[ Page principale | Nouveautés | La Bible | la Foi | Plan des sujets | Études AT | Études NT | Index auteurs + ouvrages + sujets | Centres d'intérêt ]

 

Le Baptême Chrétien

Sa significationAu Nom de Jésus

 

(distribué par André Espic)

 

Sa signification

 

Nous n’allons pas nous occuper dans ces lignes des pensées et des opinions diverses qui existent à ce sujet, mais expliquer ce que l’Esprit de Dieu a voulu nous dire quant à la nature et à la signification du baptême.

Le mot grec qui exprime l’idée de baptiser : « baptizein » (de baptein) signifie submerger ou plonger : « baptizein » n’a jamais eu le sens de verser ou d’asperger. Dans le Nouveau Testament, nous le trouvons employé dans le sens de « laver ». Jean, le précurseur du Christ, n’a jamais administré le baptême d’aspersion, mais par immersion, cela ne fait pas de doute. Beaucoup de monde venait à lui et il les baptisait dans le Jourdain à un village nommé Énon parce qu’il y avait là beaucoup d’eau (Jean 3:23). Quel sens aurait eu, comme symbole, « le baptême de repentance en rémission de péchés » (Marc 1:4 ; Luc 3:3) si le baptisé n’avait pas été submergé, et au sens figuré correspondant, complètement purifié.

Toutefois pour précieux et important qu’il soit, comme nous le verrons plus loin, le baptême n’est toujours qu’un symbole qui, pour ce motif même, ne peut avoir en lui-même aucune puissance vivifiante, ni produire un renouvellement de l’entendement (une conversion) ou quoi que ce soit de semblable.

Le Baptême chrétien se pratique en mémoire de notre Seigneur mort et ressuscité, il n’a donc pu être institué qu’après sa mort et sa résurrection. C’est pourquoi il en est seulement question pour la première fois lors de la dernière rencontre du Seigneur ressuscité avec ses disciples sur la montagne de Galilée où Il leur avait donné rendez-vous (Matthieu 26:32 ; 28:16). De là, Il envoya les onze dans le monde entier avec la mission de « faire disciples toutes les nations » en leur parlant de Celui qui était apparu au milieu de son peuple terrestre, mais qui avait été rejeté par les siens, et à qui Dieu avait maintenant donné toute autorité dans le ciel et sur la terre, afin que puissent être amenées au salut et à la vie les nations qui étaient dans les ténèbres, étrangères à la vie de Dieu (Matthieu 28:19-20). Paroles merveilleuses ! si elles ne nous révèlent pas encore en leur plénitude les choses nouvelles de la grâce, les conseils éternels de Dieu en relation avec le Fils de l’homme ressuscité et glorifié, le rassemblement d’une multitude élue tirée d’entre tous les peuples de la terre, si elles ne nous parlent pas non plus du baptême dans toute sa signification spirituelle, elles nous montrent néanmoins quel immense changement venait d’intervenir ; les choses vieilles, le système légal, étaient passées, l’aube d’un jour nouveau commençait.

On peut supposer que le baptême se trouve là en contraste avec la circoncision juive, mais ce que l’on trouve avant tout c’est le Nom de Dieu dans son entière révélation, comme « Père, Fils et Saint Esprit », et non plus son Nom de l’alliance « Jéhova ». Et les envoyés du Seigneur ne devaient pas mettre de nouveau sous la loi ceux qui, parmi les nations étaient faits disciples et baptisés en son Nom, mais ils devaient les enseigner à garder ce que Jésus, le Fils de Dieu lui-même, leur avait ordonné.

Dans les Actes des Apôtres, le baptême, presque partout, est mis en relation avec la personne du Seigneur. Quand le baptême est mentionné pour la première fois, au chapitre 2, 38, Pierre dit aux Juifs : « Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus Christ, en rémission des péchés ». Au chapitre 8 v. 16, nous lisons au sujet des croyants samaritains « qu’ils avaient été baptisés pour le nom du Seigneur Jésus ». Dans la maison du centurion Corneille, à Césarée, Pierre commanda de « baptiser au nom du Seigneur » tous ceux qui venaient de recevoir la Parole avec foi. Les disciples que l’apôtre Paul rencontra à Éphèse furent baptisés pour le nom du Seigneur (19:5). Ananias exhorta Saul à être baptisé et lavé de ses péchés invoquant Son nom, le nom de Jésus qui lui était apparu sur le chemin de Damas (chapitre 22, verset 16).

