[ Page principale | Nouveautés | La Bible | la Foi - l'Évangile | Plan des sujets | Études AT | Études NT | Index auteurs + ouvrages + sujets | Centres d'intérêt ]

 

AMOUR ET LUMIÈRE

Éphésiens 4:15 à 5:21

 

ME 1932 p.16-21
Les textes entre crochets ont été rajoutés par Bibliquest

 

Notes recueillies à une méditation de Henri Rossier

 

Table des matières :

1       [Exhortations sur la vie pratique et position du chrétien]

2       [Deux grandes vérités : position de l’enfant de Dieu (saint et irréprochable en amour) et les croyants liés ensemble en un seul corps à Christ]

3       [La vie pratique, c’est réaliser la position et les caractères de Christ]

4       [Marcher selon la vérité qui est en Jésus]

4.1         [Pardonner et marcher dans l’amour]

4.2         [Marcher comme des enfants de lumière]

5       [Soyez remplis de l’Esprit]

 

 

1         [Exhortations sur la vie pratique et position du chrétien]

Si je lis ces passages, si riches pour notre vie pratique, ce n’est pas dans le but d’en parler en détail. Je ferai simplement remarquer ceci : La Parole commence toujours par nous présenter de grandes vérités doctrinales quant à notre position devant Dieu en Christ. Notre tendance naturelle serait de rechercher des exhortations sans qu’elles soient fondées sur la doctrine de Christ, et ceci entraîne forcément du côté du légalisme. Vous cherchez à marcher d’une manière digne de Dieu, digne de Christ, en vous attachant à la question de vos devoirs ; mais, si vous séparez ces devoirs des vérités que Dieu nous a présentées, vous tombez dans des pratiques légales et vous n’êtes pas à la hauteur de la marche que Dieu vous demande de fournir ici-bas.

 

2         [Deux grandes vérités : position de l’enfant de Dieu (saint et irréprochable en amour) et les croyants liés ensemble en un seul corps à Christ]

Les chapitres que nous venons de lire contiennent deux grandes vérités :

La première, c’est que nous sommes devenus enfants de Dieu en vertu du sang de Christ répandu pour nous ; comme tels nous possédons une nouvelle nature qui est celle de Christ et qui nous rend saints, irréprochables en amour devant Dieu [1:4]. Notre position comme chrétiens est une position de sainteté et de perfection absolues dont la mesure nous est donnée par la position de Christ lui-même.

 

La seconde de ces grandes vérités, c’est que, toujours en vertu de l’amour de Christ, nous sommes devenus un tout, les croyants étant tous liés ensemble par un seul Esprit avec leur Tête, leur Chef glorifié dans le ciel. Nous sommes le Corps de Christ ici-bas.

 

3         [La vie pratique, c’est réaliser la position et les caractères de Christ]

Ces vérités deviennent le point de départ de toutes les exhortations que l’apôtre adresse à ces chrétiens d’Éphèse. Si vous voulez résumer ces vérités en un mot, c’est Christ. Nous sommes devant Dieu ce qu’est Christ en vertu de son œuvre pour nous, et nous sommes unis en Christ en vertu de cette même œuvre. Ainsi, quand il s’agit de notre vie pratique, elle n’est pas autre chose que la réalisation de la position et des caractères de Christ. Des âmes très simples, qui connaissent peut-être bien peu de chose des mystères profonds qui nous sont révélés dans ces chapitres, peuvent marcher d’une manière infiniment plus fidèle que nous, parce qu’elles sont occupées de Christ. Elles ignorent peut-être ce que c’est que l’Église ou la nouvelle naissance, mais elles ont Christ devant les yeux, et elles marchent d’une manière qui l’honore et le glorifie.

 

4         [Marcher selon la vérité qui est en Jésus]

Il est frappant de constater que, dans ces derniers chapitres, l’apôtre nous parle constamment de la marche (4:1, 17 ; 5:1, 8, 15). Toute la vie chrétienne se résume en cette parole : Marchez. Après avoir appris à connaître le Seigneur Jésus et son grand salut, nous ne pouvons pas demeurer sur place, il nous faut marcher. Le secret de cette marche se trouve d’un côté dans la connaissance de ce que sont les liens unissant l’Église avec Christ, et d’un autre côté dans la nouvelle nature qui est la nature de Christ. Il s’agit de marcher d’une manière qui soit en rapport avec cette nature. L’apôtre dit : « Mais vous n’avez pas ainsi appris le Christ, si du moins vous l’avez entendu et avez été instruits en lui selon que la vérité est en Jésus » (4:20, 21). Cette vérité qui est en Jésus, c’est que nous avons « dépouillé le vieil homme qui se corrompt selon les convoitises trompeuses » ; nous en avons fini avec lui et avec la chair du moment que nous appartenons à Christ ; le vieil homme a été jugée et condamné à la croix. Non seulement cela, mais nous avons revêtu le nouvel homme créé selon Dieu en justice et sainteté de la vérité, nous avons revêtu Christ.

Si le vieil homme a été jugé à la croix de Christ, le nouvel homme a été créé à la résurrection de Christ. Quant à la vie de l’esprit, c’est une chose qui est renouvelée continuellement (4:23). La vie de Christ en nous ne reste pas stationnaire, elle se développe par la puissance du Saint Esprit. Nous sommes exhortés d’abord à suivre l’exemple que nous avons en Christ, et ensuite à porter les yeux sur ce modèle. Ayant notre nature et notre vie nouvelles en Christ, nous devons porter les yeux sur lui ; c’est en lui que nous voyons la création nouvelle dans toute sa perfection. Si nous considérons Christ et que nous avons cet objet parfait devant les yeux, nous marchons dans la puissance de la vie nouvelle, d’une manière digne de Dieu au milieu de ce monde.

