[ page principale | nouveautés | La Bible | la foi | sujets | études AT | études NT | Index auteurs + ouvrages + sujets | centres d'intérêt ]

 

Citations d’auteurs divers

 

Ce document comprend principalement des extraits des études bibliques ; il a été réalisé pour permettre un accès rapide à des explications sur des points particuliers sans avoir à charger la totalité de l’étude biblique

 

*      *        *

Nouvelle alliance — non encore établie

Remarquez cette expression [ni dans ce siècle… ni dans celui…]. Nous voyons la manière dont le Saint Esprit passe du temps, alors présent pour les Juifs, et qui devait bientôt finir, à celui où le Messie établirait son royaume, le «monde (siècle) à venir». Nous avons une position en dehors de tout cela, pendant la suspension de l’établissement public du royaume. Les apôtres n’ont fait que le prêcher ou l’annoncer, ils ne l’ont pas établi. Leurs miracles étaient «les miracles du siècle à venir». (Comp. 1 Pierre 1: 11-13). Cela est d’une grande importance, comme nous le verrons bientôt. Il en est de même de la nouvelle alliance, dont Paul était le ministre ; et cependant il ne l’a pas établie en Juda et en Israël.

Citation de J.N.D., Études sur la Parole, à propos de Matt. 12

Ensuite, en leur donnant la coupe, il pose le fondement de la nouvelle alliance en son sang (en figure), la leur présentant comme participation à sa mort — vrai breuvage de vie. Après qu’ils en ont tous bu, il leur annonce que c’est là le sceau de la nouvelle alliance — chose bien connue des Juifs, d’après Jérémie, en ajoutant que ce sang était répandu pour plusieurs. La mort devait entrer pour fonder la nouvelle alliance et pour payer la rançon de plusieurs. Pour cela il fallait la mort, et les liens terrestres entre Jésus et ses disciples étaient détruits. Jésus ne boirait plus du fruit de la vigne (signe de ces rapports) avant que d’une autre manière il renouvelât cette relation avec eux dans le royaume de Dieu.

Citation de J.N.D., Études sur la Parole, à propos de Marc 14

*      *        *

Jean le baptiseur et le Seigneur : différence entre leur ministères

Jean le baptiseur pouvait annoncer le royaume des cieux comme changement d’économie, mais son ministère était terrestre. Christ également pouvait annoncer cette même vérité (et ce changement d’économie était de toute importance), mais en Lui il y avait plus que cela. Il était du ciel, le Seigneur qui venait du ciel. En parlant du royaume des cieux, il parlait de la profonde et divine abondance de son coeur. Personne n’avait été dans le ciel, sinon celui qui en était descendu, le Fils de l’homme qui était dans le ciel (Jean 3: 13). Ainsi, en parlant du ciel, Jésus disait ce qu’il savait, et rendait témoignage de ce qu’il avait vu.

Citation de J.N.D., Études sur la Parole, à propos de Matt. 5-7

*      *        *

Royaume des cieux — Royaume de Dieu

Cette expression ne se trouve qu’en Matthieu, comme s’occupant des dispensations et des voies de Dieu à l’égard des Juifs. «Le royaume de Dieu» est le terme générique. «Le royaume des cieux», c’est le royaume de Dieu, mais le royaume de Dieu prenant particulièrement le caractère de gouvernement céleste ; nous le trouverons, plus loin, séparé en royaume de notre Père, et royaume du Fils de l’homme.

Citation de J.N.D., Études sur la Parole, à propos de Matt. 3

Évangile du Royaume : en Matt. 10 mais pas en Matt. 28

L’Évangile du royaume a été confié à Israël au chap. 10, et ici, quoique cela ne fasse pas l’objet d’un enseignement, c’est le sujet qui s’étend jusqu’au vers. 14, mais il n’y a pas de distinction formelle : la mission du chap. 28 concerne les gentils ; mais alors il n’y a rien du royaume, c’est plutôt le contraire quoique Christ soit ressuscité, mais tout pouvoir Lui est donné dans le ciel et sur la terre.