Les passages mentionnés jusqu’ici indiquent que le baptême est un symbole de la rémission et de la purification des péchés. Pierre annonçait cette rémission à ceux qui, le coeur saisi de componction, demandaient sincèrement : « Que ferons-nous frères ? » (Actes 2:37). Pour eux tout était perdu en tant que Juifs et quant aux relations qu’ils avaient eues avec Dieu jusqu’alors, il ne restait plus que la condamnation pour « cette génération perverse ». Et ils ne pouvaient échapper à cette condamnation qu’en se convertissant de tout leur coeur, dans une contrition et une repentance sincère.

Le baptême au nom de Jésus Christ, le Seigneur qu’ils avaient rejeté, mais que Dieu avait élevé à sa droite, baptême en rémission des péchés était le signe extérieur de cette conversion et de leur désir sincère d’être sauvés de cette génération perverse d’Israël, d’être mis en relation avec le Christ, et d’être introduits sur le terrain nouveau que la grâce de Dieu venait de créer avec l’Assemblée (Église). A celle-ci sied la sainteté et personne n’a droit d’y entrer qu’il n’ait reçu la rémission de ses péchés par la foi en l’oeuvre accomplie par le Christ, et qu’il n’ait déclaré par le baptême en être purifié. Il est à remarquer, en outre, que le don du Saint Esprit est promis comme confirmation de la rémission des péchés obtenue par la foi et confessée dans le baptême. Quand, plus tard, dans la maison de Corneille, les premiers croyants des nations acceptèrent par la foi la Parole de la croix, « l’Esprit Saint tomba sur tous ceux qui entendaient la Parole » et ensuite seulement Pierre commanda qu’ils soient baptisés, Qui donc aurait pu refuser l’eau du baptême à des gens qui avaient reçu l’Esprit Saint ?

Si nous cherchons d’autres enseignements sur le baptême dans les Épîtres, nous trouvons le premier passage, et sans doute le plus important en Romains 6:3-4. En réponse à la question de savoir si nous, qui sommes morts au péché, nous pouvons demeurer dans le péché, pour que la grâce de Dieu abonde, Paul réplique énergiquement : « En aucune manière ! » et aussitôt il rappelle aux croyants de Rome l’enseignement que, sans aucun doute, ils avaient reçu sur le baptême : « Ignorez-vous », leur demande-t-il, « que nous tous qui avons été baptisés pour le Christ Jésus, nous avons été baptisés pour sa mort, nous avons donc été ensevelis avec Lui par le baptême pour la mort, afin que comme le Christ a été ressuscité d’entre les morts par la gloire du Père ainsi nous aussi nous marchions en nouveauté de vie. »

Il ne pouvait être établi avec plus de clarté et de précision que le baptême chrétien se fonde sur la mort de Jésus Christ, c’est-à-dire sur un Rédempteur crucifié et mort. Au verset 6 Paul dit, s’identifiant aux croyants de Rome : « nous savons que notre vieil homme a été crucifié avec Lui » (avec Jésus Christ) c’est-à-dire que Dieu nous considère, quant à notre état antérieur, comme mort avec le Christ « afin que le corps du péché soit annulé ».

Mais que fait-on d’un mort ? On l’ensevelit. C’est précisément ce que représente le baptême. L’immersion du baptisé dans les eaux, le fait qu’il soit submergé par elles, est le témoignage frappant, le symbole éloquent de sa mort et de son ensevelissement avec le Christ ; et la sortie de l’eau, le symbole de sa résurrection avec Lui. Nous sommes appelés à marcher en nouveauté de vie et qualifiés pour le faire (verset 4). Et ceci ne nous est pas imposé comme un commandement, nous ne nous trouvons pas sous un « tu dois », non ! Du fait que le Christ a été ressuscité par la gloire du Père, l’apôtre déduit le fait que nous qui avons été ensevelis avec Lui par le baptême pour la mort, nous ne restons pas dans la tombe, mais nous marchons maintenant comme des hommes nouveaux, ressuscités. Si le premier fait est vrai, le second l’est aussi.

