[ Page principale | Nouveautés | La Bible | la Foi - l'Évangile | Plan des sujets | Études AT | Études NT | Index auteurs + ouvrages + sujets | Centres d'intérêt ]

 

L’Apparition du Seigneur

Hamilton Smith

http://www.stempublishing.com/authors/smith/Appearing.html extrait de Scripture Truth, Vol. 42, 1965-7, pages 65-70

 

Table des matières :

1       Les passages qui présentent la vérité de l’Apparition

1.1        Le témoignage de l’apôtre Paul

1.1.1     Tite 2:11-13

1.1.2     1 Timothée 6:14

1.1.3     2 Tim. 4:1-2

1.2        Le témoignage de l’apôtre Pierre

1.3        Le témoignage de l’apôtre Jean

2       Les résultats de l’Apparition

2.1        L’Apparition est le jour des rétributions pour le monde

2.2        Pour le peuple de Dieu, l’Apparition sera le jour du repos et des récompenses

2.3        L’Apparition sera le jour du triomphe de Christ

 

Quand l’histoire du monde sera achevée, il sera constaté que deux événements du temps surpassent incomparablement tous les autres : ce sont la première venue de Christ, Sa venue dans l’humiliation, et Sa seconde venue, l’apparition en gloire.

C’est sur la seconde venue de Christ sur terre, pour régner en gloire, que nous désirons nous arrêter. Ce grand événement n’est pas le simple rêve de quelques visionnaires, mais la sobre vérité de la Parole de Dieu. Beaucoup de chrétiens peuvent ignorer cette vérité, les chaires de la chrétienté peuvent souvent la pervertir, ou la taire entièrement, mais, en dépit de l’ignorance, de la négligence et de la perversion, la seconde apparition de Christ est clairement prédite par Dieu comme le prochain grand événement de l’histoire du monde.

Cette grande vérité occupe beaucoup plus de place dans la Parole de Dieu que ce que pensent beaucoup de croyants. Les prophéties de l’Ancien Testament sont pleines de brillantes descriptions des gloires du règne de Christ lors de son introduction par la seconde apparition. Dans le Nouveau Testament, celle-ci a une place de choix dans chaque Évangile ; elle est annoncée dans les Actes, et a une grande place dans les épîtres et l’Apocalypse.

Nous examinerons d’abord quelques passages qui établissent le grand fait de la seconde apparition.

Ensuite nous chercherons dans l’Écriture les principales raisons de l’importance donnée à cette apparition.

1        Les passages qui présentent la vérité de l’Apparition

En Hébreux 9:26-28, les deux apparitions de Christ figurent dans le même passage. Nous lisons d’abord qu’«en la consommation des siècles, Il a été manifesté (Il est apparu) pour l’abolition du péché par son sacrifice». Lorsque l’épreuve de l’homme au cours des âges a été achevée, et que tous les hommes se sont avérés être sous le péché, le grand jour s’est levé où Christ est apparu dans l’humiliation pour ôter le péché par Son sacrifice sur la croix.

Nous lisons ensuite dans le même passage qu’Il « apparaîtra une seconde fois », non pas pour traiter la question du péché, mais pour le salut, la pleine délivrance des Siens de toutes les oppressions et de toutes les puissances adverses sous lesquelles ils sont maintenus.

Nous avons donc là la première et la deuxième apparition du Seigneur Jésus. Tous ceux qui sont soumis à la Parole de Dieu admettront que ce passage établit clairement le grand fait que Christ va apparaître une seconde fois dans ce monde.

Il est bon cependant de se tourner vers d’autres passages des épîtres pour montrer que les apôtres Paul, Pierre et Jean s’accordent tous pour établir devant le croyant l’apparition du Seigneur Jésus comme la perspective glorieuse qui doit gouverner le croyant dans Son chemin, et le soutenir au milieu de ses peines et de ses épreuves.

