque année afin d’exprimer notre unité en Christ. S’il en était ainsi, il nous serait demandé de faire quelque chose entièrement impossible pour la grande majorité du peuple de Dieu.

Ce que le Seigneur cherche sûrement est que les Siens, dans leur localité, laissent tout ce qui est un déni de la vérité, et se réunissent dans la vérité du seul corps dont ils sont déjà membres, s’ils sont [de vrais] croyants. Quelqu’un a dit : «Ce que le Seigneur demande de faire, est faisable pour tous, sans bruit et sans faste, et est vrai dans son caractère et en tout temps». Un tel chemin est ouvert aux plus simples et aux plus pauvres du peuple de Dieu. Il est vrai que si quelques-uns ont une foi donnée de Dieu pour se rassembler dans une localité quelconque, à la lumière de la vérité du seul corps, on ne pourrait guère dire d’eux, comme de l’assemblée à Corinthe : «Vous êtes corps de Christ», comme étant représentatifs du corps de Christ, car dans ce jour de morcellement il serait difficile de trouver une assemblée quelconque de saints qui comprendrait tous les croyants de la localité. Pour les croyants qui sont à tout prix prêts à marcher dans l’obéissance à la parole, il reste cependant toujours possible de marcher ensemble à la lumière de la vérité du seul corps.

 

13.13   1 Cor. 12:28-30

Dans les derniers versets, il est placé devant nous le fait que Dieu a mis dans «l’assemblée» — c’est à dire l’église dans son ensemble — des dons différents. Dans l’épître aux Éphésiens (4:7-8), nous apprenons que les dons sont donnés de la part de Christ, la tête du corps montée au ciel. Dans l’épître aux Corinthiens (12:7, 11), nous apprenons que c’est le Saint Esprit qui distribue les dons dans l’assemblée sur la terre.

Certains de ces dons étaient sans doute pour le commencement du christianisme. C’est le cas des dons-signes (ou : dons miraculeux). On ne trouve pas un mot sur leur éventuelle continuation à travers toute la période de l’assemblée. Il est significatif que les dons que les hommes convoitent soient placés au plus bas de l’échelle (12:28).

 

13.14   1 Cor. 12:31

Le don est quelque chose que nous pouvons à juste titre désirer avec ardeur. Néanmoins, du fait que, comme les croyants de Corinthe, nous pouvons facilement abuser des dons en cherchant à nous élever en les exerçant, il nous est dit qu’il y a un chemin plus excellent pour se servir les uns les autres. C’est de ce chemin bien plus excellent que l’apôtre se met tout de suite à nous parler.

 

14    1 Corinthiens 13 — Ce qui doit animer le corps de Christ : l’amour

Au ch. 12, l’apôtre affirme les droits souverains de l’Esprit Saint de distribuer des dons dans le corps de Christ «à chacun en particulier comme il lui plaît» (12:11). Au ch. 14, nous sommes instruits quant à l’exercice des dons pour l’édification. Entre deux au ch. 13, il est rappelé que sans amour il ne peut pas y avoir d’édification. Dans l’épître aux Éphésiens, nous lisons que le corps s’édifie « lui-même en amour » (Éph. 4:16). L’amour est le véritable esprit du service. Comme quelqu’un l’a dit : «Il est ce qui incite, non pas simplement à travailler, mais à servir en travaillant». L’amour l’un envers l’autre est le principe qui devrait tout régir dans l’assemblée.

C’est pourquoi l’apôtre donne ce beau petit traité sur l’amour, dans lequel il montre, non pas ce que nous sommes, mais ce qu’est l’amour. En outre, c’est l’amour dans sa nature qui est placé devant nous, non pas exactement l’amour dans ses activités. L’amour est, et doit être, actif ; mais ici, c’est l’amour passif qui est présenté, ce qu’est l’amour plus que ce qu’il fait.

L’apôtre a parlé des dons, et dans les dons il y a des degrés, car il parle de «dons de grâce plus grands». Nous devons les désirer ardemment ; mais, même ainsi, il y a «un chemin bien plus excellent» (12:31a et b). Nous pouvons nous servir l’un l’autre à l’aide de dons, mais le chemin le plus excellent est celui de l’amour.

  (1) l’apôtre insiste en premier sur la valeur de l’amour (13:1-3) ;

  (2) il place ensuite devant nous la nature de l’amour manifesté dans toutes ses belles qualités (13:4-7) ;

  (3) il met finalement devant nous le caractère durable de l’amour, indéfectible au cours du temps, et qui ne disparaîtra pas dans l’éternité (13:8-13).

 

14.1   1 Cor. 13:1-3 — Valeur prééminente de l’amour

Pour prouver la valeur suprême de l’amour, l’apôtre parle de trois choses dont les croyants de Corinthe se glorifiaient : leurs discours éloquents, leurs capacités spirituelles, et leurs activités. Il montre que ces choses par lesquelles ils cherchaient à s’exalter, n’ont aucune valeur aux yeux de Dieu si elles n’ont pas l’amour pour mobile.

 

14.1.1    1 Cor. 13:1

Les croyants de Corinthe faisaient grand cas du don des langues et de l’éloquence naturelle. L’apôtre nous avertit qu’on pourrait «parler les langues des hommes et des anges» sans avoir l’amour. Dans ce cas, celui qui parle aura beau être éloquent et prononcer des paroles angéliques, il sera «comme un airain qui résonne ou comme une cymbale retentissante».

 

14.1.2    1 Cor. 13:2

En outre, ces croyants se vantaient de leurs capacités spirituelles. Ils avaient des dons et la perspicacité pour pénétrer tous les mystères et toute la connaissance. Ils avaient peut-être la foi pour accomplir de grands exploits, mais, dit l’apôtre, on peut être richement doués, mais si on n’a pas l’amour, on n’est rien. Il ne dit pas que ces dons, la prophétie, la connaissance et la foi, ne sont rien, mais que celui qui exerce ces dons sans amour n’est rien. L’apôtre ne parle pas de la foi en Christ, car cette foi opère par l’amour (Gal. 5:6) ; il parle plutôt de la foi qui rend capable de surmonter de grands obstacles et de faire de grands exploits ; et il dit qu’il est possible d’avoir une telle foi sans amour.

 

14.1.3    1 Cor. 13:3

Il est facile de comprendre qu’on peut bien parler sans avoir d’amour, et qu’on peut se vanter de sa connaissance spirituelle sans amour ; à une telle personne on recommandera de moins parler et de faire davantage. Mais l’apôtre met encore en garde qu’on peut aussi faire beaucoup sans amour. Les activités de bienfaisance d’un homme peuvent atteindre des sommets jusqu’à donner tous ses biens pour nourrir les pauvres et livrer son corps pour être brûlé en martyr, et pourtant il est encore possible de faire cela sans avoir l’amour pour mobile, auquel cas toutes ces actions ne profiteront en rien à leur auteur.

Ainsi des paroles sans amour, de la connaissance sans amour et des activités sans amour, lors même que Dieu puisse utiliser tout cela à Ses fins, ce ne sera d’aucun profit à celui qui parle et agit ainsi. Sans amour, il ne sera rien et rien ne lui profitera, malgré toutes ses paroles, ses capacités et ses activités.

 

14.2   1 Cor. 13:4-7 — Nature de l’amour

Ayant insisté sur la valeur unique de l’amour, l’apôtre déploie maintenant le vrai caractère de l’amour. On a souligné que les huit premières qualités (13:4-5) de l’amour montrent que, dans sa nature, il a pour effet de conduire à se renoncer soi-même entièrement, y compris en ce qui concerne l’impatience, l’irrespect, la jalousie, l’agressivité [voir point 4 ci-après], l’importance qu’on se donne, le manque de bienséance, l’égoïsme et la tendance à être querelleur.

 

14.2.1    1 Cor. 13:4-5 — Huit premières qualités

(1) «L’amour use de longanimité». La chair est toujours impatiente, mais l’amour peut souffrir longtemps et attendre le temps de Dieu. La patience charnelle est vite épuisée ; l’amour ne se lasse pas.

(2) L’amour «est plein de bonté». La chair, même si elle attend, le fera souvent dans un esprit maussade et irrité ; mais l’amour, quand il attend, peut conserver un esprit de bonté et de considération pour les autres.

(3) «L’amour n’est pas envieux». La chair cherche toujours une place au-dessus des autres, et est jalouse de la faveur ou de la position accordées aux autres plutôt qu’à soi. L’amour peut se réjouir des honneurs octroyés à autrui, sans une pensée d’envie.

