[ Page principale | Nouveautés | La Bible | la Foi - l'Évangile | Plan des sujets | Études AT | Études NT | Index auteurs + ouvrages + sujets | Centres d'intérêt ]

 

 

 

Épître aux GALATES

 

Accès direct aux chapitres des Galates : 1, 2, 3, 4, 5, 6

 

Chapitre 1

1 Paul, apôtre, non de la part des hommes, ni par l’homme, mais par Jésus Christ, et Dieu le Père qui l’a ressuscité d’entre les morts,

2 et tous les frères qui sont avec moi, aux assemblées de la Galatie* :

3 Grâce et paix à vous, de la part de Dieu le Père et de notre seigneur Jésus Christ,

4 qui s’est donné lui-même pour nos péchés, en sorte qu’il nous retirât du présent siècle mauvais, selon la volonté de notre Dieu et Père,

5 auquel soit* la gloire aux siècles des siècles ! Amen.

— v. 2 : province d’Asie mineure (région actuelle d’Ankara). — v. 5 : ou : est.

6 Je m’étonne de ce que vous passez si promptement de celui qui vous a appelés par la grâce de Christ, à un évangile différent,

7 qui n’en est pas un autre ; mais il y a des gens qui vous troublent, et qui veulent pervertir l’évangile du Christ.

8 Mais quand nous-mêmes, ou quand un ange venu du ciel vous évangéliserait outre ce que nous vous avons évangélisé, qu’il soit anathème.

9 Comme nous l’avons déjà dit, maintenant aussi je le dis encore : si quelqu’un vous évangélise outre ce que vous avez reçu, qu’il soit anathème*.

10 Car maintenant, est-ce que je m’applique à satisfaire des hommes, ou Dieu ? Ou est-ce que je cherche à complaire à des hommes ? Si je complaisais encore à des hommes, je ne serais pas esclave de Christ.

— v. 9 : formule de malédiction.

11 Or je vous fais savoir, frères, que l’évangile qui a été annoncé par moi n’est pas selon l’homme.

12 Car moi, je ne l’ai pas reçu de l’homme non plus, ni appris, mais par la révélation de Jésus Christ.

13 Car vous avez ouï dire [quelle a été] autrefois ma conduite dans le judaïsme, comment je persécutais outre mesure l’assemblée de Dieu et la dévastais,

14 et comment j’avançais dans le judaïsme plus que plusieurs de ceux de mon âge dans ma nation, étant le plus ardent zélateur des traditions de mes pères.

15 Mais quand il plut à Dieu, qui* m’a mis à part dès le ventre de ma mère et qui m’a appelé par sa grâce,

16 de révéler son Fils en moi, afin que je l’annonçasse* parmi les nations, aussitôt, je ne pris pas conseil de la chair ni du sang,

17 ni ne montai à Jérusalem vers ceux qui étaient apôtres avant moi, mais je m’en allai en Arabie, et je retournai de nouveau à Damas.

18 Puis, trois ans après, je montai à Jérusalem pour faire la connaissance de Céphas*, et je demeurai chez lui quinze jours ;

19 et je ne vis aucun autre des apôtres, sinon Jacques le frère du Seigneur.

20 Or dans les choses que je vous écris, voici, devant Dieu, je ne mens point.

21 Ensuite j’allai dans les pays de Syrie et de Cilicie.

22 Or j’étais inconnu de visage aux assemblées de la Judée qui sont en Christ,

23 mais seulement elles entendaient dire : Celui qui nous persécutait autrefois, annonce* maintenant la foi qu’il détruisait** jadis ;

24 et elles glorifiaient Dieu à cause de moi.

— v. 15 : ou : au Dieu qui. — v. 16, 23* : comme Actes 8:4 : annoncer la bonne nouvelle, évangéliser. — v. 18 : nom araméen de Pierre (comme 2:9, 11). — v. 23** : ou : ravageait (verset 13 : dévastais).