Ce fait grand et magnifique s’exprime dans le baptême. C’est là sa signification, son sens figuré qui n’a pas changé au cours des siècles. Jusqu’à quel point chaque croyant réalise-t-il la signification et l’efficacité du baptême dans sa vie pratique, c’est une autre question. Celui qui ne prend pas au sérieux le péché, qui laisse la vieille nature agir, en un mot qui oublie qu’il est mort une fois pour toutes au péché, et qu’à cause de cela il ne devrait plus vivre en aucune manière dans le péché, mais pour Dieu en Jésus Christ, a besoin d’être rappelé à la signification du baptême. Le baptisé doit voir tout ce qui est du « vieil homme », avec ses convoitises trompeuses, laissé dans la tombe du Christ. En tant qu’enseveli par le baptême pour la mort, laissant tout ce qu’il était auparavant au jugement de Dieu, il doit apprendre jour après jour tout ce qu’implique le fait de marcher en nouveauté de vie. Et c’est un apprentissage béni dans le service de Celui à qui il appartient désormais, par qui il est enseigné. Le croyant est devenu la propriété du Christ qui « est mort une fois pour toutes au péché, mais en ce qu’il vit, il vit à Dieu » (verset 10). Dans le baptême il a « revêtu » le Christ, et désormais, en paroles et en oeuvres, et dans tout son être, il ne devrait manifester que le Christ et rien d’autre.

Ceci nous amène à considérer un autre passage qui parle du baptême : Galates 3, 26 à 28. Dans ces versets, l’apôtre explique le fait que les Galates croyants étaient « tous fils de Dieu par la foi dans le Christ Jésus », par ces paroles : « Car vous avez revêtu le Christ ». Mais comment l’apôtre pouvait-il les appeler fils de Dieu ? Avaient-ils été constitués fils par le baptême ? Non ! Ils étaient fils par la foi en Jésus Christ ; mais ayant été baptisés pour le Christ, ils avaient revêtu le Christ, ayant manifesté qu’ils se trouvaient maintenant dans une position complètement nouvelle devant Dieu. Ils n’étaient plus comme avant, Juifs et Grecs, esclaves et hommes libres, ils ne se trouvaient plus en tant qu’hommes et femmes devant Dieu. « En Christ » de telles différences nationales et sociales n’existent plus ; qu’importait si une personne avait été un jour « près » ou « loin », si elle avait une position élevée ou était d’un humble état, si elle était blanche ou noire, s’il s’agissait d’un homme ou d’une femme, tous ceux qui, dans le baptême, avaient été identifiés avec le Seigneur, mort et ressuscité, avaient « revêtu le Christ », et se trouvaient désormais avec Lui, le Ressuscité, sur le terrain de la nouvelle création où aucune de ces différences ne subsistent plus. Ils étaient maintenant des « hommes dans le Christ ». Dans leurs nouvelles relations avec Dieu, fondés sur le Christ et créés en Lui, ils étaient tous égaux, ils étaient un dans le Christ, ils appartenaient tous à la vraie semence d’Abraham, et ils étaient ainsi héritiers de Dieu et cohéritiers avec le Christ (Romains 8,17).

Portons ensuite notre attention sur le troisième passage des Épîtres qui fait référence au baptême.

Nous le trouvons dans l’épître aux Colossiens, chap. 2. L’état des Colossiens, avait dans un certain sens, des ressemblances avec celui des Galates. Parmi eux aussi de « mauvais ouvriers » avaient accompli leur oeuvre néfaste, et les Colossiens se trouvaient en danger d’être égarés par « la philosophie et de vaines déceptions selon l’enseignement des hommes, selon les éléments du monde, et non selon le Christ » (v. 8).

Remarquons que là aussi, face à ces dangers sérieux, l’apôtre rappelle aux croyants ce qu’ils avaient une fois confessé dans le baptême.

Écoutons ces paroles ! Après avoir rappelé à leur mémoire qu’ils étaient « accomplis » dans le Christ, le Chef de toute principauté et autorité, et qu’en vérité ils n’avaient nul besoin de telles choses, il poursuit : « en qui (le Christ) aussi vous avez été circoncis d’une circoncision qui n’a pas été faite de main, dans le dépouillement du corps de la chair par la circoncision du Christ, étant ensevelis avec Lui dans le baptême, dans lequel aussi vous avez été ressuscités ensemble par la foi en l’opération de Dieu qui l’a ressuscité d’entre les morts » (Colossiens 2:10-12).