4) «L’amour ne se vante pas» (selon la version JND anglaise : «il n’est pas insolent et irréfléchi»). La chair est agressive, se mettant inconsidérément en avant. L’amour n’est pas dominateur, mais est plutôt réservé et discret.

(5) «Il ne s’enfle pas d’orgueil». La chair est souvent vaine et remplie de sa propre importance. L’amour prend une place humble dans le service des autres.

(6) «Il n’agit pas avec inconvenance». La chair, même en haut de l’échelle sociale, peut être impolie et grossière. L’amour conduit à la courtoisie, tant chez le plus noble de naissance, que chez celui au plus bas de l’échelle.

(7) «Il ne cherche pas son propre intérêt». La chair est toujours égoïste et à la recherche de son propre intérêt. L’amour est généreux et désintéressé, cherchant le bien des autres.

(8) «Il ne s’irrite pas». La chair est toujours susceptible et prompte à s’offusquer et à se fâcher des insultes. L’amour est lent à la colère et ne se laisse pas facilement provoquer. L’amour peut en effet être provoqué, car dans cette même épître nous sommes avertis qu’il est même possible de provoquer le Seigneur (10:22) ; mais le Seigneur est lent à la colère ; Il n’est pas aisément provoqué.

 

14.2.2    1 Cor. 13:6 — Trois qualités suivantes

Dans les trois qualités qui suivent, nous apprenons que l’amour ne conduit pas seulement à se renoncer soi-même, mais qu’il se réjouit positivement dans ce qui est saint et vrai.

(1) L’amour «n’impute pas le mal». La chair est prompte à imaginer le mal et à imputer de mauvais motifs. L’amour ne reconnaît pas l’existence du mal en l’absence de preuves positives.

(2) L’amour «ne se réjouit pas de l’injustice». Hélas, la chair se plaît à s’occuper du mal. L’amour ne prend aucun plaisir à découvrir le mal et à le mettre en pleine lumière.

(3) L’amour «se réjouit avec la vérité». La chair est profane et peut éprouver du plaisir à s’occuper du mal. L’amour est saint et trouve sa joie à s’occuper de la vérité. L’amour n’est donc pas aveugle, car il connaît et apprécie la vérité.

 

14.2.3    1 Cor. 13:7 — Quatre dernières qualités

Les quatre dernières qualités présentent l’énergie positive de l’amour, par laquelle celui qui le possède est soutenu au milieu d’un monde hostile.

(1) L’amour «supporte tout». La chair ne supporte pas grand-chose sans montrer de l’irritation. L’amour peut tout supporter, et souvent en silence.

(2) L’amour «croit tout». La chair est toujours soupçonneuse. L’amour ne soupçonne pas et est prêt à croire le bien à défaut de preuve directe du contraire, même en présence de beaucoup de choses pouvant susciter des doutes.

(3) L’amour «espère tout». La chair est toujours prête à supposer le mal et à croire le pire. L’amour regarde le bien plutôt que le mal et espère le mieux, en dépit de beaucoup de choses qui peuvent paraître sans espoir.

(4) L’amour «endure tout». La chair, qui suppose le pire, n’a aucun espoir, et quand l’espoir est parti, il n’y a pas de puissance pour supporter. L’amour, qui espère tout, fortifie celui qui le possède pour endurer malgré l’opposition et le découragement.

 

14.3   1 Cor. 13:8-13 — Caractère durable de l’amour

Ayant dépeint la nature de l’amour, l’apôtre déclare maintenant sa permanence. L’amour ne périt jamais. Les prophéties auront leur fin ; leur accomplissement arrivera à son terme (13:8a). Les langues cesseront (13:8b ; notamment quand la division actuelle en nations cessera). La connaissance partielle que nous avons à l’heure actuelle, aura sa fin (13:8c). Cette connaissance telle que nous la possédons maintenant n’est pas une connaissance complète, et on est continuellement en train de l’acquérir, ce qui ne fait que prouver notre ignorance. C’est seulement une connaissance «en partie» (13:9). Dans la condition parfaite du ciel, cette connaissance en partie aura pour toujours disparu (13:10). Il pourra y avoir des déploiements bénis de la vérité dans cette scène céleste, mais tout ce qui y sera présenté sera pleinement connu, contrairement à notre condition actuelle où, même quand une vérité est pleinement révélée, elle n’est saisie encore qu’en partie. Tout ce que nous pouvons saisir de la vérité ici-bas, demeure toujours une connaissance partielle. Pour illustrer notre connaissance partielle présente, l’apôtre utilise l’image d’un enfant qui peut seulement penser, parler et raisonner comme un enfant (13:11). Lorsque l’enfant devient adulte, il quitte sa condition enfantine. De la même manière, tant que nous sommes dans ces corps, nous sommes en grande mesure contraints de penser aux choses spirituelles en des termes naturels correspondant à notre condition actuelle. Ainsi, quant à la vérité, nous ne voyons qu’à travers un verre obscurément (13:12). À l’heure actuelle, nous sommes comme quelqu’un regardant des objets à travers un milieu semi-transparent qui obscurcit la vision (13:12a). Dans la perfection, nous verrons face à face ; il n’y aura rien entre nous et ce que nous regarderons. Nous connaîtrons alors comme nous sommes connus (13:12b). Nous connaîtrons pleinement la vérité dans son ensemble, non pas seulement en partie, de même que nous sommes pleinement connus.

Maintenant ces trois choses demeurent : la foi, l’espérance, l’amour ; mais la plus grande d’entre elles est l’amour (13:13). Dans la perfection, la foi sera changée en vue, et la foi prendra donc fin. L’espérance prendra fin dans sa réalisation. L’amour seul demeurera. La foi et l’espérance font de très bons compagnons de voyage, mais nous nous en séparerons à la porte du ciel. Nous y entrerons seulement avec l’amour. Néanmoins, le verset parle de l’état actuel, et nous dit que déjà maintenant, l’amour est la qualité la plus grande. Il faut qu’il en soit ainsi, car l’amour est la nature même de Dieu ; c’est pourquoi l’amour est éternel.

 

15     1 Corinthiens 14 — Exercice du ministère dans l’assemblée : amour, édification, et ordre

Au ch. 14, nous avons le déploiement de l’ordre de Dieu pour l’exercice des dons dans l’assemblée. Les dons, comme nous l’avons appris, ont été distribués par l’Esprit à chacun en vue de l’utilité commune (12:7). Cependant, il ne suffit pas d’avoir reçu un don ; pour qu’il soit profitable aux autres, son utilisation doit être réglée selon Dieu. Dans ce ch. 14, l’assemblée est envisagée comme se réunissant en un seul endroit (14:23, 26, 28, 33, 34, 35) ; et nous sommes instruits sur la manière d’exercer les dons en de telles occasions selon l’ordre de Dieu.

Il y a deux manières de mettre de côté l’ordre de Dieu : soit en permettant le désordre de l’homme, soit en adoptant l’ordre de l’homme. Les croyants de Corinthe avaient manifestement mis de côté l’ordre de Dieu en tolérant un grave désordre. Il y avait même eu de l’ivresse à la cène. En outre, il semblerait que les dons-signes donnés par l’Esprit Saint, fussent utilisés sans tenir compte de la volonté du Seigneur, et étaient un moyen d’exalter les croyants et de servir leur propre vanité.

Dans la chrétienté aujourd’hui, il est rare de voir des outrages à la décence ordinaire aussi effrénés que ceux de Corinthe. Néanmoins, de tout côté, nous voyons des assemblées de chrétiens professants conduites selon des principes tout à fait contraires aux indications claires de la Parole de Dieu. Pour la chrétienté aujourd’hui, ce n’est pas tant le désordre humain, comme à Corinthe, mais plutôt l’ordre humain qui a remplacé l’ordre divin. L’ordre humain est également grave, sinon plus, que le désordre humain, car une conduite grossière offense même la conscience naturelle et pousse à corriger, tandis que l’ordre humain peut calmer la conscience et être accepté sans qu’on en détecte le caractère mauvais.