Chapitre 2

1 Ensuite, au bout de quatorze ans, je montai de nouveau à Jérusalem avec Barnabas, prenant aussi Tite avec moi.

2 Or j’y montai selon une révélation, et je leur exposai l’évangile que je prêche parmi les nations, mais, dans le particulier, à ceux qui étaient considérés, de peur qu’en quelque manière je ne courusse ou n’eusse couru en vain

3 (cependant, même Tite qui était avec moi, quoiqu’il fût Grec, ne fut pas contraint à être circoncis) :

4 et cela à cause des faux frères, furtivement introduits, qui s’étaient insinués pour épier la liberté que nous avons dans le christ Jésus, afin de nous réduire à la servitude ;

5 auxquels nous n’avons pas cédé par soumission, non pas même un moment, afin que la vérité de l’évangile demeurât avec vous.

6 Or, de ceux qui étaient considérés comme étant quelque chose…, quels qu’ils aient pu être, cela ne m’importe en rien : Dieu n’a point égard à l’apparence de l’homme…, à moi, certes, ceux qui étaient considérés n’ont rien communiqué de plus ;

7 mais au contraire, ayant vu que l’évangile de l’incirconcision m’a été confié, comme celui de la circoncision l’a été à Pierre,

8 (car celui qui a opéré en Pierre pour l’apostolat de la circoncision a opéré en moi aussi envers les nations),

9 et ayant reconnu la grâce qui m’a été donnée, Jacques, et Céphas*, et Jean, qui étaient considérés comme étant des colonnes, me donnèrent, à moi et à Barnabas, la main** d’association, afin que nous [allassions] vers les nations,

10 et eux vers la circoncision, [voulant] seulement que nous nous souvinssions des pauvres, ce qu’aussi je me suis appliqué à faire.

— v. 9* : voir note à 1:18. — v. 9**: litt.: les [mains] droites.

11 Mais quand Céphas vint à Antioche, je lui résistai en face, parce qu’il était condamné.

12 Car, avant que quelques-uns fussent venus d’auprès de Jacques, il mangeait avec ceux des nations* ; mais quand ceux-là furent venus, il se retira et se sépara lui-même, craignant ceux de la circoncision ;

13 et les autres Juifs aussi usèrent de dissimulation avec lui, de sorte que Barnabas même fut entraîné avec eux par leur dissimulation.

14 Mais quand je vis qu’ils ne marchaient pas droit, selon la vérité de l’évangile, je dis à Céphas devant tous : Si toi qui es Juif, tu vis comme les nations et non pas comme les Juifs, comment contrains-tu les nations à judaïser ?

15 Nous qui, de nature, sommes Juifs et non point pécheurs d’entre les nations,

16 sachant néanmoins que l’homme n’est pas justifié sur le principe des œuvres de loi, ni autrement que par la foi en Jésus Christ, nous aussi, nous avons cru au christ Jésus, afin que nous fussions justifiés sur le principe de la foi en Christ et non pas sur le principe des œuvres de loi : parce que sur le principe des œuvres de loi nulle chair ne sera justifiée.

17 Or si, en cherchant à être justifiés en Christ, nous-mêmes aussi nous avons été trouvés pécheurs, Christ donc est ministre de péché ? Qu’ainsi n’advienne !

18 Car si ces mêmes choses que j’ai renversées, je les réédifie, je me constitue transgresseur moi-même.

19 Car moi, par [la] loi, je suis mort à [la] loi, afin que je vive à Dieu.

20 Je suis crucifié avec Christ ; et je ne vis plus, moi, mais* Christ vit en moi ; — et ce que je vis maintenant dans [la] chair, je le vis dans [la] foi, la [foi] au Fils de Dieu, qui m’a aimé et qui s’est livré lui-même pour moi.

21 Je n’annule pas la grâce de Dieu ; car si [la] justice est par [la] loi, Christ est donc mort pour rien.

— v. 12 : litt.: avec les nations. — v. 20 : ou : mais je vis, — non plus moi, mais.

