[ Page principale | Nouveautés | La Bible | la Foi | Plan des sujets | Études AT | Études NT | Index auteurs + ouvrages + sujets | Centres d'intérêt ]

 

L’ENSEIGNEMENT SPIRITUEL DES

 

 

MIRACLES DU SEIGNEUR JÉSUS

 

 

Georges ANDRÉ

 

 

Table des matières:

1     Introduction

2     LES AVEUGLES

2.1      Les récits historiques

2.1.1             Les deux aveugles (Matth. 9:27-30)

2.1.2             L’aveugle de Bethsaïda (Marc 8:22-26)

2.1.3             L’aveugle-né (Jean 9:1-38)

2.1.4             Bartimée (Marc 10:46-52)

2.2      L’enseignement spirituel

2.2.1             Qui est aveugle ?

2.2.2             Jésus ouvre les yeux

2.2.3             Convie les aveugles (Luc 14:13)

3     LES LÉPREUX

3.1      Les récits historiques

3.1.1             «Un lépreux» (Matth. 8:2-4, Marc 1:40-45 ; Luc 5:12-14)

3.1.2             Les dix lépreux (Luc 17:12-19)

3.1.3             Simon, le lépreux (Matth. 26:6, Marc 14:3)

3.2      L’enseignement spirituel

3.3      Lévitique 14 — La purification du lépreux

4     LES SOURDS-MUETS — LES MAINS INACTIVES

4.1      Récits historiques

4.1.1             Les sourds

4.1.2             Les muets

4.1.3             Les mains inactives (Matth. 12:9-13 ; Marc 3:1-5, Luc 6:6-8)

4.2      L’enseignement spirituel

4.2.1             L’oreille

4.2.2             La bouche

4.2.3             La main

5     LES PARALYTIQUES

5.1      Récits historiques

5.1.1             Introduit par le toit (Matth. 9:2-7 ; Marc 2:3-12 ; Luc 5:18-26)

5.1.2             Le serviteur du centurion (Mat 8:5-13, Luc 7:2-10)

5.1.3             Le paralytique de Béthesda (Jean 5:5-9)

5.2      L’enseignement spirituel : Marchez

6     L’ABONDANCE

6.1      Les noces de Cana (Jean 2:1-11)

6.2      Les multiplications des pains

6.2.1             Première multiplication

6.2.2             Deuxième multiplication (Matth. 15:32-39 ; Marc 8:1-9)

6.2.3      La première multiplication en Jean 6

6.3      Les pêches miraculeuses (*)

6.3.1             Luc 5:4-11

6.3.2             Jean 21:1-22

7     L’ÉPREUVE

7.1      Les tempêtes

7.1.1             Matth. 8:23-27 ; Marc 4:35-41 ; Luc 8:22-25

7.1.2             La deuxième tempête (Matth. 14:22-32 ; Marc 6:45-51)

7.2      La femme courbée (Luc 13:10-13)

8     LES RÉSURRECTIONS

8.1      Les récits historiques

8.1.1             La fille de Jaïrus (Matth. 9:18-26 ; Marc 5:22-24, 35-43 ; Luc 8:40-42, 49-56)

8.1.2             Naïn (Luc 7:11-17)

8.1.3             La résurrection de Lazare (Jean 11:1-44)

8.2      L’enseignement spirituel

 

 

1                    Introduction

Dans quel but le Seigneur Jésus a-t-il fait des miracles lors de son ministère sur la terre ?

À l’occasion des noces de Cana, Jean 2:11 nous dit : «Jésus fit ce commencement de ses miracles à Cana de Galilée, et il manifesta sa gloire ; et ses disciples crurent en lui». Invité à la noce, Jésus, avec ses disciples, avait accepté. Le vin étant venu à manquer, il transforme l’eau en vin ; personne d’autre n’aurait pu le faire : il «manifeste sa gloire». La foi des disciples qui avaient fait quelques pas avec lui en est affermie. Déjà ils l’avaient discerné comme le Messie (1:42), celui dont Moise et les prophètes avaient parlé (v. 46), et comme le Fils de Dieu (v. 50).

Pendant la fête à Jérusalem, plusieurs crurent en Son nom, «contemplant les miracles qu’il faisait» (2:23). La vue de ces actes extraordinaires amenait un certain nombre à «croire» en Son nom. Mais, ajoute le verset 24, «Jésus lui-même ne se fiait pas à eux, parce qu’il connaissait... ce qui était dans l’homme» (v. 25). Cette «foi» était superficielle, le coeur n’était pas changé. En effet, les miracles par eux-mêmes ne peuvent amener au salut.

Ils n’étaient pourtant pas sans valeur : «J’ai un témoignage plus grand que celui de Jean ; car les oeuvres que le Père m’a données pour les accomplir, ces oeuvres mêmes que je fais, rendent témoignage de moi, que le Père m’a envoyé» (Jean 5:36). Les miracles, parmi d’autres preuves (v. 37-39), attestaient sa divinité ; ils rendaient témoignage que le Père l’avait envoyé.

Mais lorsque, dans l’évangile de Jean, Jésus achève son ministère parmi le peuple, l’évangéliste doit dire avec chagrin, reflétant la tristesse du Maître : «Quoiqu’il eût fait tant de miracles devant eux, ils ne crurent pas en lui» (12:37). Jésus était venu dans le monde, la lumière, «afin, dit-il, que quiconque croit en moi ne demeure pas dans les ténèbres» (v. 46). Les miracles prouvaient bien qui il était, mais c’était en lui, en ses paroles et en son oeuvre qu’il fallait croire.

Avant de clore l’évangile avec le chapitre 21, l’apôtre conclut : «Jésus donc fit aussi devant ses disciples beaucoup d’autres miracles, qui ne sont pas écrits dans ce livre. Mais ces choses sont écrites afin que vous croyiez que Jésus est le Christ (avant tout pour les Juifs), le Fils de Dieu (pour «quiconque» Jean 3:16), et qu’en croyant vous ayez la vie par son nom» (Jean 20:30-31). Seule la foi en Jésus le Christ, le Fils de Dieu, donne la vie éternelle. Aussi tout à la fin de sa course, le même apôtre peut-il écrire : «C’est ici le témoignage : que Dieu nous a donné la vie éternelle, et cette vie est dans son Fils. Celui qui a le Fils a la vie, celui qui n’a pas le Fils de Dieu n’a pas la vie. Je vous ai écrit ces choses afin que vous sachiez que vous avez la vie éternelle, vous qui croyez au nom du Fils de Dieu» (1 Jean 5:11-13).

Il n’en reste pas moins que les miracles sont pleins d’enseignements pour nous, soit dans leur contexte historique, soit dans leur signification spirituelle. Nous en choisirons un certain nombre pour les considérer de plus près.

 

2                    LES AVEUGLES

2.1   Les récits historiques

Nous en retiendrons quatre.

2.1.1       Les deux aveugles (Matth. 9:27-30)

«Jésus passait». Que de fois ne passe-t-il pas ainsi dans l’évangile, poursuivant son chemin, allant «de lieu en lieu, faisant du bien» (*) (Actes 10:37). Les deux aveugles saisissent l’occasion, le suivent et le supplient : «Aie pitié de nous, Fils de David !» Jésus ne répond pas et poursuit sa route. Les aveugles persévèrent et viennent à lui «quand il fut arrivé dans la maison». Il leur demande «Croyez-vous que je puisse faire ceci ? Ils lui disent : Oui, Seigneur». Alors Jésus «touche leurs yeux, disant : Qu’il vous soit fait selon votre foi. Et leurs yeux furent ouverts».

(*) Voir notre brochure «Voir Jésus — de lieu en lieu»

 

Les aveugles ont affirmé leur foi, mais un contact personnel avec le Seigneur est nécessaire : Jésus les «touche». Combien souvent dans les évangiles ce verbe se retrouve à l’égard de Jésus ! Il ne s’agit pas, comme on le dit parfois, de répéter une formule : Crois au Seigneur Jésus et tu seras sauvé. Mais il faut ce contact personnel avec le Seigneur de la part de celui qui s’est reconnu aveugle et perdu, se repent de ses fautes, et vient avec foi au Sauveur, qui se révèle alors à lui. Fondé sur les déclarations de la Parole de Dieu, le croyant peut avoir l’assurance de ce salut acquis à si grand prix par son Seigneur.

 

2.1.2       L’aveugle de Bethsaïda (Marc 8:22-26)

Cet aveugle n’est pas venu de lui-même à Jésus. «On lui amène un aveugle et on le prie». Un instrument a été employé par le Seigneur pour que cet homme soit amené à lui ; peut-être le même ou un autre a prié. Cela n’illustre-t-il pas notre part : présenter le Seigneur Jésus à celui qui ne le connaît pas, et surtout prier pour lui ? Nous ne pouvons pas ouvrir les yeux, seul Dieu en a le pouvoir ; et toutes les conversions ne sont pas les mêmes.

Jésus prend la main de l’aveugle. On lui avait demandé de simplement le toucher ; il fait bien davantage. L’aveugle lui-même a dû se souvenir toute sa vie de cette main qui avait conduit la sienne hors de la bourgade.

Les voilà tous deux, seul à seul. Jésus, dans son humanité, crache sur les yeux de l’aveugle, pose les mains sur lui et lui demande s’il voit quelque chose. Le malade est partiellement guéri ; il distingue «des hommes comme des arbres qui marchent». Jésus doit mettre «encore les mains sur ses yeux et le faire regarder» pour qu’il soit rétabli et voie tout clairement.

Certains se souviennent du jour, voire de l’heure, à laquelle ils ont connu personnellement le Sauveur. Pour d’autres, tel cet aveugle, la lumière s’est faite progressivement durant une période, jusqu’à ce qu’ils arrivent à l’assurance du salut et voient clairement. Seule la Parole de Dieu elle-même «engendre» (Jacq. 1:18, Luc 8:11). La foi croit «ce qui est écrit».

Jésus renvoie l’homme «dans sa maison» (Marc 8:26) ; il y rendra témoignage. Le moment n’est pas venu de publier le miracle.

 

2.1.3       L’aveugle-né (Jean 9:1-38)

Cet homme a dû pécher, lui ou ses parents, pour qu’il soit né aveugle, s’empressent de déclarer les disciples, prompts à condamner. Mais Jésus proteste : «C’est afin que les oeuvres de Dieu soient manifestées en lui».

Lui a vu le pauvre homme. Symboliquement il souligne Sa propre humanité en crachant en terre, faisant de la boue de son crachat et la mettant comme un onguent sur les yeux de l’aveugle. Ses yeux n’allaient pas pour autant s’ouvrir. Combien de personnes estiment Jésus un homme bon, plein de vertus et de compassion, un modèle, sans aller plus loin.

L’aveugle est invité à se laver au réservoir de Siloé, ce qui est interprété Envoyé (v. 7). Sa foi le conduit là, il se lave et revient voyant ! Il a, en quelque mesure, pressenti «l’Envoyé du Père».

Cette foi est très faible, tout au plus peut-il répondre à ceux qui lui demandent comment ses yeux ont été ouverts : «Un homme appelé Jésus fit de la boue et oignit mes yeux» (v. 11). Aux pharisiens il dira «C’est un prophète» (v. 17). Lorsqu’ils l’appellent à nouveau, il va plus loin : il est «de Dieu» (v. 33).

Jésus ne va pas le laisser dans l’ignorance quant à sa Personne même. L’aveugle guéri est chassé dehors par les pharisiens. Le Seigneur le trouve et lui dit «Crois-tu au Fils de Dieu ?» Or l’homme ne sait qui est ce Fils de Dieu, mais quand Jésus déclare : «Tu l’as vu, et celui qui te parle, c’est lui», il répond aussitôt : «Je crois Seigneur !» D’abord c’était un homme, puis un prophète, puis un homme de Dieu. Maintenant il Le connaît comme le Fils de Dieu et lui rend hommage.

 

2.1.4       Bartimée (Marc 10:46-52)

Jésus en est à son dernier voyage. Il monte à Jérusalem ; il sait ce qui l’attend. Avec ses disciples et une grande foule, ils arrivent à Jéricho. Bartimée l’aveugle, assis sur le bord du chemin, mendie. L’occasion est unique. Le Sauveur ne repassera pas par là. Entendant dire que c’était Jésus le Nazaréen, le fils de Timée se met à crier : «Fils de David, Jésus aie pitié de moi !» Comme les deux aveugles du début du ministère, il reconnaît en lui le Messie. Plusieurs le reprennent, veulent le faire taire : Ne crie pas ainsi ! N’en est-il pas de même aujourd’hui ? — Quelqu’un est touché par l’évangile ; des amis lui disent de ne pas s’en préoccuper, ce sont des légendes, Jésus n’était qu’un homme. Ou même des croyants, sans s’en rendre compte peut-être, sont un obstacle à sa foi naissante, par leur conduite, ou par leurs remarques.