 

1.1      Le témoignage de l’apôtre Paul

1.1.1       Tite 2:11-13

En Tite 2:11-13, les deux apparitions sont de nouveau placées devant nous. Au v.11, nous lisons : « la grâce de Dieu qui apporte le salut est apparue... » ; et, au v.13, il est dit que les croyants attendent « la bienheureuse espérance et l’apparition de la gloire de notre grand Dieu et Sauveur Jésus Christ». Nous avons ainsi l’apparition de la grâce (v.11), et l’apparition de la gloire (v.13). La gloire va apparaître là où la grâce est apparue. La grâce mène à la gloire. Ce passage ne parle pas des croyants apparaissant en gloire dans le ciel, mais de la gloire apparaissant sur la terre. À l’heure actuelle, c’est la gloire de l’homme, telle qu’elle est, qui paraît ; dans un peu de temps ce sera la gloire de Dieu. La grâce nous apporte le salut. Étant sauvés, la grâce nous enseigne comment vivre sobrement, justement et pieusement, en vue de la gloire à venir. La manifestation de la gloire de Christ doit gouverner la vie.

 

1.1.2       1 Timothée 6:14

En 1 Timothée 6:14, il est donné à Timothée un certain commandement qu’il est exhorté à garder «sans tache, irrépréhensible, jusqu’à l’apparition de notre Seigneur Jésus Christ». Dans la première partie du chapitre, l’apôtre a parlé des maux de la chair — l’orgueil, l’envie, les querelles, les paroles injurieuses, les mauvais soupçons (1 Tim. 6:4) — et les convoitises qui engendrent beaucoup de douleurs, et de la cupidité (1 Tim. 6:9, 10). Puis s’adressant à l’homme de Dieu, il dit au v.11 : «fuis ces choses». En outre, nous ne devons pas seulement fuir le mal, mais nous devons poursuivre le bien, comme dit l’apôtre : «poursuis la justice, la piété, la foi, l’amour, la patience, la douceur d’esprit» (2 Tim. 2:22). De plus, il nous est rappelé qu’il y a un combat à mener. Les hommes sont engagés dans des combats d’une manière charnelle, pour des avantages matériels. Ce sont des combats misérables en vue de la vie présente. Nous avons à combattre le bon combat pour maintenir la vérité, en vue de la vie éternelle.

Ainsi, le commandement peut se résumer par ces trois mots : fuir, poursuivre et combattre. Nous ne devons pas oublier que combattre vient en dernier. Il est inutile d’essayer de se battre pour la vérité, si nous ne fuyons pas le mal et ne poursuivons pas le bien : ce n’est qu’alors que nous pourrons nous battre pour la vérité. Combattre sans fuir ni poursuivre n’aboutira qu’à la défaite.

Ce commandement (1 Tim. 6:14) doit être gardé, non pas simplement en vue de la mort ou en vue d’aller au ciel, mais en vue d’être manifesté «à l’apparition de notre seigneur Jésus Christ» sur terre (1 Tim. 6:14), car, alors seulement, nous recevrons la récompense d’une vie responsable ici-bas, avec toutes les souffrances, les douleurs et la peine qu’implique le fait de fuir, poursuivre, et combattre. Encore une fois, ce n’est pas en vue de produire de grands résultats ici-bas. Ce fait de fuir, poursuivre et combattre peut ne faire voir qu’un petit résultat actuellement ; parfois nous pouvons même être fatigués de la lutte, mais cherchons à garder le commandement, car cela aura une réponse glorieuse lors de l’Apparition.

 

1.1.3       2 Tim. 4:1-2

Passons à 2 Tim. 4:1-2 où nous trouvons un devoir supplémentaire prescrit aussi en rapport avec l’apparition du christ Jésus. Nous y lisons : «Je t’en adjure devant Dieu et le christ Jésus, qui va juger vivants et morts, et par son apparition et par son règne : prêche la parole, insiste en temps et hors de temps, convaincs, reprends, exhorte, avec toute longanimité et doctrine». Timothée reçoit ici la mission de prêcher avec insistance, en temps et hors de temps. Deux choses vont lui montrer l’urgence d’insister : Premièrement, le jugement va tomber sur ceux qui refusent l’évangile, et deuxièmement, pour ceux qui reçoivent cet évangile, les résultats glorieux à l’apparition du Seigneur Jésus Christ. Ici aussi, l’apparition est rattachée au règne de Christ, car l’apparition introduit le règne.

