[ page principale | nouveautés | La Bible | la foi | sujets | études AT | études NT | Index auteurs + ouvrages + sujets | centres d'intérêt ]

 

Henri Rossier — Courtes méditations

 

MAIS TOI... — 2 Tim. 3:10, 14 ; 4:5

H. Rossier — Courtes méditations — n°3

ME 1921 p. 217-218

Nous traversons les temps fâcheux que l’apôtre nous signale dans cette épître. Les hommes qui constituent la chrétienté ont entre leurs mains la Parole de Dieu, c’est-à-dire la vérité. Cette vérité qui est la forme, ou plutôt le pouvoir formatif de la piété, ils l’ont, mais n’en font aucun usage pour pousser les âmes, y compris les leurs, vers la piété, ils en ont renié la puissance, aussi ceux qu’ils enseignent apprennent-ils toujours sans parvenir à la connaissance de la vérité. La chrétienté actuelle est dominée par la corruption morale dont l’apôtre fait un triste tableau (3:6-7), et par la corruption spirituelle d’hommes qui résistent à la vérité, étant corrompus dans leur entendement (3:8).

Devant le tableau si sombre de la chrétienté, combien il est consolant de savoir que Dieu nous a tracé un chemin lumineux au milieu de ces ténèbres. Ce chemin, les enfants de Dieu sont appelés à le suivre individuellement, comme Timothée ; il est parfaitement selon le coeur de Dieu et Jésus Christ peut y être honoré et exalté comme aux plus beaux jours de l’histoire de son Assemblée.

Trois choses caractérisent le témoin actuel au milieu de la ruine. Elles sont marquées par le mot : «Mais toi…» adressé trois fois par l’apôtre à son fidèle disciple et compagnon d’œuvre :

1° «Mais toi (3:10), tu as pleinement compris ma doctrine» ; c’est-à-dire : tu ne t’es pas borné à la connaître ; tu te l’es appropriée comme faisant partie de toi-même ; tu l’as suivie et mise en pratique. L’apôtre avait toujours conformé sa conduite à son enseignement ; Timothée avait fait de même. Le but de l’apôtre était Christ dans la gloire, et il faisait une seule chose : oubliant ce qui est derrière, il courait en avant pour le saisir. Sa foi, son support, sa patience, marchaient de pair avec l’amour, avec cet amour qui supporte tout, croit tout, endure tout, même au prix des souffrances et des persécutions.

Tout cela se résumait en un mot pour Timothée : Il réalisait son christianisme, exprimé dans la parole, les enseignements et la vie de l’apôtre.

2° «Mais toi (3:14), demeure dans les choses que tu as apprises». Timothée est exhorté à faire, pour ainsi dire, son domicile dans ces choses, à ne s’en écarter en aucune manière, tenant ferme l’absolue inspiration des Écritures, car c’est par ces dernières que l’homme de Dieu est accompli et parfaitement accompli pour toute bonne oeuvre.

3° «Mais toi (4:5), sois sobre en toutes choses, etc». Chacun de nous est exhorté à accomplir son service jusqu’au bout, sans défaillance, et c’est ce que Timothée avait sous les yeux dans le témoignage de l’apôtre qui approchait de sa fin.

Puissions-nous dire, comme lui et son cher Timothée : «J’ai accompli pleinement mon service !»