Chapitre 3

1 Ô Galates insensés, qui vous a ensorcelés, vous devant les yeux de qui Jésus Christ a été dépeint, crucifié [au milieu de vous] ?

2 Je voudrais seulement apprendre ceci de vous : avez-vous reçu l’Esprit sur le principe des œuvres de loi, ou de l’ouïe de [la] foi ?

3 Êtes-vous si insensés ? Ayant commencé par l’Esprit, achèveriez-vous maintenant* par la chair ?

4 Avez-vous tant souffert en vain, si toutefois c’est en vain ?

5 Celui donc qui vous fournit l’Esprit et qui opère des miracles au milieu de vous, [le fait-il] sur le principe des œuvres de loi, ou de l’ouïe de [la] foi ?

6 comme Abraham a cru Dieu, et cela lui fut compté à justice*.

7 Sachez donc que ceux qui sont sur le principe de [la] foi, ceux-là sont fils d’Abraham.

8 Or l’écriture, prévoyant que Dieu justifierait les nations sur le principe de [la] foi, a d’avance annoncé la bonne nouvelle à Abraham : «En toi toutes les nations seront bénies» [Genèse 12:3].

9 De sorte que ceux qui sont sur le principe de [la] foi sont bénis avec le croyant Abraham.

10 Car tous ceux qui sont sur le principe des œuvres de loi sont sous malédiction ; car il est écrit : «Maudit est quiconque ne persévère pas dans toutes les choses qui sont écrites dans le livre de la loi pour les faire» [Deutéronome 27:26].

11 Or que par [la] loi personne ne soit justifié devant Dieu, cela est évident, parce que : «Le juste vivra de* foi» [Habakuk 2:4].

12 Mais la loi n’est pas sur le principe de [la] foi, mais : «Celui qui aura fait ces choses vivra par elles» [Lévitique 18:5].

13 Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant devenu malédiction pour nous (car il est écrit : «Maudit est quiconque est pendu au bois») [Deutéronome 21:23],

14 afin que la bénédiction d’Abraham parvînt aux nations dans le christ Jésus, afin que nous reçussions par la foi l’Esprit promis*.

— v. 3 : ou : vous rendriez-vous maintenant parfaits. — v. 6 : voir Genèse 15:6. — v. 11 : ailleurs : sur le principe de. — v. 14 : litt.: la promesse de l’Esprit ; comparer Actes 2:33 (même note).

15 Frères, je parle selon l’homme : personne n’annule une alliance qui est confirmée, même [celle] d’un homme, ni n’y ajoute.

16 Or c’est à Abraham que les promesses ont été faites, et à sa semence. Il ne dit pas : «et aux semences», comme [parlant] de plusieurs ; mais comme [parlant] d’un seul : — «et à ta semence» [Genèse 22:18], qui est Christ.

17 Or je dis ceci : que la loi, qui est survenue quatre cent trente ans après, n’annule point une alliance antérieurement confirmée par Dieu, de manière à rendre la promesse sans effet.

 

18 Car si l’héritage est sur le principe de loi, il n’est plus sur le principe de promesse ; mais Dieu a fait le don à Abraham par promesse.

 

19 Pourquoi donc la loi ? Elle a été ajoutée à cause des transgressions*, jusqu’à ce que vînt la semence à laquelle la promesse est faite, ayant été ordonnée** par des anges***, par la main d’un médiateur****.

20 Or un médiateur* n’est pas [médiateur] d’un seul, mais Dieu est un seul.

— v. 19*: c’est-à-dire  dans le but de faire ressortir le mal par des transgressions. — v. 19** : ordonnée se rattache à la loi. — v. 19*** : voir Actes 7:53. — v. 19**** : c’est-à-dire  Moïse. — v. 20 : ou : le médiateur

21 La loi est-elle donc contre les promesses de Dieu ? Qu’ainsi n’advienne ! Car s’il avait été donné une loi qui eût le pouvoir de faire vivre, la justice serait en réalité sur le principe de [la] loi.