Dans un autre passage de ce chapitre (2 Tim. 4), Paul parle encore de l’apparition. Dans les versets 6-8, il parle de lui-même. Le vieil apôtre voit le moment de son départ approcher. Il a exhorté Timothée à combattre le bon combat, et ce qu’il prêchait à d’autres, il le pratiquait lui-même. Il dit donc ici : «j’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course, j’ai gardé la foi» (2 Tim. 4:7). En contemplant un avenir brillant, il voit que le Seigneur lui a réservé une couronne de justice. Il avait exposé sa vie pour le Seigneur, et le Seigneur lui avait attribué une couronne. Il avait marché dans la voie de la justice (2 Tim 2:22) et suivi l’instruction de la justice (2 Tim 3:16) : il attendait désormais de porter la couronne de justice. Mais quand porterait-il cette couronne ? « Dans ce jour-là ». Quel est ce jour-là ? Était-ce le jour de la mort, ou le jour du martyre, ou le jour où son esprit bienheureux s’envolerait pour être avec Christ ? Ah non ! Ce serait le jour de l’apparition glorieuse de Christ sur terre. Quand Christ sortira couronné de plusieurs diadèmes, alors Paul aura sa couronne, et non seulement Paul, mais aussi tous ceux qui «aiment Son apparition». Aimer Son apparition suppose que nous vivons d’une manière qui convienne à Son apparition. Si nous ne marchons pas dans la voie de la justice, nous n’aimons guère la pensée de Son apparition. Immédiatement après, il parle de certains qui ne poursuivent pas la justice. Démas est retourné vers le monde ; il n’a pas « fui ces choses ». Alexandre a montré «beaucoup de méchanceté» envers l’apôtre ; il n’a pas « poursuivi le bien ». Ensuite, nous lisons que Paul a été abandonné de «tous» ; ils n’ont pas combattu le bon combat (2 Tim. 4:10, 14, 16).

 

1.2      Le témoignage de l’apôtre Pierre

En 1 Pierre 1, l’apôtre rappelle aux croyants que nous avons un héritage incorruptible, sans souillure, inflétrissable, conservé dans les cieux pour nous (v.4).

Puis au v.5, il nous dit qu’en chemin vers notre héritage, nous sommes gardés par la puissance de Dieu par la foi pour un salut prêt à être révélé au dernier temps. Toutefois, dans le temps présent, l’apôtre dit que nous sommes «affligés maintenant… par diverses tentations» (1 Pierre 1:6). Le peuple de Dieu est souvent encore accablé de multiples tentations ; pour notre consolation, l’apôtre nous dit trois choses en rapport avec ces tentations (1 Pierre 1:6-7).

Premièrement, l’apôtre dit qu’elles ne sont que «pour un peu de temps» (v.6). En Hébreux 11v25, nous lisons que les délices du péché ne sont que pour ‘un temps’. Les plaisirs du monde et les peines des saints ne sont que pour ‘un temps’ ou ‘un peu de temps’.

Deuxièmement, Pierre dit que ces tentations peuvent être nécessaires. Il n’y a pas d’épreuve ou de douleur que nous traversions, petite ou grande, dont nous n’ayons pas besoin. Notre Père n’afflige pas volontiers Ses enfants (Lam. 3:33), ni ne fait couler de larme inutile. Nous ne sommes pas toujours en mesure de comprendre la façon dont Il agit, ni de comprendre la nécessité de l’épreuve : un jour, nous le saurons. Le Seigneur peut avoir à nous dire ce qu’il dit à Pierre : «Ce que je fais, tu ne le sais pas maintenant, mais tu le sauras dans la suite». Dans «la suite» nous verrons toutes choses clairement, et nous chanterons,

«Avec miséricorde et avec jugement,

Il a tissé la toile du temps de ma vie,

Et même la rosée de la douleur

Reluisait de Son amour».