Citation de J.N.D., Études sur la Parole, à propos de Matt. 24

*      *        *

Royaume et Assemblée

L’Assemblée, rattachée au caractère de Fils du Dieu vivant, et bâtie par Christ, quoique formée sur la terre, appartient au ciel ; le royaume, bien que dirigé du ciel, appartient à la terre — c’est là qu’il a sa place et son service

Citation de J.N.D., Études sur la Parole, à propos de Matt. 16

Nous n’avons rien ici de l’Église, ni des clefs du royaume. Elles dépendent de ce qui n’est pas introduit ici comme partie de la confession de Pierre — le Fils du Dieu vivant. Nous trouvons la gloire du royaume venant en puissance, en contraste avec le Christ rejeté, prophète-serviteur en Israël.

Citation de J.N.D., Études sur la Parole, à propos de Marc 8

Jean n’avait pas été dans le royaume ; celui-ci n’était pas encore établi. Or, être dans la présence de Christ, dans son royaume, jouissant de l’effet de l’établissement de sa gloire (*), était plus grand que tout témoignage établissant que ce royaume allait arriver.

(*) Ce n’est pas l’établissement de l’Assemblée de Dieu ; mais les droits du Roi, tels qu’ils se manifestent dans la gloire, étant établis, les bases de ce royaume étant posées, les chrétiens sont dans le royaume, quoique d’une manière toute particulière et exceptionnelle, parce qu’ils sont dans le royaume et la patience de Jésus Christ, glorifié, mais caché en Dieu. Ils partagent le sort du roi, et ils partageront sa gloire lorsqu’il régnera.

Citation de J.N.D., Études sur la Parole, à propos de Matt.11 :11

 

Royaume de Dieu recherché ou donné?

Or le croyant est « riche quant à Dieu », comme l’indique clairement le verset 32. Aussi, lorsque le Seigneur reprend Son discours à Ses disciples, au verset 22, Il commence par les tranquilliser au sujet des soucis qui nous sont si naturels. Puisque nous sommes devenus riches, ayant reçu le royaume en partage, nous ne devons pas être caractérisés par l’avarice ; et nous ne devons nous charger d’aucun souci, puisque la sollicitude de Dieu à notre égard est pleinement suffisante. Le Seigneur dit : « Votre Père sait » (v. 30). Ainsi, Il enseigne à Ses disciples à reconnaître en Dieu Celui qui, avec un intérêt paternel, s’occupe d’eux, comme aussi de leurs besoins pour la vie présente.

Mais Il agit ainsi afin que les disciples aient l’esprit libre pour poursuivre des choses qui actuellement se trouvent en dehors de cette vie. Il n’y a pas de contradiction entre les versets 31 et 32. Le Royaume nous est donné et pourtant nous devons le rechercher. Il nous faut le rechercher parce qu’il n’est pas encore manifesté ; en conséquence, on ne le trouve pas dans les choses de cette vie, mais il se trouve dans les réalités spirituelles et morales liées à l’âme de ceux qui sont amenés sous l’autorité divine. Néanmoins, le Royaume doit être une réalité manifestée dans ce monde, et ses titres de propriété sont déjà assurés aux enfants de Dieu. Ainsi nous recherchons le Royaume de Dieu, puisque nos pensées et nos vies aujourd’hui sont remplies des choses de Dieu et de Son service.

À cause de cela, la vie des disciples devait se vivre selon des principes diamétralement opposés à ceux des amis de ce monde. Au lieu d’amasser des biens et de mener une vie de facilité et de jouissances, le disciple doit être quelqu’un qui donne, qui amasse des trésors dans les cieux, quelqu’un dont les reins sont ceints pour l’activité et le service et dont le témoignage est une lampe qui brille. Bref, il doit être semblable à un homme qui attend le retour de son maître. Nous avons déjà remarqué les choses qui ne doivent pas nous caractériser ; ici nous avons les choses qui doivent nous caractériser.

Citation de F.B.Hole à propos de Luc 12:31-32

*      *        *

 

*      *        *