 

4.1        [Pardonner et marcher dans l’amour]

« Soyez bons les uns envers les autres, compatissants, vous pardonnant les uns aux autres comme Dieu aussi, en Christ, vous a pardonné » (4:32). Nous connaissons le pardon parfait pour nous-mêmes en Christ, nous n’avons qu’à porter les yeux sur Lui pour voir l’amour de Dieu à notre égard. S’il en est ainsi, pourrions-nous en vouloir à nos frères qui nous ont offensés ? Bien au contraire. Un des caractères principaux de la marche, c’est l’amour. « Marchez dans l’amour comme aussi le Christ nous a aimés et s’est livré lui-même pour nous comme offrande et sacrifice à Dieu en parfum de bonne odeur » (5:2). Cet amour, c’est Dieu, c’est Christ. Nous possédons cet amour, il a été versé dans nos cœurs, il fait partie maintenant de cette nature nouvelle que nous avons reçue. Ce fait est de la plus haute importance, et combien cela nous juge si nos voies ne sont pas des voies d’amour, si ce n’est pas l’amour qui nous fait parler et agir dans nos rapports avec nos frères. Quel nom faut-il donner à ce qui n’est pas l’amour ? c’est la chair ; et nous sommes sous la domination du vieil homme au lieu de marcher dans ce qui caractérise Dieu lui-même, l’amour. Il nous a trouvés et Il a choisi ce qui était le plus corrompu pour manifester cet amour. S’Il avait pris des justes, jamais son amour n’aurait été montré dans sa plénitude. « Lorsque nous étions encore pécheurs, Christ est mort pour nous » (Rom. 5:8). C’est cet amour nous avons à manifester dans ce monde. Parlant aux Corinthiens, l’apôtre dit : L’amour de Christ m’étreint et me pousse à aller vers le monde pour lui dire : Convertissez-vous, recevez Jésus comme Sauveur ; je vois dans ce monde tant d’âmes qui courent au-devant du jugement éternel, je veux les avoir pour Christ. S’agit-il de nos frères, montrons-leur l’amour qui se met à leurs pieds pour leur venir en aide, et, s’il s’agit du monde, parlons-lui de cet amour de Christ qui surpasse toute connaissance.

 

4.2        [Marcher comme des enfants de lumière]

Il y a une seconde chose : « Vous étiez autrefois ténèbres, mais maintenant vous êtes lumière dans le Seigneur ; marchez comme des enfants de lumière » (5:8). L’amour et la lumière forment l’essence même de la Divinité. Dieu, a toutes sortes d’autres attributs, il est saint, juste, magnifique, etc. ; mais il est deux choses qui constituent Dieu lui-même, l’amour et la lumière. Nous sommes appelés à vivre dans la vérité et non pas dans les ténèbres. Comme enfants de lumière nous participons à la nature même de Dieu. Il nous a délivrés du pouvoir des ténèbres et nous a introduits dans le royaume du Fils de son amour. Quand le Seigneur était sur la terre, Il est venu manifester la lumière et l’amour. Lorsqu’Il s’occupait des pécheurs, Il mettait en lumière leur état, de manière à le leur faire bien comprendre. Aussi est-il dit de Christ quand Il entre dans le monde : La grâce (l’amour de Dieu qui s’occupe des pécheurs) et la vérité (qui met tout en lumière) sont venues par Jésus Christ. Ces deux choses marchent toujours ensemble, elles sont toujours unies en Dieu lui-même.

Nous pouvons montrer de l’amabilité envers les hommes et envers nos frères ; c’est une chose bonne que d’être aimable ; c’est une chose excellente que de ne pas repousser le cœur de nos frères par des paroles dures ; mais l’amabilité peut se trouver dans le monde. Par contre, l’amour ne marche jamais sans la vérité, sans la lumière. Quand on n’a pas d’amour dans le cœur, on croit souvent que c’est un devoir de présenter la vérité, mais si cette vérité n’est pas accompagnée de l’amour, elle ne fera que blesser nos frères.

Si notre marche a ces deux caractères, les rapports entre chrétiens seront tels que Dieu veut qu’ils soient, et ils seront à la satisfaction du cœur de nos frères.

 

5         [Soyez remplis de l’Esprit]

Enfin, au v. 18 nous lisons : « Soyez remplis de l’Esprit » (5:18). Qu’est-ce qu’être remplis de l’Esprit ? C’est être tellement sous l’empire de l’Esprit qu’il n’y ait pas de place pour la chair. Aujourd’hui même, au milieu des ruines qui nous entourent et auxquelles nous avons contribué, nous pouvons être remplis de l’Esprit, c’est-à-dire marcher dans ce monde, parler, agir vis-à-vis de nos frères de manière à ce que la chair n’ait pas de place. Ceci est possible pour chacun de nous. Gardons-nous de toutes les choses que le monde peut nous présenter, et dans lesquelles il n’y a que dissolution. Quand Satan vient à nous, cherchant à faire agir la vieille nature pour nous faire sortir du chemin de Dieu, disons-lui : Je suis crucifié avec Christ. C’est ainsi que nous serons remplis de l’Esprit et que la chair n’aura plus de place. Nous aurons notre vieille nature jusqu’au bout, mais nous pouvons la tenir pour jugée, condamnée, mise à mort à la croix de Christ, et c’est là le secret pour nous d’une marche selon Dieu.