Bartimée ne se laisse pas décourager, mais crie d’autant plus fort : «Fils de David ! Aie pitié de moi !» Alors «Jésus s’arrête». Il a dressé sa face résolument pour aller à Jérusalem ; sur ce chemin qui le conduit à la croix, rien ne peut le retenir. Pourtant, à la supplication d’un pauvre homme, il s’arrête ! Il fait appeler l’aveugle, qui en hâte s’en vient à Lui. «Que veux-tu que je te fasse ?», dit Jésus. Et Bartimée de répondre : «Rabboni, que je recouvre la vue». Les deux hommes sont là face à face au milieu de la foule. Jésus va ouvrir ses yeux. Que va-t-il voir en premier lieu, sinon le visage plein d’amour qui le regarde ? Son coeur s’attachera à lui pour toujours : «Il Le suivit dans le chemin».

 

2.2   L’enseignement spirituel

2.2.1       Qui est aveugle ?

1 Corinthiens 2:14 nous dit que «l’homme naturel ne reçoit pas les choses qui sont de l’Esprit de Dieu, car elles lui sont folie ; et il ne peut les connaître, parce qu’elles se discernent spirituellement». Il est un aveugle. On le constate en s’entretenant de la Bible avec un incrédule ; il ne saisit pas sa révélation. Pour lui, elle est pleine de contradictions, d’illogismes ; ce peut être un livre intéressant, mais bien des récits sont des mythes... «Notre évangile est voilé en ceux qui périssent, en lesquels le dieu de ce siècle a aveuglé les pensées des incrédules pour que la lumière de l’évangile de la gloire du Christ, qui est l’image de Dieu, ne resplendît pas pour eux» (2 Cor. 4:4). L’évangile apporte la lumière. Il est «puissance de Dieu en salut à quiconque croit» (Rom. 1:16). Bien plus encore, il est «l’évangile de la gloire du Christ qui est l’image de Dieu». Mais Satan a aveuglé les pensées des incrédules. Ils ne discernent rien de cette gloire.

Jésus l’avait dit très clairement à Nicodème, venu vers lui de nuit : «En vérité, en vérité, je te dis : Si quelqu’un n’est né de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu» (Jean 3:3). Afin d’avoir la vie éternelle, il faut naître d’eau (la Parole de Dieu) et de l’Esprit qui applique cette Parole à la conscience et au coeur, et recevoir le Seigneur Jésus :

«À tous ceux qui l’ont reçu, il leur a donné le droit d’être enfants de Dieu, savoir à ceux qui croient en son nom, lesquels sont nés ... de Dieu» (Jean 1:12-13). De coeur, croire au fils de l’homme élevé sur la croix ; au Fils unique de Dieu, donné «afin que quiconque croit en Lui ne périsse pas, mais qu’il ait la vie éternelle» (Jean 3:14-16).

Les pharisiens étaient les plus stricts et les plus pieux parmi les Juifs du temps de Jésus. À maintes reprises celui-ci les traite d’aveugles. Pourtant eux disaient «Nous voyons». Ils en étaient d’autant plus responsables de n’avoir pas discerné en Jésus le Messie, le Fils de Dieu (Jean 9:39-41).

Ils attachaient une très grande importance aux choses extérieures, à l’observation du sabbat, à la dîme, au lavage des mains avant le repas. «Malheur à vous, dit Jésus, car vous nettoyez le dehors de la coupe et du plat ; mais au-dedans ils sont pleins de rapine et d’intempérance ...Au-dehors vous paraissez justes aux hommes, mais au-dedans vous êtes pleins d’hypocrisie» (Matth. 23:23-28).

D’abord nettoyer le dedans de la coupe et du plat, afin que le dehors aussi soit net (v. 26). Combien l’inverse est fréquent de nos jours ! On peut avoir une vie réglée, fréquenter régulièrement un lieu de culte, bien se comporter dans sa famille et son travail, mais la porte du coeur reste fermée à Jésus, Fils de Dieu, Sauveur. Trop souvent, même chez un croyant ou un groupe de croyants, lorsque le niveau spirituel a baissé, on attache une importance excessive aux choses extérieures : elles ont assurément leur place, mais comme fruits de la vie intérieure, et non comme des formes qui donnent une apparence de piété.

Même un croyant peut être aveugle. Il n’a pas fait de progrès spirituels. En lui la connaissance, la tempérance, la patience, la piété, l’affection fraternelle ne se trouvent pas. Il est «aveugle et ne voit pas loin, ayant oublié la purification de ses péchés d’autrefois» (2 Pierre 1:5-9). Sa cécité n’est pas totale : il «ne voit pas loin». Il est occupé de lui-même, des choses qui le concernent ; «oisif et stérile pour ce qui regarde la connaissance de notre Seigneur Jésus Christ». Il faudra toute la grâce de Dieu et Sa discipline paternelle pour que ses yeux soient de nouveau ouverts.

Jean, toujours absolu dans son épître, déclare catégoriquement : «Celui qui hait son frère est dans les ténèbres ... les ténèbres ont aveuglé ses yeux» (1 Jean 2:11). Cet aveuglement a peut-être commencé par une certaine antipathie, une animosité ; puis des griefs s’y sont ajoutés ; finalement, on se tient à distance, on ne se salue plus, et dans le coeur, Dieu discerne la haine, même si, aveuglé, on ne se l’avoue pas à soi-même.

 

2.2.2       Jésus ouvre les yeux

L’Ancien Testament ne relate aucune guérison d’aveugles ; un tel miracle était réservé au Messie. 2 Rois 6:17 rappelle bien le cas du jeune homme dont les yeux ont été ouverts pour avoir la vision des chars de feu qui protégeaient Élisée, mais c’était la vue de la foi qui lui était ainsi donnée. Ésaïe 42:7 dit expressément que le Messie serait envoyé «pour ouvrir les yeux des aveugles». Dans l’évangile, Jésus lui-même, dans la synagogue, lit Ésaïe 61 : «L’Esprit du Seigneur m’a envoyé ... pour publier ... aux aveugles le recouvrement de la vue» (Luc 4:19). Spirituellement, il en est de même aujourd’hui. Seul le Seigneur et son Esprit peuvent ouvrir les yeux du coeur, mais il se sert aussi d’instruments dans ce but.

Saul de Tarse, aveuglé sur le chemin de Damas, est demeuré trois jours seul avec Dieu. Quand le Seigneur lui envoie Ananias, Il dit : «Voici, il prie», premier acte du futur grand apôtre. Lorsqu’Ananias vient à lui, il tombe des yeux de Saul comme des écailles ; il recouvre la vue. Miracle non seulement physique, mais bien sûr spirituel, vie totalement transformée. Le souvenir des années d’aveuglement ne s’est pas effacé, même à la fin de sa carrière, l’apôtre rappelle avoir été «un blasphémateur, et un persécuteur, et un outrageux» (1 Tim. 1:13). Il est «le premier des pécheurs», dit-il, parce qu’il a persécuté l’assemblée de Dieu. Pourtant la grâce a ouvert ses yeux, et plus encore, l’a envoyé vers les Juifs et les nations «pour ouvrir leurs yeux, pour qu’ils se tournent des ténèbres à la lumière, et du pouvoir de Satan à Dieu» (Actes 26:18).

Les croyants d’aujourd’hui ont tout autant besoin que Dieu leur donne «l’esprit de sagesse et de révélation dans sa connaissance, les yeux de votre coeur étant éclairés, pour que vous sachiez quelle est l’espérance de son appel, et quelles sont les richesses de la gloire de son héritage dans les saints, et quelle est l’excellente grandeur de sa puissance envers nous qui croyons» (Éph. 1:17-19). Il ne s’agit plus d’une vue physique, ni même d’une première vision, mais du progrès dans la connaissance des pensées de Dieu, telles qu’une épître aussi profonde que celle aux Éphésiens les révèle. Ce n’est pas l’apanage de l’esprit, de l’intelligence, mais des yeux du coeur.

Un soir, dans une petite chambre, trois étaient à table. L’un d’eux s’était approché des deux compagnons dans la tristesse, et avait fait brûler leur coeur, en leur parlant dans toutes les Écritures des choses qui Le regardent. Mais leurs yeux étaient retenus : ils ne s’étaient pas rendu compte que Jésus Lui-même avait marché avec eux. À table, Il prend le pain et bénit, le rompt et le leur distribue, «et leurs yeux furent ouverts, et ils le reconnurent !» (Luc 24:31). — Dans le secret de Sa communion, ayant ouvert la porte du coeur, accueillir Celui qui veut «souper avec nous, et nous avec lui» (Apoc. 3:20), n’est-ce pas la joie suprême ? Les yeux de l’âme s’ouvrent alors pour Le reconnaître.

Mais, dit Jésus, «l’oeil doit être simple» (Matth. 6:22-23), sans être préoccupé de mille soucis ; il concentre son attention aussi souvent que possible sur les choses éternelles et la Personne qui les remplit. Alors, «ton corps tout entier sera plein de lumière» — «Mais si ton oeil est méchant, ton corps tout entier sera ténébreux». L’oeil regarde à droite et à gauche ; on souligne les défauts d’autrui : on se plaint de ceci ou de cela qui ne va pas ou moins bien qu’on ne voudrait, au lieu de relever le fruit que Dieu a produit, on s’attarde aux manquements des autres et laisse ainsi libre champ aux ruses de l’ennemi. Le corps, c’est-à-dire l’être intérieur, devient ténébreux. L’Esprit de Dieu doit alors intervenir pour amener un tel croyant à la repentance, afin qu’à nouveau il soit plein de lumière.

 

2.2.3       Convie les aveugles (Luc 14:13)

Combien d’aveugles autour de nous ! Notre part n’est-elle pas de les inviter à venir à Celui qui peut ouvrir leurs yeux ? Travail difficile sans doute, mais l’Esprit Saint a été donné entre autres pour qu’un tel témoignage soit rendu «jusqu’au bout de la terre» (Jean 15:26-27, Actes 1:8).

 

3                    LES LÉPREUX

La lèpre était, et est toujours, une affreuse maladie, qui ronge les chairs, détruit les extrémités des membres, rendant l’homme pratiquement incapable de pourvoir à ses besoins, et conduit à la mort. Elle est aujourd’hui soignée efficacement, quoiqu’il en reste encore beaucoup, surtout en Afrique, du temps du Seigneur Jésus c’était vraiment la maladie inguérissable et redoutée.

 

3.1   Les récits historiques

Nous retiendrons trois cas dans les évangiles.

 

3.1.1       «Un lépreux» (Matth. 8:2-4, Marc 1:40-45 ; Luc 5:12-14)

«Un lépreux vient à Lui». Il ne cache pas sa lèpre, au contraire, il supplie, se jette à genoux en disant : Si tu veux, tu peux me rendre net. Sa foi est persuadée de la puissance du Sauveur. Est-ce Sa volonté de le guérir ? Son amour ira-t-il jusque-là ? — Jésus, ému de compassion, étend la main et le «touche». Toucher un lépreux, c’était risquer la contagion ; c’était en tout cas, selon la loi, se rendre soi-même impur. Mais de la part de Jésus cet acte exprimait tout ce qu’il y avait dans son coeur pour ce pauvre homme. Ainsi ce n’est pas le contact avec des pécheurs que l’on cherche à amener au Seigneur qui souille ; bien au contraire, il est l’effet de la grâce de Dieu agissant par le moyen du croyant pour attirer des âmes à lui.

Aussitôt la lèpre se retire de l’homme, il est net, il est guéri. Que va-t-il faire ? Jésus l’engage à se montrer au sacrificateur et à offrir pour sa purification ce que Moise a ordonné, selon Lévitique 14. Un témoignage devait être rendu à cette guérison remarquable, mais rendu selon la Parole de Dieu telle qu’elle était révélée alors.

 

3.1.2       Les dix lépreux (Luc 17:12-19)

Ce n’est plus un individu qui vient à Jésus, mais un groupe. Toutes les conversions ne sont pas les mêmes, certaines s’accomplissent dans le secret, d’autres par le moyen d’un ami, d’un autre croyant ; parfois pour plusieurs personnes en même temps, quoique chacune d’elles ait à accepter par la foi l’oeuvre de Christ pour elle-même.

Jésus en était à son dernier voyage, «allant à Jérusalem». Dix hommes lépreux le rencontrent et s’arrêtent «de loin» ; ils se conforment à l’ordonnance de la loi. Élevant leurs voix, ils crient : «Jésus, Maître (celui qui est au-dessus des autres), aie pitié de nous !»