Pour apprécier la gravité de ce mal, il faut se rappeler que très tôt dans l’histoire de l’église, la masse professante a abandonné les grandes vérités caractéristiques de la dispensation. La présence de Christ dans la gloire comme tête de Son assemblée, la présence de l’Esprit Saint sur la terre, et la formation et l’appel de l’assemblée, sont de grandes vérités qui furent presque entièrement perdues très tôt après le départ des apôtres. Le christianisme fut mêlé au levain du judaïsme ; le résultat en fut que des hommes sincères, mais ignorants, tentèrent de maintenir l’ordre en mettant en place une classe sacerdotale distincte des laïcs selon le modèle de la sacrificature juive. L’ordre humain marqué par le cléricalisme fut adopté et prévaut encore dans toutes les grandes sectes religieuses de la chrétienté.

La gravité d’adopter cet ordre humain réside en ce que c’est ignorer la présence et la direction du Saint Esprit. Nous sommes tellement lents à accepter le fait que la grande vérité capitale du temps actuel est qu’une personne divine — le Saint Esprit — est présente sur la terre pour les intérêts de Christ, et pour consoler, pour enseigner, pour guider, pour nous montrer toutes choses, et pour nous conduire dans l’exercice des dons et de la prière ! (Jean 14:16-26, 16:13-15 ; 1 Cor. 12:3 ; Jude 20). Si nous avons compris le corps de Christ et la présence du Saint Esprit, et que nous nous sommes donc séparés de tout système créé par l’homme qui nie en pratique ces grandes vérités, la question se pose alors de savoir si l’Écriture donne quelque lumière sur la manière dont les croyants doivent agir lorsqu’ils se réunissent pour le ministère de la parole.

Le ch. 14 de cette épître montre clairement que Dieu nous a donné des directives très explicites pour l’exercice du ministère dans les assemblées des Siens lorsqu’ils sont réunis. Le fait que les principes établis dans ce chapitre ne peuvent pas être suivis dans les systèmes religieux de la chrétienté ne fait que condamner ces systèmes et rendre manifeste à quel point ils se sont éloignés de l’ordre de Dieu. Cependant si nos yeux ont été ouverts sur le mal de ces systèmes, et que nous nous en tenons écartés, nous nous retrouverons dans une position où il est possible, sous la direction du Saint Esprit, d’agir conformément à l’ordre de Dieu.

 

Dans l’exercice des dons par le Saint Esprit, trois grands principes sont affirmés dans ce chapitre :

(1) nous devons poursuivre l’amour (14:1).

(2) les dons doivent servir à l’édification (14:2-25).

(3) les dons doivent être exercés selon l’ordre divin (14:26-40).

 

15.1   1 Cor. 14:1 — L’amour est le motif de l’exercice des dons

Le maintien de l’amour, de l’édification et de l’ordre divin dans l’assemblée dépend entièrement de la libre action du Saint Esprit. L’apôtre a déjà insisté sur les droits du Saint Esprit dans l’assemblée (12:4-13) et a déployé devant nous les qualités bénies de l’amour (ch. 13). Il commence maintenant cette nouvelle portion sur l’exercice des dons par l’exhortation : «Poursuivez l’amour».

Si l’amour avait été en exercice dans l’assemblée à Corinthe, celle-ci aurait échappé à de nombreux troubles graves, même si elle n’avait pas été instruite quant à l’ordre de Dieu. L’amour, comme l’apôtre l’a montré, conduit à se renoncer soi-même. C’est pourquoi l’exhortation à poursuivre l’amour, précède à la fois l’exhortation à désirer les dons spirituels et les instructions quant à leur utilisation. L’amour gardera un mobile pur à la fois quant au désir d’un don spirituel et quant à l’utilisation du don. L’amour ne pense pas à soi, mais au bien des autres. Manquant d’amour, les croyants de Corinthe s’étaient servis des dons-signes de guérison et de langues pour s’élever. Contre cette tendance, l’apôtre les exhorte à chercher plutôt à prophétiser.

 

15.2   1 Cor 14:2-25 — L’édification est la grande finalité de l’exercice des dons

15.2.1    1 Cor. 14:2-4

L’exhortation à désirer ardemment le don de prophétie conduit l’apôtre à montrer que la grande finalité de l’exercice du don est l’édification. Tout au long de son instruction, il insiste là-dessus. Au v. 3, il parle de « l’édification, l’exhortation, et la consolation » ; au v. 5, il écrit : «afin que l’assemblée reçoive de l’édification» ; au v.12, «cherchez à en être abondamment doués pour l’édification de l’assemblée» ; et au v.26 : «Que tout se fasse pour l’édification».

Celui qui parle dans une langue inconnue peut parler à Dieu de mystères, mais si «personne ne l’entend» (c’est-à-dire « ne le comprend »), il n’y a pas d’édification (14:2). À moins d’un interprète, «l’amour» et «l’édification» excluent tous les deux l’usage des langues. En contraste avec les langues, celui qui prophétise parle aux hommes pour l’édification, l’encouragement et la consolation (14:3). Ce n’est pas proprement une définition de la prophétie, mais c’est le résultat du fait de prophétiser. Pensant aux prophètes de l’Ancien Testament, nous pourrions être enclins à restreindre la prophétie à la prédiction d’événements futurs. Or ce n’est là qu’une partie limitée du travail du prophète, même aux jours de l’Ancien Testament. Sa grande mission était d’appliquer la parole de Dieu à la conscience et au cœur pour l’édification. Cela s’applique encore au service du prophète à l’époque chrétienne ; et en ce sens le don demeure. D’après la place que l’apôtre donne à ce don dans ce passage, nous pouvons déduire que c’est le plus grand de tous les dons qui reste pour l’assemblée, et c’est celui qui est le plus à désirer.

 

15.2.2    1 Cor. 14:5-6

Les langues avaient, en effet, leur place ; mais l’apôtre demande : Quel profit y aurait-il de parler en langues sans interprète ? (14:5c,6a). Si l’assemblée doit être édifiée, elle ne peut l’être que par le biais d’une parole de révélation, ou de connaissance, ou de prophétie, ou de doctrine (14:6b). Aux jours de l’apôtre, il y avait encore ceux qui parlaient par révélation. Maintenant que la parole de Dieu est complète, le don de révélation est confiné dans l’Écriture. La connaissance implique de transmettre aux croyants ce qui a déjà été révélé. La prophétie est plutôt l’application de la vérité à la conscience, tandis que la doctrine ou enseignement, est l’instruction sur une vérité particulière.

 

15.2.3    1 Cor. 14:7-11

En outre, pour l’édification, il est non seulement nécessaire de transmettre la connaissance, d’appliquer la parole à la conscience par le moyen de la prophétie, et d’enseigner des vérités particulières, mais il faut aussi le faire dans «un discours intelligible» (14:9). L’obscurité n’est pas de la spiritualité. S’il n’y a pas de «sons distincts», la musique ne transmet aucune mélodie (14:7). Si le son est «confus», la trompette ne produira aucun effet sur ceux qui l’entendent (14:8). De même, le ministère peut être exercé de manière si confuse que ce qu’il transmet n’a pas de sens, ou il peut être exprimé avec tant d’incertitude qu’il n’a aucun effet sur les auditeurs (14:9). Pour que le ministère édifie, il doit être présenté avec des mots faciles à comprendre et avec la certitude des oracles de Dieu. Chaque voix dans la nature a une signification particulière, et pareillement les mots ont une signification particulière (14:10). Si nous utilisons des mots qui n’ont pas de sens pour les auditeurs, nous devenons pratiquement des barbares parlant un jargon étrange (14:11).

 

15.2.4    1 Cor. 14:12

Si donc nous désirons avec ardeur des dons spirituels, que ce ne soit pas pour nous exalter ou pour dépasser nos frères, mais pour exceller dans l’édification de l’assemblée (14:12). Rien de ce qui met de côté ce grand principe d’édification ne peut provenir de l’Esprit. Là où le Saint Esprit est sans entrave, là l’amour prévaut, et là où l’amour prévaut toute parole prononcée sera pour l’édification.

 

15.2.5    1 Cor. 14:13-17

Ces paroles peuvent prendre d’autres formes que l’exercice de dons spécifiques. C’est peut-être la raison pour laquelle, au v.1, nous sommes plutôt exhortés à désirer des «manifestations spirituelles», que des «[dons] spirituels» comme dans notre traduction. La place est ainsi laissée pour toute forme d’expression sous la conduite de l’Esprit. Dans ces versets, il est parlé de prière, de chant et d’actions de grâces : ce sont des formes du ministère qui ne sont jamais appelées des dons (14:14,15,16). Mais, quelle que soit la forme de l’expression, l’édification doit rester l’objectif (14:17). Si le Saint Esprit préside, et si l’amour prévaut dans l’assemblée, toute expression sera sous une forme que les ignorants seront en mesure de suivre intelligemment et à laquelle ils pourront ajouter leur Amen (14:16). La communion, dont l’Amen est l’expression extérieure, sera ainsi maintenue.

