[ page principale | nouveautés | La Bible | la foi | sujets | études AT | études NT | Index auteurs + ouvrages + sujets | centres d'intérêt ]

 

Extrait du livre «Racheté pour l’éternité»

 

 

 

Tables des matières :

 

 

3.2 Sauvé sous condition ?

 

Regardons d’abord les passages qui semblent donner une condition au maintien du salut.

 

3.2.1 Et si quelqu’un ne persévère pas ?

 

«Celui qui persévérera jusqu’à la fin, celui-là sera sauvé» Matt.24 :13

«Si vous persévérez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples» Jean 8 :31

De ces passages, on conclut que si quelqu’un ne persévère pas, ou ne demeure pas dans la parole du Seigneur, il va à la perdition. Cette conclusion est correcte, mais nous allons voir qu’elle ne concerne pas la perdition éternelle de l’âme.

 

Dans le premier passage, il s’agit des croyants de la période qui suivra l’enlèvement de l’Église, juste avant que le Seigneur n’établisse son règne de justice et de paix. Il y aura alors des persécutions effroyables qui feront fléchir beaucoup de fidèles. Seuls ceux qui persévéreront jusqu’à la fin, seront sauvés dans le sens où ils accueilleront le Seigneur et entreront dans son royaume. Le verset qui suit confirme cette explication car il y est question de «l’évangile du royaume» et non de l’évangile de la grâce qui nous concerne actuellement. Ainsi ce passage ne concerne pas directement le croyant du temps de l’Église, bien qu’il comporte une exhortation à la persévérance valable pour tous les temps.

 

Dans le deuxième passage, il est question d’être disciple du Seigneur. Le mot disciple signifie simplement «élève, celui qui écoute l’enseignement». Un vrai disciple est celui qui met en pratique l’enseignement en y persévérant. Écouter un enseignement ou le mettre en pratique sont deux choses bien différentes (Jacques 1 :22). Il n’est pas question ici du salut qui consiste à être justifié devant Dieu par la simple foi en l’oeuvre de Christ.

 

Ce passage est à rapprocher du verset : «Nul qui a mis la main à la charrue et qui regarde en arrière, n’est propre pour le royaume de Dieu» (Luc 9 :62). Mettre la main à la charrue est un bon départ. Cependant celui qui se retourne, et met père et mère au-dessus du Seigneur, montre que son coeur n’est pas avec le Seigneur. Dans le livre de Ruth, Orpa avait bien commencé. Cependant, lorsqu’elle se trouva en face du choix décisif, elle laissa Israël et le Dieu d’Israël et choisit Moab (Ruth 1 :14-15). De même, la femme de Lot sortit de Sodome, mais se retourna pour regarder et resta en arrière ; son coeur demeurait encore à Sodome, même si ses pieds en étaient déjà sortis. Elle a finalement désobéi au message du salut et fut perdue (Gen.19 :26). L’une et l’autre ont perdu leur vie sur la terre. Nous ne pouvons savoir ce qu’il en est du salut éternel de leur âme, bien que le fait de ne pas persévérer dans la foi laisse penser qu’elles ne possédaient pas la vie de Dieu.