La signification spirituelle de la circoncision pratiquée sous l’Ancien Testament était sentence de mort sur l’homme dans la chair. L’homme, tel qu’il est par nature devant Dieu, dès sa naissance, ne mérite rien d’autre. Mais pour les croyants de Colosses cette sentence avait été exécutée par la mort du Christ, « la circoncision du Christ », comme l’apôtre appelle ici cette mort. En entrant par la foi en relation avec Lui, ils avaient « été circoncis d’une circoncision qui n’avait pas été faite de main », et avaient dépouillé de cette façon le corps de la chair", tout l’état de perdition dans lequel ils se trouvaient par nature. La mort sur la croix, que notre Saint Substitut a dû souffrir dans toute son horrible réalité, est la mort du croyant, c’est la fin de son état comme homme dans la chair. Jésus seul a accompli la grande oeuvre, et Lui seul pouvait l’accomplir, mais par la foi nous en bénéficions, elle est notre part dans toute sa perfection et toute son efficacité, de manière que nous avons déjà maintenant notre place dans le Christ, et bientôt nous serons aussi dans le ciel avec Lui.

« Étant ensevelis avec Lui par le baptême », nous avons déjà vu cela plus haut dans l’épître aux Romains, mais ici l’apôtre continue en ajoutant « dans lequel aussi vous avez été ressuscités ensemble » et pour que personne ne pense à un pouvoir quelconque inhérent à l’acte du baptême, il poursuit : « par la foi en l’opération de Dieu, qui l’a ressuscité d’entre les morts ».

Inutile de dire que dans ces passages, il s’agit toujours d’une résurrection dans le sens spirituel. Nous étions autrefois morts, spirituellement morts, dans nos péchés et dans l’incirconcision de notre chair, Il nous a maintenant vivifiés ensemble avec Lui nous ayant pardonné toutes nos fautes. Cette force opérante de Dieu, l’opération de sa puissance (Éphésiens 1:19 ; 3:7), comme elle s’est manifestée dans la mort et la résurrection de notre Seigneur ! Combien grande et magnifique et incomparable est cette opération de Dieu ! La considérer ici, mise en rapport avec le baptême nous montre de nouveau quelles sont aux yeux de Dieu l’importance et la portée de celui-ci, et comme le fait de s’en souvenir et d’approfondir sa nature et sa signification avec intelligence doit nous être d’un grand profit spirituel. Mais, nous le répétons, gardons-nous du danger de faire du baptême autre chose que ce qu’il est : un symbole !

Cet avertissement nous conduit comme de lui-même au dernier passage dans lequel l’Esprit de Dieu parle du baptême : 1 Pierre 3:21-22, et où il est effectivement désigné comme une image, ou pour mieux dire un « antitype » (comparez Hébreux 9:24), Dans les versets précédant ceux-ci, l’apôtre, écrivant aux croyants d’origine juive, les instruit du fait qu’autrefois, quand la patience de Dieu attendait, le Seigneur, par le même Esprit par lequel Il a été vivifié une fois l’oeuvre accomplie, était allé, par Noé, prêcher la repentance aux hommes qui vivaient alors sur la terre, (qui maintenant sont emprisonnés en tant qu’esprits). Car, en effet, l’Esprit du Christ était dans les prophètes de l’Ancien Testament et parlait par eux (1 Pierre 1:11 et 2 Pierre 1:21). Mais les hommes méprisèrent alors la patience de Dieu, comme aussi le fit Israël au temps de l’apôtre ; personne n’écouta les sérieux avertissements du serviteur de Dieu, et seulement quelques-uns, huit âmes, furent sauvés à travers les eaux dans l’arche.