Le Sauveur met leur foi à l’épreuve. Il ne les guérit pas ; il ne les touche pas. Il les engage à aller se montrer aux sacrificateurs. À quoi bon aller dévoiler sa lèpre aux sacrificateurs ? Ils ne feraient que déclarer chacun d’eux impur ? Il fallait la foi en la parole de Jésus pour le faire. Et voilà qu’en s’en allant, tous furent rendus nets.

L’un d’eux revient sur ses pas. Il glorifie Dieu d’être délivré, se jette sur sa face aux pieds de Jésus, «lui rendant grâces», — seule occasion dans les évangiles où quelqu’un ait remercié le Seigneur d’avoir été guéri. Bartimée l’a suivi dans le chemin ; d’autres sont allés avec lui. Mais ici, et seulement ici, quelqu’un lui a rendu grâces. Le coeur de l’Homme parfait a certainement été touché par l’acte de ce Samaritain, un étranger. Quand les dix sont venus à lui, il aurait pu dire aux neuf de s’en aller aux sacrificateurs, mais au Samaritain qu’il ne s’occuperait pas de lui, car «les Juifs n’ont pas de relations avec les Samaritains» (Jean 4:9). De fait, la grâce était pour tous. — «Les dix n’ont-ils pas été rendus nets ? Et les neuf, où sont-ils ?» Pourquoi n’y en avait-il qu’un sur dix, et encore un étranger, qui vienne donner gloire à Dieu ? Pourquoi y a-t-il relativement si peu de croyants qui connaissent le vrai culte en esprit et en vérité, répondant au désir du Père qui cherche de tels adorateurs, afin d’offrir des sacrifices spirituels dans la maison de Dieu constituée de pierres vivantes ? (1 Pierre 2:5).

Le Samaritain n’a pas besoin d’aller au sacrificateur. Jésus lui dit : «Lève-toi, et t’en va, ta foi t’a guéri». Avec quelle joie le Seigneur prononce ces paroles, alors qu’avec tristesse il s’était attendu à ce qu’au moins quelques-uns «soient revenus pour donner gloire à Dieu».

 

3.1.3       Simon, le lépreux (Matth. 26:6, Marc 14:3)

La fin approche. L’ombre de la croix se projette toujours plus nettement sur le chemin de Jésus. À Béthanie, on lui fait un souper, (*) «dans la maison de Simon le lépreux». Si le lépreux a pu recevoir Jésus chez lui, c’est qu’Il l’avait guéri. «Lazare, le mort», est aussi à table (Jean 12). Dans ce petit cercle, Marie va venir avec son parfum oindre, en Matthieu et Marc la tête du roi et du serviteur-prophète, et dans Jean, les pieds du Fils de Dieu.

Voir H. Rossier «Le souper de Béthanie»

 

La reconnaissance et l’adoration silencieuse n’ont pas manqué de la part du lépreux guéri, ni celles du mort ressuscité, ou d’une femme qui se savait aimée de son Seigneur (Jean 11:5).

 

3.2   L’enseignement spirituel

On a vu dans la lèpre, et avec raison, un type du péché qui ronge, envahit et détruit. Que de familles ruinées, et d’enfants malheureux, parce que l’un des conjoints a trompé l’autre. Que de vies, physiquement et moralement ruinées par l’alcool ou la drogue ! Que de groupements chrétiens divers divisés et dispersés par l’animosité, la calomnie, la jalousie !

De ce péché, de cette nature pécheresse, comme aussi des actes qu’elle a produits, «le sang de Jésus Christ, son Fils, nous purifie» (1 Jean 1:7). Christ a porté nos péchés (nos actes) en son corps sur le bois (1 Pierre 2:24). Mais la Parole précise aussi que «Celui qui n’a pas connu le péché, il l’a fait péché pour nous», nous délivrant de la puissance de la nature pécheresse. 1 Corinthiens 6:9-10 nous présente le cortège des «dix lépreux». Ils n’hériteront pas du royaume de Dieu. Mais le verset Il ajoute : «Quelques-uns de vous, vous étiez tels, mais vous avez été lavés, mais vous avez été sanctifiés, mais vous avez été justifiés au nom du Seigneur Jésus, et par l’Esprit de notre Dieu». Lorsque quelqu’un désire participer à la Cène, on ne retient pas, selon ces passages, les fautes commises, même graves, avant la conversion. Par contre si une telle chute atteint un croyant, surtout si elle devient publique, le chapitre 5 de la même épître nous enseigne à «ôter le méchant du milieu de nous-mêmes» (1 Cor. 5:13).

Le lépreux est venu «à Jésus», qui l’a «touché». Il n’a pas caché sa lèpre, il l’a reconnue en venant à celui qui avait le pouvoir de le guérir. Dieu appelle tous les hommes à la repentance, à reconnaître leurs fautes. Cette repentance envers Dieu est liée à la foi en notre Seigneur Jésus Christ (Actes 20:21). Du moment que quelqu’un a vraiment saisi par la foi que Jésus est mort pour ses péchés, que Lui a payé la dette, il peut avoir l’assurance d’être sauvé.

 

3.3   Lévitique 14 — La purification du lépreux

Les types de l’Ancien Testament sont comme un livre d’images qui nous aide à saisir les vérités abstraites du Nouveau (*). Ce chapitre en particulier nous montre tous les exercices progressifs à travers lesquels passait un lépreux guéri. Le Seigneur y faisait-il allusion en engageant l’homme rendu net à offrir pour sa purification ce que Moïse avait ordonné ?

(*) Voir notre brochure «Une seule offrande - Divers sacrifices»

 

Le sacrificateur constate que le lépreux est libéré de sa lèpre. Il prend alors deux oiseaux, vivants et purs, du bois de cèdre, de l’écarlate et de l’hysope. L’un des oiseaux est égorgé sur un vase de terre, sur de l’eau vive ; l’oiseau vivant, le bois de cèdre, l’écarlate et l’hysope sont plongés dans le sang de l’oiseau mort, puis l’oiseau vivant s’envole vers le ciel. Type très clair de la mort et de la résurrection du Seigneur Jésus. Il fallait bien sûr un double type, un oiseau mort et un oiseau vivant, pour nous en parler. Dans le sang sont plongés aussi le bois de cèdre, l’arbre le plus élevé dans la nature, l’hysope, le plus humble (1 Rois 4:33), et l’écarlate, la gloire du monde. Rien de cela ne peut purifier, au contraire, ils doivent être mis de côté. Romains 4 nous présente en détail la justification par la foi, comment la justice est imputée, «comptée», à celui qui croit ; cela non seulement pour Abraham, «mais aussi pour nous, à qui il sera compté, à nous qui croyons en celui qui a ressuscité d’entre les morts Jésus notre Seigneur, lequel a été livré pour nos fautes et a été ressuscité pour notre justification» (Rom. 4:24-25).

Du sang de l’oiseau mort il était fait aspersion sept fois sur celui qui devait être purifié. Il devait être pleinement conscient que ce sacrifice avait été indispensable pour que lui-même fût pur. Il n’y a pas d’autre moyen devant Dieu de nous justifier du péché sinon le sang de Christ.

L’homme lui-même devait accomplir certains actes : laver ses vêtements, c’est-à-dire mettre en ordre sa vie extérieure, vécue loin de Dieu, elle avait bien des taches. Il est appelé à marcher «en nouveauté de vie» (Rom. 6:4). Mais il devait aussi raser son poil et se laver dans l’eau ; la Parole, l’eau, devait avoir son action dans sa vie intérieure ; tout ce qui était de la chair, représentée par le poil, devait être mis de côté. Il est alors déclaré «pur». Après cela il pouvait entrer dans le camp, mais pas encore dans sa tente. Il faisait partie du peuple de Dieu, mais ne connaissait pas vraiment la communion personnelle avec Lui.

Au bout de sept jours, une semaine entière, il devait renouveler l’expérience précédente : se raser, laver ses vêtements, se laver lui-même ; alors «il sera pur», et sous-entendu il entrait dans sa tente. Il était déjà pur après le sacrifice des deux oiseaux, comme est sauvé celui qui, dans la simplicité de son coeur, croit au Seigneur Jésus ; mais le travail d’âme doit être approfondi ; de même l’exercice de conscience pour marcher à la suite du Seigneur et jouir de sa communion.

Arrive enfin «un huitième jour», le premier d’une nouvelle semaine, pour nous le dimanche. Ce jour-là, il fallait offrir tous les sacrifices : un sacrifice pour le délit, pour les fautes ; un sacrifice pour le péché, la nature même ; un holocauste et un gâteau offerts sur l’autel.

Du sang du sacrifice pour le délit, le sacrificateur devait prendre une partie et le mettre sur le lobe de l’oreille droite, sur le pouce de la main droite, et sur le gros orteil du pied droit de celui qui devait être purifié. Il importe de réaliser dans le tréfonds de son âme qu’il a fallu le sang de Christ pour expier tout le mal que nous avons entendu, toutes les actions mauvaises que nous avons commises, la souillure de tous les lieux corrompus où nos pieds ont pu nous conduire.

Il n’y a pas seulement le côté négatif. Le sacrificateur prenait de l’huile, en faisait aspersion devant l’Éternel, puis en mettait, par-dessus le sang, sur le lobe de l’oreille, sur le pouce de la main, sur le gros orteil. L’huile est un type du Saint Esprit dans toute la Parole, Esprit donné au croyant et qui transforme sa vie. Dorénavant il apprendra à écouter par l’Esprit, à agir par l’Esprit et à marcher par l’Esprit.

Ce n’est pas tout. Le reste de l’huile était mis sur la tête du lépreux purifié. L’Esprit contrôle, dirige, enseigne le croyant et le conduit dans toute la vérité. Là est tout le secret de l’«affranchissement», de la «vie en abondance», de la «liberté» dans laquelle Christ nous a placés.

Après chacune des étapes, l’homme était pur. Mais il lui fallait, en figure, une appropriation toujours plus profonde de l’oeuvre de Christ qui «nous a aimés et s’est livré lui-même pour nous, comme offrande et sacrifice à Dieu, en parfum de bonne odeur». Cette «offrande à Dieu» est représentée par l’holocauste entièrement consumé sur l’autel, offert avec l’offrande de gâteau type de la vie parfaite du Seigneur Jésus (Lév. 14:20).

Voilà le culte rendu à Dieu, au Père. On peut rendre grâces d’avoir été sauvés, bénir Dieu de tout ce que Christ a fait pour nous, le remercier de tous les bienfaits dont Il nous comble ; un culte bien plus élevé est de présenter au Père Celui qui a parfaitement répondu à Sa volonté, et s’est offert lui-même «en parfum de bonne odeur». (*)

(*) Voir J.N.D. «Le culte selon la Parole»

 

Divers cantiques en portent le caractère

 

Tu nous aimas jusqu’à la mort,

Sauveur plein de tendresse...

 

Oh ! comme ils ont pesé sur toi,

Seul dans cette heure sombre,

L’abandon, l’angoisse, et l’effroi

De nos péchés sans nombre.

 

Voilà le sacrifice pour le délit.

 

Tu souffris, ô Jésus, Sauveur, Agneau, Victime !

Ton regard infini sonda l’immense abîme,

Et ton coeur infini, sous ce poids d’un moment,

Porta l’éternité de notre châtiment.

 

Voilà peut-être le sacrifice pour le péché.

 

Mais quand nous chantons

 

Tu vins du ciel t’offrir en sacrifice,

Et par toi seul Dieu fut glorifié

Sa sainteté, son amour, sa justice,

Ta croix, Jésus, a tout magnifié.

 

Voilà l’holocauste.

 

On retrouve l’offrande de gâteau, la vie parfaite de Jésus, dans une strophe comme celle-ci

 

Suprême amour, grâce infinie !

Nous te voyons, homme divin,

De l’humble crèche à l’agonie

Suivre ton douloureux chemin...

 

Le cantique chanté sur la terre dit : «À celui qui nous aime, et qui nous a lavés de nos péchés dans son sang... à lui la gloire» (Apoc. 1:5). Le cantique nouveau chanté dans le ciel ne parlera plus guère de nous, mais de Lui :

«Tu es digne de prendre le livre et d’en ouvrir les sceaux ; car tu as été immolé, et tu as acheté pour Dieu par ton sang, de toute tribu, et langue et peuple, et nation...» (Apoc. 5:9). C’est «pour Dieu» que les rachetés sont acquis ; et Christ se présentera «à lui-même» l’assemblée, «glorieuse... sainte et irréprochable» (Éph 5:27).

 

Toi-même tu verras ce que ton coeur réclame :

De ton oeuvre à la croix le fruit mûr et parfait ;

Tu jouiras, Seigneur, du travail de ton âme,

Et ton amour divin en sera satisfait.

