[ Page principale | Nouveautés | La Bible | la Foi | Plan des sujets | Études AT | Études NT | Index auteurs + ouvrages + sujets | Centres d'intérêt ]

 

Chaque Jour les Écritures — Épître à Philémon

 

 

 

Table des matières :

1     Philémon 1 à 12

2     Philémon 13 à 25

 

 

 

1                    Philémon 1 à 12

 

Dans les manuels scolaires, les leçons proprement dites sont généralement suivies d'un exercice d'application. L'épître à Philémon nous y fait penser. Elle ne contient aucune révélation particulière. Mais elle montre la mise en pratique par Paul et ses compagnons des exhortations contenues dans ses épîtres. «Revêtez-vous donc, comme des élus de Dieu, saints et bien-aimés, d'entrailles de miséricorde, de bonté, d'humilité…», écrivait-il aux Colossiens (ch. 3 v. 12…; comp. aussi le v. 5 avec Éph. 1 v. 15). C'est précisément à Colosses que demeurait Philémon, un homme pieux, ami de l'apôtre, riche, car il avait des esclaves. L'un d'eux, Onésime, après s'être enfui de chez lui, avait rencontré Paul, prisonnier à Rome, et avait été converti. Maintenant l'apôtre le renvoie à son maître, porteur de ce touchant message. C'était agir à l'encontre de ce qu'ordonnait la loi qui interdisait de livrer l’esclave fugitif à son maître (lire Deut. 23 v. 15, 16). La loi en effet tenait compte de la dureté du cœur de l'homme (comp. Marc 10 v. 5). Tandis que la grâce chez l'apôtre tient compte de cette même grâce agissant dans le cœur de Philémon. Paul connaît bien l’amour de celui-ci pour tous les saints (v. 5) et les preuves qu'il en a données (v. 7).

 

2                    Philémon 13 à 25

 

Onésime signifie «utile». Jadis esclave inutile, il méritait désormais son nom (v. 11). Plus que cela, il était devenu un frère fidèle et bien-aimé (v. 16; Col. 4 v. 9). Aucun nom n'a plus de prix que celui de frère et il convient au maître chrétien (v. 7 fin; 20) comme à l'esclave chrétien. Paul de son côté ne met en avant d'autre titre que ceux de vieillard et de prisonnier de Jésus Christ (v. 9). S'il n'avait pensé qu'à lui-même, il ne se serait pas privé des services d'Onésime. Mais il veut que l'occasion soit donnée: à celui-ci de rendre témoignage dans la maison où il s'était jadis mal conduit; à Philémon de constater les fruits de cette conversion et de «ratifier son amour» (2 Cor. 2 v. 8).

Cette histoire d'Onésime, en un certain sens, est la nôtre. Esclaves rebelles, nous avons été trouvés sur notre chemin de propre volonté, et ramenés à notre Maître. Non plus pour être placés sous la servitude, mais comme ceux qu'Il nomme ses frères bien-aimés (comp. v. 16 et Jean 15 v. 15). Et Paul est ici l'image du Seigneur Jésus, payant notre dette, intercédant pour nous (v. 17 à 19). Que cette épître nous enseigne à introduire dans notre vie de tous les jours le christianisme pratique: l'oubli de nous-même, la délicatesse, l'humilité, la grâce,… bref toutes les manifestations multiples de l'amour.