 

15.2.6    1 Cor. 14:18-20

En condamnant l’abus du parler en langues, l’apôtre n’était pas animé par de la jalousie, car lui-même parlait en langues plus que tous les autres (14:18) ; mais il utilisait le don au bon endroit, devant le bon auditoire, et dans un bon but. Dans l’assemblée, cinq paroles prononcées avec l’intelligence afin que les autres puissent être enseignés, valent mieux que «dix mille paroles dans une langue inconnue» (*). Dans leur penchant pour le parler en langues, les Corinthiens agissaient comme des enfants qui aiment tout ce qui fait du spectacle. L’apôtre les exhorte, et nous-mêmes avec, à ne pas être des enfants dans leur entendement, mais quant à la malice, d’être innocents comme des petits enfants (14:20). Nous avons la chair en nous, et elle peut, si ce n’était la grâce de Dieu, utiliser la prière ou le ministère pour écouler un peu de malice contre un frère. Mais, comme quelqu’un a dit, c’est une forme de méchanceté spirituelle dans les lieux célestes. Cherchons donc à poursuivre l’amour et l’édification.

 

(*) note Bibliquest : le mot « inconnue » ne figure pas dans l’original grec du texte biblique, mais on le trouve dans la version autorisée anglaise (KJV), dans le Texte Reçu et dans la Bible en français courant. Il est probable que ce mot a initialement été ajouté pour faciliter la compréhension du passage, mais certains milieux chrétiens s’en sont servi pour justifier les prétendus « parler en langues » de type charabia.

 

15.2.7    1 Cor. 14:21-25

L’apôtre cite librement Ésaïe 28:11-12 pour montrer qu’au jour de la ruine d’Israël, lorsque les prophètes avaient erré, Dieu leur parla dans des langues d’étrangers (14:21), comme signe de l’incrédulité de ceux qui ne voulaient pas écouter la claire parole de Dieu. De même, l’exercice du don des langues au commencement du christianisme était un signe, non pas pour les croyants, mais pour les incrédules, et ce signe laissait l’auditeur sans excuse (14:22a).

En contraste avec les langues, le don de prophétie est utile non seulement pour l’incrédule, mais aussi pour le croyant (14:22b). Quand les saints se réunissaient ensemble en un lieu, l’exercice des langues sans interprète aurait amené un incrédule, ou une personne sans instruction, à conclure que l’assemblée était folle (14:23). Inversement s’ils prophétisaient, cela devrait convaincre la conscience d’un incrédule (14:24), rendre manifestes les secrets de son cœur, et le persuader qu’il se trouve dans la présence de Dieu (14:25).

 

15.3   1 Cor. 14:26-40 — Ordre divin à maintenir dans l’exercice des dons

15.3.1    1 Cor. 14:26

En vue de ses instructions pour le maintien de l’ordre divin dans les réunions en assemblée, l’apôtre s’enquiert de la manière dont ces croyants de Corinthe agissaient. Il avait donné une pleine liberté de prier, chanter, bénir, rendre grâce, et prophétiser, pourvu que tout soit exercé dans un esprit d’amour et d’édification. Ils profitaient pleinement de leur liberté, car «chacun» était prêt à participer. Cependant ils avaient abusé de leur liberté en n’agissant pas «avec bienséance et avec ordre». La liberté de l’Esprit avait été changée en licence pour la chair. Le fait de corriger cet abus ne suggère pas que le ministère d’un seul homme devrait remplacer la liberté qui appartient à chacun. La chrétienté l’a fait et a perdu la liberté en cherchant à en corriger l’abus. L’apôtre dit : «Que tout se fasse pour l’édification», et pour qu’il en soit ainsi, il présente l’ordre de Dieu ; ainsi il maintient la pleine liberté pour le ministère, tout en la prémunissant contre les abus.

 

15.3.2    1 Cor. 14:27-28

Tout d’abord, il traite du parler en langues. Si quelqu’un parle en langue, que ce soit «deux, ou tout au plus trois», et chacun à son tour, et que quelqu’un interprète (14:27). S’il n’y a pas d’interprète, l’exercice de ce don n’est pas permis (14:28).

 

15.3.3    1 Cor. 14:29-31

Si les prophètes parlent, ce ne doit être aussi que deux ou trois, tandis que les autres jugent (14:29). Ceux qui parlent et ceux qui écoutent ont chacun leur responsabilité. Ceux qui écoutent doivent juger si ce qui est dit est de l’Esprit. Chaque intervenant doit laisser la place à un autre à qui une parole peut être donnée (14:30), car tous peuvent prophétiser un à un, afin que tous puissent apprendre et être exhortés (14:31). Quant au ministère unique (d’un seul homme) dans une réunion d’assemblée, il est clair qu’à tous égards c’est du désordre.

 

15.3.4    1 Cor. 14:32-33

En outre, les esprits des prophètes sont soumis aux prophètes : cette déclaration exclut toute idée d’être animé par une impulsion incontrôlable (14:32). Il en serait autrement avec des gens parlant sous le pouvoir de démons, le résultat étant de l’excitation profane et du désordre. Dieu n’est pas l’auteur du désordre, mais de la paix (14:33). Toute scène de désordre dans les assemblées du peuple de Dieu n’est clairement pas de Dieu.

 

15.3.5    1 Cor. 14:34-35

La liberté de chacun de prophétiser un par un dans l’assemblée ne s’applique pas aux femmes. Elles doivent garder le silence dans les assemblées. Leur capacité n’est pas en question. Le silence en public de la part des femmes est selon l’ordre de la création ainsi que selon la loi (14:34). La sphère de la liberté de la femme est à la maison. Pour elles, parler en public c’est se couvrir de honte (14:35).

 

15.3.6    1 Cor. 14:36-38

Les instructions de l’apôtre se terminent par l’affirmation expresse qu’elles sont les commandements du Seigneur, et, comme tels, ont toute l’autorité de la parole de Dieu qui s’adresse, non seulement à l’assemblée à Corinthe, mais aussi à toutes les assemblées du peuple de Dieu (14:36-37). Négliger les instructions de l’apôtre, c’est refuser l’application universelle de la parole de Dieu à l’assemblée. La place de l’assemblée (église) est d’être soumise à la parole de Dieu, se souvenant que la parole de Dieu vient à l’assemblée (église), et non pas provient d’elle. L’assemblée, en tant que telle, est enseignée, et ne peut pas enseigner. La spiritualité d’un homme sera vue en ce qu’il reconnait que les choses que Paul a écrites sont des commandements du Seigneur. Ne pas tenir compte de ces instructions, c’est ignorer les commandements directs du Seigneur. Puisqu’il en est ainsi, l’apôtre est très bref et catégorique à l’égard de quelqu’un qui refuserait de se soumettre (14:38). Il ne discutera pas avec une telle personne. Il dit simplement : «Si quelqu’un est ignorant, qu’il soit ignorant».

 

15.3.7    1 Cor. 14:39-40

L’apôtre résume ses instructions en insistant de nouveau pour qu’ils désirent prophétiser, sans pour autant interdire le parler en langues (14:39). Mais «que tout se fasse avec bienséance et avec ordre» (14:40). Quelle que soit la forme prise par les manifestations spirituelles dans l’assemblée, que tous ceux qui y prennent part se demandent : «Est-ce que ce sera dans l’amour ? Est-ce que ce sera pour l’édification ? Est-ce que ce sera selon l’ordre divin ?». Rappelons-nous alors les trois grandes exhortations du chapitre :

(1) «Poursuivez l’amour» (14:1).

(2) «Que tout se fasse pour l’édification» (14:26).

(3) «Que tout se fasse avec bienséance et avec ordre» (14:40).

 

16    1 Corinthiens 15 — La résurrection

Avec le chapitre 15, nous arrivons à la troisième division principale de l’épître. Dans la première division, nous avons la croix de Christ qui exclut la sagesse du monde, la liberté donnée à la chair et le culte des démons (ch. 1 à 10). Dans la deuxième division, nous avons la libre action du Saint Esprit maintenant l’ordre dans l’assemblée de Dieu (ch. 11 à 14). La troisième division place devant nous la résurrection de Christ qui triomphe de la mort et du tombeau, et qui ouvre la voie à l’état parfait lorsque Dieu sera tout en tous.