Le déluge fut la fin de toute chair en ces jours-là, l’humanité était mûre pour le jugement et Noé seul trouva grâce aux yeux de Dieu. Obéissant au commandement divin, Noé construisit l’arche et s’y mettant en sûreté avec sa famille, il fut, par les eaux mêmes qui entraînaient la mort de tous les autres, sauvé et porté jusque sur la terre purifiée par le jugement, terre devenue pour ainsi dire un monde entièrement renouvelé. Il en est de même des croyants, ils sont unis au Christ dans la ressemblance de sa mort, en un certain sens mis à l’abri du jugement qui bientôt va tomber sur ce monde. La condamnation que leur Substitut a endurée, la mort à la croix, est précisément le seul moyen de leur salut. Nous comprenons mieux maintenant les paroles de l’apôtre « or cet antitype (de l’arche) nous sauve aussi maintenant, c’est-à-dire le baptême. » Et pour prévenir des erreurs telles que penser que la cérémonie extérieure a, en elle-même, une puissance de salut, Pierre ajoute ensuite « non le dépouillement de la saleté de la chair mais la demande à Dieu d’une bonne conscience par la résurrection de Jésus Christ ». Le croyant a une bonne conscience à cause de la résurrection de son Substitut, lequel a été « livré pour nos fautes, et a été ressuscité pour notre justification » (Romains 4:25) ; ayant laissé derrière Lui, dans la mort, tous nos péchés, il est maintenant à la droite de Dieu (verset 22). C’est pourquoi l’apôtre peut considérer avec raison, le baptême, comme la demande de cette bonne, parfaite conscience devant Dieu. En passant par le baptême, et dans le sens spirituel par la mort, nous levons les yeux avec des coeurs reconnaissants et heureux vers Celui qui a expié tous nos péchés par la mort, et qui maintenant occupe, comme Chef sur toutes choses, le trône à la droite de la Majesté.

Je terminerai par un bref résumé de ce qui a été dit. Nous avons vu le baptême mis successivement en rapport avec la rémission ou la purification de nos péchés, avec notre mort au péché, avec la mort et la résurrection du croyant avec le Christ, avec notre introduction dans une position complètement nouvelle comme fils de Dieu dans le Christ, dans laquelle il n’y a plus aucune différence extérieure, tous un dans le Christ, et le Christ tout et en tous, avec notre circoncision dans le dépouillement du corps de la chair dans la circoncision du Christ, et enfin avec notre salut complet par la résurrection du Christ.

En vérité, il vaut la peine de méditer avec prière sur la signification du baptême sous tous ces rapports, et de recueillir le fruit des enseignements précieux qui nous sont donnés par l’Esprit Saint.

Que cette simple méditation apporte à tous les lecteurs la bénédiction dont l’auteur lui-même a pu si souvent bénéficier en s’occupant de ce sujet !

 

Au Nom de JÉSUS

Il ne peut échapper à celui qui étudie attentivement le baptême biblique que lors de tous les nombreux baptêmes des Actes nous ne trouvons pas une seule fois l’invocation : « Au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit ». C’est frappant et ce n’est certainement pas sans intention. Rechercher les pensées de Dieu dans l’humilité et dans un saint respect pour la Parole inspirée, c’est notre grand privilège.

Si nous faisons la comparaison entre ce qui nous est dit dans les Évangiles d’une part, et dans les Actes d’autre part, il n’est pas difficile de reconnaître que dans les Évangiles c’est le royaume messianique qui nous est présenté, tandis que dans les Actes comme aussi dans les Épîtres des Apôtres, c’est l’Église, l’Ekklésia, deux choses en soi fondamentalement différentes. La première est liée avec les bénédictions terrestres, la dernière avec les bénédictions célestes. Le Royaume messianique a comme centre un Roi et Seigneur reconnu, régnant à Sion, et devant qui tout, jusqu’aux extrémités de la terre, se prosterne en lui apportant l’adoration, tandis que l’Église est liée à un Chef rejeté par les hommes, injurié et méprisé, et qui a sa place dans le Ciel. Devons-nous donc nous étonner de trouver également en ce qui concerne le baptême un changement essentiel ? Certainement pas !

 

Citons brièvement les passages qui s’y rapportent :

« Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus Christ » (Actes 2:38).

« Ils avaient été baptisés pour le nom du Seigneur Jésus » (Actes des Apôtres 8:16).

« Et il (Pierre) commanda qu’ils fussent baptisés au nom du Seigneur » (Actes 10:48).

« Ils furent baptisés pour le nom du Seigneur Jésus » (Actes 19:5).

« Et maintenant que tardes-tu ? Lève-toi et sois baptisé et te lave de tes péchés, invoquant son Nom » (Actes 22:16).

Il ressort clairement de ces passages que dans les Actes, le baptême était accompli au nom du Seigneur Jésus.