Troisièmement, pour nous consoler dans nos peines, il nous est dit que toutes les épreuves présentes auront une réponse glorieuse dans un jour à venir. Maintenant, c’est le temps de l’épreuve de la foi ; dans ce jour-là sera la récompense de la foi, lorsque les épreuves seront trouvées tourner à louange, et à gloire et à honneur. Mais quand sera ce jour ? Le jour de la mort, ou le jour où nous irons au ciel ? Ah non ! Ce sera à l’apparition (ou : la révélation) de Jésus-Christ (1 Pierre 1:7).

 

1.3      Le témoignage de l’apôtre Jean

Passons à 1 Jean 3v1-3. L’apôtre nous rappelle de quel amour le Père nous a fait don. Ce n’est pas simplement le fait de Son amour que Jean place devant nous, mais c’est la grandeur de cet amour qui nous a introduits dans la position d’enfants de Dieu. Le monde ne peut pas voir que nous sommes enfants de Dieu. Il ne nous connaît pas comme tels, car il ne L’a pas connu, Lui. Si le monde n’a pas pu voir que cet homme humble et béni, avec toute Sa perfection infinie, était le Fils de Dieu, il ne faut pas s’étonner qu’il ne puisse pas voir des enfants de Dieu dans ces pauvres gens défaillants que nous sommes. Il le verra toutefois, mais au jour d’aujourd’hui, ce que nous serons n’a pas encore été manifesté. Maintenant nous ressemblons beaucoup aux autres hommes, nous avons les marques de l’âge, des maladies qui nous affectent et des traitements ; mais attendons un peu : au temps convenable pour Dieu, nous serons manifestés à la ressemblance de Christ. Quand sera-ce ? Pas quand nous mourrons ou que nous irons au ciel, mais «quand Il sera manifesté, nous lui serons semblables, car nous le verrons comme il est» ; voilà ce que dit Jean.

Ces passages suffisent à montrer que le Saint Esprit a utilisé les apôtres Paul, Pierre et Jean, pour manifester que la vie présente doit être gouvernée par la perspective de la seconde apparition de Christ en gloire.

2        Les résultats de l’Apparition

Nous pouvons nous demander : pourquoi est-il donné tant d’importance à la seconde venue du Seigneur Jésus Christ dans l’Écriture, plutôt qu’au fait que nous irons au ciel. Le ch. 1 de la seconde épître de Paul aux Thessaloniciens nous donne trois raisons précises de cette importance de l’Apparition.

Premièrement, ce sera le jour des rétributions pour le monde.

Deuxièmement, ce sera le jour du repos et des récompenses pour le peuple de Dieu.

Troisièmement et surtout, ce sera le jour du triomphe de Christ, la réponse glorieuse à Son humble chemin d’humiliation.

2.1      L’Apparition est le jour des rétributions pour le monde

Durant de longs siècles, Dieu, dans Sa miséricorde est resté un témoin silencieux, mais pas indifférent, de la progression du mal dans le monde, — ce monde qui a rejeté, et rejette encore, le Christ de Dieu. Mais quand Dieu interviendra enfin, ce sera en flamme de feu, pour punir les méchants. Les gens demandent : Pourquoi Dieu n’intervient-Il pas publiquement dans les affaires des hommes ? Pourquoi la guerre, la méchanceté et la corruption sont-elles permises ? — La réponse est évidente : c’est Sa miséricorde qui fait que Dieu n’intervient pas directement dans les affaires des hommes ; car quand Il le fera, Il devra agir en jugement contre tout le mal. Pour le moment, Dieu retient le jugement, tandis qu’en grâce Il proclame le pardon des péchés à un monde de pécheurs. Mais le jour de la grâce tire bientôt à sa fin, et sera suivi de l’intervention directe de Dieu. Ce passage (2 Thessaloniciens 1:6-9) nous dit que lorsque Dieu interviendra, trois choses auront lieu en rapport avec le monde.