Il est évident que, dans l’assemblée à Corinthe, non seulement on tolérait le relâchement moral et le désordre dans l’assemblée, mais il y avait aussi une erreur doctrinale vitale, certains d’entre eux disant qu’«il n’y a pas de résurrection des morts» (15:12). Cette erreur résultait sans doute de leur bas état moral. Le progrès du mal, comme on le voit dans cette assemblée, est solennel et instructif :

On commence par des pratiques mauvaises ;

Puis il y a du désordre dans l’assemblée ;

Enfin il y a la fausse doctrine.

Un mal mène à l’autre :

le relâchement moral ouvre la porte à la chair, et nie la croix ;

le désordre d’assemblée conduit au cléricalisme, à l’ordre humain, et ignore l’Esprit ;

l’erreur doctrinale ouvre la voie à l’ennemi pour saper les fondements de notre foi, et attaquer la personne de Christ.

 

Il est important de remarquer que, chez ceux qui propageaient cette erreur, on ne voit pas qu’ils niaient l’immortalité de l’âme, mais ils s’opposaient à la vérité que le corps ressusciterait. La résurrection, est ceci : ce qui est mort retrouve la vie. Elle doit donc s’appliquer au corps, car c’est le corps qui meurt, non pas l’âme. Nous lisons ainsi : «Les sépulcres s’ouvrirent ; et beaucoup de corps des saints endormis ressuscitèrent» (Matt. 27:52). — Il est possible que ceux qui tenaient cette erreur n’aient pas eu l’intention de compromettre l’évangile, ni de nier que Christ était ressuscité. Cependant, c’était quand même le résultat terrible de cette erreur, et c’était le but de Satan.

Pour faire face à ce piège du diable, l’apôtre montre comment cette erreur affecte l’évangile (15:1-11), comment elle attaque la personne de Christ et ceux qui croient en Lui (15:12-19) ; puis l’apôtre déploie devant nous certaines bénédictions positives qui découlent de la résurrection de Christ (15:20-58).

 

16.1   1 Cor. 15:1-2

Puisque cette négation de la résurrection sape l’évangile, l’apôtre rappelle d’abord à ces croyants l’évangile qu’il avait prêché, qu’ils avaient reçu, dans lequel ils étaient (c’est-à-dire dans lequel ils avaient leur position de bénédiction devant Dieu) (15:1), et par lequel ils étaient sauvés (15:2a). Mais il ajoute les mots : «à moins que vous n’ayez cru en vain» (15:2c), car s’il n’y a pas de résurrection, ils avaient évidemment cru à un mythe. Cependant, l’apôtre montre dans une remarque faisant parenthèse que la réalité de leur foi serait prouvée par le fait de tenir ferme la parole qu’il leur avait annoncée dans l’évangile (15:2b).

 

16.2   1 Cor. 15:3-4

Il résume tout de suite l’évangile en trois points.

  (1) «Christ est mort pour nos péchés, selon les Écritures» (15:3). Ceci place devant nous la grande œuvre de propitiation de Christ pour tout le monde, prédite dans toutes les Écritures, car la loi l’expose en figure, les Psaumes la présentent expérimentalement, et les prophètes l’annoncent prophétiquement.

  (2) Christ «a été enseveli» (15:4a), c’est la preuve complète de Sa mort et le fait solennel que tous Ses liens avec l’homme selon la chair sont rompus.

  (3) «Il a été ressuscité le troisième jour, selon les Écritures» (15:4b), témoignage éternel que la puissance de la mort est brisée, le diable est vaincu, et Dieu est glorifié.

 

L’apôtre prend soin de remarquer que l’évangile qu’il prêchait, il l’avait «reçu» (15:3), et nous savons par une autre épître que c’était reçu «par la révélation de Jésus Christ» (Gal. 1:12). Rejeter son évangile, c’est donc mettre en doute la révélation de Jésus Christ et l’autorité de l’Écriture.

 

16.3   1 Cor. 15:5-10

Ayant présenté l’évangile qu’il prêchait avec une place vitale pour la résurrection, il confirme la vérité de la résurrection de Christ en s’appuyant sur différents témoins à qui Christ est apparu après Sa résurrection d’entre les morts. Il y a eu d’autres témoins, tels que Marie et les deux disciples allant à Emmaüs, mais l’apôtre est conduit à choisir certains témoins d’une importance particulière comme témoins, en raison de leur service ou de leur nombre.

  (1) Christ ressuscité a été vu de Céphas (15:5a ; c’est-à-dire Pierre), l’apôtre qui a été le premier à prêcher l’évangile aux Juifs, et qui a été utilisé pour ouvrir la porte de la grâce aux nations.

  (2) Il est apparu aux douze  (15:5b) qui L’avaient accompagné sur la terre.

  (3) Il a été vu par cinq cents frères à la fois (15:6).

  (41) Il est apparu à Jacques (15:7a), l’apôtre qui avait une place prééminente parmi les croyants Juifs à Jérusalem.

  (5) Il a été vu de tous les apôtres  (15:7b) quand, au bout de quarante jours, Il fut reçu dans le ciel.

  (6) comme Homme ressuscité dans la gloire, Il a été vu en dernier par l’apôtre Paul (15:8), qui avait été le persécuteur de Christ et des Siens (15:9), mais qui avait été désigné pour prêcher aux nations. L’apôtre se plaît à reconnaître que ce fut une grâce de Dieu qu’il fit partie des témoins de la résurrection de Christ (15:10a) ; et si, comme apôtre, il a travaillé plus qu’eux tous, cela aussi était par la grâce de Dieu (15:10b).

 

16.4   1 Cor. 15:11

Ainsi, que l’évangile fût prêché par Paul ou par le groupe important de ceux qui avaient vu Christ ressuscité, la résurrection de Christ en était comme la clef de voûte ; or c’était cet évangile qui avait été cru par les Corinthiens.

 

16.5   1 Cor. 15:12-19

En face de telles preuves, il était donc impossible de nier la résurrection de Christ : comment alors pouvait-on dire qu’il n’y a «pas de résurrection de morts» ? (15:12). Hélas ! puisqu’il y avait des personnes qui osaient le dire, l’apôtre se met à montrer les conséquences solennelles de cette erreur.

(1) quelle que fût la croyance de ceux qui promouvaient cette erreur, c’était une attaque contre la personne de Christ, car s’il n’y a pas de résurrection des morts, alors Christ n’est pas ressuscité (15:13,16).

(2) si Christ n’est pas ressuscité, la prédication est une fable, et est vaine (15:14a).

(3) si la prédication est vaine, la foi des auditeurs est futile (15:14b) : ils mettent leur foi en quelque chose de faux.

(4) si des prédicateurs prétendent venir de Dieu et prêchent des fables, ce sont de «faux témoins de Dieu» (15:15).

(5) ceux qui mettent leur foi dans ce qui est vain, sont encore dans leurs péchés (15:17).

(6) si ceux qui sont dans leurs péchés se sont endormis, ils doivent avoir péri (15:18).

(7) si la résurrection est une fable, les vivants qui la professent sont les plus misérables de tous les hommes (15:19), car à cause de la foi en la résurrection, ils ont renoncé à ce présent siècle et n’ont rien pour le futur.

 

Ainsi l’apôtre montre que cette erreur fatale déshonorait Christ, condamnait la prédication comme une fable, rendait inutile la foi des auditeurs, réduisait les prédicateurs à l’état de faux témoins, faisait que ceux qui étaient endormis avaient péri, et rendait les croyants vivants misérables au plus haut point.

 

16.6   1 Cor. 15:20

Après avoir montré les conséquences solennelles qui découlaient inévitablement de cette erreur, l’apôtre présente maintenant, par contraste, les résultats bénis qui découlent de la grande vérité que «maintenant Christ a été ressuscité d’entre les morts» (15:20). Christ, ressuscité d’entre les morts, est «les prémices de ceux qui sont endormis». Sa résurrection est bien le gage que tous seront ressuscités, les justes pour entrer dans leur bénédiction finale et les injustes pour passer en jugement (Actes 17:31). Mais ici Sa résurrection est le gage de la résurrection de ceux des Siens qui se sont endormis. Leur résurrection sera sur le modèle de Sa résurrection, une résurrection d’entre les morts. Pour les méchants, ce ne sera pas une résurrection d’entre les morts (c’est-à-dire une résurrection dans laquelle certains sont tirés de la mort tandis que d’autres sont laissés), ce sera simplement la destruction de la mort ayant pour effet que tous ceux qui sont dans les tombes ressusciteront immédiatement.