 

4                    LES SOURDS-MUETS — LES MAINS INACTIVES

4.1   Récits historiques

4.1.1       Les sourds

Les évangiles mentionnent divers cas de sourds guéris par le Seigneur Jésus, sans en donner de détails. Nous retiendrons celui de Marc 7:32-35.

Comme pour l’aveugle de Bethsaïda, «on lui amène ... on le prie». Le sourd n’est pas venu de lui-même au Seigneur, mais Dieu s’est servi d’instruments à Lui pour l’y conduire. Comme il l’avait fait précédemment, Jésus tire l’homme à l’écart, hors de la foule, et va avoir avec lui ce contact personnel indispensable : «Il lui mit les doigts dans les oreilles ; et ayant craché, il lui toucha la langue». Comme il l’avait fait lors de la multiplication des pains (6:41), et le fera lors du dernier entretien avec son Père (Jean 17:1), Jésus regarde «vers le ciel», source de toute bénédiction. Mais il ne peut s’empêcher de soupirer, de gémir, en voyant toute la misère qui l’entoure. Au sourd il dit Éphphatha, c’est-à-dire ouvre-toi. Aussitôt les oreilles de l’homme s’ouvrent, sa langue se délie, il parle distinctement. L’enseignement est clair : pour pouvoir parler, il faut d’abord écouter ; avoir premièrement des oreilles attentives, avant que la langue prononce des paroles utiles. De Jésus la foule dit : «Il fait toutes choses bien».

 

4.1.2       Les muets

Après la gloire de la transfiguration sur la montagne, Jésus et les trois disciples sont redescendus dans la plaine (Marc 9:14-27). Au milieu de la foule et des scribes qui discutent, un père est dans la détresse : «Maître, je t’ai amené mon fils qui a un esprit muet» ; le père fait la description des crises qui agitent son enfant, ayant risqué plusieurs fois de le faire périr. «Si tu peux quelque chose, assiste-nous». Et Jésus de lui dire : «Le «si tu peux», c’est crois ! Toutes choses sont possibles à celui qui croit» (v. 23). Il tance le démon : «Esprit muet et sourd, je te commande, moi, sors de lui et n’y rentre plus». Il peut alors, comme le dit Luc (9:42) «rendre l’enfant à son père».

Les relations du père et du fils vont être complètement transformées. Autrefois c’était le souci, la préoccupation constante de l’avenir de cet enfant sous la puissance de l’ennemi, dorénavant une nouvelle vie a débuté, de nouvelles relations. Tous deux vont être infiniment reconnaissants au Seigneur Jésus qui a répondu à la faible foi du père.

En Luc 11:14, un muet, délivré du démon qui l’obsédait, se met à parler. En Matthieu 12:22, un homme aveugle et muet, qui ne peut ni voir le Sauveur, ni parler de lui, est libéré de la puissance de Satan.

 

4.1.3       Les mains inactives (Matth. 12:9-13 ; Marc 3:1-5, Luc 6:6-8)

Dans la synagogue où Jésus est entré à nouveau malgré l’opposition qui l’attend, se trouve un homme avec la main desséchée. C’est le jour du sabbat : on observe le Seigneur : guérira-t-il ce jour-là ? Il va démontrer, et son amour, et sa puissance. L’homme doit se lever devant tous pour que sa guérison soit manifeste. Jésus sent l’hostilité : «Est-il permis de faire du bien le jour du sabbat ou de faire du mal ?». Le sabbat était un don de Dieu pour l’homme, un jour sur sept de repos de son labeur. Par nombre de prescriptions les pharisiens en avaient rendu l’observation difficile, de sorte que Jésus doit rappeler : «Le sabbat a été fait pour l’homme, non pas l’homme pour le sabbat» (Marc 2:27). Ce formalisme attriste le Sauveur. Il regarde tout alentour avec colère. L’ambiance ne l’empêche pas de dire à l’homme : «Étends ta main». Celle-ci est rétablie. Les pharisiens avec les Hérodiens tiennent aussitôt conseil contre lui pour le faire périr ! Pourtant une main qui ne servait à rien va devenir utile, surtout si elle est mise au service du Maître.

Invité par Simon, Jésus se rend avec Jean et André dans sa maison (Marc 1:29-31). La belle-mère de Simon a la fièvre. Que faire ? «Aussitôt ils lui parlent d’elle». Quand Jésus s’approche, il fait lever la malade en la prenant par la main ; immédiatement la fièvre la quitte. Cette main fiévreuse, maintenant guérie, va être employée pour lui et les siens : «Elle les servit», disent Marc (1:31) et Luc (4:39) ... «elle Le servit», relève Matthieu (8:15).

 

4.2   L’enseignement spirituel

Écouter — parler — agir.

Le sourd ne pouvait parler avant d’avoir écouté. La main ne pouvait agir avant que Jésus ne la guérisse.

 

4.2.1       L’oreille

«Chaque matin il réveille mon oreille pour que j’écoute comme ceux qu’on enseigne. Le Seigneur l’Éternel m’a ouvert l’oreille, et moi je n’ai pas été rebelle» (És. 50:4-5). Ce passage nous présente le Seigneur Jésus Lui-même ; n’est-il pas un modèle pour nous ? Il se levait longtemps avant le jour pour être à l’écart et s’entretenir avec son Père (Marc 1:35). Ne vaut-il pas la peine de mettre à part 1 % de la journée (un quart d’heure sur quatre-vingt-seize !), ou un peu plus, pour vraiment, chaque matin, à travers sa Parole, écouter ce qu’Il a à nous dire pour la journée, et pour le prier ? Moise, souvent excédé par la charge de conduire un peuple qui ne cessait de murmurer et de se plaindre, entrait dans le silence du sanctuaire, où «il entendait la Voix qui lui parlait» ; et ensuite «il Lui parlait» (Nom. 7:89). (*)

(*) Voir la brochure «Une heure avec Jésus»

Avoir à coeur chaque matin d’être réveillé pour écouter, permet d’avoir la parole à propos pour «soutenir celui qui est las» (És. 50:4), et surtout d’obéir, de ne pas être rebelle et se retirer en arrière lorsque le Seigneur place devant nous sa pensée (v. 5).

À la fin de la parabole du semeur, Jésus ajoute : «Qui a des oreilles pour entendre, qu’il entende» (Matth. 13:9), Il répétera son exhortation après avoir donné l’interprétation de celle de l’ivraie (v. 43). Le Seigneur, apparu à Jean en tant que Juge, lui dit d’écrire aux sept assemblées qui sont en Asie, esquissant ainsi une histoire prophétique de l’Église sur la terre. Après chaque lettre il est souligné : «Que celui qui a des oreilles écoute ce que l’Esprit dit aux assemblées» (Apoc. 2 et 3). Exhortation individuelle en Ésaie 50, collective en Apocalypse.

En Luc 14:35 le Seigneur conclut avec le même avertissement. Ayant à coeur d’y répondre, «tous les publicains et les pécheurs s’approchent de lui pour l’entendre» (15:1). Mais les scribes et les pharisiens murmurent et voudraient bien que Jésus ne reçoive pas de tels hommes et ne mange pas avec eux. Ceux-ci ont eu l’extraordinaire privilège d’entendre de sa bouche les trois paraboles qui forment le coeur de l’évangile. N’a-t-il pas valu la peine de s’approcher de lui ?

L’oreille écoute Ses enseignements ; elle perçoit aussi Ses directions : «Que vous alliez à droite, ou que vous alliez à gauche, tes oreilles entendront une parole derrière toi, disant : c’est ici le chemin, marchez-y» (És. 30:21). Dans les grandes décisions de la vie, combien il est nécessaire et précieux de prendre le temps, des heures s’il le faut, pour le «laisser parler». On hésite entre la droite et la gauche, pour la direction des études, pour le choix d’un conjoint, pour un logement, ou tout autre problème ; et bien sûr pour un service placé devant nous par le Seigneur. Combien on est reconnaissant d’entendre la Voix qui dit : C’est ici le chemin. Plus tard, regardant en arrière, on aura l’assurance que le Seigneur a bien conduit, sans mériter le reproche adressé à ses disciples : «Ayant des oreilles, n’entendez-vous pas ?» (Marc 8:18).

L’épouse est aux côtés du Roi et la Voix se fait entendre : «Écoute, fille ! Et vois, et incline ton oreille... adore-Le». Comment rendre culte au Seigneur si on n’a pas d’abord écouté sa voix, si on n’a pas appris à le «voir» à travers les pages des évangiles et les types de l’Ancien Testament (Luc 24:27), si l’on n’a pas incliné son oreille aux enseignements de sa Parole dans les épîtres ? Le culte rendu au Père (Col. 1:12), et l’adoration à Celui qui nous aime et nous a lavés de nos péchés dans son sang, est le service le plus élevé du croyant sur la terre. Il anticipe le culte éternel autour du trône (Apoc. 5).

 

4.2.2       La bouche

«Si tu confesses de ta bouche Jésus comme Seigneur et que tu croies dans ton coeur que Dieu l’a ressuscité d’entre les morts, tu seras sauvé» (Rom. 10:9). Reconnaître par ma conduite, et aussi par mes paroles, que Jésus est mon Seigneur, croire avec foi dans mon coeur que Dieu l’a ressuscité d’entre les morts — «livré pour nos fautes et ressuscité pour notre justification» (Rom. 4:25) — donne, basée sur la Parole elle-même, l’assurance du salut.

Quand Dieu engage à parler de Christ et de l’évangile, il y a souvent une résistance. Moïse ne voulait pas aller en Égypte demander au Pharaon de libérer le peuple de l’esclavage : «Je ne suis pas un homme éloquent ... j’ai la bouche pesante et la langue pesante» (Ex. 4:10). Mais que lui dit l’Éternel ? «Qui est-ce qui a donné une bouche à l’homme... Et maintenant, va, et je serai avec ta bouche, et je t’enseignerai ce que tu diras». Jérémie jeune homme, fait la même expérience (*) : «Je ne sais pas parler car je suis un enfant» (Jér. 1:6). «Et l’Éternel me dit : Ne dis pas : Je suis un enfant, car pour tout ce pour quoi je t’enverrai, tu iras, et tout ce que je te commanderai, tu le diras». Jérémie s’en est allé ; malgré toutes les persécutions qu’il a endurées, il n’a pu retenir les paroles qui, comme un feu, brûlaient dans son coeur (20:9).

(*) Voir nos brochures «Moïse, homme de Dieu» et «Jérémie le prophète»

 

Menacés par le sanhédrin, les apôtres relâchés demandent avec les leurs au Seigneur de leur donner «d’annoncer ta Parole avec toute hardiesse» (Actes 4:29). Et le grand apôtre requiert des Éphésiens leurs prières afin «que j’use de hardiesse... comme je dois parler» (6:20).

À quoi bon présenter le message divin s’il n’est d’abord dans le coeur, et pas seulement dans l’intelligence ? Jésus lui-même l’a dit : «De l’abondance du coeur, la bouche parle» (Matth. 12:34). Il faut pour cela s’être tenu «dans le conseil secret» du Seigneur, afin de faire entendre ses paroles. Les nombreux prophètes du temps de Jérémie l’avaient négligé : ils contredisaient sa prophétie, et tranquillisaient le peuple au lieu de l’avertir : «Je n’ai pas envoyé ces prophètes, et ils ont couru ; je ne leur ai pas parlé, et ils ont prophétisé» (Jér. 23:21).

Surtout dans la maison de Dieu, et plus encore pour un frère relativement jeune, il ne convient pas de faire des discours ! «Quand tu vas dans la maison de Dieu, approche-toi pour entendre ... ne te presse point de ta bouche, et que ton coeur ne se hâte point de proférer une parole devant Dieu» (Eccl. 5:1-2). Jacques le précise : «Que tout homme soit prompt à écouter, lent à parler» (1:19). Combien l’équilibre est nécessaire : d’un côté, modération dans les paroles, les prières ; d’un autre côté ne pas se taire, mais au contraire s’exprimer librement quand le Seigneur y conduit vraiment.

L’apôtre préférait dire cinq paroles avec son intelligence pour édifier l’assemblée, plutôt que dix mille en langues (1 Cor. 14:19). Et dans les relations individuelles : «Une parole dite en son temps, combien elle est bonne !» (Prov. 15:23). Quel avantage de bien connaître la Parole de Dieu pour pouvoir en citer un verset à propos à celui qui est dans le deuil, dans la peine ou la perplexité ; aussi à l’occasion d’une nouvelle année, d’un changement de carrière, ou d’un de ces événements qui marquent le cours de la vie.