Premièrement, en ce qui concerne ceux qui auront persécuté le peuple de Dieu, la tribulation sera leur récompense (2 Thes. 1:6). Ensuite, quant à ceux qui «ne connaissent pas Dieu» et rejettent tous les témoignages de la création (Rom. 1:28), la vengeance s’exercera contre eux (2 Thes. 1:8). Troisièmement, quant à ceux qui auront ajouté à leur ignorance de Dieu le rejet positif de la révélation de Sa grâce dans l’évangile, ils seront punis d’une destruction éternelle de devant la présence du Seigneur et de devant la gloire de Sa force (2 Thes. 1:9).

Mais quand cela aura-t-il lieu ? Ce même passage nous dit clairement que ce sera à l’apparition de Christ, car nous lisons que ce sera «dans la révélation (ou : apparition) du Seigneur Jésus du ciel avec les anges de sa puissance» (2 Thes. 1:7).

2.2      Pour le peuple de Dieu, l’Apparition sera le jour du repos et des récompenses

Rappelons-nous que durant tous les siècles depuis la croix, et même avant la croix, l’histoire du peuple de Dieu a été une longue histoire de souffrances, de hontes et de persécutions continuelles dans l’une ou l’autre partie de ce monde hostile. Depuis la mort d’Abel avant le déluge jusqu’à la persécution de nos jours, il y a eu sans cesse de l’opposition et de la tribulation pour le peuple de Dieu de la part de ce monde qui hait Dieu.

Peut-être qu’aucune vraie estimation ne peut être faite du nombre effroyable de chrétiens mis à mort sous la Rome païenne, mais on a calculé que sous la Rome papale, et dans les autres persécutions religieuses, plus de cinquante millions de chrétiens ont été traqués à mort. Pensez à ce que cela signifie : Des millions et des millions d’hommes, de femmes et d’enfants abandonnés à la violence, aux outrages, au martyre et au massacre, dans les formes les plus hideuses que la haine diabolique et l’ingéniosité humaine ont pu concevoir. Pour combler les loisirs de la foule de la Rome cultivée, des chrétiens ont été jetés aux lions par milliers. Revêtus de peaux de bêtes sauvages, ils ont été livrés à des chiens jusqu’à la mort. Enveloppés de chemises de poix, ils ont été empalés sur des pieux, et brûlés pour éclairer les parties de plaisir de Néron. Plus tard, on les a soumis à toute sorte de tortures atroces dans les cachots de l’Inquisition. On les a mutilés des pires manières révoltantes ; on les a écartelés, enterrés vivants, brûlés un à un sur les bûchers, et massacrés par dizaines de milliers.

Remontant dans le temps de cette histoire de la persécution, rappelons-nous un fait, si mystérieux à première vue : l’absence d’intervention de Dieu. Tortures, martyres et massacres se sont poursuivis sans relâche sans que Dieu intervienne. Le monde, la chair et le diable semblaient avoir la voie libre, sans que Dieu y prête attention, en apparence. Les cris poignants du peuple de Dieu torturé montaient au ciel, mais les cieux restaient silencieux. Leurs mains s’élevaient en prière, mais aucune délivrance ne venait.