 

16.7   1 Cor. 15:21-23

L’apôtre montre ensuite que si la mort est entrée par l’homme, de même aussi la résurrection est apportée par l’Homme (15:21). Il y a deux races d’hommes caractérisées chacune par leurs chefs respectifs. Tous ceux qui sont liés à Adam tombent sous le coup de la mort (15:22a). Tous ceux qui sont liés à Christ seront rendus vivants (15:22b). Le «tous» dans le cas d’Adam embrasse la race entière, tandis que le «tous» dans le cas de Christ ne concerne que Sa famille (15:22). Le verset suivant (15:23), qui parle de l’ordre de la résurrection, établit très clairement que ce «tous» concerne Christ et ceux qui sont de Christ. Christ a été ressuscité le premier, les prémices, non pas les prémices de la résurrection des morts, mais les prémices de ceux qui sont ressuscités d’entre les morts (15:23a). Cette résurrection des Siens aura lieu «à sa venue» (15:23b) et inclura certainement tous les saints de l’Ancien Testament, car eux aussi «sont du Christ», bien que sans doute l’apôtre, en écrivant à l’assemblée à Corinthe, ait plus particulièrement l’église en vue.

 

16.8   1 Cor. 15:24-28

De la résurrection de ceux qui sont de Christ, l’apôtre passe directement à la fin du royaume terrestre de Christ, sans mentionner la résurrection des méchants (15:24a). Cette fin sera atteinte quand toute principauté, autorité et puissance opposées seront abolies (15:24b), quand tous les ennemis auront été abattus (15:25), et que le dernier ennemi, la mort, aura été détruit (15:26). Ceci implique la résurrection et le jugement des morts, même si ce n’est pas spécifiquement mentionné.

Le grand objectif du royaume de Christ sera de soumettre l’univers entier à Dieu. Comme par un seul homme, Adam, la création a été assujettie au péché et à la mort et à la puissance du diable, de même aussi un seul Homme, Christ, viendra à bout de tous les ennemis et tout sera soumis à Dieu. «La fin» ici (15:24a) n’est pas simplement la fin de l’époque actuelle, comme en Matthieu 13:39, 49. La fin de l’époque actuelle introduit le royaume de Christ. Ici «la fin» marque la fin du royaume et le début de l’état éternel avec les nouveaux cieux et la nouvelle terre où la justice habite. La dernière partie du verset 24 et les versets 25 et 26 décrivent le caractère du règne de Christ, le dernier acte étant la destruction de la puissance de la mort.

Puis, quand Christ sera venu à bout de tout le mal, Il remettra le royaume à Dieu le Père (15:24a). Le passage entier considère le Fils comme étant devenu homme pour accomplir la volonté de Dieu en amenant toute la création dans la soumission à Dieu. Pour accomplir ce grand objectif, Dieu a confié la domination universelle au Fils devenu homme (15:27a). Après avoir tout amené dans la soumission à Dieu le Père par le moyen de la puissance de Son règne, Il restera encore l’Homme soumis comme quand Il était sur cette terre, afin que Dieu soit tout en tous (15:28). Le Fils ne cesse pas d’être Dieu et d’être un avec le Père, comme quand Il était sur la terre, mais «Christ prendra Sa place, comme Homme, Chef de toute la famille des rachetés, étant en même temps Dieu béni éternellement, un avec le Père» (JND). Il n’est pas dit que le Père sera tout en tous, mais que Dieu — Père, Fils et Saint-Esprit — sera tout en tous. Quel monde béni ce sera quand, dans les nouveaux cieux et la nouvelle terre, Dieu sera l’Objet de tous, et sera moralement manifesté en tous, car n’est-ce pas le sens de ces paroles, si simples dans leur langage, mais si profondes dans leur signification ?

 

16.9   1 Cor. 15:29-32

Il est bon de remarquer que les versets 20-28 forment une parenthèse dans laquelle l’apôtre part du grand fait de la résurrection de Christ, et retrace ses effets considérables par rapport aux Siens, avec le royaume, jusqu’à la fin du temps, dans les nouveaux cieux et la nouvelle terre quand Dieu sera tout en tous. Ayant montré les résultats à très long terme de la résurrection, l’apôtre reprend au v.29 le fil de son argumentation des versets 18 et 19. Dans ces versets, il avait prouvé que, s’il n’y a pas de résurrection, ceux qui sont endormis auraient péri (15:18), et les croyants qui vivent encore seraient les plus misérables de tous les hommes (15:19). Il pose maintenant deux questions en relation avec ces deux groupes.

(1)   Premièrement, si ceux qui sont endormis ont péri, «Que feront ceux qui sont baptisés pour les morts, si les morts ne ressuscitent absolument pas ? Pourquoi aussi sont-ils baptisés pour eux ?» (15:29). Le baptême est une figure de la mort, et implique que le baptisé accepte la place dans laquelle la mort de Christ met le croyant par rapport au monde. Christ par Sa mort, et les croyants qui se sont endormis, ont effectivement rompu leurs liens avec ce monde. Par le baptême, nous qui vivons, nous nous identifions en figure avec Christ et avec les saints endormis dans leur mort au monde. Combien cela perd tout son sens si les morts ne ressuscitent pas !

(2)   Deuxièmement, en poursuivant l’argument du v. 19 que, s’il n’y a pas de résurrection, nous croyants sommes les plus misérables de tous les hommes, l’apôtre demande : «Pourquoi aussi nous, bravons-nous le péril à toute heure ?» (15:30). Quelle folie de courir le risque de mourir s’il n’y a pas de résurrection. Il se réfère ensuite à sa propre vie de souffrance, — des souffrances pour l’amour de Christ, et pour que les saints aient part avec lui à sa joie en Christ. Cette vie l’amenait constamment en face à face à une mort violente, de sorte que, dans l’esprit de sa pensée, il mourait chaque jour (15:31). L’opposition à Éphèse était si violente qu’il avait désespéré même de vivre (2 Cor. 1:8). Les hommes se comportaient comme des bêtes, et en parlant au figuré à la manière des hommes, il avait combattu contre les bêtes à Éphèse (15:32a). Quel intérêt y avait-il à supporter toute cette souffrance, et à mettre en danger sa vie, si les morts ne ressuscitent pas ? S’il n’y a pas de résurrection, n’aurait-il pas été plus sage d’agir sur le principe de ceux qui disent : «Mangeons et buvons, car demain nous mourrons» ? (15:32b)

 

16.10   1 Cor. 15:33-34

L’apôtre, considérant les choses d’un point de vue moral, voit que, derrière la fausse doctrine, il y avait une mauvaise conduite (15:33a). En effet des vues fausses peuvent bien provenir de l’ignorance du fait qu’elles se rattachent à un système de faux enseignements. Mais quand une âme a été dans la lumière de la vérité, et qu’elle adopte ensuite une erreur grave qui nie une grande vérité fondamentale du christianisme, on trouve en général qu’une mauvaise conduite se cache derrière la mauvaise doctrine, et qu’à cette mauvaise conduite se rattachent des associations mondaines qui corrompent les bonnes mœurs (15:33). C’est pourquoi l’apôtre appelle ces saints à « se réveiller pour vivre justement et à ne pas pécher » (15:34a). En outre, ce laisser-aller quant à soi-même et ces associations avec le monde prouvent seulement combien peu ils connaissaient Dieu. Certains, en effet, n’avaient pas la connaissance de Dieu. C’était à leur honte (15:34b).

 

16.11   1 Cor. 15:35-41

Après avoir montré la vie pratique du croyant qui, gouverné par la vérité de la résurrection, prend une place à part du monde, l’apôtre traite maintenant les objections de certains rationalistes qui demandaient : «Comment ressuscitent les morts, et avec quel corps viennent-ils ?» (15:35). Celui qui soulève de telles questions prouve qu’il est un insensé qui soumet le Dieu tout-puissant et omniscient à des limites humaines, et qui rejette tout ce qu’il ne peut pas expliquer (15:36a). L’apôtre réprimande cette folie en rappelant à l’objecteur ses propres actions : «Ce que tu sèmes n’est pas vivifié s’il ne meurt ; et quant à ce que tu sèmes, tu ne sèmes pas le corps qui sera, mais le simple grain, soit de blé, soit de quelque autre semence» (15:36b-37). Vous semez, dit l’apôtre, «mais Dieu lui donne un corps comme Il a voulu» (15:38a). L’homme peut mettre la semence dans le sol, mais l’homme ne peut pas la faire pousser, encore moins l’homme peut-il lui donner un corps à son gré.

