[ Page principale | Nouveautés | La Bible | la Foi | Plan des sujets | Études AT | Études NT | Index auteurs + ouvrages + sujets | Centres d'intérêt ]

 

Réflexions chrétiennes sur le monde actuel

 

Octobre 2003

 

1                        Changements d’idées ou conversion à Dieu ?

On signale le décès de l’ancien secrétaire du philosophe français qui a le plus marqué l’après-guerre. Le philosophe était favorable au marxisme ou maoïsme, et son secrétaire aussi. Quand on dit secrétaire, c’est plutôt collaborateur qu’il faudrait dire, car il sortait d’une des plus prestigieuses écoles de France. L’intérêt de l’affaire est que le dit secrétaire avait tout abandonné son marxisme pour devenir Talmudiste, autrement dit étudiant des écrits de la tradition juive (en correspondance avec ses origines). On savait déjà que presque tous les pays (sauf la Corée du Nord... ) ayant pratiqué le marxisme (athée) l’ont abandonné, mais il est intéressant de constater que les « têtes pensantes » ont aussi bien compris le vide et la vanité des théories des grandes idéologies voulant remodeler le monde et l’humanité, et lui donner de nouvelles bases de conduite, — et ils ont vu qu’il valait mieux se tourner ailleurs.

Il est terrible de constater que de telles idéologies aient pu constituer l’idéologie dominante pendant des décennies, prétendant avoir rendu obsolète le christianisme, sans pour autant que le monde s’interroge comment il a pu se laisser égarer pareillement, ni si les nouvelles voies choisies depuis ne sont pas aussi des voies d’égarement. La Bible dit : « Confie-toi de tout ton cœur à l’Éternel, et ne t’appuie pas sur ton intelligence ; dans toutes tes voies connais-le, et il dirigera tes sentiers » (Proverbes 3:5).

 

L’athéisme donc ne tient pas, et l’homme sent bien qu’il lui faut autre chose que du vide spirituel. Mais faire le vide en soi n’est pas la bonne solution pour que le cœur et l’esprit soient remplis de bonnes choses. Notre Seigneur avait donné cet avertissement avec la parabole de l’esprit mauvais qui quitte une maison, la laisse balayée et ornée, et y revient avec sept autres esprits plus méchants (Matthieu 12:43-45). Faire le vide en soi, c’est ouvrir la porte à des spiritualités ou puissances spirituelles plus mauvaises que les précédentes. C’est là le danger des religions ou philosophies orientales, bouddhisme, et autre zen. C’est bien de quitter l’athéisme, mais Christ, Seigneur et Sauveur, est seul suffisant pour vraiment remplir le cœur.

 

Le secrétaire dont nous parlions s’est ainsi tourné vers des traditions qui, même si elles parlent du vrai Dieu (et de beaucoup d’autres choses en plus), restent des traditions humaines, et notre Seigneur mettait en garde contre les traditions des hommes, car elles contredisent la Parole de Dieu (Matthieu 15:6).

Il ne suffit pas d’abandonner les idoles pour retrouver la vérité. Si on ne se tourne pas vers Dieu lui-même, vers le Sauveur en confessant ses péchés (voilà la vraie conversion), on tombe dans d’autres idoles, sauf qu’elles ont une coloration religieuse ; la tradition des religions est alors particulièrement attractive parce qu’elle prétend se rattacher à ce qui est ancien et est supposé meilleur. En Israël autrefois, certains rois ont abandonné les idoles de Baal (apostasie totale), mais seulement pour revenir à ce qui est appelé « les péchés de Jéroboam », — des idoles aussi, mais qu’on rattachait à la tradition de l’histoire du peuple (1 Rois 12:28 : « Le roi … fit deux veaux d’or, et dit au peuple : C’est trop pour vous de monter à Jérusalem ; voici tes dieux, Israël ! qui t’ont fait monter du pays d’Égypte »).

 

De son côté, la Chine a bien abandonné le marxisme (comme modèle économique), mais pas l’athéisme, au moins globalement et officiellement. Or s’il est vrai que les autorités chinoises luttent encore contre le christianisme et que le pays est encore en principe sans Dieu, il faut savoir que, malgré la désinformation sur le sujet, le christianisme est en expansion en Chine (c’est pour cela qu’il y a des persécutions), au contraire du bouddhisme. Quand les pays privilégiés par Dieu abandonnent Sa vérité (= quand l’occident abandonne le christianisme), Dieu ne laisse pas sa grâce s’éteindre, mais l’adresse à ceux qui étaient le plus loin (Luc 14:21-23). C’était le premier message au début du ministère de notre Seigneur dans Luc (ch. 4) où il rappelait qu’au temps d’Élisée, celui-ci avait apporté la délivrance à la veuve de Sarepta et au général syrien Naaman, tous deux étrangers au peuple de Dieu. Notre Seigneur faillit être lapidé pour l’avoir dit.

 

Retenons de tous ces égarements et changements,

·                    que Dieu demeure le même,

·                    que sa grâce est toujours disponible pour les pécheurs qui se repentent,

·                    que Lui seul veut et peut remplir les cœurs,

·                    que tous les efforts des hommes pour mettre Dieu de côté sont vains,

·                    qu’il ne sert à rien de se tourner vers les hommes et leurs idéologies pour trouver la vérité ; les traditions religieuses n’aident pas non plus à trouver Dieu ; il vaut mieux écouter Dieu Lui-même ; Il parle dans Sa Parole écrite, la Bible,

·                    que quand on ne veut pas de Lui, Dieu s’adresse à d’autres pour offrir Sa grâce aux pécheurs

·                    que ceux qui ont refusé Dieu et Sa grâce n’ont pour eux qu’une terrible perspective de ténèbres éternelles.