22 Mais l’écriture a renfermé toutes choses sous le péché, afin que la promesse, sur le principe de [la] foi en Jésus Christ, fût donnée à ceux qui croient.

23 Or avant que la foi vînt, nous étions gardés sous [la] loi, renfermés pour* la foi qui devait être révélée ;

24 de sorte que la loi a été notre conducteur* jusqu’à Christ, afin que nous fussions justifiés sur le principe de [la] foi ;

25 mais, la foi étant venue, nous ne sommes plus sous un conducteur*,

26 car vous êtes tous fils de Dieu par la foi dans le christ Jésus.

27 Car vous tous qui avez été baptisés pour Christ, vous avez revêtu Christ :

28 il n’y a ni Juif, ni Grec ; il n’y a ni esclave, ni homme libre ; il n’y a ni mâle, ni femelle ; car vous tous, vous êtes un dans le christ Jésus.

29 Or si vous êtes de Christ, vous êtes donc [la] semence d’Abraham, héritiers selon [la] promesse.

— v. 23 : ou : jusqu’à. — v. 24, 25 : ou : gouverneur, précepteur.

Chapitre 4

1 Or je dis qu’aussi longtemps que l’héritier est en bas âge, il ne diffère en rien d’un esclave, quoiqu’il soit seigneur de tout ;

2 mais il est sous des tuteurs et des curateurs jusqu’à l’époque fixée par le père.

3 Ainsi aussi nous, lorsque nous étions en bas âge, nous étions asservis sous les éléments du monde ;

4 mais, quand l’accomplissement* du temps est venu, Dieu a envoyé son Fils, né** de femme, né** sous [la] loi,

5 afin qu’il rachetât ceux [qui étaient] sous [la] loi, afin que nous reçussions l’adoption*.

6 Et, parce que vous êtes fils, Dieu a envoyé l’Esprit de son Fils dans nos cœurs, criant : Abba*, Père :

7 de sorte que tu n’es plus esclave, mais fils ; et, si fils, héritier aussi par Dieu.

8 Mais alors, ne connaissant pas Dieu, vous étiez asservis à ceux qui, par [leur] nature, ne sont pas dieux* :

9 mais maintenant, ayant connu Dieu, mais plutôt ayant été connus de Dieu, comment retournez-vous de nouveau aux faibles et misérables éléments auxquels vous voulez encore de nouveau être asservis ?

10 Vous observez des jours, et des mois, et des temps, et des années.

11 Je crains, quant à vous, que peut-être je n’aie travaillé en vain pour vous.

— v. 4* : ou : la plénitude. — v. 4** : proprement : devenu. — v. 5 : c’est la réception de la position de fils comme don. — v. 6 : voir Marc 14:36 et Romains 8:15. — v. 8 : répond à 2 Chroniques 13:9.

12 Soyez comme moi, car moi aussi [je suis] comme vous, frères ; je vous en prie. Vous ne m’avez fait aucun tort ;

13 — et vous savez que dans l’infirmité de la chair je vous ai évangélisé au commencement ;

14 et vous n’avez point méprisé, ni rejeté avec dégoût ma* tentation qui était en ma chair ; mais vous m’avez reçu comme un ange de Dieu, comme le christ Jésus,

15 Quel était donc votre bonheur ? Car je vous rends témoignage que, si cela eût été possible, arrachant vos propres yeux, vous me les eussiez donnés.

16 Je suis donc devenu votre ennemi en vous disant la vérité ?

17 Ils ne sont pas zélés à votre égard comme il faut, mais ils veulent vous exclure*, afin que vous soyez zélés à leur égard.

18 Mais il est bon d’être toujours zélé pour le bien, et de ne pas l’être seulement quand je suis présent avec vous.

— v. 14 : plusieurs : votre. — v. 17 : c’est-à-dire  exclure de toute communication avec moi.