La mort précède forcément la résurrection. La mort est une dissolution, mais non pas un anéantissement. La semence comme telle meurt pour donner naissance à une plante. Quelqu’un a dit : «Sans doute, il y a un germe, un principe de vie : mais qu’est-ce que l’objecteur en sait ? S’il n’est pas du tout au courant de cela, même en rapport avec une semence, est-il en position d’épiloguer au sujet du corps ?». Nous savons que la plante provient de la semence, mais nous ne savons pas comment. C’est pourquoi l’apôtre ne nous dit pas comment le corps est ressuscité, bien qu’il réprimande la folie de ceux qui nient la résurrection du corps parce qu’ils ne peuvent pas concevoir comment elle peut s’accomplir.

Il existe en effet différents corps dans le monde végétal ; chaque semence a son propre corps, et c’est un corps donné par Dieu. Dans le monde animal, il y a les corps d’hommes, de bêtes, de poissons et d’oiseaux (15:39). Dans le monde matériel, il y a des corps célestes et des corps terrestres (15:40) ; et dans les corps célestes, il y a des différences car le soleil, la lune et les étoiles diffèrent en gloire (15:41).

 

16.12   1 Cor. 15:42-44

S’il y a donc toutes ces différences dans les corps du monde naturel et matériel, avons-nous besoin de soulever des questions parce qu’il y a une immense différence entre nos corps actuels et les corps que nous aurons en résurrection ? L’apôtre saisit ainsi l’occasion offerte par la folie de ces raisonneurs, pour placer devant nous le caractère du corps de résurrection et l’état de résurrection. En contraste avec nos corps actuels, le corps ressuscité sera incorruptible, glorieux, puissant, spirituel (15:42/ 43a/ 43b/ 44). Les croyants ne seront pas des esprits désincarnés, mais dans la résurrection, ils recevront des corps spirituels, même si, à l’heure actuelle avec nos esprits finis, nous ne comprenons guère la notion d’existence spirituelle ou de corps spirituel. Nous voyons qu’il y a un corps naturel tout à fait adapté aux conditions de la vie présente sur la terre. Nous savons que pareillement les croyants auront un corps spirituel tout à fait adapté aux conditions célestes.

 

16.13   1 Cor. 15:45-50

Comme preuve de ces grandes vérités, l’apôtre se tourne vers l’Écriture. Il dit : «C’est ainsi aussi qu’il est écrit». Citant Genèse 2:7, il nous rappelle que le premier homme, Adam, devint une âme vivante (15:45a). Mais comme nous le savons, le premier Adam est «la figure de celui qui devait venir» (Rom. 5:14), «le dernier Adam», Christ — et Christ est le chef d’une nouvelle race : eux ne seront jamais remplacés ni par un autre chef et ni par une autre race. Le dernier Adam est «un esprit vivifiant» (15:45b) ; c’est Lui qui, en résurrection, pouvait souffler sur Ses disciples et dire: «Recevez l’Esprit Saint», et ainsi communiquer la vie dans l’Esprit (Jean 20:22). Mais ce qui est naturel vient avant ce qui est spirituel (15:46) ; et le premier homme est terrestre, fait à partir de poussière de la terre ; le second homme est céleste (15:47) ; et comme nous avons porté l’image du terrestre, ainsi nous, chrétiens, nous porterons l’image du céleste (15:49). Ici l’apôtre ne parle pas du chrétien présentant le caractère de Christ, et transformé déjà maintenant en la même image, de gloire en gloire (2 Cor. 3:18), mais il parle de la pleine conformité à l’image du céleste quand nous aurons nos corps de résurrection. Il est évident que ces corps présents, fragiles, faits de chair et de sang, et sujets à la corruption, ne peuvent pas hériter du royaume de Dieu et de son incorruptibilité (15:50).

 

16.14   1 Cor. 15:51-55

Cela étant, la question se pose, comment et quand obtiendrons-nous ces corps spirituels et incorruptibles, puisque certains croyants vivent encore sur la terre et certains sont déjà endormis ? L’apôtre répond à ces questions en révélant un mystère (15:51a), une des vérités de Dieu qui ne pouvaient être connues avant qu’elles ne soient révélées aux Siens. Nous apprenons ainsi que tous les croyants ne passeront pas par la mort : «Nous ne nous endormirons pas tous, mais nous serons tous changés» (15:51b). Les saints de l’Ancien Testament, comme Job, connaissaient la résurrection des morts (Job 19:26), mais ils ne savaient rien de ce grand secret que les corps naturels des saints vivants seront transformés en corps spirituels sans que ces saints passent par la mort. Quelle preuve de la puissante efficacité de la mort de Christ, qui a répondu si entièrement à la sentence de mort sur le croyant, que celui-ci puisse être changé en l’image du céleste sans passer par la mort !

Mais, si nous n’allons pas tous passer par la mort, «nous serons tous changés», à la fois les saints endormis et les vivants. Ce grand changement prendra place «en un instant, en un clin d’œil, à la dernière trompette, car la trompette sonnera et les morts seront ressuscités incorruptibles, et nous, nous serons changés» (15:52). En parlant de la dernière trompette, l’apôtre fait sans doute allusion à l’acte final de la levée d’un camp romain quand les soldats se mettaient en marche, une image bien comprise en ces jours-là. En un instant, ce corps qui peut se corrompre revêtira l’incorruptibilité, et ce corps qui est mortel revêtira l’immortalité (15:53). Au vu de ce puissant triomphe sur la puissance de la mort, nous pouvons bien dire avec Ésaïe : «La mort a été engloutie en victoire» (15:54 ; voir Ésaïe 25:8). Quelle grande puissance que celle qui ressuscitera les morts de tous les lieux de cette terre où au cours de tant de siècles a reposé la poussière de saints endormis, soit par le martyre soit par le dépérissement naturel ! et en même temps que ces saints endormis, cette grande puissance changera en l’image du céleste tous les saints encore en vie, en un instant, en un clin d’œil !

Regardant en arrière la longue et triste histoire du monde déchu, on voit l’ombre de la mort s’étaler partout et sur tous. Regardant en avant vers ce grand événement de la résurrection, le croyant peut dire : «Où est, ô mort, ton aiguillon ? où est, ô mort, ta victoire ?» (15:55) ; cette parole provient du prophète Osée qui donnait une promesse de l’Éternel : «Je les délivrerai de la main du shéol, je les rachèterai de la mort. Ô mort, où sont tes pestes ? Ô shéol, où est ta destruction ?» (Osée 13:14).

 

16.15   1 Cor. 15:56-57

L’apôtre nous rappelle que «l’aiguillon de la mort, c’est le péché, et la puissance du péché, c’est la loi» (15:56). Mais Dieu nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus Christ (15:57), Celui qui a porté l’aiguillon quand Il a été fait péché sur la croix, et «nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous» (2 Cor. 5:21 ; Gal. 3:13). Devant la bénédiction dont parle cette vérité qui remplit son âme, l’apôtre éclate en louange envers Dieu.

 

16.16   1 Cor. 15:58

C’est pourquoi, à cause de la puissante victoire que Christ a remportée par Sa mort, et dont Sa résurrection témoigne, et à cause de la pleine bénédiction où nous entrerons en un clin d’œil, soyons fermes pour maintenir la vérité ; ne soyons ébranlés par aucune des attaques de l’ennemi, et abondons toujours dans l’œuvre du Seigneur, sachant que tout labeur et toute souffrance auront leur contrepartie glorieuse et ne seront pas en vain.

 

17    1 Corinthiens 16

Ayant achevé le but principal de l’épître consistant à traiter le relâchement moral, le désordre d’assemblée et l’enseignement erroné, l’apôtre termine par quelques exhortations pratiques quant aux collectes de dons, et par des informations sur ses déplacements et sur ceux d’autres serviteurs du Seigneur.