Cela nous amène à une vérité très importante, nous voudrions dire fondamentale au sujet du baptême. C’est le baptême pour le nom de Jésus, notons-le, non pas pour le nom du Christ, car comme tel le Seigneur est l’Oint, le Roi, le Messie. Même si cela n’est pas dit expressément, ce nom est en rapport avec le baptême pour le Royaume, royaume que les Évangiles ont pour objet. Nous devons constater qu’en Matthieu 28, nous nous trouvons sur le terrain juif. L’Assemblée, l’Ekklésia, est laissée de côté en tant que telle, bien que le Seigneur l’ait nommée deux fois (Matth. 16:18 ; 18:17). Les disciples, auxquels le Seigneur donne l’ordre de baptiser, ne se tiennent pas devant Lui en tant que membres de son corps, mais en tant que représentants des fils du Royaume. Ils le seraient restés, si le peuple d’Israël, dans sa roideur de cou et dans son endurcissement, n’avait pas obstinément résisté même au témoignage suprême du Saint Esprit. Par-là nous en arrivons à la véritable signification du baptême dans les Actes. C’est le baptême pour Jésus, la confession d’un nom rejeté par ce monde, couvert d’opprobre et méprisé, oui la confession du nom le plus haï dans le monde entier. Il en sera ainsi pendant toute la période de la grâce, c’est-à-dire de l’Église, jusqu’à ce qu’Israël, régénéré et renouvelé reconnaisse le Christ, le Roi oint. Alors non seulement Israël mais toute la terre lui sera soumise, et la confession de son nom ne sera plus comme aujourd’hui liée à la honte et au mépris, ou même à la persécution et à la mort du martyr, mais liée à l’honneur et à la gloire convenant à celui qui régnera en paix et en justice. Tout sera changé et renouvelé. Il n’en est pas ainsi pour le présent !

Nous nous trouvons dans un monde plein d’injustice et d’inimitié contre Dieu. Mais dans ce monde de péché Dieu fait proclamer l’Évangile de la grâce, et le Saint Esprit rassemble un peuple qui a trouvé le salut et la paix par la foi au nom de Jésus le Fils de Dieu. Maintenant donc quiconque est ajouté par Dieu à sa chère Assemblée, doit être baptisé selon les directives de l’Écriture.

Nous baptisons au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit ; mais les frères qui actuellement baptisent ont-ils tort s’ils ajoutent « pour le nom de Jésus » ? Qu’il s’agisse de l’économie israélite dans le Royaume qui vient ou de la présente économie de l’Ekklésia, l’appartenance à l’une ou à l’autre n’est possible que par la nouvelle naissance. Autrement, est-ce que cela aurait un sens d’invoquer dans le baptême les trois personnes de la déité ? Certainement pas ! Mais dans l’ère présente du salut nous sommes en outre unis à un Sauveur rejeté, et il a plu au Saint Esprit d’enseigner aux apôtres, non seulement à baptiser au nom du Père, du Fils et du Saint Esprit, mais aussi en « invoquant le nom du Seigneur », comme cela eut lieu pour le baptême de Paul et ailleurs. Nous pouvons comprendre que Paul hésitait ; il avait souillé ses mains avec le sang des martyrs, qui avaient livré leur vie à la mort pour le nom de Jésus. Et était-ce possible ! ? c’est le même nom de Jésus, qu’il avait haï de la plus profonde haine et qu’il voulait extirper de la terre, c’est ce même nom qu’il devait et pouvait invoquer dans le baptême ! Heureux Paul ! Combien sont grands l’amour et la miséricorde de Celui qu’il persécutait.

Et « pourquoi tardes-tu ? » Ne trouves-tu pas aussi, que c’est un incomparable privilège d’invoquer dans le baptême le Nom qui, aussi méprisé soit-il encore dans ce monde, remplit maintenant nos coeurs, le nom par lequel nous avons trouvé salut et délivrance, pardon des péchés et vie éternelle ! C’est cela maintenant : l’invocation du nom d’un Christ qui ne se trouve plus sur la terre au milieu de ses disciples, mais qui habite dans le ciel et qui réunit désormais avec Lui là-haut tous ceux qui croient en Lui. Nous n’invoquons pas le nom d’un roi, mais le nom de Jésus, le nom qui est le plus haï sur la terre. Cependant tout pouvoir Lui a été donné dans le ciel et sur la terre, et il sera avec les siens jusqu’à la consommation du siècle.