[ Page principale | Nouveautés | La Bible | la Foi - l'Évangile | Plan des sujets | Études AT | Études NT | Index auteurs + ouvrages + sujets | Centres d'intérêt ]

 

Gouvernement mondial

Bibliquest

 

Table des matières :

1     Des voix multiples plaident pour un gouvernement mondial

1.1      Exemple de l’Europe

1.2      Un conseiller respecté

1.3      Des gens qui réfléchissent

1.4      Le pape !

2     Utopie ou avenir probable ?

3     Pourquoi rejeter ce que la Bible annonce ?

4     Attitude du croyant : pessimiste ? défaitiste ? oiseaux de mauvais augure ? ou témoin fidèle et paisible ?

 

 

 

1                    Des voix multiples plaident pour un gouvernement mondial

Jusqu’à présent on trouvait des articles à sensation affirmant posséder des informations solides selon lesquelles des organisations plus ou moins secrètes complotent pour mettre en place un gouvernement mondial. On y croyait ou on n’y croyait pas. Or voilà que maintenant des « personnes autorisées » de tous bords se mettent ouvertement à plaider en faveur d’un tel gouvernement mondial.

 

1.1   Exemple de l’Europe

Les uns prennent l’exemple de l’Europe pour montrer que des nations qui se sont tant battues pendant des siècles arrivent à faire cesser les conflits en acceptant une autorité supérieure à laquelle ils se soumettent.

 

1.2   Un conseiller respecté

Un conseiller respecté de plusieurs présidents de la République estime que la grippe mondiale est une opportunité qui fait sentir le besoin d’un gouvernement central qui devrait commencer par édicter des règles permettant les actions concertées pour échapper à l’épidémie.

 

1.3   Des gens qui réfléchissent

Ceux qui réfléchissent à la guerre en Afghanistan ou qui cherchent à épargner les vies des soldats nationaux, trouvent que ce conflit apparemment sans issue ne peut sortir de l’ornière que si les divers pays impliqués s’entendent pour suivre les instructions d’un gouvernement unique mondial.

 

1.4   Le pape !

Enfin, et non le moindre, le pape Benoit XVI lui-même, dans son encyclique du 29 juin 2009, recommande (spécialement aux catholiques) d’œuvrer en faveur d’une autorité mondiale centrale. Cet appel si étonnant et surprenant est suffisamment important pour que nous y consacrions un article spécial pour en comprendre le sens et la portée.

 

2                    Utopie ou avenir probable ?

On voit donc nettement que l’idée d’un gouvernement mondial fait manifestement son chemin de plus en plus sérieusement, même si l’on n’en est pas encore au niveau de la concrétisation de ces idées ou exhortations. Mais l’expérience de ces dernières années a montré que les événements peuvent s’accélérer subitement, et que l’incroyable d’hier peut facilement devenir la réalité de demain. Malheureusement l’état moral et les idées dominantes qui ont cours montrent bien que les peuples ne sont pas davantage prêts à recevoir et accepter Christ comme Messie aujourd’hui, que lorsqu’ils ont décidé de Le crucifier il y a 2000 ans. Par contre ils sont plus prêts que jamais à recevoir l’antichrist, comme le disait déjà notre Seigneur Lui-même (Jean 5:43).

Tournons-nous donc vers la Bible pour en savoir davantage. Les prophéties de la Bible annoncent-elles un gouvernement mondial ?

 

Certes elles annoncent le gouvernement central du Messie à Jérusalem, selon le Psaume 2, le Psaume 110 si souvent cité dans le Nouveau Testament, Ésaïe 9:6-7, Zacharie 14 et bien d’autres passages (Daniel 7:14, 27 ; etc.). Mais elles annoncent aussi, et au préalable, une puissance mondiale non établie par Dieu.

e1) Apoc. 13:7 nous dit que le chef de l’empire romain reconstitué, soutenu par l’antichrist (la bête qui parle comme un dragon d’Apoc. 13 ou le faux prophète d’Apoc. 19) aura pouvoir sur toute tribu et peuple et langue et nation. 2 Thes. 2:3-12 annonce aussi la domination de l’homme de péché, le fils de perdition, qui s’oppose et s’élève contre tout ce qui est appelé Dieu, et qui finalement s’assiéra lui-même au temple de Dieu.