 

17.1   1 Cor. 16:1-4 — Collectes

Dans les quatre premiers versets, l’apôtre parle de «la collecte pour les saints». On peut à juste titre avoir des collectes pour répondre aux besoins de serviteurs doués du Seigneur de qui nous recevons un soutien spirituel, mais il arrive qu’il soit également nécessaire d’avoir des collectes pour les pauvres du troupeau. Le besoin spécial des saints à Jérusalem à l’époque était un cas aigu. Un grand nombre de saints y avaient souffert la persécution et il y avait probablement beaucoup de veuves et d’orphelins. L’épître aux Hébreux nous apprend qu’ils avaient souffert l’enlèvement de leurs biens. L’évangile était sorti de Jérusalem vers les nations, et comme les convertis des nations avaient reçu des biens spirituels, il était juste qu’ils donnent de leurs biens temporels. Cette collecte devait avoir lieu régulièrement, chacun accumulant chez lui, selon que Dieu l’avait fait prospérer (16:2). Comme c’était leur propre collecte, ils étaient libres de nommer leurs propres administrateurs (16:3a). L’apôtre, qui était bien connu des saints à Jérusalem, voulait les recommander avec des lettres de sa part (16:3b). S’il était approprié que l’apôtre aille à Jérusalem, alors les délégués de Corinthe l’accompagneraient (16:4).

 

17.2   1 Cor. 16:5-9

En rapport avec la collecte, l’apôtre avait parlé de visiter l’assemblée de Corinthe (16:2). Il reparle de cette visite envisagée, et leur dit que pour le présent il la reportait (16:5-7). Avec beaucoup de grâce et de sagesse, il ne leur en dit pas la raison. En 2 Cor. 2, ayant vu, par leur repentance, l’effet de sa première lettre, il est libre de leur dire en détail pourquoi il ne pouvait pas venir chez eux. Il leur dit néanmoins la raison de son séjour prolongé à Éphèse (16:8-9), la ville d’où il écrit ; une grande porte lui était ouverte là ; elle était efficace, c’est-à-dire riche en bénédiction, et il y avait beaucoup d’adversaires (16:9). Si le Seigneur ouvre une porte, le diable va sûrement exciter beaucoup d’adversaires ; les déplacements de l’apôtre n’étaient pas gouvernés par les adversaires, mais par le Seigneur qui gardait la porte ouverte.

 

17.3   1 Cor. 16:10-11

Il se pouvait néanmoins que Timothée les visite, et c’est pourquoi l’apôtre le recommande d’une manière spécialement adaptée aux circonstances (16:10). Timothée était évidemment d’un caractère timide ; ils devaient donc faire attention à agir de manière à ce qu’il soit sans crainte avec eux (16:10a). En outre, il était jeune, et ils ne devaient pas le mépriser pour cette raison (16:11a). Pouvait-il y avoir une recommandation plus forte que le fait que non seulement Timothée s’employait à l’œuvre du Seigneur, mais qu’il le faisait dans le même esprit que l’apôtre ? (16:10b). Il était quelqu’un qui agissait selon l’exhortation déjà donnée à l’assemblée à Corinthe : «Soyez mes imitateurs, comme moi aussi je le suis de Christ» (11:1).

 

17.4   1 Cor. 16:12

Bien que l’apôtre ne fût pas libre à ce moment-là de visiter Corinthe, il ne s’ensuivait pas que ce fût à tort qu’un autre serviteur du Seigneur visitât cette assemblée. Évidemment, l’apôtre jugeait qu’Apollos pouvait être utile à l’assemblée, et il l’avait donc « beaucoup prié d’aller auprès » d’eux. Cependant, Apollos ne le voulait pas, aussi l’apôtre, après avoir exprimé son désir, a laissé le serviteur du Seigneur libre d’agir devant son Maître.

 

17.5   1 Cor. 16:13-14

Les saints de Corinthe ne devaient pas dépendre des serviteurs du Seigneur.

  Par conséquent, que les serviteurs viennent ou s’en abstiennent, les saints de Corinthe sont exhortés en premier à être vigilants (16:13a). Un adversaire toujours actif exige une vigilance constante.

  Deuxièmement, ils avaient à tenir ferme dans la foi (16:13b). On ne peut faire face aux intrusions des faux enseignements qu’en tenant ferme tout le domaine de la vérité.

  Troisièmement, veiller contre l’adversaire et tenir ferme dans la foi exigent qu’on se comporte en homme (16:13c). Hélas ! beaucoup à Corinthe avaient agi d’une manière charnelle, prouvant que spirituellement ils n’étaient que des petits enfants alors qu’ils auraient dû être des adultes ou hommes faits.

  Quatrièmement, se comporter en homme, demande d’être forts et de s’affermir (16:13d), autrement dit, selon les paroles de l’apôtre dans une autre épître, ils devaient « se fortifier dans la grâce qui est dans le Christ Jésus » (2 Tim. 2:1).

  Cinquièmement, la force spirituelle se manifeste dans l’amour ; l’apôtre ajoute donc (16:14) : «Que toutes choses parmi vous se fassent dans l’amour». Hélas ! combien de choses faites en rapport avec l’assemblée de Dieu  peuvent être tout à fait justes, et pourtant avec un mobile entièrement erroné parce que l’amour fait défaut.

 

Dans le cas de ces saints à Corinthe, ils avaient été largement caractérisés par la négligence au lieu de la vigilance. Au lieu de tenir ferme dans la foi, certains faisaient des spéculations, allant même jusqu’à nier une vérité aussi fondamentale que la résurrection. Au lieu de se comporter en hommes, ils étaient tombés dans les voies du monde ; la faiblesse les avait marqués plutôt que la force, et l’égoïsme au lieu de l’amour. Il est bon pour nous tous de prendre ces exhortations à cœur.

 

17.6   1 Cor. 16:15-18

L’exhortation qui suit est importante et fait référence à une catégorie de serviteurs très heureusement décrite comme « s’étant voués au service des saints » (16:15). Ce n’était pas nécessairement des hommes ayant des dons de prédicateurs ou d’enseignants ; de tels dons pour l’assemblée entière auraient pu leur donner une place éminente devant les autres. Mais ils représentent une catégorie précieuse de serviteurs qui se consacrent localement et de manière régulière au service du peuple de Dieu. Il y a le danger que de tels serviteurs soient négligés au profit de ceux dont les activités sont davantage publiques. L’exhortation est donc de reconnaître ces serviteurs et de leur être soumis, comme à quiconque coopère à l’œuvre et travaille (16:16). L’apôtre reconnaît lui-même ceux qui avaient suppléé à ce qui manquait de la part de l’assemblée à Corinthe (16:17). Les paroles qui suivent sembleraient indiquer que ce n’était pas une aide temporelle, mais un rafraîchissement spirituel (16:18). La seconde épître le confirme, car elle nous apprend que l’apôtre refusait toute aide temporelle de cette assemblée (2 Cor. 11:9-10).

 

17.7   1 Cor. 16:19-20

Les assemblées de la province romaine d’Asie envoient leurs salutations (16:19a). Aquilas et Priscilla, que l’apôtre avait rencontrés initialement à Corinthe, envoient des salutations spéciales, avec l’assemblée qui se réunissait dans leur maison (16:19b). Ils avaient à se saluer les uns les autres avec le baiser qui exprime l’amour fraternel ; mais que cette coutume de saluer soit dans la sainteté (16:20).

 

17.8   1 Cor. 16:21-24

L’apôtre ajoute sa salutation de sa propre main (16:21), ce qui était le gage certain qu’il avait dicté la lettre (2 Thes. 3:17). Il ajoute un mot d’avertissement solennel, qu’on ne trouve que dans cette épître : «Si quelqu’un n’aime pas le Seigneur Jésus Christ, qu’il soit anathème ! Maranatha» (16:22). Le sens de ces derniers mots, nous dit-on, est le suivant : «maudit : notre Seigneur vient». Cela indique que la venue du Seigneur pourra révéler le fait solennel que certains sont au milieu du peuple du Seigneur sans jamais avoir été vraiment touchés par Son amour, et qu’ils n’ont donc pas eu d’amour pour Lui, prouvant ainsi qu’ils ne sont pas du Seigneur.

L’apôtre désire que la grâce du Seigneur soit avec ces saints (16:23), et conclut en leur assurant que son amour est avec eux tous. Ce n’était cependant pas un simple amour humain, mais un amour «dans le Christ Jésus» (16:24). Aussi fidèlement qu’il ait pu leur écrire, l’amour en était le mobile ; il leur adressait donc sa propre exhortation : «Que toutes choses parmi vous se fassent dans l’amour» (16:14).