 

4.2.3       La main

L’apôtre engage à «travailler de ses propres mains», non pas nécessairement à se dédier à une occupation manuelle, mais à un travail efficient qui permette de subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille, et de donner à celui qui est dans le besoin (l Thess. 4:11 ; 2 Thess. 3:10-12 ; Éph. 4:28). Paul lui-même en a fourni l’exemple. Faisant ses adieux aux anciens d’Éphèse, il montre ses mains, sans doute calleuses par le travail de faiseur de tentes : «Vous savez vous-mêmes que ces mains ont été employées pour mes besoins et pour les personnes qui étaient avec moi. Je vous ai montré en toutes choses qu’en travaillant ainsi, il nous faut secourir les faibles, et nous souvenir des paroles du Seigneur Jésus, qui lui-même a dit : Il est plus heureux de donner que de recevoir» (Actes 20:34-35).

Le Seigneur peut aussi nous faire la grâce d’un service dans le domaine spirituel (2 Cor. 4:1). Ce peut être n’importe quel service utile aux autres, nous souvenant que nous Lui appartenons comme esclaves. Il ne s’agit pas de dominer (1 Pierre 5:3), mais d’être un «sous-rameur» (1 Cor. 4:1). (*) Le «service» le plus élevé reste le culte d’adoration (Héb. 9:14) auquel tous les croyants sont appelés (1 Pierre 2:5). Quand la tempête faisait rage, un ange est apparu à l’apôtre, un ange, dit-il, du Dieu «à qui je suis (dont je suis esclave) et que je sers» (que j’adore) (Actes 27:23).

(*) Voir notre brochure «Serviteurs de Christ»

Quel que soit le service, nous sommes invités à l’accomplir «joyeusement» (Éph. 6:7) et «en toute humilité» (Actes 20:19).

 

5                    LES PARALYTIQUES

5.1   Récits historiques

5.1.1       Introduit par le toit (Matth. 9:2-7 ; Marc 2:3-12 ; Luc 5:18-26)

Jésus est «à la maison». Une foule nombreuse l’entoure. Lorsque quatre personnes viennent à lui, amenant un paralytique, aucun des assistants ne se dérange pour livrer passage. Les quatre hommes, nous est-il dit, découvrent le toit, le percent et descendent devant Jésus le petit lit sur lequel le paralytique est couché. Ce n’était pas simplement comme dans d’autres cas «On lui amène ... on le prie». Il a fallu à ces quatre beaucoup d’énergie pour porter le malade jusqu’à la maison, surmonter la déception de ne pouvoir entrer, et finalement le hisser sur le toit pour le descendre devant Jésus. Aussi Jésus, «voyant leur foi», dit au paralytique que ses péchés sont pardonnés. Le Seigneur en avait le pouvoir «sur la terre» (Marc 2:10). Il ne s’agit pas du pardon éternel, mais plutôt d’un pardon gouvernemental : cette paralysie était probablement une conséquence d’une ou plusieurs fautes sérieuses.

Les scribes raisonnent dans leur coeur. Ils estiment que Jésus blasphème, car Dieu seul peut pardonner les péchés. Jésus, qui voyait la foi des amis du malade, voit aussi la pensée de ces hommes (Matth. 9:4). Il connaît dans son esprit qu’ils raisonnaient en eux-mêmes. Pourtant ces scribes n’avaient rien dit ; mais Dieu sonde les coeurs, rien n’est caché devant lui. «Lequel est le plus facile de dire au paralytique : Tes péchés te sont pardonnés, ou de dire : lève-toi, prends ton petit lit et marche ?» L’un et l’autre étaient tout aussi impossibles à n’importe quel homme. La preuve allait être donnée de la puissance divine de Celui qui était là au milieu de cette foule : «Je te dis, lève-toi, prends ton petit lit, et va dans ta maison». Le paralytique montre sa foi en se levant aussitôt, il s’en va chez lui, glorifiant Dieu. Il ne rend pas grâces comme le dixième lépreux, mais il donne gloire à Dieu pour le miracle. La foule ouvre ses rangs pour laisser passer le malade en qui Jésus vient de montrer sa puissance ; lorsque le pauvre impotent était porté par ses amis, personne ne s’était dérangé pour lui, faisant bien plutôt obstacle à son contact avec Jésus. Sommes-nous une aide ou une entrave pour ceux qui voudraient s’approcher de Lui ?

 

5.1.2       Le serviteur du centurion (Mat 8:5-13, Luc 7:2-10)

L’esclave de l’officier romain était «atteint de paralysie, horriblement tourmenté» (Matth. 8:6). Le centurion ne se croit pas digne d’aller lui-même à Jésus (Luc 7:7), il lui envoie des anciens des Juifs. Appréciant l’intérêt de l’officier romain pour leur nation, puisqu’il leur a lui-même bâti la synagogue, eux l’estiment digne que Jésus lui accorde sa requête (Luc 7:4). Jésus accompagne les anciens ; lorsqu’il approche de la maison du centurion, celui-ci lui envoie des amis, répétant qu’il n’est pas digne que le Sauveur vienne sous son toit. Il suffit de dire «une parole» et le serviteur sera guéri. Un officier dit à l’un de ses soldats : Va, et il va ; lorsqu’il dit à un autre : Viens, il vient ; et quand il dit à son esclave : Fais cela, il le fait. Qu’en est-il de nous vis-à-vis du Seigneur ? Sommes-nous toujours disposés à aller lorsqu’il dit : Va ? Va porter quelque secours à tel et tel. Va faire cette visite. Va au rassemblement. Parfois Il dira : Viens. Viens passer un moment seul à seul avec moi, entre dans ta chambre, ferme la porte, viens à l’écart et je te parlerai. Faisons-nous alors la sourde oreille ? Et s’Il dit : Fais cela, sommes-nous disposés à l’accomplir ?

Quand Jésus entend les paroles du centurion, il «l’admire», comme plus tard il «aimera» (Marc 10:21) le jeune homme riche qui finalement ne le suivra pas. Il n’a pas trouvé, même en Israël, une si grande foi. Rentrant à la maison, les envoyés trouvent bien portant l’esclave malade. Dorénavant il pourra marcher, et de nouveau être utile à son maître.

 

5.1.3       Le paralytique de Béthesda (Jean 5:5-9)

Pendant trente-huit ans cet homme a été couché au milieu d’une multitude d’infirmes, espérant venir à temps pour être le premier dans le réservoir lorsque l’eau serait agitée. Mais il n’en avait pas la force. Douloureusement il doit dire à Jésus : «Seigneur, je n’ai personne». Cet homme n’a pas fait appel à Jésus. Il ne le connaissait même pas (v. 13). Mais à Sa parole : «Lève-toi, prends ton lit, et marche», il n’hésite pas ; aussitôt il se lève guéri, prend son lit et s’en va. Jésus se révélera à lui par la suite, l’ayant trouvé dans le temple (v. 14).

Belle illustration de l’enseignement que le Seigneur va donner : la puissance de vie est en lui : «Comme le Père a la vie en lui-même, ainsi il a donné au Fils aussi d’avoir la vie en lui-même» (v.  26).

 

5.2   L’enseignement spirituel : Marchez

Étant venu à Jésus, et l’ayant accepté comme Sauveur, celui qui était incapable de faire quoi que ce soit pour Lui plaire, est maintenant «une nouvelle création» (2 Cor. 5:17). Le cours de sa vie est transformé. Sa manière d’être, de réagir, de s’occuper, ses intérêts, ne sont plus du tout les mêmes. «Sauvé par la grâce, moyennant la foi», il sait que cela ne vient pas de lui, c’est le don de Dieu». Il était incapable de faire «des oeuvres pour être sauvé». Maintenant il est sauvé, il a été «créé dans le Christ Jésus», «afin de marcher dans les bonnes oeuvres que Dieu a préparées à l’avance» (Éph. 2:8-10).

Le croyant ne va plus «marcher» comme le reste des nations marche ... étrangers à la vie de Dieu ... pratiquant avidement toute impureté (Éph. 4:17-19). La vie du racheté va faire contraste avec celle de ses collègues du monde ; ils «trouveront étrange qu’il ne coure pas avec eux dans le même bourbier de corruption» (1 Pierre 4:4). Il faut accepter cette différence fondamentale. C’est difficile, surtout pour les jeunes vis-à-vis de leurs collègues mondains et de leurs anciens amis. Mais tel est le chemin du Seigneur : «Ne plus vivre pour les convoitises des hommes, mais pour la volonté de Dieu» (1 Pierre 4:2).

La marche est aussi collective. Nous avons été appelés en un seul corps. Il s’agit donc de «marcher d’une manière digne de cet appel» (Éph. 4:1-2). Impossible, s’il n’y a pas toute humilité et douceur, avec longanimité et support dans l’amour. Non pas créer une unité en se mettant d’accord sur tous les points, mais s’appliquer à garder et cela par le lien de la paix, «l’unité de l’Esprit» (1 Cor. 12:13). Le but du ministère sera d’amener les membres du corps «à l’unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l’état d’homme fait» (v. 13). Les ais (planches dressées) constituaient les parois du tabernacle (Ex. 26:15-30). Chacun d’eux reposait sur une base d’argent, qui abaissait sensiblement le centre de gravité. Mais un fort vent eût vite disloqué cette structure. Aussi cinq traverses unissaient-elles les diverses planches dressées, afin d’en faire des parois solides et unies entre elles. On a comparé ces cinq traverses aux cinq qualités que relève l’apôtre, sans lesquelles il ne peut y avoir d’unité pratique.

De là, un peu plus loin, cette exhortation : «Marchez dans l’amour, comme aussi le Christ nous a aimés» (5:2). Être conscients de l’amour infini du Seigneur Jésus, qui nous a aimés comme le Père l’a aimé, et qui s’est livré lui-même pour nous, est le ressort qui nous permet de marcher dans l’amour, amour envers Lui en premier lieu, mais aussi amour envers nos frères.

Enfants de lumière, nous sommes appelés à «marcher» comme tels (5:8). Cette lumière va tout mettre en évidence, nos propres fautes sans doute, mais aussi celles des autres ! Quel est le fruit de la lumière ? Il consiste «en toute bonté et justice et vérité» ! Nous aurions mis la vérité en premier lieu, puis la justice et enfin la bonté. Mais l’Esprit de Dieu a voulu que la bonté figure en tête, ni aux dépens de ce qui est juste, ni aux dépens de ce qui est vrai. On accusera facilement quelqu’un sans examiner si l’accusation est juste, sans aller au fond des choses ; on aura manqué et à la justice, et à la vérité. Mais si la bonté avait prévalu, on n’aurait pas d’emblée accusé ! Marcher dans la lumière, c’est aussi «éprouver ce qui est agréable au Seigneur» (v. 10). Non pas «marcher» en se laissant aller selon ses désirs, mais en prenant la peine de bien réfléchir : Ce que je vais faire est-il agréable au Seigneur ?

C’est pourquoi l’apôtre ajoute : «Prenez donc garde à marcher soigneusement» (5:15), en prenant soin des détails. Pas seulement suivre le Seigneur dans les grandes lignes, mais laisser sa lumière éclairer les choix journaliers de nos vies.

Une telle marche n’est possible que «par la foi» (2 Cor. 5:7). Nous sommes «absents du Seigneur». Le jour où nous serons «présents» avec Lui, nous serons «chez nous». Maintenant nous marchons par la foi, non par la vue. Ce n’est pas ici la foi qui sauve, ni l’enseignement chrétien, mais cette foi journalière qui compte sur Lui, qui vit avec lui les circonstances, petites et grandes, que nous sommes appelés à traverser.

Fondamentalement nous sommes exhortés à «marcher par l’Esprit» (Gal. 5:16), pour ne pas accomplir la convoitise de la chair (*). Les désirs de la chair, qui sont toujours dans le croyant, sont opposés à ceux de l’Esprit ; et le bien que l’Esprit désire, la chair ne le veut pas. Si nous marchons par l’Esprit, nous ne pratiquerons pas les choses que la chair voudrait (v. 17). L’Esprit est en nous, mais nous sommes appelés — et c’est notre responsabilité — à «faire par l’Esprit mourir les actions du corps» (Rom. 8:13). La puissance est là, à nous d’y recourir tout le long de nos jours.

(*) Voir R.B. «L’épître aux Galates»et notre brochure

Enfin vis-à-vis de «ceux du dehors», nous sommes appelés à «marcher dans la sagesse ... saisissant l’occasion» (Col. 4:5). Il ne s’agit pas d’afficher l’évangile à tort et à travers, ni de fatiguer ceux que nous voudrions amener au Seigneur par une insistance déplacée. Vivre devant eux, dans la sagesse, dans la mesure, dans l’équilibre ; et saisir l’occasion lorsqu’elle se présente :

«Que votre parole soit toujours dans un esprit de grâce, assaisonnée de sel, afin que vous sachiez comment vous devez répondre à chacun» (v. 6). Il faut toute l’opération de la grâce de Dieu et de son Esprit en nous, pour réaliser une telle marche.