e2) Daniel 7 parle aussi de cet empire romain reconstitué : « il sera différents de tous les royaumes, et dévorera toute la terre, et la foulera aux pieds et l’écrasera ».

e3) La scène qui suit l’enlèvement de l’église, le premier sceau d’Apoc. 6, décrit (aux v. 1-2) un imitateur de Christ (comparer Apoc. 19:11) qui paraît en mesure d’imposer une paix générale.

e4) Autres passages : Ps. 94:20. Des types : Absalom

e5) Ces passages décrivent tous des événements antérieurs au règne de Christ (Apoc. 20 fin des v.4 et 6) et montrent que la terre ne s’achemine pas progressivement vers une paix bénie avec le Messie, mais elle passera d’abord par un déchaînement du mal, suivi de jugements de Dieu terribles, et ce n’est que postérieurement qu’intervient le règne du Messie.

 

3                    Pourquoi rejeter ce que la Bible annonce ?

Bien sûr nombreux sont ceux qui nient la pertinence de ces passages de l’Écriture, et leur interprétation (niant aussi en bloc la pertinence de la Bible et son inspiration littérale), préférant croire à l’illusion d’un progrès d’une humanité toujours raisonnable et améliorable sans qu’il soit besoin de s’occuper ni de Dieu ni du péché de l’homme. Cela fait partie des idées fausses, des fausses doctrines du monde qui nous entoure. Il n’y a pas lieu de s’en étonner ni de s’en émouvoir. Voir l’article parallèle sur le conflit dans lequel le chrétien se trouve impliqué.

 

4                    Attitude du croyant : pessimiste ? défaitiste ? oiseaux de mauvais augure ? ou témoin fidèle et paisible ?

Certains nous accuseront d’être pessimistes, défaitistes et de favoriser les puissances mauvaises que nous critiquons. Qu’ainsi n’advienne ! dirait l’apôtre Paul ; nous ne favorisons rien, nous annonçons seulement ce que Dieu annonce. C’est comme quand on accuse les chrétiens d’être sionistes simplement parce qu’ils font connaître les prophéties bibliques qui annoncent le retour et la restauration d’Israël dans sa terre !

Ces mêmes personnes vont ensuite accuser Dieu d’avoir déterminé la victoire du mal à l’avance. Pourquoi accuser Dieu, alors qu’Il montre simplement l’aboutissement du mauvais cœur de l’homme guidé par Satan ? Acceptons l’éclairage qu’Il nous donne !

D’autres, y compris le pape, diront que nous ne faisons pas confiance à l’homme : c’est vrai, nous ne faisons pas confiance à l’homme irrégénéré, qui est encore dans ses péchés, non racheté par le sang et l’œuvre de Christ à la croix. N’a-t-il pas rejeté Christ, le clouant à la croix ?

 

Tous les écrivains du Nouveau Testament annoncent des jours mauvais ou fâcheux dans les derniers temps (2 Tim.3 ; 2 Pierre 2 et 3 ; Jude ; 1 Jean 2:18 ; etc.). L’Apocalypse va plus loin et annonce un triomphe apparent et momentané des puissances du mal (Apoc. 11 et 13). Nous ne sommes pas des illuminés, mais nous ne nous bouchons pas les yeux dans de vaines illusions ou utopies ; nous croyons simplement ce que Dieu annonce. En face de ces tristes perspectives, quelle attitude le croyant doit-il adopter ?

a) le croyant reste serein car il sait que Dieu prend soin de lui, et il reste heureux à cause de l’espérance glorieuse qui va bientôt devenir réalité pour lui, quand le Seigneur l’introduira dans la maison du Père (Jean 14:1-3) ; il ne se fait pas d’illusions sur l’avenir du monde,

b) le croyant se sent étranger (Hébreux 11:13 ; 1 Pierre 2:11) au milieu d’un monde qui n’a pas les mêmes relations, ni les mêmes désirs, ni les mêmes joies ni les mêmes objectifs,

c) le croyant reste un témoin de Christ, du salut qu’Il offre aux pécheurs, de la victoire de la croix, et de la défaite de l’ennemi,

d) mais le croyant se gardera soigneusement de pousser à la roue en faveur de l’établissement d’un gouvernement mondial alors qu’il sait que ce sera une construction ennemie de Christ.