19 Mes enfants, pour l’enfantement desquels je travaille de nouveau jusqu’à ce que Christ ait été formé en vous,

20 oui, je voudrais être maintenant auprès de vous et changer de langage, car je suis en perplexité à votre sujet.

 

21 Dites-moi, vous qui voulez être sous [la] loi, n’écoutez-vous pas la loi ?

22 Car il est écrit qu’Abraham a eu deux fils, l’un de la servante, et l’autre de la femme libre*.

23 Mais celui qui [naquit] de la servante naquit selon la chair, et celui qui [naquit] de la femme libre [naquit] par la promesse.

24 Ces choses doivent être prises dans un sens allégorique : car ce sont deux alliances, l’une du mont Sina, enfantant pour la servitude, et c’est Agar.

25 Car «Agar» est le mont Sina, en Arabie, et correspond à la Jérusalem de maintenant, car elle est dans la servitude avec ses enfants.

26 Mais la Jérusalem d’en haut est la femme libre qui est notre mère.

27 Car il est écrit : «Réjouis-toi, stérile qui n’enfantes point ; éclate [de joie] et pousse des cris, toi qui n’es point en travail d’enfant ; car les enfants de la délaissée sont plus nombreux que [les enfants] de celle qui a un mari» [Ésaïe 54:1].

28 Or vous, frères, comme Isaac, vous êtes enfants de promesse.

29 Mais, comme alors celui qui était né selon la chair persécutait celui qui [était né] selon l’Esprit, [il en est] de même aussi maintenant.

30 Mais que dit l’écriture ? «Chasse la servante et son fils, car le fils de la servante n’héritera point avec le fils de la femme libre» [Genèse 21:10].

31 Ainsi, frères, nous ne sommes pas enfants de [la] servante, mais de la femme libre.

— v. 22 : voir Genèse 16 et 21.

Chapitre 5

1 Christ nous a placés dans la liberté en nous affranchissant ; tenez-vous donc fermes, et ne soyez pas de nouveau retenus sous un joug de servitude.

2 Voici, moi Paul, je vous dis que si vous êtes circoncis, Christ ne vous profitera de rien ;

3 et je proteste* de nouveau à tout homme circoncis, qu’il est tenu d’accomplir toute la loi.

4 Vous vous êtes séparés de tout le bénéfice qu’il y a dans le Christ, vous tous qui vous justifiez par [la] loi ; vous êtes déchus de la grâce.

5 Car nous, par [l’]Esprit, sur le principe de [la] foi, nous attendons l’espérance de la justice.

6 Car, dans le christ Jésus, ni circoncision, ni incirconcision, n’ont de valeur, mais [la] foi opérante par [l’]amour.

7 Vous couriez bien, qui est-ce qui vous a arrêtés pour que vous n’obéissiez pas à la vérité ?

8 La persuasion ne vient pas de celui qui vous appelle.

9 Un peu de levain fait lever la pâte tout entière.

10 J’ai confiance à votre égard par le Seigneur, que vous n’aurez point d’autre sentiment ; mais celui qui vous trouble, quel qu’il soit, en portera le jugement.

 

11 Mais moi, frères, si je prêche encore la circoncision, pourquoi suis-je encore persécuté ? — alors le scandale de la croix est anéanti.

12 Je voudrais que ceux qui vous bouleversent se retranchassent* même.

— v. 3 : j’atteste formellement. — v. 12 : ou : se mutilassent tout à fait.

13 Car vous, frères, vous avez été appelés à la liberté ; seulement [n’usez] pas de la liberté comme d’une occasion pour la chair, mais, par amour, servez-vous* l’un l’autre ;

14 car toute la loi est accomplie dans une seule parole, dans celle-ci : «Tu aimeras ton prochain comme toi-même» [Lévitique 19:18].

15 Mais si vous vous mordez et vous dévorez l’un l’autre, prenez garde que vous ne soyez consumés l’un par l’autre.

— v. 13 : servir, être esclave, comme Romains 12:11.