La guérison d’un paralytique par Pierre donne l’occasion de lui dire : Lève-toi, et (non pas : marche, mais) «fais-toi toi-même ton lit» (Actes 9:34). Pendant huit ans cet homme avait été soigné par sa famille ou ses amis, qui devaient «faire son lit», et sans doute sans s’occuper de bien des détails, puisque, paralysé, il ne pouvait lui-même y pourvoir. Maintenant, ayant une nouvelle vie, il est appelé à faire lui-même son lit. Ne plus dépendre des autres, mais prendre ses responsabilités. C’est en quelque sorte le passage de l’adolescence à la prise en charge personnelle. Les parents chrétiens se sont donné beaucoup de peine pour élever leurs enfants, les préserver de bien des dangers, les engager dans le chemin du Seigneur, l’âge venant, le jeune homme ou la jeune fille sont appelés à se sentir de plus en plus responsables envers Dieu de leurs propres actes. Non qu’ils délaissent les conseils et l’aide de leurs parents ; mais c’est eux-mêmes qui ont à rendre compte de leur manière de vivre, de travailler, de se distraire, de se comporter, jusqu’au «lit» qui représente l’activité professionnelle, et par-dessus tout bien sûr, la décision suprême de la vie sur la terre : le mariage !

«Il n’est pas bon que l’homme soit seul» a dit Dieu, ajoutant : «Je lui ferai une aide qui lui corresponde» (Gen. 2:18). Le mariage est une institution divine, que le Seigneur Jésus lui-même a sanctionnée, même si tant d’influences cherchent à la décrier aujourd’hui. Dans sa prière, le serviteur d’Abraham (Gen. 24) demande à Dieu de l’aider à discerner «celle que tu as destinée» à Isaac. Le jeune homme croyant considérera certainement la pensée de ses parents, ou d’amis expérimentés, il ne se liera pas à la légère, ou dans un premier enthousiasme. Au contraire, il en fera un sujet de prières aussi prolongé qu’il le faudra. Il sait que le Seigneur a en vue une compagne pour lui ; sa responsabilité est de la discerner afin de se marier «dans le Seigneur» (1 Cor. 7:39). Alors, ensemble on pourra recevoir de sa main, et toutes les joies qu’il accordera, et les épreuves qu’il permettra.

 

6                    L’ABONDANCE

Jusqu’ici nous avons considéré des miracles de guérison, où la puissance et la compassion du Seigneur répondaient à un besoin. Il est aussi Celui qui donne, qui dit de ses brebis : «Moi je suis venu afin qu’elles aient la vie, et qu’elles l’aient en abondance» (Jean 10:10).

Romains 5:17 nous parle de «ceux qui reçoivent l’abondance de la grâce et du don».

Le récit de ces «miracles d’abondance» est intimement lié à l’enseignement spirituel qui en découle. Aussi ne séparerons-nous plus ici le côté historique de l’enseignement spirituel.

 

6.1   Les noces de Cana (Jean 2:1-11)

Jésus a accepté, avec ses disciples, l’invitation à la noce : Il savait «se réjouir avec ceux qui se réjouissent» (Rom. 12:15). À Cana, le vin (la joie) est venu à manquer. Pourquoi ? — Les six vaisseaux de pierre (v. 6) qui auraient dû contenir l’eau de purification, étaient vides ! Jésus les fait remplir et transforme l’eau en vin. Il n’y a pas de joie réelle sans la purification, purification qui pour le croyant s’opère fondamentalement par le sang de Christ, et pratiquement par la confession de ses fautes (1 Jean 1:7, 9). Jésus seul peut donner cette vraie joie : «Je vous ai dit ces choses afin que ma joie soit en vous et que votre joie soit accomplie» (Jean 15:11). Joie qui découle de la conscience de l’amour du Seigneur Jésus qui nous a aimés comme le Père l’a aimé, et de l’obéissance à ses commandements afin de demeurer dans son amour (Jean 15:9-11).

 

6.2   Les multiplications des pains

6.2.1       Première multiplication

Le seul miracle rapporté par les quatre évangélistes (Matth. 14:15-21 ; Marc 6:35-44 ; Luc 9:12-17, Jean 6:5-15).

Voyant les foules rassemblées autour de lui, Jésus est ému de compassion, tandis que les disciples expriment leur égoïsme : «Renvoie-les» (Matth. 14:14-15). Le Maître veut apprendre aux douze qu’il n’est pas nécessaire qu’elles s’en aillent : eux-mêmes sont responsables de leur donner à manger. Devraient-ils aller acheter pour deux cents deniers de pain ? Jésus leur dit : «Combien de pains avez-vous ? Allez et regardez. Et quand ils le surent, ils lui disent : Cinq pains et deux poissons !» Ce n’était rien pour tant de monde. Pourtant l’injonction était claire : Vous, donnez-leur à manger. «Apportez-les-moi ici», dit le Seigneur. L’ordre est transmis aux foules de s’asseoir sur l’herbe, en rangs de cinquante et de cent. Jésus prend les cinq pains, les deux poissons, regarde vers le ciel, bénit, et ayant rompu les pains les donne aux disciples et les disciples aux foules. Chaque fois qu’ils reviennent vers leur Maître, il y a abondance de pain ; les cinq mille hommes sont rassasiés ; pour eux-mêmes il reste douze paniers pleins.

Si l’occasion est donnée d’apporter quelque nourriture spirituelle, à des enfants, à des jeunes, ou à de plus âgés, le serviteur sera toujours conscient de son incapacité. Mais Jésus enseigne à lui apporter d’abord à lui ce que nous avons déjà reçu de sa part. Ce sera peu de chose par rapport aux besoins, mais Lui peut le multiplier si nous le lui présentons dans la prière accompagnée de la méditation de sa Parole ; il nous le rendra en abondance pour ceux qui nous sont confiés : peut-être un groupe d’école du dimanche, ou de jeunes, ou plus tard les besoins de l’assemblée locale, selon qu’Il y conduira, sous la direction de l’Esprit.

Au début, les disciples n’avaient que cinq pains, à la fin, ils ramassent douze paniers : «Celui qui arrose sera lui-même arrosé» (Prov. 11:25). Persuadés de leur insuffisance, ils avaient répondu à la demande de leur Maître : «Apportez-les-moi ici» ; le Seigneur leur a rendu surabondamment le peu qu’ils lui avaient apporté. Dans sa détresse au sujet de son fils, le père donne suite à l’invitation de Jésus : «Amenez-le-moi ici» (Matth. 17:18). Le Seigneur guérit l’enfant et «le rend à son père» (Luc 9:42) !

 

6.2.2       Deuxième multiplication (Matth. 15:32-39 ; Marc 8:1-9)

La scène est la même, sauf que les foules étaient demeurées trois jours auprès de Jésus et n’avaient rien à manger. Lui ne veut pas les renvoyer, mais les disciples répondent : «D’où pourra-t-on les rassasier de pain, ici, dans le désert ?» (Marc 8:4). N’avaient-ils rien appris de la première multiplication ? Ne se souvenaient-ils pas que Jésus avait pu nourrir cinq mille hommes ?

À nouveau ils doivent lui apporter leurs maigres ressources : sept pains. Après avoir rendu grâces, il les leur rend, mais combien multipliés, pour les mettre devant la foule. Tout se passe avec ordre, comme la première fois. On est assis, pas d’excitation, pas de turbulence, dans le calme, chacun a part à l’abondance que le Maître donne ; les disciples ramassent encore sept corbeilles pour leurs propres besoins, bien plus que les sept pains qu’ils avaient au début.

Pourtant, quelque temps après, quand, dans la barque, ils ont oublié de prendre du pain,ils sont perplexes devant leur carence. Jésus leur reproche : «Ayant des yeux, ne voyez-vous pas ? Ayant des oreilles, n’entendez-vous pas ? Et n’avez-vous point de mémoire ? Quand je rompis les cinq pains aux cinq mille, combien recueillîtes-vous de paniers pleins de morceaux ? Ils lui disent : Douze. Et quand je rompis les sept aux quatre mille, combien recueillîtes-vous de corbeilles pleines de morceaux ? Et ils dirent : sept. Et il leur dit : Comment ne comprenez-vous pas ?» (Marc 8:18-21). L’abondance que le Seigneur Jésus avait distribuée ne les avait pas «rendus intelligents ...car leur coeur était endurci» (Marc 6:52).

 

6.2.3       La première multiplication en Jean 6

Un enseignement tout différent est présenté par Jésus dans cet évangile. Philippe est directement mis à l’épreuve et répond qu’un achat de deux cents deniers de pain ne suffirait pas pour que chacun en reçoive quelque peu. André signale le petit garçon aux cinq pains d’orge et deux poissons. «Mais qu’est-ce que cela pour tant de monde ?» Nous sommes dans l’évangile du Fils de Dieu : Jésus lui-même, non à travers les douze, mais personnellement, distribue à la foule assise. Les disciples par contre amassent les morceaux de reste, afin que rien ne soit perdu. Le lendemain, Jésus va tirer de ce miracle un enseignement qui met à l’épreuve la foi de ses disciples (v. 66-69).

Les foules voudraient bien encore manger des pains et être rassasiées (v. 26). Jésus leur montre que «la viande qui périt» est peu de chose comparée à celle qui «demeure jusque dans la vie éternelle, laquelle le fils de l’homme vous donnera». Eux voudraient faire des oeuvres. «C’est ici l’oeuvre de Dieu, répond Jésus, que vous croyiez en celui qu’il a envoyé». Qui est-il celui que Dieu a envoyé, sinon ce «pain vivant descendu du ciel, qui donne la vie au monde» (v. 33). Sans comprendre, la foule demande : Seigneur donne-nous toujours ce pain-là. Mais lui souligne : «Moi, je suis le pain de vie. Celui qui vient à moi n’aura jamais faim ; et celui qui croit en moi n’aura jamais soif». Qu’est-ce que «croire» en Lui ? Pas seulement une adhésion intellectuelle, comme nous admettons un événement passé qu’un interlocuteur digne de foi nous a rapporté. Croire, c’est «manger» le pain qui est descendu du ciel : devenir intimement persuadé dans tout son être que le Fils du Père est venu ici-bas, véritablement homme au milieu des hommes, toutefois fait à la ressemblance des hommes parce que sans péché : «Moi, je suis le pain vivant qui est descendu du ciel : si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement» (v. 51).

Mais il n’a pas seulement vécu, il a donné sa vie : «Or le pain aussi que moi je donnerai, c’est ma chair, laquelle moi je donnerai pour la vie du monde». Par conséquent «si vous ne mangez la chair du fils de l’homme et ne buvez son sang, vous n’avez pas la vie en vous-mêmes. Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang a la vie éternelle». Le corps et le sang séparés parlent à nos coeurs de la mort de Christ, livré pour nos fautes et ressuscité pour notre justification. Il ne s’agit pas d’une nourriture matérielle : «Les paroles que moi je vous ai dites sont esprit et sont vie» (v. 63) ; elles sont à prendre dans un sens entièrement spirituel. Avoir mangé la chair du fils de l’homme et bu son sang, donne la vie une fois pour toutes (aoriste du v. 54) ; nous sommes aussi appelés à manger chaque jour sa chair et à boire son sang pour demeurer en Lui, et Lui en nous (v. 56 le verbe est au présent).

Tout sera donné en abondance : Jamais faim — jamais soif — vie éternelle — communion toujours renouvelée avec Celui qui a pris un corps et l’a donné pour nous.

À proprement parler la Cène n’est pas en vue dans ce chapitre ; mais bien sûr les sentiments qui animent le coeur du croyant lorsqu’il participe au mémorial de la mort du Seigneur en sont bien proches. Le pain et le vin ne se transforment pas en corps et sang de Christ ; mais pour notre âme, spirituellement, le pain de la Cène est bien son corps, que nous sommes invités à «distinguer» ; la coupe est bien son sang, «la communion du sang du Christ» (1 Cor. 11:29 ; 10:16). Combien il importe de participer à ce repas avec tout le sérieux qu’il comporte, en se souvenant qu’on mange et boit «un jugement contre soi-même, si l’on ne distingue pas le corps».

