[ page principale | nouveautés | La Bible | la foi | sujets | études AT | études NT | Index auteurs + ouvrages + sujets | centres d'intérêt ]

 

Citations d’auteurs divers

 

Ce document comprend principalement des extraits des études bibliques ; il a été réalisé pour permettre un accès rapide à des explications sur des points particuliers sans avoir à charger la totalité de l’étude biblique

 

*      *      *

Jean le baptiseur et le Seigneur : différence entre leur ministères

Jean le baptiseur pouvait annoncer le royaume des cieux comme changement d’économie, mais son ministère était terrestre. Christ également pouvait annoncer cette même vérité (et ce changement d’économie était de toute importance), mais en Lui il y avait plus que cela. Il était du ciel, le Seigneur qui venait du ciel. En parlant du royaume des cieux, il parlait de la profonde et divine abondance de son coeur. Personne n’avait été dans le ciel, sinon celui qui en était descendu, le Fils de l’homme qui était dans le ciel (Jean 3: 13). Ainsi, en parlant du ciel, Jésus disait ce qu’il savait, et rendait témoignage de ce qu’il avait vu.

Citation de J.N.D., Études sur la Parole, à propos de Matt. 5-7

*      *      *

À propos du baptême du Seigneur

C’est ce que l’on trouve dans les Psaumes, et tout particulièrement en rapport avec l’état du Résidu d’Israël aux derniers jours. Intégrité de coeur et confession de péché, voilà ce qui les caractérise. L’Esprit de Christ fournit les sentiments et assure de sa sympathie. Le Ps. 16 nous donne, d’une manière frappante, cette position de Christ. Sa bonté ne va pas jusqu’à Dieu. Il ne prend pas sa place divine d’égalité avec Dieu. Il appelle l’Éternel son Seigneur ; mais il dit aux saints qui sont sur la terre : «En eux sont toutes mes délices». Par son baptême, qui en était l’expression, il s’est mis en rapport non avec Israël dans son péché, mais avec le premier mouvement de l’Esprit, répondant dans le Résidu à la condamnation du peuple comme tel. C’est le principe des Psaumes : l’homme juste et fidèle, objet des conseils et des desseins, de Dieu au milieu de la nation perverse. Le livre commence par cette distinction faite par Dieu ; puis nous présente le roi en, Sion, selon le décret de Dieu, rejeté par la nation et haï des Gentils qui oppriment le peuple. Tout ceci se développe à travers bien des circonstances ; et toutes les relations du Résidu, ainsi que tous les sentiments du coeur, y sont dépeints. Tout ce qui s’y rapporte est repassé sous la main et sous la plume de Dieu, et cela selon l’Esprit et les sympathies de Christ.

Citation de J.N.D., Études sur la Parole, à propos de 2 Sam. 13-20

*      *      *

 

*      *      *