16 Mais je dis : Marchez par l’Esprit, et vous n’accomplirez point la convoitise de la chair.

17 Car la chair convoite contre l’Esprit, et l’Esprit contre la chair ; et ces choses sont opposées l’une à l’autre, afin que vous ne pratiquiez pas les choses que vous voudriez.

18 Mais si vous êtes conduits par [l’]Esprit, vous n’êtes pas sous [la] loi.

19 Or les œuvres de la chair sont manifestes, lesquelles sont la fornication, l’impureté, l’impudicité,

20 l’idolâtrie, la magie*, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les colères, les intrigues, les divisions, les sectes,

21 les envies, les meurtres, les ivrogneries, les orgies, et les choses semblables à celles-là, au sujet desquelles je vous déclare d’avance, comme aussi je l’ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n’hériteront pas du royaume de Dieu.

22 Mais le fruit de l’Esprit est l’amour, la joie, la paix, la longanimité, la bienveillance, la bonté, la fidélité,

23 la douceur, la tempérance : contre de telles choses, il n’y a pas de loi.

24 Or ceux qui sont du Christ ont crucifié la chair avec les passions et les convoitises.

25 Si nous vivons par l’Esprit, marchons aussi par l’Esprit.

26 Ne soyons pas désireux de vaine gloire, en nous provoquant les uns les autres [et] en nous portant envie les uns aux autres.

— v. 20 : ou : les empoisonnements.

Chapitre 6

1 Frères, quand même un homme s’est laissé surprendre par quelque faute, vous qui êtes spirituels, redressez un tel homme dans un esprit de douceur, prenant garde à toi-même, de peur que toi aussi tu ne sois tenté.

 

2 Portez les charges les uns des autres, et ainsi accomplissez la loi du Christ ;

3 car si, n’étant rien, quelqu’un pense être quelque chose, il se séduit lui-même ;

4 mais que chacun éprouve sa propre œuvre, et alors il aura de quoi se glorifier, relativement à lui-même seulement et non relativement à autrui :

5 car chacun portera son propre fardeau.

 

6 Que celui qui est enseigné dans la parole fasse participer à tous les biens [temporels] celui qui enseigne.

 

7 Ne soyez pas séduits ; on ne se moque pas de Dieu ; car ce qu’un homme sème, cela aussi il le moissonnera.

8 Car celui qui sème pour sa propre chair moissonnera de la chair la corruption ; mais celui qui sème pour l’Esprit moissonnera de l’Esprit la vie éternelle.

9 Or ne nous lassons pas en faisant le bien, car, au temps propre, nous moissonnerons, si nous ne défaillons pas.

10 Ainsi donc, comme nous en avons l’occasion, faisons du bien à tous, mais surtout à ceux de la maison de la foi.

 

11 Vous voyez quelle longue lettre je vous ai écrite de ma propre main.

12 Tous ceux qui veulent avoir une belle apparence dans la chair, ceux-là vous contraignent à être circoncis, seulement afin qu’ils ne soient pas persécutés à cause de la croix de Christ.

13 Car ceux-là qui sont circoncis, eux-mêmes ne gardent pas [la] loi ; mais ils veulent que vous soyez circoncis, afin de se glorifier dans votre chair.

14 Mais qu’il ne m’arrive pas à moi de me glorifier, sinon en la croix de notre seigneur Jésus Christ, par laquelle* le monde m’est crucifié, et moi au monde.

15 Car ni la circoncision, ni l’incirconcision ne sont rien, mais une nouvelle création.

16 Et à l’égard de tous ceux qui marcheront selon cette règle, paix et miséricorde sur eux et sur l’Israël de Dieu !

— v. 14 : ou : par lequel.

17 Désormais que personne ne vienne me troubler, car moi je porte en mon corps les marques du Seigneur* Jésus.

18 Que la grâce de notre seigneur Jésus Christ soit avec votre esprit, frères ! Amen.

— v. 17 : plusieurs omettent : Seigneur.