 

6.3   Les pêches miraculeuses (*)

6.3.1       Luc 5:4-11

Au bord du Jourdain, Jésus avait regardé Pierre : Tu es Simon ... tu seras Pierre (Jean 1:43). Plusieurs semaines s’étaient écoulées ; Simon donne occasion à Jésus de s’asseoir dans sa barque pour s’éloigner un peu de terre et de là enseigner les foules. Quand il eut cessé de parler, Jésus lui dit : Mène en pleine eau et jette le filet pour la pêche. Le pêcheur, qui a travaillé toute la nuit avec ses compagnons et n’a rien pris, accepte quand même, sur la parole de Jésus, de lâcher le filet. Une grande quantité de poissons s’y rassemblent. Devant cette abondance, Simon et ses compagnons sont tout effrayés. Lui se jette aux genoux de Jésus, en disant : «Seigneur, retire-toi de moi, car je suis un homme pécheur». Comme on l’a dit, ne saisit-il pas que celui qui voit les poissons dans la mer, voit aussi les péchés dans son coeur ? Mais Jésus répond : Ne crains pas ; dorénavant tu prendras des hommes. Et Pierre, et André, et Jacques, et Jean, ayant amené les nacelles à terre, quittent tout et le suivent. N’est-ce pas l’abondance de la grâce qui les a attirés à Lui ?

(*) Voir H.R. «Simon Pierre» et notre brochure «Pierre et son Maître»

 

6.3.2       Jean 21:1-22

Cana avait été le commencement des miracles ; celui-ci est le dernier relaté dans l’évangile.

Au bord du Jourdain, Jésus avait regardé Simon. Le même regard s’est posé sur lui après le reniement (Luc 22:61). Pierre est allé au sépulcre, trouvé vide, et est rentré chez lui. Puis Jésus l’a retrouvé : le Seigneur ressuscité lui est apparu seul à seul (Luc 24:34) ; le disciple a été restauré dans son âme. Le soir, il est présent lorsque Jésus vient au milieu des siens (Jean 20:19, 26). Pourtant la restauration n’est pas encore complète.

Pensant au vieux métier, Pierre dit : «Je m’en vais pêcher !» (Jean 21:3). Il entraîne ses compagnons ; mais sans Jésus on peut pêcher toute la nuit et ne rien prendre, et n’avoir rien à manger ! L’inconnu apparu sur le rivage dit : Jetez le filet et vous trouverez. Une multitude de poissons s’y rassemblent. L’homme qui peut parler ainsi n’est-il pas «le même Jésus», qui trois ans auparavant avait déjà rempli leurs filets ? Et Jean de dire : «C’est le Seigneur». Une fois de plus l’abondance de la grâce a touché les coeurs. Simon Pierre se jette à l’eau, va au-devant de son Maître, qui lui-même a préparé leur nourriture. Ensemble ils dînent.

Après le repas, sans se presser, Jésus va parler à Pierre : «Simon, fils de Jonas, m’aimes-tu plus que ne font ceux-ci ?» Pierre avait dit que lui suivrait, même si les autres ne le faisaient pas. Tous s’étaient enfuis, lui avait voulu suivre, mais pire que de s’enfuir, il avait renié ! Pourtant il s’en remet au jugement du Seigneur : «Tu sais que je t’aime». Le Maître va successivement lui confier le ministère auprès des agneaux, auprès des brebis, chers à Son coeur. Pierre sera le moyen d’amener trois mille âmes le jour de la Pentecôte, cinq mille quelques jours plus tard... L’amour pour le Seigneur est le seul mobile pour engager dans le service et le rendre fructueux, dans la dépendance du Maître et sous la conduite de l’Esprit.

À la fin de sa vie, le vieil apôtre écrira à ses frères «Suivant que chacun de vous a reçu quelque don de grâce, employez-le les uns pour les autres, comme bons dispensateurs de la grâce variée de Dieu» (1 Pierre 4:10). L’abondance de la pêche l’avait attiré à Jésus ; la même abondance après la résurrection l’a conduit à sa restauration ; il a pu, répondant à la prière de Jésus, fortifier ses frères. Combien il voudrait que ceux-ci, selon que Dieu leur a confié «quelque don de grâce», aient à coeur d’employer un peu de cette abondance, de cette grâce variée de Dieu, en faveur de ses rachetés.

 

7                    L’ÉPREUVE

Dans ce chapitre aussi le récit historique étant directement mêlé à l’enseignement spirituel, nous ne ferons pas des paragraphes séparés.

L’épreuve est avant tout un test. Jacques 1:12 nous parle d’être «manifesté ... par l’épreuve». Elle met en évidence notre confiance en Dieu, ou ... notre manque de foi. Elle peut être un moyen de discipline, d’éducation dans la main de Dieu (Héb. 12) (*). Elle peut aussi être «pour la gloire de Dieu», comme la résurrection de Lazare (Jean 11:4).

(*) Voir notre brochure : «Plus de fruit»

 

7.1   Les tempêtes

7.1.1       Matth. 8:23-27 ; Marc 4:35-41 ; Luc 8:22-25

La tempête dans laquelle Jésus engage ses disciples va faire ressortir, en sa présence, la réalité ou l’absence de leur confiance en lui. Il monte lui-même dans la nacelle ; eux le suivent (Mat 8:23). Une grande tourmente se lève, la barque est couverte par les vagues, mais lui dort.

Les disciples le réveillent : «Seigneur, sauve-nous, nous périssons», Jésus leur reproche leur petite foi. Il reprend les vents et la mer ; il se fait un grand calme. Chacun s’en étonne, disant : «Quel est celui-ci ?».

Marc 4 ajoute un ou deux points. Jésus invite les douze : «Passons à l’autre rive». Ils le prennent dans la barque «comme il était», sans doute fatigué puisqu’il va s’endormir, la tête sur un oreiller qu’une main compatissante a placé là. Malgré la tempête, un homme lassé de sa journée s’endort : véritable humanité de notre Seigneur. Effrayés, eux le réveillent : «Maître, ne te mets-tu pas en peine que nous périssions ?» Lui se lève, reprend le vent et la mer : «Fais silence, tais-toi ! Et il se fait un grand calme». Dieu, le Créateur a parlé : même les vents et la mer lui obéissent. Les disciples qui, dit Jésus, n’avaient «pas de foi», se demandent entre eux : «Qui donc est celui-ci ?».

 

L’épreuve devait mettre en lumière s’ils avaient vraiment confiance en Jésus. De fait, leur foi est petite ou nulle, où est-elle ? dit Luc. Ne connaissent-ils pas encore Celui qu’ils suivent ? Peut-être quelques progrès ont-ils lieu.

 

7.1.2       La deuxième tempête (Matth. 14:22-32 ; Marc 6:45-51)

Jésus va cette fois mettre ses disciples à l’épreuve, non pas tellement pour montrer s’ils ont confiance en lui, mais pour les éduquer. Marc 6:52 nous dit : «Ils n’avaient pas été rendus intelligents par les pains, car leur coeur était endurci». Une épreuve était nécessaire pour les rapprocher de leur Maître.

Aussi, soit dans Matthieu, soit dans Marc, il doit «contraindre» les douze de monter dans la barque et de le précéder à l’autre rive. Lui ne va pas avec eux. «Il monte sur une montagne à l’écart pour prier, et le soir étant venu, il est là seul». Les siens sont sur la mer, la barque battue par les vagues avec un vent contraire. Lui ne se hâte pas d’aller à leur secours. À la quatrième veille de la nuit seulement, il va vers eux, marchant sur la mer. Si les disciples avaient pensé à leur Maître, ils auraient bien discerné que c’était lui : personne d’autre ne pouvait marcher ainsi sur l’eau. Mais effrayés, ils crient : C’est un fantôme. Jésus aussitôt leur dit : Ayez bon courage ; c’est moi, n’ayez point de peur. (*)

(*) Voir la brochure «La Voix de Jésus dans la tempête»

 

Pierre, toujours prompt à se mettre en avant, demande au Seigneur de lui commander d’aller à lui sur les eaux (Matth. 14:28). Jésus répond simplement : Viens. Pierre se met à marcher sur les vagues, mais au lieu de regarder à Jésus, il voit que le vent est fort, il a peur et commence à enfoncer. Le Maître va-t-il le laisser dans cet état où il va périr ? «Seigneur, sauve-moi !» crie le disciple. Aussitôt Jésus étend la main et lui reproche sa petite foi. Tous deux montent à bord, le vent tombe. Les passagers de la nacelle, rendant hommage à Jésus, reconnaissent que : Véritablement tu es le Fils de Dieu ! Il valait la peine d’avoir traversé la tempête pour en arriver là.

«Si j’ai dit : Mon pied glisse, ta bonté, ô Éternel, m’a soutenu» (Ps. 94:18). On sent que l’on va s’égarer. L’opposition de l’ennemi, tel le vent, est forte : on va glisser. Mais si l’on regarde vraiment au Seigneur, sa main ne va-t-elle pas nous secourir, comme autrefois Pierre ou le psalmiste ?

En Marc 6, le contraste entre Jésus qui prie sur la montagne et la barque au milieu de la mer, est encore plus frappant (v. 47). De la hauteur, il les voit «se tourmenter à ramer». N’en est-il pas ainsi aujourd’hui ? Le Seigneur connaît le chemin suivi par chacun des siens, il sait de quoi l’un ou l’autre se tourmente ; dans le ciel, il est «toujours vivant pour intercéder pour ceux qui s’approchent de Dieu par Lui» (Héb. 7:25).

Par la bouche d’Élihu, Job nous parle, sous une forme imagée (Job 36:29 à 37:21) des orages de la vie. Dans ce tableau impressionnant, les nuées, les éclairs, le tonnerre représentent les épreuves ; la lumière, l’intervention divine : «Qui peut comprendre le déploiement de la nuée, le fracas de son tabernacle ?... À cause de cela mon coeur tremble et tressaille comme s’il sortait de sa place. Écoutez donc le bruit éclatant de sa voix et le grondement qui sort de sa bouche ! Il le dirige sous tous les cieux, et son éclair jusqu’aux extrémités de la terre... Dieu tonne merveilleusement de sa voix, faisant de grandes choses que nous ne comprenons pas... Il charge d’eau le nuage, sa lumière dissipe les nuées, et sous sa conduite elles tournoient en tous sens, pour accomplir leur oeuvre, tout ce qu’il leur commande sur la face du cercle de la terre, soit qu’il les fasse venir comme verge, ou pour sa terre, ou en bonté... Tiens-toi là, et discerne les oeuvres merveilleuses de Dieu... Et maintenant on ne voit pas la lumière brillante, elle est cachée dans les nues, mais le vent passe, et les chasse et produit un ciel clair». Souvent nous ne comprenons pas bien les voies de Dieu, mais nous pouvons lui faire confiance : l’épreuve passe et produit un ciel clair (*).

(*) Voir notre brochure sur «Job»

 

7.2   La femme courbée (Luc 13:10-13)

L’épreuve pour cette femme n’a pas duré une nuit, comme pour les disciples dans la tempête, mais dix-huit ans ! Satan l’avait courbée (v. 16), elle ne pouvait se relever, regarder en haut, lever les yeux vers Jésus. Elle n’a pas crié à lui. Combien de personnes dans le deuil, dans les déceptions de la vie, sont ainsi courbées vers la terre et n’ont pas appris à regarder en haut !

Parmi la foule qui remplissait cette synagogue, la compassion de Jésus aperçoit cette femme. Il l’appelle et lui donne une parole d’encouragement : «Femme, tu es délivrée de ton infirmité». Puis, comme il l’a fait tant de fois, il pose les mains sur elle : à l’instant elle fut redressée, et glorifiait Dieu. Le lépreux, l’aveugle, la belle-mère de Pierre, la fille de Jaïrus avaient senti cette main. Et voilà cette femme «déliée» (v. 16) ; elle va pouvoir regarder plus haut que son épreuve et glorifier Dieu.

Il y a dans la vie de grandes épreuves qui courbent vers la terre. Une profession que l’on envisageait et n’a pu obtenir ; une déception profonde ; un deuil grave ; une longue maladie. Lui seul peut redresser et faire lever les yeux. David en avait déjà fait l’expérience : «L’Éternel soutient tous ceux qui tombent, et relève tous ceux qui sont courbés» (Ps. 145:14).

 

Heureux, l’âme affranchie,

Avançant vers le ciel,

Déjà je m’associe

Au cantique éternel.

Douleurs, fatigue ou peine,

N’ébranlent point ma foi.

L’épreuve est toute pleine

De fruits bénis pour moi.

 

8                    LES RÉSURRECTIONS

Elles représentent les plus grands miracles accomplis par le Seigneur Jésus. Il y avait eu des résurrections du temps d’Élie et d’Élisée ; il y en aura dans les Actes. Sans doute n’étaient-elles que pour la vie sur la terre. Pourtant celles accomplies par le Seigneur, dans des circonstances toutes particulières, l’ont mis en évidence pour attester une fois de plus qui il était.