Dieu a-t-Il donc assisté en spectateur indifférent à la persécution de Son peuple ? Est-Il indifférent à leurs peines et à leurs épreuves ? Est-Il sourd à leurs prières, aveugles à leurs larmes ? Mille fois Non ! Dieu qui garde le registre de nos noms, et met nos larmes dans Ses vaisseaux (Ps.56:8), et qui tient le compte des cheveux de nos têtes (Matt. 10:30), ne saurait rester insensible à la douleur des Siens. Toutes les larmes versées, toutes les peines traversées, toutes les épreuves endurées pour l’amour de Christ, — tout aura une réponse glorieuse. Les peines et les épreuves ne sont pas oubliées, elles ne sont pas en vain, ni perdues, car Dieu dit : «elles seront trouvées tourner à louange, à gloire et à honneur» ; mais quand cela ? « À la révélation (ou : apparition) de Jésus Christ» (1 Pierre 1:7). On a fait tort à des millions de croyants et ils ont quitté le monde dans le déshonneur et la honte ; ils reviendront avec louange, honneur et gloire à l’apparition de Jésus Christ, quand Il viendra pour être glorifié dans Ses saints et admiré dans tous ceux qui auront cru. C’est pourquoi l’apôtre dit qu’«à vous qui subissez la tribulation », il sera donné «du repos avec nous dans la révélation du seigneur Jésus du ciel avec les anges de sa puissance» (2 Thes. 1:7).

2.3      L’Apparition sera le jour du triomphe de Christ

Le plus grand événement réservé à l’avenir de ce monde, est incontestablement l’apparition du Seigneur Jésus. Au point de vue importance, elle n’est dépassée que par la première apparition de Christ pour accomplir l’œuvre de l’expiation. Nous sommes heureux de considérer la croix se dressant toute seule dans sa dignité sans pareille dans le temps, et unique dans l’éternité. Les victoires de l’homme, qui apparaissent si considérables dans l’histoire de ce monde, vont être bientôt ramenées à leur propre insignifiance jusqu’à passer dans l’oubli absolu ; mais la puissante victoire de la croix restera le seul événement marquant de l’histoire du monde. La gloire des grandes victoires des hommes s’efface déjà dans le temps, et sera oubliée dans l’éternité ; mais le temps ne fait qu’ajouter un lustre nouveau à la croix, et l’éternité ne cessera jamais de déployer ses gloires. Mais tout en nous rappelant la gloire unique de la croix, n’oublions pas la gloire à venir du royaume qui sera introduit par la seconde apparition du Seigneur Jésus. Ce sera la réponse triomphante à Sa première apparition dans l’humiliation. Ce sera la réponse de Dieu à toute la honte, les insultes et les indignités que le monde a accumulées sur le Fils de Dieu à la croix. Environné de ces insultes, le Seigneur pouvait regarder au-delà de toute la honte, au-delà des souffrances et des douleurs, vers le jour de Sa gloire à venir, et Il pouvait prononcer ces paroles solennelles et triomphantes : «dorénavant vous verrez le fils de l’homme assis à la droite de la puissance, et venant sur les nuées du ciel» (Matt.26:64). Il a été crucifié en faiblesse, Il viendra en puissance. À la croix l’homme L’a couronné d’une couronne d’épines ; à Son apparition, Il s’avancera couronné de plusieurs diadèmes. À la croix, il a porté en justice le jugement qui procure la paix ; à Sa seconde apparition, nous lisons, qu’Il «juge et combat en justice» (Apoc. 19:11). La dernière fois que l’homme a vu le Christ de Dieu, Il était cloué sur une croix entre ciel et terre. La fois suivante, le monde verra Christ venant avec les nuées, et «tout œil le verra, et ceux qui l’ont percé ; et toutes les tribus de la terre se lamenteront à cause de lui» (Apoc. 1:7).

Puis sera manifestée la «gloire de sa force, quand il viendra pour être, dans ce jour-là, glorifié dans ses saints et admiré dans tous ceux qui auront cru» (2 Thess. 1:10).

Nous apprenons ainsi de ce grand passage que l’apparition du Seigneur Jésus du ciel, avec les anges de Sa puissance, démontrera devant tout l’univers, d’abord que Dieu n’a pas été indifférent à tout le mal, la corruption et la violence qui se sont accumulés à travers les siècles ; ensuite que Dieu n’a pas été insensible aux douleurs de Son peuple ; et enfin que Dieu n’a pas passé sans autre sur le déshonneur et les injures que les hommes ont accumulés sur le Seigneur Jésus Christ.