 

8.1   Les récits historiques

8.1.1       La fille de Jaïrus (Matth. 9:18-26 ; Marc 5:22-24, 35-43 ; Luc 8:40-42, 49-56)

 

Nous suivrons le texte de Marc (*).

(*) À propos des différences apparentes entre les Évangiles, voir l’ouvrage de Cor. Bruins : «The divine Design in the Gospels»

 

Jésus a traversé la tempête pour délivrer, sur l’autre bord, un homme possédé de plusieurs démons. Il revient sur le rivage occidental. L’un des chefs de synagogue, nommé Jaïrus, qui probablement l’attendait depuis longtemps, le voyant, se jette à ses pieds et le supplie pour sa fille qui est à l’extrémité. Qu’il vienne et lui impose les mains afin qu’elle soit sauvée. C’est urgent.

Mais Jésus, entouré d’une grande foule qui le presse, ne se hâte pas. Une femme qui avait une perte de sang vient toucher son vêtement pour être guérie ; tout l’entretien avec elle prend du temps. On sent Jaïrus de plus en plus inquiet. Comme Jésus parlait encore avec elle, des gens de chez le chef de synagogue arrivent et annoncent brutalement : «Ta fille est morte : pourquoi tourmentes-tu encore le Maître ?» On comprend bien, d’après ces paroles, que Jaïrus avait dû être fortement blâmé de quitter sa fille mourante pour aller vers ce Rabbi dont on ne savait trop qui il était. Mais Jésus encourage aussitôt Jaïrus : «Ne crains pas, crois seulement». Accompagné de Pierre, Jacques et Jean — les trois qui avaient été sur la montagne de la transfiguration et qui seront avec lui à Gethsémané — il vient à la maison du chef de synagogue. Pour lui l’enfant n’est pas morte, elle dort. On se rit de lui, sachant bien qu’elle est morte, non pas dans un coma temporaire.

Seul avec le père et la mère, et les trois disciples, Jésus entre dans la chambre, probablement semi-obscure, où l’enfant reposait, couchée. D’après la loi, celui qui touchait un mort était impur. Mais pour Jésus il n’y avait aucune impureté. Il prend la main de l’enfant, et ne dit que deux mots : Talitha coumi, c’est-à-dire : Jeune fille, je te dis, lève-toi. Aussitôt la jeune fille se lève et marche. Elle avait douze ans. Spirituellement parlant, un enfant a été amené au Seigneur, il a reçu la vie ; il peut marcher, mais une responsabilité incombe aux parents : «Il dit qu’on lui donnât à manger». Combien il importe de nourrir les jeunes convertis, de la Parole, de la personne du Seigneur, et progressivement de les aider à avancer dans Ses enseignements.

Luc, toujours sensible à toutes les conditions humaines, nous apprend que la jeune fille était fille unique, comme le fils de la veuve de Naïn, de même que l’enfant guéri après la transfiguration. Luc seul nous parle aussi de cinq veuves. À lire son évangile, on pressent la compassion de son coeur.

 

8.1.2       Naïn (Luc 7:11-17)

Tout un cortège, Jésus en tête avec plusieurs de ses disciples et une grande foule, s’approche de la ville de Naïn. Il en sort un autre cortège : on porte dehors un mort, «fils unique de sa mère, et elle était veuve». Une grande foule l’accompagne. Le Prince de la vie va rencontrer la mort. Dans les évangiles aucune personne n’est décédée en présence du Seigneur Jésus sur la terre, même pas le brigand sur la croix dont les jambes ont été rompues après que le Sauveur ait rendu son esprit à son Père.

La Parole relève à nouveau que Jésus est ému de compassion ; il encourage la mère : «Ne pleure pas». Dans sa toute-puissance «le Seigneur» touche alors la bière et dit : Jeune homme, je te dis, lève-toi. Le mort se lève sur son séant, «et Il le donna à sa mère», comme Il «rendra à son père» l’enfant libéré du démon, au pied de la montagne de la transfiguration.

Cette scène peut correspondre à la nouvelle naissance d’un jeune. Peut-être celui de Naïn avait-il 15 à 20 ans. Avec sa mère, il a dû souvent rappeler ce jour mémorable où il a été mis en contact direct avec le Seigneur ! Un témoignage est rendu : Tous, saisis de crainte, glorifient Dieu : Un grand prophète a été suscité parmi nous, et Dieu a visité son peuple.

La fille de Jaïrus reposait encore sur son lit. La dépouille mortelle du jeune homme était en route vers le cimetière. Lazare sera depuis quatre jours dans le sépulcre. La même puissance rendra à tous les trois la vie. Elle est la même aujourd’hui pour donner la vie éternelle à un enfant, à un jeune, à un adulte.

 

8.1.3       La résurrection de Lazare (Jean 11:1-44)

Elle est le plus extraordinaire des miracles du Seigneur Jésus, aux portes mêmes de Jérusalem. Lorsque le messager l’informe : «Voici celui que tu aimes (affectionnes) est malade, Jésus dit : Cette maladie n’est pas à la mort, mais pour la gloire de Dieu, afin que le Fils de Dieu soit glorifié par elle» (v. 4). Jésus attend deux jours avant de se rendre à Béthanie ; les soeurs ne manquent pas de le lui reprocher. Pour que l’on ne pense pas qu’il y avait là quelque dureté, la Parole précise : «Jésus aimait Marthe et sa soeur et Lazare». Ce fut sans doute une terrible expérience pour les soeurs ; mais elle les a amenées à «voir» la gloire de Dieu (v. 40). Il n’y avait chez elles ni manque de confiance, ni besoin d’éducation, le résultat de l’épreuve est une connaissance plus profonde de l’Ami fidèle qui, bien des fois, avait passé dans leur maison.

Lorsqu’enfin il arrive, Lazare est depuis quatre jours dans le sépulcre. Marthe s’empresse d’aller au-devant de lui, mais Marie (était-elle informée ou pas ?) se tenait assise dans la maison. L’entretien avec Jésus au sujet de la résurrection amène Marthe à déclarer : «Je crois que tu es le Christ, le Fils de Dieu». Mais elle n’a pas bien compris ce qu’il voulait lui dire. Secrètement elle fait venir Marie, sa soeur : «Le Maître est venu, et il t’appelle» (v. 28). Verset qui a parlé à bien des personnes. Ésaïe était venu avertir Ézéchias de mettre sa maison en ordre, «car il allait mourir» (És. 38:1). D’autres ont été appelés par le Maître à venir près de lui pour mieux le connaître, apprendre de lui, le suivre ; d’autres enfin sont appelés à un service particulier. L’essentiel est de répondre à cet appel avec l’assurance que Dieu honorera la foi.

Les Juifs pensent que Marie va au sépulcre pour y pleurer. Bien des personnes, et il n’y a certainement aucun mal à cela, vont sur les tombes pleurer leurs morts. Mais Marie avait appris à être aux pieds de Jésus pour l’écouter. Maintenant elle apprend à être là pour pleurer. Bientôt elle y reviendra pour adorer. Combien mieux vaut, dans le deuil, aller aux pieds de Jésus, et là verser ses larmes, trouver toute sa sympathie et sa compréhension !

Quand le Seigneur s’approche, qu’il la voit pleurer, et les Juifs avec elle pleurer, «Jésus pleura» (verset le plus court de la Bible). Il ne se lamente pas sur Lazare, sachant bien qu’il allait le ressusciter. Mais en voyant le pouvoir de la mort sur l’esprit de l’homme, il ressent une peine profonde, mêlée d’indignation ; il «frémit en son esprit».

Lui seul a le pouvoir de ressusciter le mort. Mais il demande à ceux présents d’«ôter la pierre». Marthe s’y oppose, car le corps est déjà en décomposition. Et le Maître de répondre : «Ne t’ai-je pas dit, que si tu crois, tu verras la gloire de Dieu ?» (v. 40). Jésus aurait pu déplacer cette pierre, ou la faire disparaître. Il veut pourtant que les siens en quelque sorte collaborent à son oeuvre. Lui seul peut donner la vie éternelle, mais nous pouvons être appelés à «ôter la pierre» : des obstacles, des contestations, des réflexions déplacées, des habitudes mauvaises, qui empêchent une âme de venir vraiment au Seigneur.

Après avoir parlé avec son Père, Jésus crie à haute voix : Lazare, sors dehors ! Le mort sort, pieds et mains liés de bandes, le visage enveloppé d’un suaire. Jésus va-t-il le délivrer de ces entraves ? Non ! Il confie ce service à ses disciples : «Déliez-le, et laissez-le aller» (v. 44). Un jeune converti est peut-être encore entravé par bien des raisonnements, des idées fausses, des influences regrettables ; Dieu se sert des siens pour l’aider à se libérer de ces liens. Mais le jeune garde aussi toute sa responsabilité : Laissez-le aller. Il doit apprendre à marcher seul avec son Seigneur, même si dans un premier stade un secours affectueux lui a été apporté.

 

8.2   L’enseignement spirituel

Il importe de distinguer nettement entre la résurrection spirituelle de l’âme et la résurrection future des corps. Le Seigneur Jésus le dit très clairement en Jean 5 : «En vérité, en vérité, je vous dis que l’heure vient, et elle est maintenant que les morts entendront la voix du Fils de Dieu, et ceux qui l’auront entendue vivront» (v. 25). C’est maintenant, sur cette terre, qu’entendant Sa voix nous pouvons avoir la vie éternelle (1 Jean 5:13). Mais au verset 28 il précise : «L’heure vient en laquelle tous ceux qui sont dans les sépulcres entendront sa voix ; et ils sortiront ... en résurrection de vie (c’est la résurrection des corps) (1 Thess. 4:16) ... en résurrection de jugement» (Apoc. 20:12-15).

Nous étions morts dans nos fautes et dans nos péchés (Éph. 2:4-6) mais Dieu, à cause de son grand amour dont il nous a aimés, nous a vivifiés ensemble avec le Christ et nous a ressuscités ensemble. Il donne à l’âme une vie nouvelle, «et cette vie est dans son Fils» (1 Jean 5:11). Unis à Lui, nous avons déjà maintenant la vie éternelle. Paul écrivant aux Colossiens en tire les conséquences pratiques : «Si donc vous avez été ressuscités avec le Christ, cherchez les choses qui sont en haut, où le Christ est assis à la droite de Dieu, pensez aux choses qui sont en haut, non pas à celles qui sont sur la terre» (3:1-2). Bien sûr, nous avons nos études, nos occupations professionnelles et autres, nos familles, nos amis, et tout ce que «Dieu nous donne richement pour en jouir» (1 Tim. 6:17).

Mais si l’on est conscient de cette vie nouvelle dans le Seigneur, notre coeur, nos affections, seront aux choses d’en haut, à celles qui demeurent, quoiqu’elles ne se voient pas, elles seront notre trésor.

Mais il y aura une résurrection des corps. À Corinthe, quelques-uns en doutaient (1 Cor. 15:12). Conduit par l’Esprit de Dieu, l’apôtre affirme : «Maintenant Christ a été ressuscité d’entre les morts, prémices de ceux qui sont endormis... Dans le christ tous seront rendus vivants, mais chacun dans son propre rang : les prémices, Christ ; puis ceux qui sont du Christ, à sa venue, ensuite la fin» (v. 20-24). «Comme nous avons porté l’image de celui qui est poussière, nous porterons aussi l’image du céleste» (v. 49).

En disant que «la résurrection a déjà eu lieu» (2 Tim. 2:18), de faux docteurs s’écartaient de la vérité et «renversaient la foi» de quelques-uns. Si, soi-disant, la résurrection avait déjà eu lieu, il n’y aurait donc pas une résurrection future des corps. Ces impies confondaient les deux résurrections ; c’était grave, au point que l’apôtre engage les fidèles à se «purifier» de ceux qui enseignent de telles erreurs et de leurs disciples.

Nous croyants avons «la bienheureuse espérance» lorsque le Seigneur Jésus viendra, il enlèvera les siens, endormis en Lui ou encore vivants ; «en un clin d’oeil» s’effectuera cette extraordinaire opération de sa puissance : la résurrection des morts et le «changement» des vivants : ce corruptible revêtira l’incorruptibilité, et ce mortel revêtira l’immortalité ! (1 Cor. 15:52-53). Ainsi «nous serons toujours avec le Seigneur» (1 Thess. 4:17).

 

Les miracles que le Seigneur Jésus accomplissait, oeuvres que le Père lui avait données, rendaient témoignage de Lui que le Père l’avait envoyé (Jean 5:36). Il a fait beaucoup d’autres miracles qui ne sont pas écrits ; mais «ces choses sont écrites afin que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et qu’en croyant vous ayez la vie par son nom» (Jean 20:31).